Amphibamidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Amphibamidae ou amphibamidés sont une famille d'amphibiens fossiles de l'ordre des Temnospondyli. Les plus anciens d'entre eux tels que Amphibamus ont été trouvés dans des strates du début du Permien aux États-Unis, tandis que les plus récents, Micropholis, ont vécu au début du Trias dans l'actuel bassin de Karoo en Afrique du Sud. Selon certaines études phylogénétiques, les amphibiens modernes, dont les grenouilles et les salamandres, descendraient d'un ancêtre commun qui a été un amphibamidé.

Classification[modifier | modifier le code]

Cladogramme de Schoch et Rubidge (2005)[1]:

Amphibamidae 

Micropholis




Eoscopus




Platyrhinops




Doleserpeton



Amphibamus






Cladogramme de Huttenlocker et al. (2007)[2]:

Amphibamidae 


Platyrhinops




Amphibamus



Doleserpeton






Eoscopus




"Tersomius" mosesi




"Tersomius" sp.




Plemmyradytes



Micropholis







Cladogramme de Fröbisch et Reisz (2008)[3]:

Amphibamidae 


Georgenthalia




Eoscopus




Plemmyradytes




Platyrhinops




Doleserpeton




Gerobatrachus



Amphibamus










Tersomius




Micropholis



Pasawioops





Relations avec les batraciens[modifier | modifier le code]

Les Amphibamidae contiennent le genre Gerobatrachus qui a été interprété comme un taxon-frère des batraciens, des amphibiens modernes[4]. Cela ferait des Amphibamidae un taxon paraphylétique, car il ne pourrait contenir tous les descendants du dernier ancêtre commun des amphibamidés. Si Gerobatrachus est le taxon-frère des batraciens, alors tous les amphibiens modernes descendent d'un ancêtre amphibamidé. On trouvera ci-dessous un cladogramme modifié d'Anderson et al. (2008) montrant batraciens dans les Amphibamidae avec le genre Gerobatrachus comme taxon-frère des batraciens :

Amphibamidae 


Tersomius



Micropholis





Eoscopus




Platyrhinops




Amphibamus




Doleserpeton




Gerobatrachus


 Batraciens 


Anura



Triadobatrachus





Caudata



Albanerpetontidae










L'analyse cladistique d'Anderson et al. (2008) a soutenu une hypothèse polyphylétique d'ascendance des amphibiens modernes, certains groupes d'amphibiens actuels étant des descendants de temnospondylés tandis que d'autres seraient des descendants de lépospondylés, un autre grand groupe d'amphibiens du paléozoïque[5]. Les Gymnophiona étant imbriqués dans les Lepospondyli, fait des Lissamphibia un groupe polyphylétique. Toutefois, le classement des batraciens dans les Amphibamidae a été contesté et d'autres hypothèses d'ascendance lissamphibienne demeurent. Certains auteurs dans des études plus récentes ont suggéré que les conclusions d'Anderson et al. (2008) sont peut-être fausses et que les lissamphibiens sont des descendants de lépospondylés[5]. Cela ferait des Amphibamidae un groupe monophylétique beaucoup moins associé aux lissamphibiens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R.R. Schoch, « The amphibamid Micropholis from the Lystrosaurus Assemblage Zone of South Africa », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 25, no 3,‎ 2005, p. 502–522 (lien [0502:TAMFTL2.0.CO;2 DOI]?)
  2. (en) A.K. Huttenlocker, « Plemmyradytes shintoni, gen. et. sp. nov., an Early Permian Amphibamid (Temnospondyli:Dissorophoidea) from the Eskridge Formation, Nebraska », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 27, no 2,‎ 2007, p. 316–328 (lien [316:PSGESN2.0.CO;2 DOI]?)
  3. (en) N.B. Fröbisch, « A new Lower Permian amphibamid (Dissorophoidea, Temnospondyli) from the fissure fill deposits near Richards Spur, Oklahoma », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 28, no 4,‎ 2008, p. 1015–1030 (lien DOI?)
  4. (en) J.S. Anderson, « A stem batrachian from the Early Permian of Texas and the origin of frogs and salamanders », Nature, vol. 453, no 7194,‎ 2008, p. 515–518 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  5. a et b (en) D. Marjanović, « A closer look at published data matrices reveals support for the "lepospondyl hypothesis" on the origin of Lissamphibia », Abstracts from the 7th Annual Meeting of the European Association of Vertebrate Palaeontologists,‎ 2009, p. 45 (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :