Amiens Sporting Club Football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amiens SC)
Aller à : navigation, rechercher

Amiens SC

Logo du Amiens SC
Généralités
Nom complet Amiens Sporting Club Football
Noms précédents Amiens Athlétic Club (1901-1961)
Sporting Club d'Amiens (1961-1989)
Fondation 6 octobre 1901
Statut professionnel 1933-1937
1945-1952
1991-2014
Couleurs noir, blanc et gris
Stade Stade de la Licorne
(12 097 places)
Siège Rue du chapitre
80000 Amiens
Championnat actuel National (D3)
Président Drapeau : France Bernard Joannin
Entraîneur Drapeau : France Samuel Michel
Site web www.amiensfootball.com
Palmarès principal
National[1] Finaliste de la Coupe de France (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de football National 2014-2015
0

L’Amiens Sporting Club Football, abrégé en Amiens SC ou ASC, est un club de football français amateur fondé en 1901 et situé à Amiens en Picardie.

Le club est fondé sous le nom d'Amiens Athlétic Club, puis change de nom une première fois en 1961 pour s'appeler Sporting Club d'Amiens après une fusion avec le club d'Amiens Sports. En 1989, le club change une nouvelle fois d’appellation et devient l’Amiens Sporting Club, nom sous lequel il est connu aujourd'hui. L'Amiens SC dispute ses matchs à domicile au stade de la Licorne, et évolue en blanc à domicile et en noir à l'extérieur. Le club dispose depuis septembre 1996 d'un centre de formation.

Au cours de son histoire, l'Amiens SC a effectué l'essentiel de ses saisons aux deuxième et troisième niveaux du football français, participant notamment à trente-six saisons de Division 2. En plus de cent ans d'activité, le club n'a cependant jamais atteint la première division. Avant le début du professionnalisme en France en 1932, l'Amiens AC est l'un des meilleurs clubs français. Il remporte régulièrement le championnat de Picardie USFSA, puis devient deux fois champion du Nord dans les années 1920, tout en obtenant de bons résultats en Coupe de France. Tout d'abord réticent à l'adoption du professionnalisme, l'Amiens AC adopte ce statut en 1933 et prend part au premier championnat de France de Division 2, sans parvenir à monter en Division 1 par la suite. Le club abandonne le statut professionnel en 1952 et redevient amateur, participant jusqu'en 1970 au championnat de France amateur et à la Division d'Honneur du Nord. En 1970, le club retrouve la Division 2 grâce à une réforme des compétitions, puis oscille dans les années 1970 et 1980 entre la Division 2 et la Division 3. En 1991, le club retrouve le chemin du professionnalisme près de quarante ans après l'avoir quitté. Depuis cette date, le club s'est régulièrement maintenu en Division 2, devenue la Ligue 2, sans toutefois réussir à monter en Ligue 1.

L'Amiens SC n'a remporté aucune compétition nationale au cours de son histoire. Son principal fait d'armes est une finale de Coupe de France en 2001 alors que le club évoluait en National, troisième niveau du football français, performance que seuls quatre clubs ont réussie alors qu'ils évoluaient à un niveau inférieur à la deuxième division. L'Amiens SC n'a cependant pas remporté cette finale, défait aux tirs au but.

Le club est actuellement présidé par Bernard Joannin, et l'équipe première, entraînée par Samuel Michel depuis juillet 2014, évolue en National lors de la saison 2014-2015.

France relief location map.jpg
City locator 4.svg
Amiens
Voir l’image vierge
Localisation d'Amiens.

Historique[modifier | modifier le code]

Dates clés

Les débuts du club (1901-1952)[modifier | modifier le code]

Genèse de l'Amiens Athlétic Club (1901-1919)[modifier | modifier le code]

Photo de l'équipe de l'Amiens AC en 1910
L'Amiens AC atteint en 1910 les quarts de finale du championnat de France USFSA.

Le football-association apparaît dans la ville d'Amiens dès 1880 avec la création d'un Football Club d'Amiens, club éphémère qui pendant deux ans regroupe une vingtaine de membres[d 1]. À cette époque, le sport est surtout joué dans les établissements scolaires pour former les plus jeunes à la culture physique. Dans ce cadre, Monsieur F. Benoît, professeur agrégé d'histoire, fonde en janvier 1899 l'Association du Lycée d'Amiens pour contribuer, par des excursions, des lectures et des activités physiques, au développement de l'esprit et du corps des lycéens[d 2]. Monsieur Dessagnes, professeur agrégé d'anglais, succède rapidement à M. Benoît à la direction de la société. Ayant vécu en Grande-Bretagne, où le football s'était déjà développé, il introduit ce sport et ses règles du jeu britanniques dans la société[d 2]. Dès la fin de l'année 1899, une équipe de football est constituée et rencontre les formations des autres lycées du Nord de la France[d 2],[note 1]. Vers la fin de leur scolarité, désirant poursuivre la pratique du football en dehors du cadre scolaire, les frères Henri-Frédéric et Robert Petit, Georges Barbion, André Hullin et Émile Thuilliez, membres ou ex-membres de l'Association du Lycée d'Amiens, décident de fonder leur propre club[h 1]. L'Amiens Athlétic Club est alors officiellement fondé le 6 octobre 1901 par ce groupe de cinq jeunes gens[2],[note 2]. L'Amiens AC dispute alors sa première rencontre dès octobre 1901 face à Saint-Quentin sur le terrain du vélodrome du boulevard de Châteaudun, l'un des boulevards extérieurs de la ville, les Amiénois écrasant leurs adversaires par quatorze buts à zéro[2]. En avril 1902, sous l'impulsion du premier président de l'AAC, Henri-Frédéric Petit, le comité de Picardie de l'USFSA, une fédération sportive française omnisports, est fondé[d 3]. L'Amiens AC participe dès lors au Championnat de Picardie USFSA mis en place de 1903 à 1914 et en 1919 après la Première Guerre mondiale. Les Amiénois survolent ce championnat, remportant tous les titres, à l'exception des championnats 1907 et 1919 remportés par le SC Abbeville et le Stade vélo club Abbeville[3].

Inauguration du stade de la rue Henri Daussy de l'Amiens AC
L'Amiens AC inaugure son premier stade de football en 1909.

Le vainqueur de chaque championnat régional USFSA étant qualifié en fin de saison pour le Championnat de France USFSA, disputé sous forme de matchs à élimination directe, l'Amiens AC y participe presque chaque année. Le club accroche trois places de quart de finaliste en 1903, 1906 et 1910, et une place de demi-finaliste en 1905, battu cinq buts à un par le RC Roubaix[3]. Les bonnes performances sportives du club et la croissance du nombre de pratiquant et de l'intérêt des spectateurs pour le football poussent alors les dirigeants du club à faire construire dès 1909 son premier stade de football dans le parc de la rue Henri Daussy d'Amiens, et à créer ses propres compétitions, pour permettre à ses joueurs de disputer davantage de rencontres. Ainsi, en 1904, l'Amiens AC fonde la Coupe Jean Cotté, qui réunit pendant huit ans les meilleures équipes françaises et même internationales, des clubs anglais y prenant part[d 4].

En 1914, la Première Guerre mondiale met les activités du club au ralenti[note 3]. En effet, l'armée britannique réquisitionne le stade de la rue Henri Daussy et les joueurs partent au front, obligeant les dirigeants du club à faire jouer pendant cette période des jeunes de seize à dix-huit ans[d 5]. Le club peine à faire venir des adversaires pour ses matchs, Amiens se trouvant à proximité des combats, et se résout à mettre en place à partir de 1915 des rencontres contre des équipes militaires britanniques et françaises, permettant ainsi aux soldats de trouver une distraction grâce au football[d 6].

Les années glorieuses (1919-1933)[modifier | modifier le code]

Portrait du Dr Albert Moulonguet
Le Dr Albert Moulonguet, président du club de 1913 à 1931.

L'Amiens Athlétic Club reprend le cours normal de ses activités après la Première Guerre mondiale, avec le retour de quelques-uns de ses joueurs. De plus, sous l'impulsion de son président, le Dr Albert Moulonguet, le club ambitionne de devenir l'un des meilleurs clubs du Nord. Il commence par se faire construire un nouveau stade dans le quartier Henriville d'Amiens. Il est inauguré le 4 décembre 1921 et prend en 1931 le nom de stade Moulonguet[2]. L'ambition des dirigeants se concrétise au cours des années 1920, qui marquent les années glorieuses de l'Amiens AC, avec le recrutement de nombreux joueurs venus du Nord de la France et de Paris, venus renforcer une équipe alors sponsorisée par les entreprises locales de textile[d 7]. Ainsi, durant cette période, l'Amiens AC rivalise avec les meilleures équipes françaises, et plusieurs joueurs du club sont sélectionnés en équipe de France[4].

Photo de l'équipe de l'Amiens Athlétic Club équipe en 1926
L'Amiens AC remporte en 1927 son deuxième titre de champion du Nord.

En avril 1919, le football se détache de l'USFSA, ce qui met fin au championnat de France USFSA. Les fédérations qui organisaient les rencontres fondent alors la Fédération française de football-association (FFFA), et l'Amiens AC se retrouve rattaché en compagnie des autres clubs de la Somme à la Ligue du Nord, division régionale de la FFFA, qui force les clubs samariens à démarrer dans les divisions inférieures de ce championnat du Nord nouvellement créé[d 8]. Malgré cette contrainte, l'Amiens AC décroche deux ans plus tard en avril 1923 son accession au plus haut niveau du championnat, la prestigieuse Division d'Honneur du Nord[note 4], et prend une nouvelle dimension[d 9],[d 10],[note 5]. Rapidement, l'Amiens AC rivalise avec les grandes équipes nordistes de l'époque, que sont l'Olympique lillois, le RC Roubaix ou encore l'US Tourcoing, à tel point que dès 1924, le club devient champion du Nord, pour un point de plus que l'Olympique lillois[5]. Ces bonnes performances continuent les saisons suivantes. Ainsi, en 1925, l'Amiens AC termine vice-champion derrière le RC Roubaix, puis le club enlève de nouveau le titre de champion du Nord en 1927, loin devant ses adversaires[5]. Ce dernier succès permet au club de participer au championnat de France amateur mis en place entre 1926 et 1929 par les dirigeants du football français[note 6] dans l'espoir de reformer un championnat national après la disparition du championnat USFSA en 1919. En tant que champion du Nord, l'Amiens AC participe au championnat de France amateur 1927, disputé sous forme de poule avec une seule confrontation entre chaque équipe, terminant vice-champion de France derrière le CA Paris[6].

En parallèle des championnats régionaux, les clubs français participent à la seule compétition nationale, la Coupe de France, créée en 1917. Comme en Division d'Honneur du Nord, l'Amiens AC rivalise avec les meilleures équipes, accédant quatre fois aux quarts de finale, en 1925, 1928, 1931 et 1934, et une fois aux demi-finales, en 1930. Sans toutefois réussir à remporter la compétition, le club s'impose comme une équipe de premier plan au niveau national. Lors de la Coupe de France 1930, l'Amiens AC élimine successivement la JA de Saint-Ouen, le RC Arras, le RC Roubaix et l'UR Dunkerque-Malo avant de se retrouver contre le RC France en demi-finale[7]. Le 6 avril 1930, les deux équipes se retrouvent au stade olympique Yves-du-Manoir à Colombes pour disputer cette demi-finale, les deux équipes se séparant à la fin du temps règlementaire sur le score de un but partout[7]. Selon les règles en vigueur à l'époque, le match est donc à rejouer. Les deux formations de retrouvent alors deux semaines plus tard le 19 avril 1930, toujours à Colombes[7]. L'Amiens AC ouvre le score en première mi-temps grâce à Marcel Braun, puis Marcel Galey égalise pour le Racing en deuxième mi-temps[7]. Les Amiénois encaissent alors deux buts dans les dix dernières minutes, qui les privent de finale contre le FC Sète[note 7]. L'Amiens AC s'incline donc trois buts à un, et dans le Miroir des Sports, le journaliste évoque « une défaillance subite des arrières amiénois »[8].

