Analyse conversationnelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'analyse conversationnelle ou analyse de conversation (AC) est l'étude du parler-en-interaction. L'AC contribue au développement d'une approche naturalistique et empirique basée sur l'observation située des pratiques verbales et non verbales.

L'analyse de conversation a émergé dans les années 1960 avec les travaux pionniers de Harvey Sacks sur l'organisation structurale des échanges verbaux ordinaires. L'analyse de conversation est influencée par l'ethnométhodologie et les travaux de Erving Goffman sur les propriétés structurelles de l'interaction en face-à-face.

L'hypothèse initiale de l'analyse de conversation est que la conversation ordinaire est un phénomène profondément ordonné, structurellement organisé. Les analyses de conversation s'intéressent spécifiquement à l'organisation séquentielle de la parole. En s'appuyant sur des enregistrements de conversation en situation naturelle, l'objet de l'analyse de conversation est de rendre compte des procédés par lesquels les personnes gèrent de manière routinière les échanges verbaux. Les travaux initiaux de Harvey Sacks et de ses collègues Emanuel A. Schegloff et Gail Jefferson se sont portés sur un corpus d'enregistrements d'appels téléphoniques (adressés à un centre de prévention du suicide). Leurs travaux initiaux ont permis de mettre à jour l'organisation séquentielle des tours de parole. L'objet central est d'analyser les procédés génériques du parler-en-interaction. L'analyse de conversation rend compte de la manière dont l'organisation sociale dans les interactions verbales est coconstruite et maintenue.

Les premiers développements de l'analyse de conversation se sont portés sur l'organisation verbale des échanges. L'objet d'analyse était dans un premier temps la conversation ordinaire, puis s'est élargie à l'analyse de situations institutionnelles (tribunal, débats publics, interviews, appels d'urgence, interactions médicales...). L'usage d'enregistrements audiovisuels a permis la prise en compte de phénomènes multimodaux (regards, gestes...) dans l'analyse de l'organisation du parler-en-interaction.

Les principaux représentants de l'analyse conversationnelle sont : Harvey Sacks, Emanuel A. Schegloff, Gail Jefferson.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Atkinson, J. Maxwell and Heritage, John (eds) (1984). Structures of Social Action: Studies in Conversation Analysis, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Lerner, Gene H. (ed.) (2004) Conversation Analysis: studies from the first generation. Philadelphia: John Benjamins Publishing.
  • Schegloff, Emanuel A. (2007). Sequence Organization in Interaction: A Primer in Conversation Analysis, Volume 1, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Sidnell, Jack and Tanya Stivers (2012) (eds.). Handbook of Conversation Analysis. Boston: Wiley-Blackwell.
  • Ten Have, Paul (1999): Doing Conversation Analysis. A Practical Guide, Thousand Oaks: Sage.
  • Sacks, Harvey. (1995). Lectures on Conversation. Blackwell Publishing. ISBN 1-55786-705-4.
  • Sacks, Harvey, Schegloff, Emanuel A., & Jefferson, Gail (1974). A simplest systematics for the organization of turn-taking for conversation. Language, 50, 696-735.