Amplificateur de mesure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amplificateur.

Un amplificateur de mesure (en anglais Instrumentation Amplifier, in-amp ou INA) est un dispositif électronique destiné au traitement de faibles signaux électriques. On le trouve également dans la littérature sous le nom d'amplificateur d'instrumentation.

L'amplificateur de mesure est un élément essentiel dans la partie de conditionnement d'une chaîne d'acquisition : il permet le traitement de signaux issus de capteurs de mesure.

Il est généralement réalisé à partir d'un ou de plusieurs amplificateurs opérationnels (AOP), de telle manière qu'il améliore leurs caractéristiques intrinsèques : composante continue, dérive, bruit d'amplification, gain en boucle ouverte, taux de réjection du mode commun, impédance d'entrée.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Perturbation de mode commun

Les caractéristiques importantes d'un amplificateur de mesure sont celles d'un amplificateur opérationnel.


Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'amplificateur d'instrumentation est réalisé à partir d'amplificateurs opérationnels (AOP).

Caractérisation dynamique d'un AOP

L'AOP est un amplificateur avec un gain différentiel très important. La fonction de transfert idéale s'écrit G=\frac{V_s}{(e_+ - e_-)}.
En réalité l'AOP présente des défauts : courants d'offset et tension d'offset à l'entrée, TRMC, impédance de sortie, variation en fréquence du gain.

Voici un tableau donnant les caractéristiques d'un AOP :

Propriété Ordre de
grandeur
Bipolaire
(LM741)[1],[2],[3]
BiFET
(TL081)[4],[5]
Bimos
(CA3140)[6]
Cmos
(LMC6035)[7]
Amplification Adiff=Vs/(V+-V-) > 105 [8] 2*105 2*105 105 106
Gain Gdiff=20.log(Adiff) > 100 [8] 106 106 100 106
Impédance d'entrée Re (Ω) > 105 [9] 2*106 1012 1,5*1012 > 1013
Impédance de sortie Rs (Ω) < 200 75 100 60
Fréquence de coupure f1 10 Hz[10] ~20 Hz
Courants de fuite I+, I- < 500 nA 80 nA 30 pA 10 pA 0,02 pA
Tension d'offset Voff (mV) < 10 1 3 8 0,5
TRMC Gdiff/Gmc (dB) > 70[8] 90 86 90 96
Tension de bruit (nV/\sqrt{Hz})[11] 18 40 27

Le but de l'amplificateur d'instrumentation est de réduire ces défauts.

Amplificateur différentiel[modifier | modifier le code]

Schéma d'un amplificateur différentiel classique (1 AOP)

L'amplificateur différentiel classique est réalisé à partir d'un amplificateur opérationnel, utilisé en mode linéaire (contre réaction de la sortie sur son entrée négative).

Le gain de ce montage est :

G_d = {R_2 \over R_1}

Le gain peut se régler par une résistance placée entre les points communs des deux R2 préalablement divisées en deux chacune.

Ce montage est principalement utilisé lorsque les contraintes de complexité, de coût, de taille, de faible consommation sont importantes. De plus ce montage autorise des excursions d'entrée au-delà de la tension d'alimentation. Il présente néanmoins certaines limitations : le TRMC du montage correspond au TRMC de l'AOP, l'impédance d'entrée est égale à R1 + R2, donc relativement faible. Ce montage conviendra donc pour des sources de faible impédance, et avec une faible fluctuation de la tension de mode commun.

Il faut également noter que ce montage est à la base de tous les amplificateurs de mesure. Les montages plus élaborés utilisent d'autres AOP pour limiter les inconvénients de l'amplificateur différentiel classique.