Photo d'une action de jeu de la demi-finale de la Coupe de France 1930 Amiens AC-Racing
Malgré les efforts de son attaquant Paul Nicolas, l'Amiens AC est éliminé par le RC France en demi-finale de la Coupe de France 1930.

À cette époque, le football est de plus en plus assimilé à un spectacle, et devient un enjeu économique important, les matchs générant des recettes conséquentes et augmentant l'activité du commerce local[d 11]. Cependant, le football étant un sport sous statut amateur, la loi empêche les clubs de rémunérer ses joueurs. Les dirigeants des clubs français doivent alors trouver des solutions pour faire venir les meilleurs joueurs dans leur équipe, et la plupart contournent la loi en pratiquant l'amateurisme marron, qui consiste à rémunérer indirectement les joueurs, en leur offrant par exemple la gestion d'un commerce ou un emploi dans une entreprise locale. Ainsi, dès 1925, l'Amiens AC entretient des liens étroits avec les entreprises locales en matière de sponsoring, comme la maison de confection Devred, qui emploie de nombreux joueurs[d 12]. Un cas criant est celui de l'attaquant Paul Nicolas, futur sélectionneur de l'équipe de France, qui lors de son transfert en 1928 est annoncé hôtelier, puis cafetier, pour finalement se voir offrir la gestion d'une poissonnerie[d 12].

Ce phénomène, qui se généralise en France, est l'un des points qui pose la question du passage des joueurs et des clubs français au statut professionnel. Finalement, à la suite de nombreuses discussions, le Conseil national de la FFFA vote le 17 janvier 1931 le principe de l'instauration du professionnalisme, et définit en janvier 1932 sa réglementation, dont la création d'un championnat de France professionnel[d 13]. La FFFA est seule à pouvoir donner l'autorisation aux clubs le passage au professionnalisme, et donc la possibilité de participer au premier championnat de France de l'histoire du football français, à laquelle peut légitimement prétendre l'Amiens AC, étant l'un des clubs français de premier plan[d 13]. Cependant, le 10 juin 1931, une commission constituée de dirigeants et de mécènes du club se prononce avec un avis défavorable sur le professionnalisme : « l'Amiens AC ne veut pas devenir un club professionnel ni à tendances professionnelles. L'AAC est un club omnisports et il restera dans toutes ses sections sous le régime de l'amateurisme »[h 2]. Finalement, le club revient sur sa décision et dépose une demande d'autorisation à utiliser des joueurs professionnels, qui est acceptée le 4 avril 1932. Alors que l'Amiens AC fait partie en juin des vingt-et-un clubs du groupement des clubs autorisés (GCA), des tensions entre le GCA et la Ligue du Nord poussent le club à démissionner le 27 juin et à renoncer au professionnalisme[9],[note 8]. Cette décision voit l'exode inévitable des meilleurs joueurs du club vers ceux passés professionnels[d 14]. Le club continue alors d'évoluer dans un championnat du Nord sans saveur, privé de ses meilleurs clubs passés professionnels, comme l'Olympique lillois et l'Excelsior AC Roubaix[d 14]. L'Amiens AC, qui manque son rendez-vous avec l'histoire du football français, connaît alors une saison 1932-1933 assez terne, le club n'arrivant pas à offrir à son public les bons résultats des années précédentes[d 14].

Débuts professionnels (1933-1952)[modifier | modifier le code]

Peu après avoir renoncé au professionnalisme, les dirigeants de l'Amiens Athlétic Club prennent conscience que leur équipe ne figure plus parmi les plus prestigieuses de France. Le président, le Dr De Butler, précise à ce propos qu'il « s'emploiera pour que l'AAC reste parmi l'élite du football français »[d 15]. Il décide alors, avec les autres dirigeants du club, d'envoyer en juin 1933 à la FFFA leur demande officielle d'affiliation au professionnalisme, qui est acceptée[d 16]. Le club recrute alors une dizaine de joueurs pour sa première saison professionnelle, que les Amiénois débutent dans le championnat de Division 2 nouvellement créé[d 16]. Pendant quatre saisons, l'Amiens AC participe à ce championnat de Division 2, engageant des sommes d'argent de plus en plus importantes pour les transferts des joueurs, leurs salaires et la tenue des matchs. Ainsi, à l'orée de la saison 1935-1936, les dirigeants du club réunissent près de 140 000 francs dans l'espoir de monter en Division 1, mais l'équipe ne finit qu'à la cinquième place et ne gagne pas son accession[d 17]. À force de dépenses conséquentes et de non-accession parmi l'élite des clubs français, l'Amiens AC accumule des dettes importantes, qui s'élèvent jusqu'à 200 000 francs pour la saison 1935-1936, obligeant le club à lancer un appel aux subventions à la mairie d'Amiens et aux commerçants de la ville[d 18]. Malheureusement, les aides financières que le club reçoit ne permettent pas de combler intégralement le déficit, et le 15 juin 1937, l'Amiens AC est contraint de se retirer du groupement des clubs professionnels de la FFFA[d 19]. Alors que le club vient de terminer à la onzième place de la Division 2, celui-ci repart en Promotion d'Honneur du Nord, le deuxième niveau régional[d 19].

Le début de la Seconde Guerre mondiale en 1939 met fin au déroulement initial des différents championnats. La Fédération française de football met toutefois en place un championnat pour les clubs désirant poursuivre leurs activités[note 9]. Ainsi, en 1941, l'Amiens AC prend part à ce championnat dans la zone occupée[note 10], terminant bon dernier avec aucune victoire en seize matchs. Le club renouvelle l'expérience la saison suivante dans un championnat divisé cette fois en groupes Nord et Sud, et finit treizième sur seize équipes. En 1943, ce championnat est transformé par le gouvernement de Vichy, hostile au professionnalisme sportif, en championnat fédéral où les clubs sont remplacés par seize équipes représentant les régions françaises et où les joueurs sont rémunérés par le gouvernement. Cependant, la Picardie ne reçoit pas d'équipe, et les joueurs du club n'y prennent donc pas part. Les clubs français, remontés contre la Fédération qui n'a pas fait grand chose pour empêcher ce championnat fédéral, fondent dès les premiers jours de la Libération le 27 octobre 1944 une Ligue, le groupement des clubs autorisés, dont le nom avait déjà été utilisé en 1932 lors de la création du championnat de France professionnel, qui se charge dès l'année suivante de réorganiser les championnats professionnels de Division 1 et de Division 2.

À la fin de la guerre, l'Amiens AC retrouve ainsi le statut professionnel et prend part au championnat de Division 2 pendant sept saisons, de 1945 à 1952. Les joueurs amiénois terminent leurs six premières saisons dans le milieu du classement, obtenant leur meilleur résultat lors de la saison 1950-1951 avec une septième place[10]. Cependant, les résultats ne suivent pas lors de la saison suivante, le club ne finissant que seizième sur dix-huit équipes[11]. Les dirigeants du club décident alors d’abandonner le statut professionnel, comme en 1937, et de retourner dans le championnat amateur de Promotion d'Honneur du Nord[12]. Le club ne retrouvera le professionnalisme qu'en 1991.

Longue période amateur (1952-1991)[modifier | modifier le code]

Fusion et naissance du Sporting Club d'Amiens (1952-1970)[modifier | modifier le code]

Après avoir connu le professionnalisme à ses débuts en France, l'Amiens AC traverse une longue période d'amateurisme. Entre 1952 et 1970, le club évolue alternativement entre le Championnat de France amateur (CFA), la Division d'Honneur et la Promotion d'Honneur, alors troisième, quatrième et cinquième niveaux du football français. En 1952, le club repart en Promotion d'Honneur, participant pendant deux saisons à ce championnat régional[12]. Il s'agit des deux seules saisons du club passées au cinquième niveau du football français. L'Amiens AC est promu à la fin de la saison 1953-1954 et accède à la Division d'Honneur. Dès leur première saison à ce niveau, les Amiénois terminent à la deuxième place du classement derrière la réserve du Lille OSC, mais seule la première équipe est promue en CFA[13]. Après une quatrième place lors de la saison 1955-1956[14], l'équipe accède au CFA le 28 avril 1957 après trois saisons en Division d'Honneur, terminant la saison avec une seule défaite en vingt-deux matchs[12],[15]. Entre 1957 et 1961, l'Amiens AC participe à ce championnat de CFA, plus haut niveau amateur en France, dans le groupe Nord. Lors des trois premières saisons, les Amiénois réalisent de bonnes performances, terminant quatrième de leur groupe en 1958[16] et en 1960[17], mais surtout en terminant vainqueur du groupe Nord en 1959 le 3 mai après une victoire sur l’Arago Sports Orléanais, sous la direction de l'entraîneur Édouard Harduin[12],[18]. L'Amiens AC se qualifie alors pour la phase finale du championnat en compagnie des vainqueurs des quatre autres groupes régionaux, mais ne remporte pas la compétition. De plus, il n'existe pas à l'époque de système de promotion entre le CFA amateur et la Division 2 professionnelle, et le club n'y accède donc pas. Par la suite, l'équipe ne réitère pas les bons résultats des trois saisons passées, et la saison 1960-1961, la dernière jouée sous le nom d'Amiens Athlétic Club, se clôture par une relégation en Division d'Honneur[19].

Le 21 septembre 1961, l'Amiens Athlétic Club fusionne avec le club omnisports d'Amiens Sports[12]. Amiens Sports, dont le stade se situe à côté de la prison d'Amiens route d'Albert[h 3],[note 11], est issu du Stade Amiénois, fondé en 1909[d 20]. En mélangeant les noms des deux clubs, l'Amiens Athlétic Club est alors rebaptisé Sporting Club d’Amiens, et poursuit son activité sur la base des résultats sportifs et des installations de l'Amiens AC. Sous leur nouveau maillot, les joueurs amiénois continuent de défendre leurs couleurs dans les divisions amateurs. En 1963, le SC Amiens remporte le championnat de Division d'Honneur et retourne en CFA[20]. Le club participe ensuite pendant sept saisons au groupe Nord du CFA, avec les entraîneurs Émilien Méresse puis André Grillon. Les joueurs obtiennent de bons résultats, finissant troisième en 1965[21] et en 1967[22], et deuxième en 1966[23], mais sans parvenir à se qualifier pour la phase finale de la compétition.

En 1970, sous l'impulsion du président de la Fédération française de football Fernand Sastre et de son vice-président Henri Patrelle, une réforme des compétitions est engagée pour casser la barrière existant entre le football professionnel et le football amateur. Le CFA est remplacé par une Division 3 et un système de promotion et de relégation est mis en place entre cette Division 3 et la Division 2, qui passe de seize clubs à trois groupes de seize clubs. Le 30 mai 1970, le conseil fédéral de la FFF donne la liste des clubs qualifiés dans cette nouvelle Division 2, parmi lesquels figure le SC Amiens, grâce notamment à son passé prestigieux, alors que le club vient de finir à la septième place de son groupe[24]. Cette réforme des compétitions permet donc au SC Amiens de retrouver la Division 2 vingt ans après l'avoir quittée.

Le retour en deuxième division (1970-1991)[modifier | modifier le code]

Pendant vingt-et-un ans, entre 1970 et 1991, le SC Amiens traverse une période d'instabilité sportive. En effet, le club oscille entre la Division 2 et la Division 3, connaissant six promotions et six relégations en seulement vingt-et-une saisons. Le club participe même à la Division 4 pendant deux saisons entre 1988 et 1990. L'entraîneur André Grillon, au poste de 1968 à 1977, réussit dans un premier temps à maintenir le club en Division 2, à l'exception d'un court passage en Division 3 lors de la saison 1973-1974. À cette occasion, l'équipe finit à la première place de son groupe pour ne s'incliner ensuite qu'en finale de la compétition face à la réserve du FC Nantes après deux défaites quatre buts à un et quatre buts à deux[25]. Quatre ans plus tard, à la suite d'une nouvelle relégation en Division 3, le SC Amiens survole son groupe[26], puis perd une nouvelle fois en finale, cette fois aux tirs au but contre la réserve du FC Sochaux[25].

