Amina Lawal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Amina Lawal Kurami, née en 1973, est une femme nigériane condamnée à mort pour adultère en 2002, et dont le cas eut un retentissement international.

En mars 2002, Lawal fut condamnée à être exécutée par lapidation par un tribunal islamique à Funtua, dans l'État de Katsina au Nigéria, après avoir donné naissance à une enfant plus de neuf mois après son divorce. L'affaire suscita l'indignation en Occident, et plusieurs prétendantes au titre de Miss Monde boycottèrent le concours, qui se tint au Nigéria cette année-là, en marque de protestation. L'ambassade nigériane aux États-Unis reçut un million deux cent mille courriels de protestation, suite à une émission spéciale consacrée à Lawal sur The Oprah Winfrey Show.

En réponse aux protestations, le Président du Nigéria, Olusegun Obasanjo, déclara au nom de son gouvernement[1] :

[W]e have never entertained doubts that whatever verdict a lower court may give, the appellate courts will ensure that justice is done. We fully understand the concern of Nigerians and friends of Nigeria, but we cannot imagine or envision a Nigerian being stoned to death. It has never happened and may it never happen.

« [N]ous sommes certains que, quel que soit le verdict prononcé par un tribunal en première instances, les cours d’appel feront en sorte que justice soit faite. Nous comprenons tout à fait le souci des Nigérians et des amis du Nigéria, mais nous n’imaginons pas qu’un Nigérian ou qu’une Nigériane puisse un jour être exécuté(e) par lapidation. Cela ne s’est jamais produit, et j’espère que cela ne se produira jamais. »

Le 25 septembre 2003, la condamnation de Lawal fut annulée par une cour d'appel islamique[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "Nigerian Embassy’s Statement On The Fate Of Amina Lawal", ambassade du Nigéria aux Pays-Bas, 7 mai 2003
  2. « Amina Lawal échappe à la lapidation », Libération.fr,‎ 26 septembre 2003 (consulté le 4 septembre 2010)

Sources[modifier | modifier le code]