Amplificateur de mesure[modifier | modifier le code]

Montage à 2 AOP[modifier | modifier le code]

Schéma d'un amplificateur d'instrumentation à 2 AOP

Le gain de ce montage est

G_d = \left(1+{R_2 \over R_1}\right) (sans R3)
G_d = \left(1+{R_2 \over R_1} +2*{R_2 \over R_3}\right) (avec R3, ce qui permet de contrôler le gain avec une seule résistance variable)


Montage à 3 AOP[modifier | modifier le code]

Schéma typique d'un amplificateur d'instrumentation

Ce montage est le plus utilisé . Son gain est

\frac{V_\mathrm{out}}{V_2 - V_1} = \left (1 + {2 R_1 \over R_\mathrm{gain}} \right ) {R_3 \over R_2}

L'amplificateur d'instrumentation idéal devrait avoir un gain en mode commun (TRMC) nul. En réalité, dans le circuit ci-contre, la valeur de ce gain est déterminée par les tolérances des valeurs des résistances qui rendent le schéma asymétrique, et par le gain de mode commun non nul des deux AOP utilisés. La réalisation de résistances appairées en valeur est la principale contrainte de fabrication des circuits d'instrumentation[12]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Les amplificateurs d'instrumentation peuvent être réalisés avec des AOP individuels et des résistances de précision, mais ils sont aussi disponibles en circuits intégrés chez de nombreux fabricants (Texas Instruments, Analog Devices, Linear Technology, etc.). Généralement ces circuits offrent de très bons TRMC, du fait de la fabrication très précise des résistances intégrées (découpe au laser).

Applications[modifier | modifier le code]

Usage dans le cadre des boucles PLL[modifier | modifier le code]

  • Comparateur de phase :

L'amplificateur différentiel est un élément idéal pour le comparateur de phase de la boucle à verrouillage de phase. En effet, l'objectif d'un comparateur de phase d'une PLL est de délivrer une tension d'erreur représentative du décalage paramétrique des deux entrées du comparateur. Or le rôle d'un amplificateur différentiel est de réjecter le signal commun de ses entrées pour amplifier uniquement la composante différentielle ; et dans le cas présent de la boucle PLL cette composante différentielle représente le signal d'erreur du comparateur de phase destiné à corriger les dérives de l'oscillateur VCO.

  • Oscillateur VCO :

Dans le cadre des oscillateurs VCO, la tension différentielle délivrée par l'amplificateur différentiel permet de polariser la diode varicap du VCO. Autre avantage, l'offset intrinsèque du VCO peut être parfaitement maîtrisé grâce à la possibilité de réglage précis du courant BIAS de l'amplificateur différentiel. Cette technique permet aussi de réduire considérablement le bruit de phase du VCO dû aux perturbations du courant de polarisation.

Quelques circuits très courants d'AOP à un circuit[modifier | modifier le code]

  • AD620
  • INA111

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Horowitz, Winfield Hill, Traité de l’électronique analogique et numérique [« The Art of Electronics »], vol. 1 : Techniques analogiques, Elektor,‎ 1996 (ISBN 978-2-86661-070-8 et 978-2866610708)

Références[modifier | modifier le code]

  1. LM741 Operational Amplifier Datasheet (national)
  2. LM741 Operational Amplifier Datasheet (intersil)
  3. µA741 General-purpose Operational Amplifier Datasheet (Texas)
  4. Le terme BiFET désigne un AOP utilisant des transistors JFET en entrée et des transistors bipolaires ailleurs
  5. TL081 Datasheet (national)
  6. CA3140 Datasheet
  7. LMC6035 Datasheet (national)
  8. a, b et c (en) Walt Jung, Op Amp Applications Handbook, Burlington, Newnes,‎ 2004 (ISBN 978-0-7506-7844-5, LCCN 2004053842), « 1-1 : introduction », p. 6 : « Ideal Op Amp Attributes »
  9. (en) Walt Jung, Op Amp Applications Handbook, Burlington, Newnes,‎ 2004 (ISBN 978-0-7506-7844-5, LCCN 2004053842), p. 59 : « Input Impedance »
  10. Pour un AOP compensé
  11. à 1kHz
  12. Smither, Pugh et Woolard, CMRR Analysis of the 3-op-amp instrumentation amplifier, Electronics letters, 2 février 1989

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]