Lors de la saison 1978-1979, le club termine à la dernière place de son groupe de Division 2 et est une nouvelle fois relégué en Division 3. Il y reste pendant cinq saisons, finissant à chaque fois dans les premières équipes, mais il n'obtient pas son accession lors des quatre premières saisons, seule la première place du groupe le permettant. Finalement, la saison 1983-1984 est la bonne, le club terminant premier du groupe Nord devant l'US Maubeuge[27]. Le SC Amiens fait alors l'ascenseur entre la Division 2 et la Division 3 pendant quatre saisons, ne parvenant pas à se maintenir en Division 2 mais y remontant immédiatement.

Le club, en proie à des problèmes financiers, dépose le bilan le 24 mai 1987 avec plus de sept millions de francs de dettes[28]. Le tribunal nomme alors Julien Burnay au poste de président pour assurer le redressement judiciaire du club, qui ne doit qu'à la mansuétude de la FFF de ne pas être rétrogradé administrativement dans les divisions régionales[28],[h 4]. Dans cette atmosphère tendue et particulière, le SC Amiens est relégué en Division 3 pour la saison 1987-1988. Alors qu'il s'attend à jouer la montée, le club plonge sportivement en Division 4, finissant premier relégable à un point de l'ES Arques et du CA Lisieux[29]. En 1989, le SC Amiens change une nouvelle fois d’appellation et devient l’Amiens Sporting Club, nom sous lequel il est connu aujourd'hui. Pour sa deuxième saison en Division 4, le club parvient à obtenir son accession en Division 3 sous la direction de l'entraîneur Hugues Jullien, qui poursuit les bons résultats en Division 3, à tel point que l'Amiens SC termine premier de son groupe, validant ainsi son accession en Division 2 le 19 mai 1991[28], et remettant sportivement le club en place après les soucis financiers de la fin des années 1980.

Retour au professionnalisme (depuis 1991)[modifier | modifier le code]

Montée en puissance de l'Amiens Sporting Club (1991-2008)[modifier | modifier le code]

En 1991, l'Amiens Sporting Club retrouve sous la direction des présidents Pascal Pouillot et François Gossart la Division 2, et les chemins du professionnalisme, près de quarante ans après avoir abandonné ce statut[h 5]. L’Amiens SC entre dans une nouvelle ère sportive, en se maintenant dans les divisions professionnelles du football français, et en développant ses infrastructures. En effet, en septembre 1996, le club crée son centre de formation, l'ASC Football Formation, destiné à former les jeunes joueurs en vue de les intégrer dans l'équipe première[30]. D'autre part, le stade Moulonguet, enceinte du club depuis 1921, étant devenu trop vieux et trop petit pour un club qui évolue en Division 2, le club et la ville d'Amiens décident à la fin des années 1990 de la construction d'un nouveau stade de plus de 12 000 places, le stade de la Licorne. Il est inauguré le 24 juillet 1999 avant que le club ne l'investisse à l'occasion de la saison 1999-2000.

Le défenseur Jean-Paul Abalo, ici avec la sélection du Togo, joue à l'Amiens SC de 1995 à 2005.

Alors que le club subit de nombreuses promotions et relégations dans les années 1970 et 1980, les années 1990 et 2000 sont marquées par une certaine stabilité sportive, le club disputant la Division 2 de 1991 à 2009, à l'exception des saisons 1993-1994 et 2000-2001 passées en National, le troisième niveau du football français. Cependant, à chaque fois, l'Amiens SC termine deuxième du championnat et remonte immédiatement en Division 2. Bien que les Amiénois parviennent à se maintenir à ce niveau, ils peinent à y jouer les premiers rôles, finissant régulièrement dans les équipes de milieu de tableau du championnat.

C'est surtout en Coupe de France que le club s'illustre dans cette période. Ainsi, le 24 janvier 1999, en 32e de finale de l'édition 1998-1999, l'Amiens SC élimine à domicile l'AS Monaco et dépasse pour la première fois depuis 1979 ce stade de la compétition[31]. Le club atteint ensuite les 8e de finale, ce qu'il n'avait pas fait depuis 1943, et réédite cette performance lors de la Coupe de France 1999-2000[32]. L'Amiens SC, avec à sa tête l'entraîneur Denis Troch, réalise ensuite un excellent parcours lors de l'édition 2000-2001. En tant que club de National, l'équipe commence au 5e tour de la compétition[note 12], et élimine successivement Bresles, l'Olympique Saint-Quentin, l'US Nœux-les-Mines, l'AS Beauvais, l'ES Lambres, le Stade rennais, Le Mans UC et l'ES Troyes AC, pour se qualifier pour la première finale de Coupe de France de son histoire[33]. L'Amiens SC est alors l'un des trois seuls clubs de niveau inférieur à la deuxième division à avoir atteint la finale de la Coupe de France, après le Nîmes Olympique en 1996 et le Calais RUFC en 2000[34],[note 13]. Après avoir éliminé quatre équipes de niveau hiérarchique supérieur, l'Amiens SC se retrouve en finale le 26 mai 2001 contre un nouveau club de Division 1, le RC Strasbourg. Devant les 78 641 spectateurs du stade de France, les Amiénois tiennent tête aux Strasbourgeois, maintenant le match nul zéro à zéro jusqu'à la fin de la prolongation, obligeant les deux équipes à disputer une séance de tirs au but[35],[36]. Chaque club inscrit ses trois premiers tirs au but, avant que le défenseur amiénois Jean-Paul Abalo voit son tir repoussé par le gardien strasbourgeois, l'international paraguayen José Luis Chilavert, qui se charge ensuite de terminer la séance, marquant le tir au but victorieux du cinq à quatre[36]. L'Amiens SC s'illustre aussi cette saison en Coupe de la Ligue, nouvelle compétition créée en 1994, en atteignant les quarts de finale, son meilleur parcours jusque là, ne chutant que face au futur vainqueur de la compétition, l'Olympique lyonnais[37].

De retour en Ligue 2 pour la saison 2001-2002, l'Amiens SC termine à la douzième place, puis se maintient dans le milieu de tableau les saisons suivantes, seule la saison 2003-2004 étant marquée par un quart de finale de Coupe de France, perdu à domicile contre le Dijon FCO un but à zéro[38]. Au cours de la saison 2006-2007, l'Amiens SC, avec à sa tête l'entraîneur Ludovic Batelli, réalise la meilleure saison de son histoire en terminant quatrième de Ligue 2, à un seul point de la troisième place synonyme de montée en Ligue 1. L'équipe se maintient toute la saison aux alentours de la cinquième place, et pointe ainsi à cinq journées de la fin du championnat à six points du troisième, le Stade Malherbe Caen[39]. Une lutte à distance s'engage alors entre les deux clubs. Cependant, malgré un parcours sans faute ponctué de cinq victoires, l'Amiens SC échoue aux pieds du podium avec soixante-neuf points, à seulement deux points des Caennais et un point du RC Strasbourg[40].

Les Amiénois se remettent mal de cette désillusion, n'obtenant qu'une décevante quatorzième place en championnat la saison suivante, malgré les ambitions affichées du club. Pourtant, à l'opposé, l'Amiens SC s'illustre une nouvelle fois en Coupe de France. En effet, lors de l'édition 2007-2008, le club se qualifie comme sept ans auparavant pour les demi-finales de la compétition. Cependant, celui-ci ne connaît pas la même réussite, et s'incline le 6 mai 2008 face au Paris-Saint-Germain dans un stade de la Licorne affichant complet sur le score de un but à zéro, marquant la fin des années de montée an puissance de l'Amiens Sporting Club[41].

Le spectre de l'amateurisme (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

L'Amiens SC lors d'un match amical contre le Stade de Reims le 16 juillet 2011.

Les performances encourageantes de l'Amiens SC lors des saisons précédentes, que ce soit en championnat ou en Coupe de France, laissent penser au club et à ses supporters que celui-ci peut jouer les premiers rôles en Ligue 2. Pourtant, rien ne va se passer comme espéré. Lors de la saison 2008-2009, le club pointe à cinq journées de la fin du championnat de Ligue 2 à la douzième place, avec sept points d'avance sur le premier relégable, s'acheminant vers une fin de saison tranquille près d'un mois après la prise de fonction du nouveau président du club, Bernard Joannin, qui arrive avec de l'ambition[42],[43]. Cependant, une mauvaise fin de saison du club et un concours de circonstance emmènent l'Amiens SC vers le National. Malgré trois matchs à domicile entre les 34e et 37e journées, les Amiénois ne décrochent que trois matchs nuls et une défaite sur ces quatre matchs, pendant que leurs poursuivants marquent de précieux points, à tel point qu'avant la dernière journée, l'Amiens SC ne compte plus que deux points d'avance sur la zone de relégation[44]. Une défaite de l'Amiens SC, combinée à une victoire de ses deux poursuivants, propulse ensuite le club à la 18e place du classement et vers le National, alors qu'il ne s'était jamais retrouvé en position de relégable avant la dernière journée et qu'il le devient pour la première fois à un quart d'heure de la fin du championnat, quand La Berrichonne de Châteauroux prend l'avantage face à l'AC Ajaccio[45].

Pour son retour en National, l'Amiens SC renouvelle une grande partie de son effectif, mais ne parvient pas à remonter en Ligue 2. À la fin de la saison 2009-2010, le club fait le ménage en ne conservant que trois joueurs professionnels. L'Amiens SC construit alors une nouvelle équipe dans le but de remonter en Ligue 2, sous peine de voir le club perdre son statut professionnel. En effet, le National étant un championnat amateur, les clubs professionnels en provenance de la Ligue 2 ne sont autorisés à garder leur statut professionnel que deux ans au maximum. Malgré cette pression, les résultats sont concluants, le club se situant en troisième position à la moitié du championnat[46]. Finalement, le 13 mai 2011, l'Amiens SC décroche son accession en Ligue 2, à la suite d'une victoire deux buts à un face à l'En Avant de Guingamp, sauvegardant ainsi le statut professionnel du club[47]. Le retour en Ligue 2 est cependant difficile pour les Amiénois, qui finissent dernier du championnat et retournent immédiatement en National à la fin de la saison 2011-2012, avec une nouvelle fois l'obligation de monter en Ligue 2 en deux saisons au plus pour conserver le statut professionnel du club. Cette fois, l'Amiens SC n'y parvient pas, ne finissant que neuvième du National lors de la saison 2012-2013 puis sixième la saison suivante, entraînant la chute de la section professionnelle du club[48].

Structures du club[modifier | modifier le code]

Identité et image[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Historique des maillots à domicile de l’Amiens SC
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1960-70
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1980
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1990
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2007-2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 2010

Les couleurs du club ont évolué à plusieurs reprises au cours de son histoire. En effet, les couleurs historiques de l'Amiens Athlétic Club sont l'azur et le noir[d 7],[49]. Puis, lorsque le club fusionne avec Amiens Sports en 1961 pour devenir le Sporting Club d'Amiens, le bleu et le rouge deviennent ses nouvelles couleurs. Puis, progressivement, ces couleurs sont remplacées par le blanc et le noir.

Dans les années 1960 et 1970, le club joue à domicile avec un maillot bleu, avec différents motifs rouges sur les manches et sur le col, ainsi qu'un short blanc et des chaussettes bleues[50],[51]. Dans les années 1980, le bleu est toujours la couleur dominante. Toutefois, des liserés blancs figurent sur le maillot, marquant l'apparition de cette couleur sur les tenues du club, et les chaussettes deviennent blanches[52]. Le bleu va ensuite disparaître des couleurs du club.

Dans les années 1990, le blanc s'impose comme la nouvelle couleur de l'Amiens SC. Le club évolue alors à domicile avec des maillots, des chaussettes et des shorts blancs, avec des liserés noirs placés à différents endroits selon les saisons. Lors de la saison 2007-2008, le club expérimente un nouveau maillot, rayé blanc et turquoise, loin des couleurs d'origine du club. L'expérience ne dure qu'une saison, pour retourner ensuite à une tenue blanche, toujours utilisée dans les années 2010.

