Ancien Testament

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ancien testament)
Aller à : navigation, rechercher
Ancien Testament, une page de la bible de Gutenberg, composée à partir de la Vulgate de Saint Jérôme

L'Ancien Testament ou Ancienne Alliance[1] (en grec : Ἡ Παλαιὰ Διαθήκη / Hê Palaià Diathếkê) est l'ensemble des écrits de la Bible antérieurs à Jésus-Christ[2]. L'Ancien Testament est donc tout à la fois la Bible juive (également appelée Bible hébraïque ou Tanakh), et la première partie de la Bible chrétienne[3]. Le Nouveau Testament, deuxième partie de la Bible chrétienne, est l'ensemble des livres relatifs à la vie de Jésus-Christ (Évangiles, Actes des Apôtres, Épîtres, Apocalypse)[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot testament vient du latin testamentum (testament ; témoignage), lui-même traduit du grec διαθήκη / diathếkê : (testament, contrat, convention). Dans un sens religieux, testament signifie « alliance »[2].

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Datation de la Bible.

Ce qu'on appelle Ancien Testament provient d'un ensemble de textes religieux rédigés pour sa très grande majorité à l'origine en hébreu et qui nous est parvenu sous la forme de copies[4]. Le reste a été écrit en araméen ou en grec (tous les livres du Nouveau Testament ont été rédigés en grec)[2].

Un certain nombre de ces écrits compose la Bible hébraïque, nommée TaNaK ou Tanakh, par abréviation des noms en hébreu des parties qui le composent : Torah (la Loi), Neviim (les Prophètes), Ketouvim (les Écrits).

Cette Bible hébraïque est traduite en grec à partir du milieu du IIIe siècle av. J.-C., en commençant par le Pentateuque (Torah). Cette traduction grecque, connue sous le nom de Septante, est largement utilisée par la communauté juive d'Égypte[2]. Au fil du temps, elle s'étoffe d'autres livres. Vers 132 av. J.-C., la Loi et les Prophètes sont déjà traduits en grec. D'autres livres (notamment les Écrits) sont ensuite encore traduits de l'hébreu, mais certains livres sont aussi directement rédigés en grec, si bien que les textes religieux en hébreu et en grec divergent[5].

L'Église chrétienne primitive se fonde sur cette version grecque des Septante. C'est pourquoi son Ancien Testament comprend, en plus des livres du Tanakh juif, d'autres livres ainsi que quelques compléments dans les livres d'Esther, Daniel... Ces textes sont appelés livres deutérocanoniques dans l'Église catholique. Les Églises orthodoxes, qui les reconnaissent comme canoniques, ne les désignent par aucun terme particulier.

Les Églises protestantes ont un Ancien Testament calqué sur la Bible hébraïque.

La version latine de l'Ancien du du Nouveau Testament[6] en usage dans l'Église est faite par saint Jérôme de 392 à 410. Elle porte le nom de Vulgate[2].

Jean-Louis Ska, jésuite et professeur d'Ancien Testament, parle de bibliothèque nationale, comparable par le concept et non les dimensions, aux bibliothèques d'Alexandrie, du roi Assurbanipal à Khorsabad et aux archives de plusieurs cités antiques retrouvées par des archéologues. Dans le second livre des Maccabées (Ier siècle av. J.-C.), on trouve la mention d'une bibliothèque fondée par Néhémie. Judas Maccabée recueille les livres les plus importants pour Israël et les met à la disposition de la communauté hébraïque d'Égypte (2M 2,13-15)[7].

Canon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Canon (Bible).

Il est difficile de situer le moment à partir duquel l'Ancien Testament est constitué en canon par les chrétiens. Au IIe siècle, l'Église de Rome décide de rejeter l'hérésie de Marcion, qui prétend supprimer toute référence aux écrits vétéro-testamentaires. Ce n'est que plus tard que le canon de la Bible chrétienne est constitué.

Le plan du canon de l'Ancien Testament selon la Septante est le suivant[8] :

  • Pentateuque (Torah) : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome
  • Les livres historiques : Josué, Juges, Ruth, I-II Samuel, I-II Rois, I-II Chroniques, Esdras, Néhémie, Esther, Tobit*, Judith*, I-II Maccabées*
  • Les Hagiographes : Job, Psaumes, Proverbes, Ecclésiaste, Cantique des Cantiques, Sagesse de Salomon*, Ecclésiastique*
  • Les Prophètes : Esaïe, Jérémie, Lamentations, Baruch*, Ezéchiel, Daniel, Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Habaquq, Sophonie, Aggée, Zacharie, Malachie

Les livre dits « deutérocanoniques » dans l'Église catholique sont signalés par une *.

Différences avec le Tanakh[modifier | modifier le code]

L'Ancien Testament chrétien comprend des écrits qui ne se trouvent pas dans le Tanakh, comme les "deutérocanoniques" des catholiques et des orthodoxes. Ces derniers sont appelés Apocryphes par les protestants, et sont transmis par la traduction grecque des Septante. Il s'agit de Tobie, Judith, certains chapitres d'Esther, 1-2 Maccabées, certains chapitres de Daniel, Sagesse, Ecclésiastique (Siracide) et Baruch.

De plus, l'ordre et l'organisation des livres ne sont pas les mêmes. Le Tanakh est divisé en trois parties :

  1. La Torah ("instruction", "enseignement", "loi"), c'est-à-dire le Pentateuque : Genèse, Exode, Lévitiques, Nombres, Deutéronome
  2. Les Nevi'im (Josué, Juges, 1-2 Samuel, 1-2 Rois) et prophètes postérieurs majeurs (Isaïe, Jérémie, Ézéchiel) et mineurs (Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahoum, Habaquq, Sophonie, Aggée, Zacharie et Malachie)
  3. Les écrits : Psaumes, Proverbes, Job, les "rouleaux" (Ruth, Cantique des Cantiques, Qohélet ou Écclésiaste, Lamentations, Esther), Daniel, Esdras et Néhémie, 1-2 Chroniques (l'ordre des livres dans cette troisième catégorie peut varier).

Dans l'Ancien Testament, Job, Psaumes, Proverbes et Ecclésiastique (Siracide) sont placés dans les livres historiques. Ensuite viennent les livres prophétiques : quatre prophètes majeurs :

et les douze petits prophètes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Introduction à l'Ancien Testament, p. 22
  2. a, b, c, d, e et f Encyclopédie Larousse du XXe siècle, Paris, 1932
  3. Histoire visuelle de la Bible, National Geographic, Les Nouveaux Essentiels,‎ octobre 2013, 512 p. (ISBN 9782822900331)
  4. Voir Édouard Dhorme, Introduction à La Bible (Ancien Testament) (Pléiade (Gallimard); p.XVII-XVIII)
  5. Introduction à l'Ancien Testament, p. 102
  6. Traductions de la Bible
  7. J.L. Ska, L'Ancien Testament expliqué à ceux qui n'y comprennent rien ou presque, Bayard (ISBN 978 2 227 48327 9), p. 17- 21
  8. Introduction à l'Ancien Testament, p. 21-22
  9. Baruch ben Neria n'est pas considéré comme prophète par les Juifs et les Protestants
  10. livre deutérocanonique absent des canons juif et protestant ; parfois placé avant les Lamentations

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :