Amor Ben Salem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Amor Ben Salem

Description de cette image, également commentée ci-après

Amor Ben Salem à Lyon, le 27 janvier 2008

Activités Romancier
Chercheur
Historien
Naissance 6 août 1932 (81 ans)
Métouia, Tunisie
Langue d'écriture Arabe

Amor Ben Salem (عمر بن سالم), né le 6 août 1932 à Métouia, est un écrivain tunisien contemporain de langue arabe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de paysans de l'oasis de Métouia, dans le sud de la Tunisie, il étudie à la Zitouna de Tunis (section moderne). Il suit ensuite des études de journalisme et de traduction à l'Université du Caire puis obtient une licence en lettres arabes à l'Université libanaise et un doctorat de grammaire arabe à l'Université Paris 3 sous la direction du professeur Régis Blachère.

Nouvelliste, romancier, dramaturge[1] et historien de la littérature tunisienne moderne et contemporaine[2], il est également professeur à l'École normale supérieure de Tunis et chercheur au Centre d'études et de recherches économiques et sociales au sein de la section des études littéraires.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Le roman Wâha bilâ Zill (واحّة بلا ظلّ), soit « Oasis sans ombre », est publié en 1979 après dix ans de censure. Ce roman traite en effet de deux sujets sociologiques sensibles à l'époque au travers de l'oasis de Métouia : la période collectiviste de la Tunisie qui avait débuté dans les années 1970 avec une réforme agraire importante et une collectivisation des terres agricoles ; l'émigration de la majorité des jeunes villageois vers la France. Ce sujet de l'émigration se retrouve dans le roman Abû ğahl ad-Dahhâs (أبو جهل الدّهّاس) ou « Le Patriarche »[3],[4] à travers les relations au sein des familles d'émigrés du Sud tunisien à Lyon et les problèmes causés par le retour dans le pays d'origine conduisant souvent à l'échec. À travers plusieurs récits croisés sont donnés les points de vue des travailleurs immigrés en France et de leurs familles restées au village.

Dans Dâiratu al-ikhtinâq (دائرة الاختناق), soit « Le Goulot d'étranglement », Ben Salem aborde de façon romancée les événements du Jeudi noir qui opposent en 1978 le pouvoir tunisien à l'Union générale tunisienne du travail et entraîne une grève générale et une répression sévère avec l'emprisonnement de syndicalistes.

Dans Al-asadu wa at timthâl (الأسد والتّمثال), soit « Le Lion et la statue », l'auteur met en scène des animaux anthropomorphes dans le style du livre Kalîla wa Dimna (traduction du Pañchatantra) ; il aborde ainsi les comportements des dirigeants arabes en les comparant à des dieux entourés d'une cour capable de tout pour le pouvoir et l'enrichissement personnel. De même, dans la pièce de théâtre symbolique inspirée de la mythologie phénicienne Achtarût (عشتاروت) ou « Astarté », ce sont les thèmes du pouvoir absolu et de sa déchéance qui sont abordés. Ainsi, Astarté, protectrice du souverain Baal et de sa dynastie, se révolte et incarne la liberté des oppressés qui luttent contre le Dieu gouvernant ; Ben Salem dédicace cette pièce « à tous les peuples du tiers monde sans exception ».

Son recueil de nouvelles Maqâmât al-layl wan nahâr min al-jabal al-ahmar ila al-manâr (مقامات اللّيل و النّهار من الجبل الأحمر إلى المنار) publié sous la forme de maqâmas (مقامات), un genre littéraire spécifiquement arabe, Ben Salem traite les thèmes de l'inégalité sociale dans la société tunisienne moderne, représentée par des animaux vivant dans deux quartiers de Tunis : le quartier des pauvres appelé Al-Jabal Al-Ahmar et le quartier de la classe aisée appelé Al-Manâr.

Dans Sahrî bahrî (صحري بحري), l'auteur décrit à travers ces personnages une société complexe qui touche à la vie de l'aristocratie dans les premières décennies du XXe siècle, au temps du protectorat français de Tunisie. Le héros, un cheikh respectable de la Zitouna, sort du carcan de guide spirituel pour s'adonner à la luxure et à la joie de vivre autorisées à la grande bourgeoisie de l'époque. Ces contradictions et l'hypocrisie sociale crée une petite comédie humaine[5].

