An die ferne Geliebte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

À la Bien-aimée lointaine An die ferne Geliebte (À la Bien-aimée lointaine en français), opus 98, de Ludwig van Beethoven, est un cycle de six lieder pour voix de baryton et piano composé entre 1815 et 1816 sur des poèmes d'Alois Jeitteles (de) et publié en décembre 1816 avec une dédicace au prince Lobkowitz.

Composition[modifier | modifier le code]

Composé quelques années avant les premières grandes réalisations de Schubert dans ce genre, À la Bien-aimée lointaine est le premier cycle de lieder de l'histoire de la musique. L'opus 98 est une des rares œuvres composées dans la période sombre que traversait alors le compositeur qui, muré dans sa surdité et dans une situation financière délicate, se trouvait de plus en plus isolé. L'identité de la Bien-aimée lointaine à laquelle Beethoven pensait en mettant en musique ces poèmes reste inconnue. Il semble qu'il ne s'agit pas de l’Immortelle Bien-aimée, destinataire de la lettre énigmatique rédigée par Beethoven quatre ans plus tôt, en juillet 1812.

Structure[modifier | modifier le code]

Le cycle comporte six lieder :

  • Lied 1 en mi bémol majeur : « Auf dem Hügel sitz'ich, spähend… »
  • Lied 2 en sol majeur : « Wo die Berge so blau… »
  • Lied 3 en la bémol majeur : « Leichte Segler in den Höhen… »
  • Lied 4 en la bémol majeur : « Diese Wolken in den Höhen… »
  • Lied 5 en ut majeur : « Es kehret der Maien, es blühet die Au… »
  • Lied 6 en mi bémol majeur : « Nimm sie hin denn, diese Lieder… »

Liens externes[modifier | modifier le code]