An-Nisa'

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manuscrit maghrébin du XIIIe siècle ou XIVe siècle de la sourate An-Nisa'.

La sourate An-Nisa' (arabe : ‫النساء‬, les Femmes) est une sourate médinoise, la quatrième du Coran. Elle comporte 176 versets, ce qui en fait l’une des plus longues.

Contenu[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, cette sourate traite de façon détaillée du droit des femmes. D’autres aspect du droit coranique sont abordés, comme l’aumône. La sourate traite aussi du partage de l'héritage. des remarques peuvent être faites à ce sujet par rapport au fait que les femmes reçoivent toujours moins que les hommes en matière d'héritage. Cela n'est pas du sexisme car en islam la femme doit toujours être entretenue et ce même si elle peut subvenir toute seule à ses besoins, elle n'a donc pas besoin d'une part conséquente du dit héritage.

Le quatrième verset autorise la polygamie en islam mais ne donne pas le droit d'aller au-delà de quatre épouses et la polygamie est interdite à celui qui craint de ne pas pouvoir être "juste" envers ses épouses. Selon plusieurs musulmans le terme de justice signifierait que toutes les épouses devraient être aimées au même niveau et de la même manière (chose impossible) alors le verset 129 nous apprend que les hommes ne sauront jamais faire la "justice" entre leurs femmes (le terme de justice est employé dans ce verset par rapport à l’interprétation première du quatrième verset) et ceux même si ils s'y efforcent. la justice recommandée par le Coran entre les femmes est donc une impartialité et non un même amour pour toutes ses épouses.

Un verset éclaire sous un jour particulier la législation de l’alcool en islam : „ Ô croyans ! ne priez point lorsque vous êtes dans l’ivresse ; attendez que vous puissiez comprendre ce que vous proférez ”[1]. On peut conclure[2] de ce verset que l’interdiction de l’alcool dans l'islam ne fut pas telle au début. La sourate 16 considère de même le vin et le miel comme des dons d'Allah.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Verset 43 de la sourate Les Femmes, traduction de Savary disponible sur Wikisource.
  2. Comme Hartmut Bobzin : Der Koran. Eine Einführung, 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]