Historique des maillots spéciaux et à l'extérieur de l’Amiens SC
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
110 ans du club
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1980
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1990
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2007-2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 2010

À l'extérieur, l'Amiens SC a également connu des changements dans ses couleurs. Dans les années 1980, la tenue est à dominante blanche, puis devient bleue dans les années 1990. Cette tenue extérieure bleue reste jusqu'au début des années 2000. C'est d'ailleurs dans une tenue entièrement bleue que l'Amiens SC dispute la finale de la Coupe de France 2001. Dans la deuxième moitié des années 2000, le noir devient la nouvelle couleur de l'Amiens SC à l'extérieur.

Au cours de la saison 2011-2012, l'Amiens SC crée un nouveau maillot pour fêter les 110 ans du club[53]. Ce maillot, bleu avec des manches rouges, est censé reprendre les couleurs historiques du club et est étrenné au cours du match contre le RC Lens comptant pour la 6e journée du championnat. Par la suite, l'équipe dispute plusieurs autres rencontres avec ce maillot lors de cette saison.

[modifier | modifier le code]

Le club est fondé en 1901 sous le nom d'Amiens Athlétic Club. Il absorbe rapidement deux clubs, le Racing Club Amiénois en novembre 1907[d 21], puis en avril 1924 l'Étoile Sportive Saint-Pierre[note 14], créée en 1912[d 22], cette fusion permettant au club de récupérer le terrain de l'Étoile pour y installer sa section de hockey sur gazon[d 23]. L'Amiens AC fusionne ensuite avec le club d'Amiens Sports et prend le nom de Sporting Club d'Amiens en mélangeant le nom des deux clubs[note 15]. Amiens Sports était lui-même issu de la fusion opérée en avril 1947 entre le Stade Amiénois, fondé en 1909, et le SC Saint-Leu, fondé en 1921[d 20],[p 1],[p 2],[note 16]. En 1989, le club change une nouvelle fois de nom et devient l'Amiens Sporting Club[note 17], son nom actuel.

Le logo actuel de l'Amiens SC adopte la forme d'un blason et reprend les couleurs et les symboles du club. L'acronyme de l'Amiens SC, ASC, est inscrit en bleu et en gris clair au centre du blason, sur un fond blanc et gris foncé. Autour de cette inscription sont écrits Amiens Football en noir et la date de fondation, 1901, sur un ruban jaune. Deux licornes et deux branchages en gris clair complètent le logo. Ce logo s'inspire des armoiries complètes de la ville d'Amiens, qui représentent deux licornes cabrées entourant le blason de la ville[54].

Logos et blasons du club
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Historique des fusions et changements de nom
Racing Club Amiénois
(xxxx-1907)
 
Amiens Athlétic Club
(1901-1961)
 
Stade Amiénois
(1909-1947)
 
SC Saint-Leu
(1921-1947)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Étoile Sportive Saint-Pierre
(1912-1924)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sporting Club d'Amiens
(1961-1989)
 
Amiens Sports
(1947-1961)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amiens Sporting Club
(depuis 1989)

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Le stade Moulonguet
Le stade Moulonguet, enceinte du club de 1921 à 1999.

La pratique du football, à ses débuts, ne nécessite qu'un terrain herbeux susceptible d'accueillir les sportifs. À Amiens, le parc de la Hotoie, peu éloigné du centre ville, est l'une des rares solutions pour les footballeurs souhaitant pratiquer leur sport[d 24]. En 1902, l'Amiens AC sollicite la mairie pour lui autoriser l'utilisation d'un des carrés de pelouse du parc. La mairie répond favorablement et vote le 13 août une subvention de 250 francs pour couvrir les frais d'installations[d 24]. Cependant, ce terrain ne permet à tous les clubs amiénois de s’entraîner, et très vite, les dirigeants de l'AAC partent en quête d'un autre terrain[d 25]. Dès 1903, le club obtient la location du terrain situé au centre du vélodrome du boulevard de Châteaudun, l'un des boulevards extérieurs de la ville, que les équipes du club avaient déjà eu l'occasion de fouler auparavant[d 26]. Rapidement trop à l'étroit sur la pelouse du vélodrome, l'Amiens AC fini par faire aménager son premier véritable stade de football en 1909 en faisant construire rue Henri Daussy dans le quartier Henriville d'Amiens deux terrains, des vestiaires, une tribune et une piste autour du terrain[d 27]. Le stade est inauguré le 10 octobre, et pour l'occasion, les dirigeants du club décident de renouer avec une vieille tradition remontant à 1435 où le maïeur d'Amiens lançait le ballon aux joueurs de soule[d 28],[note 18]. Pour l'occasion, plus de 1 000 spectateurs assistent au match disputé entre l'Amiens AC et le Racing Club de Roubaix, le meilleur club de France de l'époque[note 19], que les Roubaisiens gagnent six buts à cinq[d 29]. Pendant la Première Guerre mondiale, le stade est réquisitionné par l'armée britannique pour y organiser un service de camouflage, et le club est contraint de déménager sur une pâture[d 30].

Intérieur du stade de la Licorne
Intérieur du stade de la Licorne.

Au sortir de la guerre, pour des raisons évidentes de prestige, le Dr Albert Moulonguet, président de l'Amiens AC, part à la recherche d'un nouveau terrain. Le comité de Picardie de l'USFSA, qui louait des terrains à l'administration des Hospices d'Amiens dans le quartier Henriville depuis 1912, est dissous en 1920[d 31]. L'Amiens AC jette alors son dévolu sur ces terrains nouvellement libres, et les loue dès 1920[d 31]. Le Dr Moulouguet, membre de l'administration des Hospices, se charge de la transaction[d 31]. En octobre 1921, une tribune couverte de 500 places assises est érigée, puis le 4 décembre, le stade de la rue Louis Thuillier est inauguré lors d'un match de Coupe de France que l'Amiens AC remporte face à l'AS française deux buts à un[2],[h 2]. Le stade est ensuite rebaptisé stade Moulonguet en 1931, en hommage au Dr Moulonguet qui quitte la présidence du club la même année en raison de son âge avancé[h 2]. L'Amiens AC dispute dans ce stade ses premiers matchs professionnels en 1933 à l'occasion du championnat de Division 2. La capacité du stade est ensuite portée au cours des décennies à 1 700 places assises[55] et sera le stade du club jusqu'en 1999. Le stade Moulonguet accueil désormais les matchs à domicile de l'équipe réserve[h 2].

En 1999, le club se dote d'un nouveau stade, le stade de la Licorne, reconnaissable par sa haute structure faite de panneaux de verres transparents. Le stade, d'une capacité de 12 097 places et nommé du nom de la créature mythique qui orne le logo de l'Amiens SC, est inauguré le 24 juillet 1999 à l'occasion du Trophée des champions opposant le FC Nantes, vainqueur de la Coupe de France, aux Girondins de Bordeaux, vainqueur du championnat, qui voit la victoire des Nantais un but à zéro[56]. L'Amiens SC dispute son premier match officiel dans son nouveau stade le 7 août contre le Stade lavallois pour le compte de la deuxième journée du championnat de Division 2 1999-2000, et obtient un match nul un but partout[57].

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Les dirigeants de l'Amiens SC décident au milieu des années 1990 de l'ouverture d'un centre de formation. En septembre 1996, faute d'installations adéquates à Amiens, le centre de formation du club ouvre au centre des Trois Doms de Montdidier, à quarante kilomètres d'Amiens[30]. En juillet 2006, la construction d'un complexe est commencée à proximité du stade de la Licorne pour accueillir le centre de formation[30]. Il est inauguré le 15 mai 2009 en présence de deux représentants du Directeur technique national, François Blaquart et Pierre Mankowski[58]. Les jeunes footballeurs disputent leurs rencontres au stade Moulonguet et sur les terrains annexes du stade de la Licorne[59], et poursuivent en parallèle leurs études dans des établissements scolaires en partenariat avec le club[60]. En 2012, le centre de formation était classé par la Fédération française de football à la vingt-neuvième place des centres de formation français, en catégorie 2 classe B[61].

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut du club et des joueurs[modifier | modifier le code]

L'Amiens Athlétic Club est fondé en 1901 en tant que club sportif, régi par la loi sur les associations établie en 1901. Il devient par la suite une entreprise unipersonnelle sportive à responsabilité limitée (EUSRL), qui est ensuite transformée en société anonyme sportive professionnelle (SASP) le 15 janvier 2005, lorsque le club décide d'ouvrir son capital à des actionnaires privés[62].

Les premiers joueurs de l'Amiens AC sont de simples adhérents d'un club, qui doivent payer une cotisation annuelle pour être considérés comme membres de la société[d 32]. Dans les années 1920, de nombreux clubs, dont l'Amiens AC, pratiquent l'amateurisme marron, qui consiste à rémunérer indirectement les joueurs amateurs, pour inciter les meilleurs à rejoindre le club. Ainsi, Maurice Thédié se voit confier la gestion d'un café, Célestin Delmer celle d'une crémerie ou encore Paul Nicolas celle d'une poissonnerie[d 33]. L'arrivée du professionnalisme au club en 1933 change la donne. Les joueurs se retrouvent salariés de l'Amiens AC et sont rémunérés sur la base d'un contrat, dont le montant et la durée ont fortement évolué depuis cette date, à cause de l'évolution conséquente de l'économie du football dans la seconde moitié du XXe siècle. Lorsque le club reprend le statut amateur entre 1952 et 1991, la ville d'Amiens, directement impliquée dans la gestion de celui-ci, propose aux joueurs des emplois. Ainsi, des joueurs comme Paul Imiéla, Robert Buchot ou encore Thierry Dobelle ont occupé des postes de moniteur de sport ou des responsabilités dans les services sportifs de la ville[63].

Éléments comptables[modifier | modifier le code]

La LFP publie depuis 2002 les comptes de résultats des clubs professionnels français. Sur la période allant de la saison 2002-2003 à la saison 2008-2009, l'Amiens SC affiche des résultats financiers proches de l'équilibre, avec des résultats net s'étalant entre des pertes de 380 000 € et des gains de 313 000 €. Les recettes du club sont en grande partie issues de la billetterie des matchs (entre 0,4 et 1,6 M€), des sponsors et de la publicité (entre 1,8 et 2,1 M€), des subventions de la part des collectivités territoriales (entre 0,9 et 1,1 M€) et des droits TV (entre 2,4 et 5,6 M€), alors qu'une part importante des charges réside dans la masse salariale du club (entre 3,0 et 5,6 M€).

Bilans comptables de l'Amiens SC depuis 2002
Saison Championnat Matchs Spon. Sub. Dr. TV Autres Produits Salaires Autres Charges Résultat net
2002-2003[64] Ligue 2 470 1 835 993 2 412 nc nc 3 019 nc nc - 218
2003-2004[65] Ligue 2 587 1 919 970 2 596 nc nc 3 016 nc nc 84
2004-2005[66] Ligue 2 370 1 980 970 3 142 4 568 7 710 3 700 3 981 7 681 61
2005-2006[67] Ligue 2 374 2 020 932 4 980 3 658 8 638 3 942 4 402 8 344 270
2006-2007[68] Ligue 2 540 2 082 933 5 010 3 910 8 920 5 054 5 014 10 068 313
2007-2008[69] Ligue 2 1 631 1 804 1 118 5 629 5 415 11 044 5 600 5 937 11 537 - 211
2008-2009[70] Ligue 2 nc nc nc nc nc nc nc nc nc - 210
2009-2010[note 20] National nc nc nc nc nc nc nc nc nc nc
2010-2011[note 20] National nc nc nc nc nc nc nc nc nc nc
2011-2012[71] Ligue 2 nc nc nc nc nc nc nc nc nc - 380
Légende : Les valeurs sont indiquées en k€. Le résultat net est la différence entre les produits et les charges, auxquelles s'ajoutent l'impôt sur les sociétés, les opérations exceptionnelles et les frais de participation du personnel.

Sponsors et équipementiers[modifier | modifier le code]

L'Amiens AC entretient dès les années 1910 des relations de sponsoring avec les commerçants locaux importants, comme les magasins de vêtements Devred, créés en 1902 à Amiens et l'horloger-bijoutier Léon Maeght, qui investissent de l'argent dans le club et participent à son organisation[d 34].

