Anarchie militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Anarchie militaire désigne la période de 235 à 253 durant laquelle l'Empire romain subit la première grande crise de son histoire. Durant 18 ans, 18 empereurs se succédèrent, dont au moins 9 usurpateurs ; la plupart ne dépassèrent pas toutefois un an de « règne ». La Gaule fit sécession (260-274), conduite par Postumus, et Palmyre fit de même, conduite par Odénat.

Suivant la mort de Sévère Alexandre, cette période fut marquée par la primauté totale, déjà esquissée avec Vespasien, de l'accession à l'Empire par acclamation de l'armée ; elle aboutit à l'arrivée au pouvoir des Trente Tyrans (253 - 268), puis des Empereurs illyriens (268 - 284).

Chronologie de l'« Anarchie militaire » et des « Trente Tyrans »[modifier | modifier le code]

Période de règne Empereur(s) Remarques
février/mars 235 à mars/avril 238 Maximin Ier le Thrace Assassiné par ses troupes
début 238 Gordien I Gouverneur en Afrique, déclaré coempereur avec son fils Gordien II par acclamation populaire. Se suicida après sa défaite contre le gouverneur de Numidie[1].
janvier/mars ? 238 à janvier/avril ? 238 Gordien II Fils et coempereur de Gordien I. Tué dans la bataille contre le gouverneur de Numidie[1].
avril à juillet 238 Pupien et Balbin Sénateurs élus coempereurs par le sénat romain après l'échec de la Rébellion africaine. Assassinés par les Prétoriens.
mai 238 à février 244 Gordien III Petit-fils de Gordien I - Élu par le sénat romain. Tué dans la bataille contre les Perses sous Shapur I, ou mort par maladie, ou assassiné par le Préfet du prétoire Philippe, qui lui succéda plus tard sous le titre de Philippe l'Arabe.
240 Sabinien Autoproclamé empereur ; vaincu dans une bataille.
février 244 à septembre/octobre 249 Philippe l'Arabe Tué dans une bataille par Dèce, près de l'actuelle Vérone.
248 Pacatianus Autoproclamé empereur ; assassiné par ses propres soldats.
248 Jotapien Par proclamation ?
249 à juin 251 Dèce Désigné par Philippe l'Arabe pour battre Pacatianus. Proclamé empereur par les armées du Danube. Tué dans la bataille contre les Goths.
249 Lucius Priscus Gouverneur de Macédoine sous Dèce, autoproclamé empereur avec l'appui des Goths[2].
250 Julius Valens Licinianus Usurpateur autoproclamé à Rome ; exécuté sur ordre du Sénat[3]
début 251 au 1er juillet 251 Herennius Etruscus Coempereur avec son père Decius. Tué dans une bataille contre les Goths.
251 Hostilien Jeune frère de Herennius Etruscus, à qui il succéda comme empereur. Son autorité ne s'étendit pas au delà de la ville de Rome, où il mourut rapidement d'une épidémie de peste.
juin 251 à août 253 Gallus Proclamé empereur par l'armée après la mort de Decius et de Herennius Etruscus. Coempereur avec son fils Volusien. Assassiné, avec son fils, par ses propres soldats.
juillet 251 à août 253 Volusien Coempereur avec son père Trebonianus Gallus. Assassiné, avec son père, par ses propres soldats.
août 253 à octobre 253 Émilien Gouverneur de Haute-Mésie et de Pannonie qui battit une armée gothe et fut proclamé empereur par ses soldats. Assassiné par ses propres soldats quand ils virent qu'ils ne pourraient pas battre l'armée de Valérien, qui venait venger Trebonianus Gallus.
253 Silbannacus Compétiteur uniquement connu par des monnaies[4]
253 à juin 260 Valérien Gouverneur des provinces rhénanes. Coempereur avec Gallien; capturé par les Perses, mourut en captivité.
253 à septembre 268 Gallien Coempereur avec Valérien de 253 à 260, puis seul de 260 à 268 ; assassiné.
258 ou juin 260 Ingenuus Autoproclamé empereur.
260 Régalien Proclamé empereur.
260 à 261 Macrien Usurpateur autoproclamé empereur ; tué dans une bataille.
260 à 261 Macrien le Jeune Frère de Quiétus ; usurpateur proclamé empereur par son père Macrien.
260 à 261 Quiétus Frère de Macrien le Jeune ; usurpateur proclamé empereur par son père Macrien.
261 à 264 Balliste Usurpateur proclamé empereur en Orient à Émèse ; assassiné par un soldat.
261 à 261 ou 262 Mussius Aemilianus Proclamé empereur.
268 Auréolus Autoproclamé empereur; se livra à Claude II le Gothique.
Chronologie anarchie militaire.png

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hérodien, Histoire, VII, 9
  2. Aurelius Victor, De caesaribus, XXIX, 2
  3. Aurelius Victor, De Caesaribus, 29, 3 ; Epitome de Caesaribus, 29, 5
  4. Sylviane Estiot, L'empereur Silbannacus, un second antoninien, Revue numismatique, 6e série - Tome 151, année 1996, pp. 105-117 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Peachin, Roman Imperial Titulature and Chronology, A.D. 235-284, Amsterdam, Gieben, 1989. (ISBN 90-5063-034-0)

Articles connexex[modifier | modifier le code]