Andelot-en-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andelot.
Andelot-en-Montagne
La place de la Mairie et la fontaine
La place de la Mairie et la fontaine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Champagnole
Intercommunalité Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura
Maire
Mandat
Rémi Chambaud
2014-2020
Code postal 39110
Code commune 39009
Démographie
Gentilé Andelotiens
Population
municipale
536 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 13″ N 5° 56′ 03″ E / 46.8536111111, 5.93416666667 ()46° 51′ 13″ Nord 5° 56′ 03″ Est / 46.8536111111, 5.93416666667 ()  
Altitude 636 m (min. : 597 m) (max. : 740 m)
Superficie 12,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andelot-en-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andelot-en-Montagne

Andelot-en-Montagne est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté. Elle fait partie de la Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est un village du canton de Champagnole à une altitude de 637 m. Ses habitants s'appellent les Andelotiens. Andelot est situé à proximité de la forêt de la Joux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Aresches Lemuy
Montmarlon
Rose des vents
Pont-d'Héry N Supt
O    Andelot-en-Montagne    E
S
Valempoulières Vers-en-Montagne Chapois

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Voici tous les maires d'Andelot-en-Montagne de 1796 à 2008 : (source paneaut de la mairie d'Andelot en Montagne )

- Jean Simon BOUVERET, Juillet 1796

- Simon GANEVAT, janvier 1800

- Claude BOURGEOIS, janvier 1820

- Jean-Baptiste DEBOIS, 1821

- Simon GANEVAT, janvier 1826

- François Joseph GUYON, janvier 1832

- Jean Joseph BONMAILLARD, 1832

- Jean-Baptiste DEBOIS, 1835

- Jean-Pierre BOUVERET, mai 1838

- Jean-François GUYON, mai 1842

- Joseph GANEVAT, juillet 1852

- Ferréol MICHAUD, août 1855

- François TABOUREY, mai 1865

- Jean-Louis BOURGEOIS, octobre 1870

- Jean-Claude BOUSSON, août 1877

- Jean-Louis BOURGEOIS, février1878

- Louis GUYON, mai 1884

- Victor GUYON, juillet 1905

- Narcisse VALLET, mai 1925

- Albert THEVENIN, novembre 1952

- Jean LAMY, juin 1957

- Joseph VALLET, septembre 1962

- Robert COUTURET, mai 1979

- Michel VANDEWATTYNE, mars 2008

- Rémi CHAMBAUD, avril 2014

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 536 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415 418 509 633 666 721 784 722 746
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
678 701 974 690 759 814 825 819 791
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
813 805 757 703 701 701 695 688 723
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
643 605 548 555 561 548 548 536 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

- De l'agriculture : élevage bovins, production laitière, céréales
- De la sylviculture : bucheronnage principalement, scierie
- Des commerces : bureau de tabac – presse - épicerie, boulangerie, pharmacie, salon de coiffure,
- Un médecin
- Un bureau de poste
- Une gare
- Des artisans : charpentier, menuisier, chauffagiste, peintre, garagiste, galerie d'art
- Une entreprise de forage
- Un entrepôt d'explosifs

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Renobert (XVIIe s);

L'église Saint Renobert était d'abord un simple château. Elle a été construite grâce à Catherine de Jonvelle, Dame d'Andelot, en 1343. C'est devenu une église en 1652. C'est à cette époque qu'on a construit le clocher. Saint Renobert est le patron de l'église et sa fête se célèbre le 24 octobre. Elle est bâtie sur une butte qui domine le village. Sur les vitraux sont représentés des personnages de la religion catholique. Beaucoup ont été offerts par des riches habitants d'Andelot.

  • Atelier Bouveret (XVIIIe s), inscrit à l'IGPC, depuis 1997[3];

L'atelier Bouveret était un atelier de montage de voitures tractées par des chevaux a été construit en 1777 par Jean Simon Bouveret. Une société est créée en 1872 par Léon Bouveret pour la construction, la transformation, la réparation des voitures et des corbillards, pour l'entretien des carrosseries. L'atelier comprend 4 postes de travail. Vers 1901 la société s'oriente vers le montage et la réparation des carrosses et des voitures automobiles. L'activité reprend en 1930 avec le père peu,après l'atelier de fabrication est converti en garage spécialisé en carrosserie avec pont à essence[4].


  • Mairie;
  • Fontaine;
  • Gare ferroviaire (XIXe s), de la ligne Andelot-La Cluse, inscrite à l'IGPC, depuis 2004[8];
  • Scierie Farcot, auj. Rodde (XXe s), inscrite à l'IGPC, depuis 1997[9];
  • Fromagerie ou fruitière (XXe s), auj. chaufferie, inscrite à l'IGPC depuis 1997[10].

La coopérative fromagère a été créée le 1er juillet 1912. Elle fabriquait du comté jusqu'à 12 meules par jour. Il y a eu aussi la fabrication de morbier et de beurre. Jusqu'à 15 agriculteurs apportaient leur lait matin et soir, puis un camion passait dans les fermes pour le récolter. Elle est équipée de deux cuves, installées un 1994, d'une capacité de 2500 et de 1500 litres mais également de 12 presses et d'une baratte. La fromagerie comptait en 1997 7 sociétaires, son maximum. La fabrication a été stoppée en 2005 et la vente s'est arrêté en 2008.

  • Salle des pompes

La salle des pompes a été construite en 1892. La source de ce bâtiment est la fontaine noire de Chapois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune apparait en arrière plan sur une tablette lors de l'épisode 60 (6e saison épisode 12 : La pilule de l'oubli) de la série télévisée PJ

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Échiqueté d'argent et d'azur de cinq tires, au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or brochant sur le tout.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]