En 1968, le port de la publicité sur les maillots devient autorisé[72]. Dès lors, le sponsor principal du club s'affiche sur le maillot des joueurs de l'Amiens SC. En premier lieu l'entreprise de confection textile Lee Cooper dans les années 1970 et 1980[h 6],[h 7], puis la mutuelle d'assurance Groupama au début des années 1990[h 8] suivie de l'enseigne d'hypermarché Mammouth[h 9], rachetée par l'enseigne de grande distribution Auchan en 1996, qui devient alors le principal sponsor du club[h 10]. Depuis l'arrivée du président Bernard Joannin en 2009, le principal sponsor du club est l'entreprise d'article de sport Intersport.

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

L'Amiens SC ne possède pas de palmarès au niveau national. Le club n'a jamais remporté le championnat de France, ne s'est imposé ni en Coupe de France ni en Coupe de la Ligue et n'a jamais participé à une compétition européenne. Le seul championnat national où l'Amiens SC s'est illustré est celui de Division 3 (devenu le National), où le club obtient quatre titres de vice-champion en 1974, en 1978, en 2001 et en 2011. Cependant, avant les débuts du professionnalisme en France en 1932, l'Amiens AC se forge un palmarès régional conséquent. Il remporte en effet onze fois le titre de champion de Picardie USFSA entre 1903 et 1919 et deux fois le championnat du Nord en 1924 et en 1927. L'Amiens AC devient de plus vice-champion de France amateur en 1927. Le meilleur classement obtenu par l'Amiens SC au cours de son histoire est une quatrième place en Ligue 2 en 2007. En coupes, le palmarès de l'Amiens SC se compose d'une place de finaliste lors de la Coupe de France 2001.

Palmarès de l'Amiens SC en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions régionales
Championnats
Coupes
Compétitions disparues
Championnats
Coupes
Compétitions disparues

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Championnats[modifier | modifier le code]

Depuis l'instauration du championnat de France en 1932, L'Amiens SC a disputé l'essentiel de ses saisons aux deuxième et troisième niveaux nationaux du football français. Malgré un nombre important de saisons passées en Division 2 et en Ligue 2, trente-six, ce qui en fait l'un des totaux le plus important en France[73], le club n'a jamais atteint le plus haut niveau du championnat, que ce soit la Ligue 1 ou la Division 1. Le club a disputé soixante-quatre saisons au niveau national et dix au niveau régional.

Bilan sportif de l'Amiens SC en championnat depuis 1932[73],[74],[75]
Championnat Saisons Titres J V N D Bp Bc Diff
Championnat de France 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Championnat de France D2 36 0 1282 391 363 528 1545 1903 -358
Division 2 / Ligue 2 (depuis 1945) 32 0 1166 348 338 480 1315 1645 -330
Division 2 (1933-1939) 4 0 116 43 25 48 230 258 -28
Championnat de France D3 27 0 788 368 235 185 1182 796 386
National (depuis 1997) 5 0 188 86 55 47 256 172 84
National 1 (1993-1997) 1 0 34 17 10 7 50 26 24
Division 3 (1970-1993) 10 0 300 152 93 55 475 263 212
CFA (1948-1970) 11 0 266 113 77 76 401 335 66
Championnat de France D4 2 0 52 26 13 13 84 49 35
Division 4 (1978-1993) 2 0 52 26 13 13 84 49 35
Ligue régionale de football 10 0 - - - - - - -

Coupes[modifier | modifier le code]

L'Amiens SC participe aux deux coupes organisées chaque année en France, la Coupe de France, créée en 1917 et organisée par la Fédération française de football, et la Coupe de la Ligue, créée en 1994 et organisée par la Ligue de football professionnel. Le club n'a cependant remporté aucune de ces deux coupes. En Coupe de France, ses meilleures performances sont une finale en 2001, deux demi-finales en 1930 et 2008, et cinq quarts de finales en 1925, 1928, 1931, 1934 et 2004. En Coupe de la Ligue, la meilleure performance du club est un quart de finale en 2001.

Bilan sportif de l'Amiens SC en coupes[76],[77]
Coupe V F 1/2 1/4 1/8 1/16 1/32
Coupe de France 0 1 2 5 10 10 28
Coupe de la Ligue 0 0 0 1 3 7

Records[modifier | modifier le code]

Les victoires les plus larges du club sur un match en Division 2 sont à domicile sept buts à zéro contre l'Olympique Alésien en 1951 et à l'extérieur sept buts à un contre l'AS Troyes en 1947[78].

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Au cours des saisons professionnelles de l'Amiens SC, deux attaquants ont terminé meilleur buteur du championnat de Ligue 2 : Hamed Diallo en 2002 avec 18 buts[79] et David Suarez en 2004 avec 17 buts[80]. Ce dernier a de plus été élu en 2004 en compagnie du milieu de terrain Fabrice Abriel dans l'équipe-type de Ligue 2 des trophées UNFP du football, cérémonie récompensant depuis 1988 les acteurs du football professionnel français[81].

Distinctions personnelles des joueurs de l'Amiens SC en compétitions officielles
Meilleurs buteurs Trophées UNFP du football
Championnats
Trophée UNFP Ligue 2

Personnalités[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Portrait de Henri-Frédéric Petit
Henri-Frédéric Petit, l'un des membres fondateurs du club, en est le premier président, de 1901 à 1903.

Le premier président de l'Amiens Athlétic Club est l'un de ses membres fondateurs, Henri-Frédéric Petit. C'est sous son impulsion qu'est créé en avril 1902 le comité de Picardie de l'USFSA, qui organise les compétitions dans la région[d 3]. Il laisse sa place dès 1903 à Charles Lamy, avocat à la cour d'appel d'Amiens, qui occupe la fonction pendant dix ans[d 35].

Le premier grand président du club est le Dr Albert Moulonguet, qui occupe la fonction pendant dix-huit ans de 1913 à 1931. L'histoire raconte que peu après la création du club, Robert Petit, membre fondateur du club et frère du premier président Henri-Frédéric, l'aborde sur la plate-forme d'un tramway pour lui proposer une carte de membre honoraire, provoquant chez ce dernier une passion qui fera de lui un des piliers du football amiénois[d 36]. En octobre 1909, il est ainsi invité à l'inauguration du stade de la rue Henri Daussy en tant que directeur de l'École de médecine[d 28]. Lors de son mandat, il participe aux transactions qui permettent au club d'investir le terrain où est construit en 1921 le stade qui portera son nom en 1931, le stade Moulonguet. Président lors de la période faste de l'Amiens AC, à une époque où plusieurs joueurs internationaux français évoluent au club, le Dr Moulonguet fait partie de la commission qui se prononce le 10 juin 1931 avec un avis défavorable sur un éventuel passage du club au professionnalisme[h 2]. Il quitte la présidence du club le 17 octobre 1931 de la même année, en raison de son âge avancé, et ne voit donc pas les débuts professionnels du club en 1933[h 2]. Il meurt peu après, en 1940, à l'âge de 81 ans[d 37]. Un autre docteur lui succède, le Dr De Butler. Présent à la commission sur l'éventuel passage du club au professionnalisme en 1931[h 2], il juge peu de temps après que le club, vidé de ses meilleurs éléments passés professionnels, doit « réagir s'[il] veut retrouver les succès d'il y a quelque temps et faire honneur à [son] passé »[d 14]. Le club passe alors professionnel sous son impulsion en 1933.

Plaque commémorant les trois premiers présidents de l'Amiens Athlétic Club
Plaque commémorant les trois premiers présidents de l'Amiens Athlétic Club à côté du stade Moulonguet.

Après la Seconde Guerre mondiale, le club retrouve la Division 2 sous la présidence de M. Jacob[12]. Il est suivi successivement par les présidents Claude Liégent, Yvon Legras, M. Mayeur, M. Boubert et Camille Cavy[82].

Michel Deraeve arrive au club en fin d'année 1979, lorsque le club est amateur et évolue en Division 3. Sous son mandat, le vieux stade Moulonguet est doté d'une nouvelle tribune, le club instaure des contacts avec les grandes entreprises amiénoises et les comités d'entreprise, et développe les espaces publicitaires dans le stade[h 11]. Dès novembre 1984, il émet le vœu lors d'une conférence de presse que le club redevienne professionnel et se dote d'un centre de formation[h 11]. Le 1er avril 1985, Daniel Abet accède à la présidence du club[h 12]. Peu après son élection, il annonce lors d'une assemblée générale que le club présente un déficit de 1,3 million de francs et doit contracter un emprunt de 1,8 million de francs[h 13]. Sa gestion conduit le club à sa perte. Alors que le club vient de descendre en Division 3, il augmente la masse salariale des joueurs en dépit d'une baisse des recettes du stade, puis se débarrasse de plusieurs techniciens jouissant d'une bonne réputation au club, comme Paul Pruvost et Patrick Maison[h 13]. Abet laisse sa place le 4 février 1986 à Gérard Delahaye, directeur de la société Giraudy, dont la gestion ne permet pas de redresser le club[h 13]. Pendant cette période, le club subit un plan de redressement financier et est proche de la liquidation judiciaire. Un an après son accession à la tête du club, Delahaye laisse sa place à Julien Burnay, avocat et ancien directeur des sports de la ville d'Amiens, qui occupe le poste jusqu'en 1991[h 5].

Après les présidences difficiles de Abet et Delahaye, l'Amiens SC retrouve une certaine stabilité avec deux présidents qui travaillent ensemble au club pendant près de vingt ans, François Gossart et Pascal Pouillot. Pouillot est le premier à être en relation avec le club lors d'un procès opposant en 1986 le SC Amiens à son sponsor Lee Cooper, dont l'un des dirigeants est Pierre Pouillot, père de Pascal, avocat de Lee Cooper lors de ce procès[h 5]. Pouillot finit par nouer des contacts avec le club et l'intègre. Il fait la connaissance au début des années 1990 de François Gossart, à la tête d'un cabinet d’architectes, et lui demande d'intégrer le club[h 14]. Gossart devient le président de l'Amiens SC le 5 novembre 1991 avec comme vice-présidents Jacques Lienard, Michel Ponthieu et Pascal Pouillot. Ils réorganisent les structures du club, Gossart s'occupant dans un premier temps de la section professionnelle et Pouillot du secteur amateur et du centre de formation[h 14]. Pouillot prend ensuite la présidence en 1993, avec Gossart comme vice-président. Sous leur impulsion, le club retrouve le professionnalisme, se dote d'un nouveau stade avec le stade de la Licorne, et retrouve des résultats sportifs de premier plan, se maintenant en Division 2 et obtenant de bons résultats en Coupe de France[h 5]. Le 3 avril 2009, peu avant la fin de la saison 2008-2009, marquée par une relégation en National, Pouillot quitte la présidence du club, laissant la place à Bernard Joannin[43]. Pouillot et Gossart sont restés au club en tant que membres de l'Association ASC Football[62].

Liste des présidents de l'Amiens Sporting Club
Nom Période
Drapeau : France Henri-Frédéric Petit 1901-1903
Drapeau : France Charles Lamy 1903-1913
Drapeau : France Albert Moulonguet 1913-1931
Drapeau : France M. De Butler 1931-xxxx
Drapeau : France M. Jacob
Drapeau : France Claude Liégent
Drapeau : France Yvon Legras
Drapeau : France M. Mayeur
Drapeau : France M. Boubert
Drapeau : France Camille Cavy
Drapeau : France Michel Deraeve 1979-1985
Drapeau : France Daniel Abet 1985-1986
Nom Période
Drapeau : France Gérard Delahaye 1986-1987
Drapeau : France Julien Burnay 1987-1991
Drapeau : France François Gossart 1991-1993
Drapeau : France Pascal Pouillot 1993-2009
Drapeau : France Bernard Joannin Depuis 2009

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Au début des années 1920, la pratique du football gagne en rigueur. La recherche de la qualité de jeu, de l'efficacité et de la forme physique de l'équipe devient le but des dirigeants des clubs, qui font alors appel à des spécialistes, les entraîneurs[d 38]. Les dirigeants de l'Amiens AC engagent leur premier entraîneur, l'Anglais Adams, en 1924. Dans les premiers temps se succèdent surtout des entraîneurs étrangers, avec l'Autrichien François de Woggenhuhber, ancien sélectionneur de la Roumanie et de la Hongrie, et les Hongrois Konya et Jules Limbeck (en), ce dernier occupant le poste d'entraîneur-joueur[d 38]. Il est alors fréquent que l'entraîneur soit aussi joueur, ou qu'il soit jeune retraité. Ainsi, Paul Nicolas, entraîneur entre 1933 et 1934, finit sa carrière de joueur à l'Amiens AC en 1931 ; Raymond Demey n'a que 33 ans quand il prend en main l'équipe en 1935, jusqu'au premier abandon du statut professionnel du club en 1937[d 38] ; Louis Finot occupe les deux fonctions dès son arrivée au club en 1942[h 15].

