Anders Lexell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Silhouette de Anders Johan Lexell.

Anders Johan Lexell (24 décembre 174011 décembre 1784) était un astronome et mathématicien suédois-russe. En Russie, il est connu sous le nom de Andrei Ivanovich Leksel (Андрей Иванович Лексель). Son nom est parfois orthographié Anders Johann Lexell ou encore Johann Anders Lexell.

Il émigra en Russie en 1768, et devint l'ami de Leonhard Euler, dont il assista au dernier jour et de son élève, Nicolas Fuss avec lequel il collabora à l'étude des triangles sphériques. On lui doit l'étude du mouvement des comètes et particulièrement le calcul de l’orbite de la comète D/1770 L1 (Lexell), qui fut nommée en son honneur par la suite (bien qu’elle ait été découverte par Charles Messier). Cette comète fut celle qui passa la plus proche de la Terre dans toute l’histoire des comètes (bien que quelques astéroïdes soient passés plus près) faisant d’elle le premier objet géocroiseur recensé, la distance exacte n’est pas connue mais elle a été estimée de l’ordre de 3 millions de kilomètres. Lexell montra que la comète avait eu un large périhélie jusqu'à ce qu’elle rencontre Jupiter en 1767. Il prédit que, après une rencontre encore plus proche 2 révolutions plus tard, en 1779, la comète serait expulsée du système solaire interne.

Il fut également le premier à calculer l’orbite d’Uranus après sa découverte et réalisa d’après son orbite que c’était une planète plutôt qu’une comète. De plus il trouva qu’Uranus était perturbée et déduisit l’existence d’une autre planète (éventuellement Neptune), bien que sa position ne fut pas calculée jusqu'à Urbain Le Verrier. Enfin, on lui doit un théorème relatif aux lignes trigonométriques dans les triangles sphériques, prolongeant ceux de François Viète[1] et qui donne le lieu des sommets des triangles sphériques de même aire et de même base.

L’astéroïde (2004) Lexell fut nommé en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Chasles Mémoires sur les questions proposées par l'Académie royale des de sciences et belles-lettres de Bruxelles page 328

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]