Anarhichas lupus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bar et Loup (homonymie).

Le poisson-loup ou loup de l'Atlantique (Anarhichas lupus) est une espèce de poisson de l'ordre des perciformes vivant près des côtes de l'océan Atlantique Nord.

Description[modifier | modifier le code]

Le loup possède un corps allongé, presque serpentin, de belles nageoires pectorales en éventail. Avec des yeux rapprochés d'un museau qui peut évoquer celui d'un chat, sa tête est joufflue, ses lèvres épaisses et nettement marquées. Il est pourvu de puissantes canines, nombreuses et proéminentes, au bout de la mandibule et sur le pré-maxillaire, ainsi que de molaires implantées dans son palais... C'est probablement cet aspect un peu monstrueux qui lui a valu d'être surnommé le « mangeur de bottes » par les pêcheurs des îles de la Madeleine.

Sa couleur va d'un bleu ardoise jusqu'au vert olive, en passant par le brun violâtre. Les deux tiers du corps sont généralement rayés d'au moins dix bandes transversales foncées, plus ou moins définies. Sa taille maximale connue est de 1,50 m pour un poids extrême de 18 kg.


Distribution[modifier | modifier le code]

Ce poisson est présent des deux côtés de l'océan Atlantique Nord. Sur les côtes européennes, on le trouve en Islande, aux Îles Féroé, au Spitzberg, dans la mer Blanche et sur la côte Mourmane, vers le sud jusqu'à la côte ouest de la France et de la péninsule ibérique. Du côté américain, on le voit du sud du Labrador jusqu'au Cap Cod et parfois au large du New Jersey.

Deux autres espèces voisines, le loup tacheté (Anarhichas minor) et le loup à tête large (Anarhichas denticulatus) sont déjà interdites à la pêche dans le golfe du Saint-Laurent, il est possible qu'il soit comme elles en voie de disparition.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le poisson-loup utilise ses mâchoires puissantes pour broyer des mollusques à coquille, des crustacés et des échinodermes. Il ne mange pas d'autres poissons. On sait qu'il consomme fréquemment de grands bulots (Buccinum), des mollusques bivalves (Polynices, Chrysodomus, Sipho, Mactra), de grands bernard-l'ermites, des étoiles de mer, des oursins et des crabes verts (Carcinus maenas). L'essentiel de son alimentation est constitué d'oursins et de crabes verts, qu'il contribue ainsi à réguler, permettant de maintenir l'équilibre de l'écosystème marin.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Sa peau dégage une odeur prononcée, mais sa chair (qui possède l'avantage d'être très peu parasitée) est blanche et reste ferme une fois cuite.

On peut la trouver délicieuse, voire sucrée. Il faut toutefois bien distinguer ce poisson du véritable loup, ou bar, (du genre Dicentrarchus), considéré comme plus raffiné et d'un prix plus élevé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Référence taxonomiques[modifier | modifier le code]

Video[modifier | modifier le code]