Après le retour du professionnalisme à l'Amiens AC en 1945, plusieurs entraîneurs se succèdent rapidement, ne restant pas plus d'une saison. Le Danois Kaj Andrup est le premier à diriger l'équipe après la Seconde Guerre mondiale et le dernier entraîneur étranger du club. Il est suivi par Pierre Illiet, Mony Braunstein et André Riou. Ce dernier se rappelle que les joueurs jouaient le WM[note 21] et qu'« [ils avaient] une superbe équipe et une chance d'aller en Division 1 »[h 16]. Cependant, cela n'arrivera pas et le club redevient amateur en 1952. Édouard Harduin, qui occupait le poste de demi sous la direction d'André Riou, devient l'entraîneur de l'équipe en 1958 alors que celle-ci évolue en CFA[h 17]. Il est remplacé la saison suivante par Jean Mankowski, également joueur pendant la période André Riou, au poste d'ailier droit[h 16]. Ce dernier ne reste aussi qu'une saison au club, remplacé en 1960 par Émilien Méresse.

Émilien Méresse, sélectionné à une reprise en équipe de France de football en 1936 lors d'un match France-Yougoslavie[83], entraîne l'équipe première pendant huit saisons entre 1960 et 1968. Il est de ce fait le dernier entraîneur de l'Amiens Athlétic Club, mais aussi le premier du Sporting Club d'Amiens après la fusion de l'Amiens AC avec Amiens Sports en 1961. Il entraîne l'équipe en CFA et en Division d'Honneur du Nord et obtient de bons résultats. Méresse arrête sa carrière et quitte le club dans la discrétion la plus totale, remplacé par André Grillon[h 18]. Grillon, sélectionné au poste de défenseur à quinze reprises en équipe de France[84], entraîne l'équipe pendant neuf saisons, de 1968 à 1977, déclenchant l'enthousiasme de la part des supporters et en signant à chaque fois des contrats d'une seule saison[h 18]. Parallèlement à son rôle d'entraîneur, il est appelé à s'occuper de l'équipe de France de football amateur, qu'il dirige notamment lors des Jeux olympiques de 1968, ce qui lui vaut de laisser provisoirement sa place d'entraîneur du SC Amiens à son adjoint Paul Pruvost au début de la saison 1968-1969[h 18]. Le club retrouve la Division 2 vingt ans après l'avoir quittée lors des années Grillon. Adepte de la défense en ligne, le rôle de Grillon dépasse celui d'entraîneur, devenant aussi le manager général du club[h 19]. En 1977, après que le club est relégué en Division 3, il annonce qu'il ne souhaite pas prolonger son contrat et quitte le club pour l'Amicale de Lucé en Division 2[h 19]. Grillon a été nommé « entraîneur d'Amiens du siècle » par les lecteurs du Courrier picard[h 19].

Le club repart en Division 3 en 1977 avec à sa tête Robert Buchot, qui est resté trente-deux ans au sein de l'Amiens SC[h 20]. D'abord en tant qu'attaquant entre 1962 et 1975 sous la direction de Méresse et Grillon, marquant plus de trois cents buts, puis comme qu'entraîneur des équipes A, B et des moins de 18 ans et enfin comme recruteur et superviseur[h 20]. Il connaît avec le SC Amiens une promotion en Division 2 suivi d'une relégation en Division 3, et est remplacé pendant six mois fin 1979 par son adjoint Paul Pruvost, qui reste ensuite au club au poste d'éducateur dans les équipes de jeunes[h 21]. En 1980, Claude Le Roy arrive au club avec d'abord le rôle d'entraîneur-joueur puis simplement le rôle d'entraîneur[h 22]. Persuadé qu'« il y a de réelles possibilités pour réaliser quelque chose à court ou moyen terme », il met en place les structures techniques du club, mais échoue à le faire monter en Division 2[h 22]. Gabriel Desmenez, arrivé en tant que joueur en même temps que Claude Le Roy, remplace ce dernier en 1983 avec un rôle d'entraîneur-joueur[h 23]. Il connaît avec le SC Amiens une promotion suivie d'une relégation en Division 3. Remercié en 1985, il est remplacé par Camille Choquier. Avec son adjoint Robert Buchot, ils réalisent pendant deux saisons les mêmes performances sportives que Desmenez, à savoir une montée suivie d'une relégation[h 24]. Choquier est licencié en 1987 et est remplacé par un ancien joueur du club, Joël Beaujouan, gardien de but de 1974 à 1984. Il précipite pourtant le club en Division 4, et donne sa démission après une nouvelle défaite contre Le Touquet AC. Il dira de cette expérience qu'« [il] n'était pas assez mûr pour entraîner et qu'[il a] donc préféré arrêter »[h 25].

L'entraîneur de l'équipe réserve, Hughes Jullien, encore une fois ancien joueur du club, prend les rênes de l'équipe première en Division 4[h 4]. Jullien fait alors remonter le club en Division 2 en seulement deux saisons, et l'Amiens SC retrouve le professionnalisme sous son impulsion. Il continue sur sa lancée en 1991, maintient l'équipe en Division 2, mais démissionne brutalement quelques journées avant la fin du championnat, laissant la place à son adjoint Emmanuel Hamon[h 26]. Patrick Parizon est alors recruté en 1992 pour diriger l'équipe. Il arrive au club précédé d'une réputation flatteuse, ayant été joueur à l'AS Saint-Étienne de 1967 à 1973 lors de la belle époque des Verts et international français à trois reprises. Parizon est l'un des premiers à parler de la création d'un centre de formation à Amiens, estimant qu'« il y a le potentiel à Amiens », qu'« il faut le structurer, le canaliser et surtout l'attirer et le conserver » et que « la notion de club n'est pas de se limiter à l'équipe fanion »[h 27]. Alors qu'il vient de faire remonter le club en Division 2 et qu'il pense continuer l'aventure, il est remplacé par Arnaud Dos Santos[h 27]. Dos Santos, qui ne connaît que la Division 2 pendant ses quatre saisons au club, tente de le professionnaliser, alors qu'il dispute ses derniers matchs au stade Moulonguet. Il dira de cette expérience qu'il était en totale osmose avec le président Pascal Pouillot, Pouillot tenant le rôle de gestionnaire très strict tandis que lui était très exigeant avec les joueurs[h 28]. En novembre 1998, l'Amiens SC pointe à la dernière place du classement après cinq défaites consécutives, et il est remplacé par René Marsiglia, qu'il avait fait venir au club en tant que joueur en 1994. Avant de recevoir la charge du groupe professionnel, Marsiglia entraîne à l'Amiens SC l'équipe des moins de 17 ans et l'équipe réserve[h 29]. Il parvient à sauver le club de la relégation, mais la saison suivante, le club est relégable en février, ce qui lui vaut d'être démit de ses fonctions. Son remplaçant, Victor Zvunka, arrivé en début de saison comme directeur sportif[h 29], ne réussi pas à sortir le club de la zone de relégation et celui-ci repart en National pour la saison 2000-2001.

Denis Troch, ancien adjoint du Portugais Artur Jorge au Paris SG, sort d'une année sabbatique lorsque le président Pascal Pouillot lui propose le poste d'entraîneur[h 30]. Resté célèbre auprès des supporters pour sa moustache, Troch leur laisse un souvenir indélébile à la suite de ses quatre saisons au club, de par son charisme et ses résultats sportifs[h 30]. Lors de sa première saison, il fait remonter le club en Ligue 2 et l'emmène surtout jusqu'en finale de la Coupe de France. En 2004, alors que le club joue la montée en Ligue 1, l'équipe s'effondre et perd ses six derniers matchs, les derniers de Troch à la tête de l'équipe. Il reste un technicien qui a marqué l'Amiens SC mais aussi les Amiénois[h 30]. Parmi ses successeurs figurent des entraîneurs qui ont obtenu de piètres résultats. En premier lieu, Alex Dupont, qui reste une saison et demi en Ligue 2 avec des résultats moyens, puis Thierry Laurey, qui précipite le club en National en 2009 et enfin son successeur Serge Romano, qui ne reste que quatre mois au club. Entre les périodes de ces entraîneurs, Ludovic Batelli dirige l'équipe à deux reprises, de mars 2006 à 2008 puis d'octobre 2009 à 2012. Arrivé au club en juillet 2000 en tant que responsable du centre de formation[h 31], il reprend à chaque fois l'effectif professionnel alors que celui-ci est en difficulté. Lors de son premier passage, il sauve le club de la relégation en National et lui fait jouer la montée en Ligue 1 en 2007, mais celui-ci finit quatrième. Pendant sa deuxième période au club, il redresse l'équipe en National après le mauvais départ des joueurs de Serge Romano et la fait montée en Ligue 2 en 2011. Batelli est avec Denis Troch l'entraîneur qui a le plus marqué l'Amiens SC ces dernières années[h 32]. L'équipe est entraînée de 2012 à septembre 2013 par Francis De Taddeo, élu meilleur entraîneur de Ligue 2 en 2007 avec le FC Metz[85]. Entraîneur pendant un peu plus d'une saison en National, il ne parvient pas à faire remonter le club en Ligue 2 lors de sa première saison, puis est limogé après seulement six journées lors de la saison 2013-2014, le club étant relégable après avoir déjà perdu quatre matchs alors qu'il vise la montée[86]. Il est remplacé par Olivier Echouafni[87],[88], qui parvient à maintenir le club en National, en terminant sur un série de quinze matchs sans défaite. La saison 2014-2015 voit l'arrivée au poste de Samuel Michel[89].

Entraîneurs de l'Amiens Sporting Club[90],[d 38]
Nom Période
Drapeau : Angleterre M. Adams 1924-xxxx
Drapeau : Autriche François de Woggenhuhber 1930-1933
Drapeau : Hongrie M. Konya 1933
Drapeau : France Paul Nicolas 1933-déc 1934
Drapeau : Hongrie Jules Limbeck (en) déc 1934-1935
Drapeau : France Raymond Demey 1935-1937
Drapeau : France Louis Finot 1942-1943
Drapeau : Danemark Kaj Andrup 1945-1946
Drapeau : France Pierre Illiet 1946-1947
Drapeau : France Mony Braunstein 1947-1948
Drapeau : France André Riou 1949-1951
Drapeau : France Édouard Harduin 1958-1959
Drapeau : France Jean Mankowski 1959-1960
Nom Période
Drapeau : France Émilien Méresse 1960-1968
Drapeau : France André Grillon 1968-1977
Drapeau : France Robert Buchot 1977-1979
Drapeau : France Paul Pruvost 1979-déc 1979
Drapeau : France Robert Buchot déc 1979-1980
Drapeau : France Claude Le Roy 1980-1983
Drapeau : France Gabriel Desmenez 1983-1985
Drapeau : France Camille Choquier 1985-1987
Drapeau : France Joël Beaujouan 1987-avr 1988
Drapeau : France Hughes Jullien avr 1988-1992
Drapeau : France Patrick Parizon 1992-1994
Drapeau : France Arnaud Dos Santos 1994-nov 1998
Drapeau : France René Marsiglia nov 1998-fév 2000
Nom Période
Drapeau : France Victor Zvunka fév 2000-2000
Drapeau : France Denis Troch 2000-2004
Drapeau : France Alex Dupont 2004-mar 2006
Drapeau : France Ludovic Batelli mar 2006-2008
Drapeau : France Thierry Laurey 2008-2009
Drapeau : France Serge Romano 2009-oct 2009
Drapeau : France Ludovic Batelli oct 2009-2012
Drapeau : France Francis De Taddeo 2012-sept 2013
Drapeau : France Olivier Echouafni sept 2013-2014
Drapeau : France Samuel Michel 2014-

Joueurs[modifier | modifier le code]

Catégorie détaillée : Catégorie:Joueur de l'Amiens SC.