Pour son dernier roman, Marwân fi bilâd al-jân (مروان في بلاد الجان), soit « Marwan dans le pays des Djinns », il projette le lecteur dans un univers parallèle où une super puissance fait main basse sur des nations affaiblies, exploite leurs terres et détériore leur environnement, d'où la résistance de ces peuples et leur lutte contre la colonisation et la protection de leur environnement vital. Ben Salem reçoit pour ce dernier roman le prix « mention spéciale du jury » du Comar d'or 2010[6],[7],[8].

Dans le recueil de nouvelles Hikâyât ὸmmi as saliha (حكايات أمّي الصّالحة), la grand-mère du narrateur raconte à ces petits-enfants, lors de soirées d'hiver, ses aventures et les événements historiques contemporains de sa région.

Dans Tukûm wa rawâih (طعوم و روائح), soit « Senteurs et saveurs », les nouvelles sont basées sur une variété de discours et de séries séquentielles. Dans ce recueil, l'auteur utilise comme trame du récit la mémoire des sens chez les protagonistes à travers les circonstances environnantes ou leurs attitudes. Les personnages de ces récits sont de milieux et d'origines différentes. L'auteur relate leurs relations ainsi que leurs comportements envers ces saveurs et ces senteurs lors de l'événement. Ces histoires, dans toute leur diversité de sujets, de temps et d'espace, surgissent de la mémoire des personnages avec beaucoup de nostalgie.

Son dernier recueil de nouvelles, Asatîr Matwiya (أساطير مطوية), soit « Mythologie métouienne », recueillent des histoires courtes sur la mythologie locale de Métouia, une oasis du Sud-Est tunisien. Les aventures des protagonistes sont inspirées par la culture locale et gravées dans la mémoire des gens. Ce recueil reflète la géographie du village, où chaque lieu, chaque source, chaque vallée et colline a sa légende et son histoire. Ces légendes et histoires ont façonné l'imaginaire du village et ont créé l'harmonie au sein de la communauté.

Publications[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • (ar) Dîwân Ibn Duraid (ديوان ابن دريد), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1973
  • (ar) Dîwan Άlî al-Gurâb (ديوان علي الغراب), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1974
  • (ar) Qâbâdu hayâtuhu âthâruhu wâ tafkîruhu al-islâhî (قابادو حياته آثاره وتفكيره الإصلاحي), éd. CERES, Tunis, 1975
  • (ar) Diwân Qâbâdu (ديوان قابادو), éd. CERES, Tunis, 1984
  • (ar) Άli al-Gurâb hayâtuhu wa ́adabuhu (علي الغراب: حياته وأدبه), éd. CERES, Tunis, 1987
  • (ar) Al-adab at tunusî fî al-âhdayn al-murâdî wal husaynî (الأدب التّونسي في العهدين المرادي و الحسيني), éd. Beït El Hikma, Carthage, 1989
  • (ar) Ittihâd al-kuttâb al-tunusiyîn al-qânûn al-asasî wa tarâjum al-a’dâ’ (اتّحاد الكتّلب التّونسيين، الفانون الأساسي و تراجم الأعضاء), éd. Union des écrivains tunisiens, Tunis, 1989
  • (ar) Mukhtârât quasasya likuttâb tunusiyîn (مختارات قصصيّة لكتّاب تونسيّين), éd. Maison arabe d'édition, Tunis, 1990
  • (ar) Mukhtârât li šuară tunisiyîn (مختارات لشعراء تونسيّين), éd. Maison arabe d'édition, Tunis, 1992 (ISBN 9973101081)
  • (ar) Al-kuttâb al tunusiyûn (الكتّاب التّونسيّون), éd. Sahar, Tunis, 1995
  • (ar) Ar-'rasîd al-masrahî bi wizarat al-thaqâfa (الرّصيد المسرحي بوزارة الثّقافة), éd. CERES, Tunis, 1993
  • (ar) Al-tadrib ar-riyadi al-hadith fî kourat al-quadam (التّدريب الرّياضي الحديث في كرة القدم) coécrit avec Kamel Benzarti, éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2007 (ISBN 9789973374004)

Romans[modifier | modifier le code]

