Andigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andigné
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Lion-d'Angers
Intercommunalité C.C. région du Lion-d'Angers
Maire
Mandat
Bernard Menant
2014-2020
Code postal 49220
Code commune 49005
Démographie
Gentilé Andignéens
Population
municipale
368 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 59″ N 0° 46′ 46″ O / 47.6663888889, -0.77944444444447° 39′ 59″ Nord 0° 46′ 46″ Ouest / 47.6663888889, -0.779444444444  
Altitude Min. 18 m – Max. 61 m
Superficie 6,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Andigné

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Andigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andigné

Andigné est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Elle était à l'origine une seigneurie, berceau de la famille aristocratique angevine d'Andigné, dont l'histoire est très liée à celle de l'Ouest, notamment grâce au général Louis-Marie-Antoine-Auguste-Fortuné d'Andigné.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Segréen, à 27 km au nord-ouest d'Angers[1], à mi-chemin entre Segré et Le Lion-d'Angers.

Le bourg est établi sur la route d'Angers à Rennes, sur les premières hauteurs dominant la vallée de l'Oudon.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Comme tout le Haut-Anjou, la commune d'Andigné est caractérisé par un habitat dispersé dans la campagne autour du bourg, qui jusqu'au milieu du XXe siècle ne concentrait pas la majorité de la population communale. Cela engendre une densité assez faible (56 habitants par kilomètre carré).

Seul habitat groupé, le bourg concentre l'église, la mairie et les commerces. Dans la campagne sont dispersées de nombreuses fermes.

Au nord de la D863 : château de Saint-Hénis, et ses anciennes métairies : Ferme du Vivier, Le Moulin de Saint-Hénis, Le Moulin-Neuf (Ancien manoir du Bois de la Cour), Ferme de La Normandière, Ferme de La Barrière, Ferme de La Theulière; Le Rocher, La Quinolais.

Au sud de la D863 : Le Bourg, Les Vignes, La Pigeonnerie, Le Cygne, Les Tailles, Le Bourdeau, La Cour, Le Petit-Bois, Les Hautes-Tailles, Le Bois-Paré, La Picoulière, La Champoiserie, Le Thénier, La Franchonnière, La Grandière, La Ribardière, La Boussardière, L'Enauderie, Le Grand et le Petit-Beston, La Borderie.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le paysage bocager de la commune est marquée par deux ensembles distincts : au nord, la plaine alluviale de l'Oudon, entre 20 et 30 mètres d'altitude. Il s'agit d'une plaine peu large, sauf autour du château de Saint-Hénis, parcourue par plusieurs ruisseaux. Les bois et taillis, bien que peu étendus, sont plus présents, notamment sur le coteau supportant le bourg.

Au centre et au sud, le plateau est à une altitude de 40 à 50 mètres, le paysage est moins vallonné.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le principal cours d'eau de la commune est la rivière de l'Oudon, affluent le plus important de la Mayenne, qui marque la limite nord de la commune. Les autres cours d'eau sont le ruisseau des Petits Près, qui limite la commune au nord-ouest avec La Chapelle-sur-Oudon, et le ruisseau de Jarry, en contrebas de la route de Segré.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Andigné doit sans doute sa naissance à la route d'Angers à Rennes par Segré, qui traverse le bourg. Cette route, actuelle D863, a été déviée au nord du bourg afin de permettre sa transformation en voie expresse, au début du XXIe siècle.

La route de Saint-Martin-du-Bois à Vern-d'Anjou (D216) passe par le bourg d'Andigné.

Plusieurs petites routes et impasses parcourent le territoire communale, desservant les nombreuses fermes dispersées dans la campagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Andigné est un nom célèbre en Anjou, puisqu'il est celui d'une des plus anciennes familles de son aristocratie : la filiation de la famille d'Andigné est continue depuis 1336. Dès cette époque, le château de Saint-Hénis (siège de la seigneurie du Bois de la Cour), est la résidence de la famille d'Andigné qui le conserve jusqu'à la fin du XVIe siècle. Le plus célèbre membre de cette famille est le Général Louis d'Andigné, qui s'illustra pendant la chouannerie.