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Portrait de Henri Holgard
L'attaquant Henri Holgard est sélectionné en équipe de France en 1908.

Les premiers joueurs licenciés à l'Amiens Athlétic Club sont des jeunes des environs d'Amiens, dont beaucoup ont fait partie de l'Association du Lycée d'Amiens. Ainsi, entre 1901 et 1904, sur la cinquantaine de joueurs passés au club, vingt-deux ont fait partie de l'équipe du Lycée[d 39]. Dès 1904, des joueurs étrangers, des ouvriers britanniques de la manufacture de Conty, situé à vingt kilomètres d'Amiens, sont admis au club[d 39]. Le premier joueur à laisser véritablement une trace dans l'histoire du football amiénois est l'attaquant international Henri Holgard, dont un contemporain disait qu'il « reléguait les attaquants modernes au rang d'enfantelets timides et embarrassés »[h 33]. Pendant la Première Guerre mondiale, à la suite des départs des joueurs mobilisés par l'Armée française, de nombreux jeunes de seize à dix-huit ans prennent place dans les équipes du club[d 6]. Au sortir de la Grande Guerre, les joueurs affluent de nouveau, à tel point que les dirigeants de l'Amiens AC doivent organiser en août 1921 des matchs de sélection où plus de soixante joueurs sont essayés[d 40].

Au début des années 1920, les dirigeants amiénois ambitionnent de devenir une des meilleures formations nordistes. Ils ne peuvent donc plus compter uniquement sur les joueurs locaux comme Urbain Wallet (1922-1931), Lapierre, Grandsert ou Masset, et font appel à des joueurs venus d'autres clubs[d 7]. Des joueurs étrangers arrivent alors à l'Amiens AC, comme les Anglais Thompson (1921-vers 1930) et Sheldon (1923-1927), les Belges Michel (arrivée en 1921) et Aerts (arrivée en 1923) et l'Italien Pierrucci (arrivée en 1924)[h 34],[d 7]. Des joueurs français sont également recrutés, dont de nombreux internationaux ou futurs internationaux, à l'image de Marcel Braun (1921-1932), Maurice Thédié (1922-1925), Édouard Macquart (arrivée en 1923), Georges Taisne (1926-après 1937)[d 41], Paul Nicolas (1929-1931), Célestin Delmer (1930-1932) ou encore Ernest Libérati (1929-1932)[d 7]. Ces choix sont payants, puisque le club parvient à remporter à deux reprises le championnat de Division d'Honneur du Nord. Cependant, en 1932, le club refuse de passer professionnel, et subit l'exode de ses meilleurs joueurs vers les équipes professionnelles[d 14]. Rares sont les joueurs, comme Taisne, à poursuivre l'aventure en amateur. Après l'obtention du statut professionnel en 1933, l'Amiens AC recrute de nouveaux joueurs, parmi lesquels des anciens internationaux comme Augustin Chantrel (1933-1934) et André Tassin (1934-1935), engageant des sommes d'argent de plus en plus importantes[d 17].

Pendant la Seconde Guerre mondiale et la deuxième période professionnelle du club de 1945 à 1952, l'Amiens AC recrute deux joueurs au club voisin du GSP Albert : le défenseur d'origine italienne Lido Albanesi (arrivée en 1945)[h 35] et le gardien de but Jean Capart (1942-1952)[h 36]. Ils côtoient entre autres un autre joueur local, le défenseur Amédée Uchart (1945-1951)[h 37], trois joueurs puis entraîneurs du club, Louis Finot (1942-1944), Édouard Harduin (1947-vers 1955) et Jean Mankowski (1950-1952), et Roger Grava (1942-1943), qui meurt dans le drame de Superga en 1949, où les membres du Torino FC trouvent la mort dans une catastrophe aérienne[h 37]. Avec la chute de la section professionnelle en 1952, la transition se fait avec quelques joueurs locaux qui restent au club malgré le statut amateur, comme Jack Braun (1946-1961), né à Amiens pendant que son père Marcel y est footballeur, et Jacques Falize (1945-1966), qui reste plus de vingt ans au club[h 38],[h 39].

Le mandat de l'entraîneur André Grillon entre 1968 et 1977 a aussi amené son lot de joueurs ayant marqué l'histoire du club : le gardien de but Joël Beaujouan (1974-1982), les défenseurs Paul Imiéla (1965-1980), Claude Xantippe (1964-1971), Roger Lacour (1969-1984) et Johann Svreck (1973-1980), les milieux Jean-Louis Delecroix (1972-1980), Guy Fromholtz (1973-1979) et Pierre Mankowski (1968-1970 puis 1979-1983), et les attaquants Lionel Sachy (1960-1967 puis 1972-1974), Gilles Crapoulet (1974-1979), Hubert Skupnik (1973-1976) et Robert Buchot (1962-1975). Les années 1980 et celles du début des années 1990, passées entre la Division 2 et la Division 4, voient passer des footballeurs d'horizons différents. De jeunes joueurs locaux disputent leurs premières saisons avec l'Amiens SC avant de se faire repérer par des clubs de Division 1, comme Teddy Bertin (1987-1991), repéré par Le Havre AC et Gérald Baticle (1989-1991), par l'AJ Auxerre, alors que d'autres effectuent toute leur carrière à l'Amiens SC, tel le milieu de terrain Thierry Dobelle (1984-1997). L'époque est marquée par des joueurs qui restent de moins en moins longtemps au club, même si plusieurs d'entre eux marquent les supporters malgré un passage de seulement quelques saisons, à l'image de Laurent Bouchez (1979-1982) ou Jean-Pierre Sallat (1981-1984). Quelques joueurs restent néanmoins plus de trois saisons, malgré les promotions et les relégations récurrentes, tels Gabriel Desmenez (1980-1985), Patrick Abraham (1984-1986 puis 1988-1992), Éric Bala (1980-1985), Lionel Beaugrand (1977-1986), Thierry Bonalair (1983-1987) et Martial Boudet (1983-1987). Le club voit même l'arrivée d'un international français, Marc Berdoll (1982), qui effectue un passage éclair de six mois[h 40].

Portrait de Fahid Ben Khalfallah
Le milieu de terrain Fahid Ben Khalfallah commence sa carrière professionnelle à l'Amiens SC.

Le club retrouve le professionnalisme en 1991, et participe à la Division 2 huit saisons jusqu'en 2000, grâce aux performances de joueurs comme Stéphane Adam (1993-1995), Raymond Lokuli (1993-1998), Olivier Pickeu (1995-1998), Philippe Poil (1995-2001), Christophe Raymond (1987-1997 puis 1999-2000), Lakhdar Adjali (1994-1997 puis 2000-2002) et Karel Jarolim (1990-1991). Deux joueurs emblématiques de l'Amiens SC marquent la transition vers les années 2000 : l'international togolais Jean-Paul Abalo (1995-2005) et l'international congolais Oscar Ewolo (1996-2005), qui restent respectivement dix et neuf ans au club, partant tous deux en 2005. Ils participent à l'aventure qui mène les Amiénois jusqu'en finale de la Coupe de France 2001, aux côtés des Emmanuel Duchemin (1997-2003), Julien Lachuer (1996-2003), Arnaud Lebrun (1998-1999 puis 2000-2005), Jean-François Rivière (2000-2003) ou encore Peter Sampil (2000-2002). Lors de son passage en Ligue 2 de 2001 à 2009, le club voit passer de bons joueurs, parmi lesquelles des joueurs issus du centre de formation ouvert en 1996, comme Issiar Dia (2003-2006) et Cyrille Merville (2001-2007). Cette longue période au haut niveau permet à plusieurs jeunes joueurs de débuter leur carrière avec le club avant de se faire repérer par des clubs de Ligue 1, à plus ou moins long terme. Ainsi, Fabrice Abriel (2001-2004), Fahid Ben Khalfallah (2001-2005), Antoine Buron (2003-2009), Joël Sami (2004-2008) commencent véritablement leur carrière avec l'Amiens SC. Deux attaquants sont aussi devenus meilleur buteur du championnat dans les années 2000, Hamed Diallo (2001-2003) et David Suarez (2003-2004), tandis que deux milieux de terrain, Thibault Giresse (2006-2009) et David De Freitas (2005-2007), laissent leur empreinte au club, notamment lors de sa quatrième place en Ligue 2 en 2007.

Au milieu de la période instable que le club traverse depuis 2008, quelques joueurs parviennent à laisser une trace auprès des supporters, comme le gardien Landry Bonnefoi (2009-2012), qui marque même un but en championnat[91] et le défenseur formé au club Thomas Mienniel (1999-2001 puis 2010-2013).

En 2000, les lecteurs du Courrier picard ont élu une équipe d'Amiens du siècle, composée de Joël Beaujouan, Teddy Bertin, Urbain Wallet, Paul Imiéla, Jack Braun, Guy Fromholtz, Jean-Louis Delecroix, Pierre Mankowski, Karel Jarolim, Gérald Baticle et Hubert Skupnik, avec pour remplaçants Jacques Falize, Claude Xantippe et Robert Buchot. L'équipe est composée essentiellement de joueurs des années 1970 et 1980, avec aucun joueurs des années 1990, et un seul de la période glorieuse du club dans les années 1920[92].

Michel Gardien de but
Viseur
Grandsert
Riu
Balavoine
M. Braun
Voir l’image vierge
L'équipe demi-finaliste de la Coupe de France 1930[93].
Voir l’image vierge
L'équipe type de la quatrième place en Ligue 2 de la saison 2006-2007[94].

Internationaux français[modifier | modifier le code]

Liste des joueurs de l'Amiens SC sélectionnés en équipe de France[4]
Joueur Sélections Période Sél. (total)
Célestin Delmer 6 1930-1931 11
Henri Holgard 1 1908 1
Ernest Libérati 16 1930-1932 19
Paul Nicolas 7 1929-1931 35
Georges Taisne 3 1927 3
Maurice Thédié 1 1925 1
Urbain Wallet 21 1925-1929 21
Total 55 1908-1932 91

Depuis la création du club en 1901, sept joueurs ont porté le maillot de l'équipe de France de football alors qu'ils évoluaient à l'Amiens SC : Urbain Wallet, Ernest Libérati, Paul Nicolas, qui est de surcroît capitaine lors de ces sélections[95], Célestin Delmer, Georges Taisne, Henri Holgard et Maurice Thédié[4].

Ils totalisent cinquante-cinq sélections, le joueur le plus capé étant le défenseur Urbain Wallet, avec vingt-et-une sélections, devant l'ailier droit Ernest Libérati avec seize sélections. Tous ont été sélectionnés au cours des années 1920 et 1930 alors que le club s'appelait Amiens Athlétic Club, à l'exception d'Henri Holgard qui lui l'a été en 1908. Henri Holgard et Urbain Wallet participent à l'épreuve de football aux Jeux olympiques, le premier en 1908 à Londres et le second en 1928 à Amsterdam. Tous deux disputent un match du premier tour, Holgard prenant part à la défaite de la France neuf buts à zéro contre le Danemark[96] et Wallet à celle contre l'Italie quatre buts à trois[97]. Ernest Libérati et Célestin Delmer disputent quant à eux la première Coupe du monde de football en 1930 en Uruguay. Libérati dispute les trois rencontres du premier tour tandis que Delmer ne dispute que le dernier match. Libérati participe de ce fait au match d'ouverture contre le Mexique le 13 juillet 1930, y adressant le centre en retrait décisif à la 19e minute qui permet à Lucien Laurent d'ouvrir le score d'une reprise de volée et de devenir le premier buteur de l'histoire de la Coupe du monde, Libérati en devenant ainsi le premier passeur décisif[98],[99].

Plus récemment, l'attaquant Abdoulaye Baldé, formé au club, remporte avec l'équipe de France des moins de 19 ans le Championnat d'Europe des moins de 19 ans en 2005, en terminant meilleur buteur de la sélection avec quatre buts[100].

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'effectif et l'encadrement technique de l'Amiens SC lors de la saison 2014-2015.