  • (ar) Wâha bilâ Zill (واحّة بلا ظلّ), éd. Safâ, Tunis, 1979, rééd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1990 (ISBN 9973121562) et L'Univers du livre, Tunis, 2004 (ISBN 997378622X)
  • (ar) Dâiratu al-ikhtinâq (دائرة الاختناق), éd. Safâ, Tunis, 1982
  • (ar) Al-asadu wa at timthâl (الأسد والتّمثال), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1989 (ISBN 9973120841)
  • (ar) Abû ğahl ad-Dahhâs (أبو جهل الدّهّاس), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1984, rééd. par L'Univers du livre, Tunis, 2005 (ISBN 9973786246)
  • (fr) Le Patriarche, trad. d'Abou Jahl Dahas (أبو جهل الدّهّاس), coll. « Vécu », éd. ICARE, 1993 (ISBN 2907332112)
  • (ar) Sahrî bahrî (صحري بحري), éd. Sahar, Tunis, 1995 (ISBN 9973763645), réed. Sahar, Tunis, 2009 (ISBN 9789973282934)
  • (ar) Marwân fi bilâd al-jân (مروان في بلاد الجان), éd. Sahar, Tunis, 2010 (ISBN 9789973282927)

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

  • (ar) Yawm al-lât (يوم اللاّت), éd. Union des écrivains arabes, Damas, 1979
  • (ar) Achtarût (عشتاروت), éd. Al Janoub, Tunis, 1984, rééd. L'Univers du livre, Tunis, 2004 (ISBN 9973786157)
  • (ar) Bourğ bâbil (برج بابل), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1991 (ISBN 9973121805), rééd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1991 (ISBN 9973121821)
  • (ar) Laylâ wa as-sultân (ليلى و السّلطان), éd. Al Massar, Tunis, 1991
  • (ar) Asfâr al-Ahd al-gâbir (أسفار العهد الغابر), éd. Sahar, Tunis, 1995 (ISBN 9973763424)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • (ar) Al-milyâr (المليار), éd. Nouvelle Maison arabe du livre, Tunis, 1994 (ISBN 9973101421)
  • (ar) Maqâmât al-layl wan nahâr min al-jabal al-ahmar ila al-manâr (مقامات اللّيل و النّهار من الجبل الأحمر إلى المنار), éd. Sahar, Tunis, 1997 (ISBN 9973280180)
  • (ar) Hikâyât ὸmmi as saliha (حكايات أمّي الصّالحة), éd. Sahar, Tunis, 2011 (ISBN 9789973283450)
  • (ar) Tukûm wa rawâih (طعوم و روائح), éd. Sahar, Tunis, 2012 (ISBN 9789973283474)
  • (ar) Asatîr Matwiya (أساطير مطوية), éd. Sahar, Tunis, 2012 (ISBN 9789973283658)

Traduction[modifier | modifier le code]

  • (ar) Al-bahr al-mutawassit (البحر المتوسّط), éd. Alif, Tunis, 1990 (ISBN 9973716485)
    — traduction en arabe des ouvrages La Méditerranée. L'espace et l'histoire et La Méditerranée. Les hommes et l'héritage, tous deux placés sous la direction de Fernand Braudel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rafik Darragi, « The Tunisian Stage: Shakespeare's Part in Question », Critical Survey, vol. 19, no 3, 2007, p. 95-106
  2. (fr) [PDF] Amor Ben Salem, « Les niveaux du dialogue dans la nouvelle tunisienne contemporaine », colloque sur l'écriture chez les jeunes romanciers et nouvellistes arabes, Centre culturel international de Hammamet, 6, 7 et 8 mai 1977, p. 998
  3. Bernard Magnier, « Le Patriarche dans son miroir », Jeune Afrique, no 1717, 2-8 décembre 1993, p. 37
  4. Jean Fontaine, « Arabic-Language Tunisian Literature (1956-1990) », Research in African Literatures, vol. 23, no 2, 1992, p. 183-193 (lire en ligne)
  5. (fr) Badreddine Ben Henda, « Saveurs de fables et résonances de satire sociale », Le Temps, 8 août 2010
  6. (fr) Palmarès du Comar d'or 2010
  7. (fr) Samia Harrar, « La revanche de l'écrit », Le Temps, 1er mai 2010
  8. (fr) « Les lauréats du Comar d'or 2010 », Mosaïque FM, 25 avril 2010