Amrita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Amrita ou Amrit (sanskrit : अमृत; pendjabi : ਅੰਮ੍ਰਿਤ; tibétain : བདུད་རྩི་, Wylie : bdud rtsi.) est, dans le monde indien, un nectar d'immortalité comparable à l'ambroisie[1]. Elle est la boisson des deva, les dieux de l'hindouisme qui leur a donné l'immortalité. Amrita ou amrit signifie littéralement en sanskrit "non-mort" ; de "a" privatif exprimant la négation et de "mrit" ou "mrita", mort. Le terme est généralement traduit par "nectar d'immortalité". Amrita est utilisé dans les Védas pour désigner le soma, une boisson hallucinogène utilisée dans certains rites.

Il s'agirait d'une substance sécrétée par la glande pinéale, lors des phases de méditation profonde telle que le samādhi pour l'humain; cependant les dieux hindous ont eu aussi leur amrit.[réf. nécessaire]

Une légende de l'hindouisme[modifier | modifier le code]

L'amrit illustre le mythe du Barattage de la mer de lait, selon lequel les dieux, à cause d'une malédiction du sage Durvasa, perdirent leur immortalité. Ils barattèrent alors la mer de lait pour en extraire le nectar d'immortalité. Une fois celui-ci trouvé et bu, il leur permit de regagner leur immortalité et de défaire les démons entre autres grâce à Vishnu qui les avait éloigné pour qu'ils ne puissent pas eux aussi en ingérer.

Dans le sikhisme[modifier | modifier le code]

L'amrit est le nom de l'eau bénite utilisé lors de la cérémonie de baptême (connue sous le nom d'Amrit Sanskar ou Amrit Chhakhna). Cette cérémonie permet l'entrée des sikhs dans la fraternité Khalsa. Elle nécessite de boire cet amrit. L'eau est préparée en y dissolvant divers ingrédients, dont du sucre, puis en les mélangeant avec une épée Khaṇḍā, tout en récitant cinq banis (chants) sacrés.

Dans le bouddhisme[modifier | modifier le code]

L'amrita est associé au vimoksha: la libération, dans le bouddhisme. le terme est même parfois utilisé comme épithète de nirvana. De par sa douceur il est utilisé comme comparaison aux enseignement du Bouddha, comme dans l'expression: une douce (amrita) pluie de dharma[2]. L'amrita, sous son nom tibétain de dutsi, illustre également un mythe du bouddhisme tibétain, selon lequel, lorsque le monstre Rahu fut terrassé par Vajrapāņi, son sang coula sur la surface de la terre, y faisant pousser diverses sortes de plantes médicinales, qui sont aujourd'hui utilisées pour préparer le dutsi.

Une technique yoguique[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire]Le yogi en état de méditation profonde, dhyāna ou samādhi, serait en mesure de sécréter, puis de provoquer par un mouvement particulier de la langue retournée contre le palais, l'écoulement de l'amrita dans sa gorge. Ce mouvement ou mudrā, appelé Khedari Mudrā nécessiterait pour être réalisé que le frein situé sous la langue soit coupé, libérant ainsi plus largement la langue. L'amrit donnerait alors l'immortalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopedia of Hinduism par C.A. Jones et J.D. Ryan publié par Checkmark Books, page 25, ISBN 0816073368
  2. The Princeton dictionary of buddhism par Robart E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, ISBN 0691157863, page 37.


Bibliographie[modifier | modifier le code]