Le château d'Andigné est acheté au début du XVIIe siècle par A. de Franquetot, baron de Saint-Hénis, conseiller de Louis XIII, qui lui laisse son nom. Délaissé au début du XVIIIe siècle, le château est vendu à un conseiller du présidial d'Anger, M. Lemarié de Lespinay qui le transmet à une autre célèbre famille angevine, les Ayrault, conseillers au présidial et à la municipalité d'Angers. Les Ayrault de Saint-Hénis en font leur demeure de plaisance jusqu'en 1835.

Le château de Saint-Hénis est racheté en 1894 par la famille de Villoutreys qui le conserve jusqu'à la fin des années 1950. Il a été plusieurs fois revendu depuis.

Un combat eut lieu pendant la Chouannerie à Andigné, sur la route de Segré, le 8 mars 1796, marqué par la victoire des chouans.

Pendant la Première Guerre mondiale, 22 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, un habitant est tué[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1853 1878 Pierre Ayrault de Saint-Hénis    
1878 1892 Gustave Ayrault de Saint-Hénis   Fils du précédent
1892 1900 Adolphe Albert    
1900 1953 Charles de Villoutreys    
1953 1989 Francis Pellier    
1989 juin 1995 Bernard Menant DVD Agriculteur
juin 1995 mars 2001 Roger Bellanger   Menuisier
mars 2001 en cours
(au 7 avril 2014)
Bernard Menant[3] DVD Agriculteur retraité

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la région du Lion-d'Angers[4], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 368 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
486 275 486 490 506 476 447 461 478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501 490 480 456 480 478 479 465 440
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
423 395 400 360 360 335 320 307 328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
270 263 242 274 267 262 307 314 368
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,1 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 26 %, 15 à 29 ans = 18,7 %, 30 à 44 ans = 26,7 %, 45 à 59 ans = 15,3 %, plus de 60 ans = 13,3 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 28 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 14 %, plus de 60 ans = 15,8 %).
Pyramide des âges à Andigné en 2008 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,2 
4,0 
75 à 89 ans
7,9 
9,3 
60 à 74 ans
6,7 
15,3 
45 à 59 ans
14,0 
26,7 
30 à 44 ans
23,8 
18,7 
15 à 29 ans
18,3 
26,0 
0 à 14 ans
28,0 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 24 établissements présents sur la commune à fin 2010, 25 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 42 % de celui du commerce et des services et 17 % du secteur de l'administration et de la santé[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église.
  • Château de Saint-Hénis, édifié aux XVe et XVIe siècles, pendant les guerres de religion, il doit ses origines aux familles de Mathefelon et d'Andigné. L'enceinte, le jardin, les douves, l'avenue, les communs, ainsi que l'allée, sont classés MH[10].
  • Chapelle privative, de Saint Sébastien, au château de Saint-Hénis.
  • La chapelle des vignes.
  • Moulin de Saint-Hénis.
  • Château de la Picoulière.
  • Vallée de l'Oudon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blason de la famille d'Andigné

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1965, 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lion1906, Distances orthodromiques à partir d'Andigné (49), consulté le 27 novembre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. Port 1965, p. 23
  3. Ouest-France, Bernard Menant repart pour un 5e mandat, article du 7 avril 2014
  4. Insee, Composition de l'EPCI de la Région du Lion d'Angers (244900585), consulté le 14 décembre 2013
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. Évolution et structure de la population sur statistiques-locales.insee.fr
  8. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur insee.fr (consulté le 2 juillet 2011)
  9. Insee, Statistiques locales du territoire d'Andigné (49), consultées le 27 novembre 2012
  10. « Château de Saint-Hénis », base Mérimée, ministère français de la Culture