Effectif de l'Amiens SC de la saison 2014-2015[101]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[102] Nom Date de naissance Sélection[103] Club précédent Contrat
30 G Drapeau de la France Crepel, KevinKevin Crepel 16/2/1993 (21 ans)
AS Nancy-Lorraine rés. 2014
1 G Drapeau de la France Veronese, LucasLucas Veronese 6/2/1991 (23 ans)
OGC Nice 2014
3 D Drapeau de la France Baudry, MarvinMarvin Baudry 26/1/1990 (24 ans)
formé au club -
19 M Drapeau de la France El Hajjam, OualidOualid El Hajjam 19/2/1991 (23 ans)
Le Mans FC rés. 2012
25 D Drapeau de la France Lefort, JordanJordan Lefort 9/8/1993 (20 ans)
RC Strasbourg rés. 2011
21 D Drapeau de la France Heloïse, LaurentLaurent Heloïse 13/5/1985 (29 ans)
US Boulogne 2014
999 D Drapeau de la France Marque, FrançoisFrançois Marque 31/7/1983 (30 ans)
Drapeau : Allemagne FC Sarrebruck 2014
2 D Drapeau de la France Ringayen, JonathanJonathan Ringayen 27/9/1988 (25 ans)
Vannes OC 2014
999 D Drapeau de la France Vena, GaëlGaël Vena 2/2/1993 (21 ans)
Toulouse FC rés. 2014
6 M Drapeau de la France Beynié, RomainRomain Beynié 6/5/1987 (27 ans)
US Luzenac 2012
23 M Drapeau de la France Burel, NicolasNicolas Burel 6/6/1988 (26 ans)
FC Rouen 2013
999 M Drapeau de la France Gazeau, AurélienAurélien Gazeau 6/5/1986 (28 ans)
USJA Carquefou 2014
27 M Drapeau de la France Louvet, BenjaminBenjamin Louvet 15/7/1994 (20 ans)
formé au club -
29 M Drapeau de la France Mauquit, MorganMorgan Mauquit 19/2/1995 (19 ans)
formé au club -
14 M Drapeau : Sénégal Pouye, OumarOumar Pouye 19/6/1988 (26 ans)
FC Metz 2012
21 M Drapeau de la France Sanches, CédricCédric Sanches 5/5/1990 (24 ans)
USM Senlis 2012
9 A Drapeau du Cameroun N'Samé, Jean-PierreJean-Pierre N'Samé 1/5/1993 (21 ans)
USJA Carquefou 2014
26 A Drapeau de la France Dia, SimonSimon Dia 17/7/1992 (22 ans)
FC Valenciennes rés. 2013
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : France Patrick Valéry
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Simon Lucq
Entraîneur(s) des gardiens



Légende

Consultez la documentation du modèle

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Rivalités[modifier | modifier le code]

Le club a été confronté à plusieurs rivalités sportives au cours de son histoire. Avant les débuts du professionnalisme en France en 1932, l'Amiens Athlétic Club dispute fréquemment des derbys contre d'autres clubs amiénois, comme le Stade Amiénois, dont les rencontres sont appelées Derby local dans la presse amiénoise[d 42]. Le Journal d'Amiens donne ainsi son compte-rendu d'une victoire en 1921 de l'Amiens Athlétic Club contre le Stade Amiénois un but à zéro en ces termes : « comme à chaque Derby local, les braillards des deux clubs se firent entendre ; rien ne manqua comme intermède puisqu'une reprise de boxe fut esquissée par un spectateur et un arbitre de touche. »[d 42]. Depuis, le club ne dispute plus de matchs officiels contre d'autres équipes locales, étant donné qu'il est très rare que deux clubs de la même ville jouent dans le même championnat en France. Actuellement, le deuxième meilleur club de la ville d'Amiens est l'AC Amiens, qui évolue pour la saison 2013-2014 en CFA, soit une seule division en dessous de l'Amiens SC, mais les deux clubs ne se sont jamais rencontrés en compétition officielle.

Localisation des rivaux de l'Amiens SC

Au niveau du département de la Somme, la suprématie samarienne est disputée contre le SC Abbeville, situé à seulement quarante-cinq kilomètres d'Amiens et qui s'est retrouvé à plusieurs reprises dans le même championnat que le club amiénois au gré des montées et descentes de chaque club. Les matchs entre les deux clubs sont souvent l'occasion de doubler les affluences, comme lors de la rencontre du 29 février 1967 au stade Moulonguet qui voit les Abbevillois s'imposer cinq buts à quatre après de nombreux rebondissements[104]. Le SC Abbeville a de plus participé à la Division 2 entre 1980 et 1990 à une époque où l'Amiens SC oscillait entre cette Division 2 et la Division 3. Les deux clubs se sont ainsi retrouvés dans le même groupe de Division 2 lors des saisons 1984-1985 et 1986-1987, les rencontres se terminant par trois matchs nuls et une victoire abbevilloise[105],[106].

Bilan sportif de l'Amiens SC contre ses rivaux en Division 2[105],[106],[107]
Club Saisons J V N D Bp Bc Diff
AS Beauvais Oise 9 18 6 7 5 20 21 -1
SC Abbeville 2 4 0 3 1 3 4 -1

Le club a évolué dans la Ligue du Nord-Pas-de-Calais à partir de 1918 et jusqu'à la création de la Ligue de Picardie en 1967, que le club rejoint naturellement. Bien que proche géographiquement du Nord-Pas-de-Calais, l'Amiens SC n'entretient pas de réelle rivalité contre les clubs de cette région. Au niveau de la Picardie, la bataille pour la suprématie se situe contre les clubs des deux autres plus grandes villes de la région, à savoir l'AS Beauvais et l'Olympique Saint-Quentin. Le principal rival de l'Amiens SC reste l'AS Beauvais, cette confrontation entre les deux plus grandes villes picardes étant connue comme le Derby Picard. Les deux clubs se sont côtoyés dans le football professionnel de 1991 à 2004 et se sont affrontés à dix-huit reprises en Division 2 et en Ligue 2. Bien que l'Amiens SC ait joué la Division 2 lors de la saison 1991-1992 en même temps que l'Olympique Saint-Quentin, les deux clubs n'étaient pas dans le même groupe et ne se sont donc pas affrontés.

Le faible nombre de rencontres disputées par l'Amiens SC contre des clubs régionaux dans les premières divisions du championnat de France s'explique par le fait que seuls quatre autres clubs de la Ligue de Picardie ont atteint la Division 2, à savoir l'AS Beauvais, l'Olympique Saint-Quentin, le SC Abbeville et l'AFC Creil[73]. Depuis la création de la Ligue de Picardie en 1967, l'Amiens SC domine le classement des clubs picards, ayant été le club de la Ligue le mieux classé de 1970 à 1979, de 1994 à 1996, de 1997 à 2000, de 2002 à 2009 et depuis 2010.

Soutien populaire[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Peu après la création de l'Amiens Athlétic Club en 1901, des curieux viennent assister aux matchs. À partir de 1905, la presse locale encourage les Amiénois à venir soutenir les jeunes footballeurs, mais rares sont les rencontres qui attirent la foule[d 26]. Le premier groupe de supporters du club, l'Amicale des supporters de l'AAC, est créé en avril 1926, dans le but de resserrer les liens entre les membres et amis du club[d 43]. L'Amicale organise des déplacements pour voir l'équipe jouer à l'extérieur, mais aussi des soirées, des rencontres amicales et crée un bulletin mensuel des supporters[d 44].

L'Amiens SC a ensuite connu au cours de son histoire plusieurs groupes de supporteurs de type association loi de 1901. Le groupe AS Couton est créé en 1993, puis, en 1995, le groupe White Devils voit le jour au stade Moulonguet[108]. Rapidement, les fumigènes apparaissent, aidant à l'animation du stade. Le groupe connaît cependant des soucis d'entente avec les dirigeants de l'époque, et décide dès lors de changer de nom en 1996 pour s'appeler les White Phoenix. Placé dans la tribune Matines, le groupe commence à se déplacer pour voir l'équipe jouer à l'extérieur. Finalement, le groupe est dissous à la fin de la saison 1996-1997. En 1999, un ancien membre des White Phoenix fonde un nouveau groupe de supporters, les Licornes Blanches[108]. Le kop s'installe dans le nouveau stade de la Licorne derrière les buts en tribune Sud, puis change de nom au début des années 2000 pour s'appeler finalement le Kop des Licornes Blanches (KLB). Depuis la saison 2005-2006, le groupe est situé en tribune Nord[108].

Deux clubs de supporters animent le stade de la Licorne pour la saison 2013-2014 : le Kop des Licornes Blanches et l'AS Couton[109].

Affluences[modifier | modifier le code]

Le football amiénois, à l'origine pratiqué dans l'anonymat le plus complet, attire progressivement les spectateurs. Ils sont ainsi plus de 1 000 à assister au match d'inauguration du stade de la rue Henri Daussy le 10 octobre 1909 contre le RC Roubaix[d 29]. Les affluences commencent à monter dans les années 1920. Entre 1922 et 1924, l'Amiens AC attire ainsi au stade Moulonguet entre 1 000 et 2 000 personnes par match[d 45]. Puis, à la suite de son titre de champion du Nord en 1924, ces chiffres oscillent entre 2 000 et 5 000, et ce jusqu'à la chute de la section professionnelle en 1937, avec des pointes à 7 000 spectateurs, comme lors du match contre le FC Rouen en février 1936[d 45].

Une fois l'équipe professionnelle disparue, le stade Moulouguet n'accueille plus qu'entre 300 et 500 fidèles, mais une fois la section professionnelle retrouvée en 1945, il enregistre de nouveaux des affluences de 3 000 à 4 000 spectateurs[110]. Entre 1952 et 1991, sur la nouvelle période amateur du club, les affluences se stabilisent autour des 3 000 spectateurs en Division 2, et vers les 2 000 spectateurs quand le club évolue à l'échelon inférieur[110].

La construction du stade de la Licorne en 1999 permet dès lors d'accueillir davantage de spectateurs. La barre des 5 000 spectateurs de moyenne est franchie dès la première saison de l'Amiens SC dans son nouveau stade, avec une affluence de 7 672 personnes[110]. Le club garde par la suite des affluences similaires au cours des années 2000. La meilleure moyenne de spectateurs de l'histoire du club sur une saison a été obtenue lors de la saison 2011-2012 avec une moyenne de 9 573 spectateurs[110].

Affluences de l'Amiens SC depuis 1932[110]

Stade de la Licorne Stade Moulonguet

Relation avec les médias[modifier | modifier le code]

Portrait de Joseph Boulanger
Joseph Boulanger couvre les résultats sportifs de l'Amiens AC dès 1902.

Dès le début du XIXe siècle, le football trouve écho dans la presse écrite amiénoise. Si les articles restent peu nombreux jusqu'en 1914, les rencontres sportives de l'Amiens Athlétic Club sont évoquées dès 1902[d 46]. L'auteur de ces premiers articles est Joseph Boulanger, chroniqueur au Journal d'Amiens et au Progrès de la Somme, et également vice-président de l'AAC[d 47]. Ainsi, dans le numéro du 17 décembre 1902, il relate dans un article d'une quinzaine de lignes la victoire de l'Amiens AC trois buts à zéro face à l'US Saint-Quentinoise en finale du championnat de Picardie[d 48]. Progressivement, le football prend de plus en plus de place dans Le Journal d'Amiens. Il ne se contente plus uniquement de relater les matchs, mais couvre également les événements extra-sportifs, comme la construction du stade de la rue Henri Daussy en 1909, et encourage le public amiénois à venir assister aux rencontres, comme celle qui oppose en mars 1910 l'Amiens AC au London Country Council Football[d 49]. L'intérêt de la presse pour ce nouveau sport qu'est le football va croissant, et dans les années 1920, de plus en plus de photographies viennent agrémenter les articles, qui n'hésitent pas à donner leur avis sur la rencontre. Par exemple, le 10 décembre 1923, après un match de championnat de Division d'Honneur entre l'Amiens AC et le RC Roubaix, le Journal d'Amiens remarque que « le jeu pratiqué fut loin d'être joli. Certes, la partie fut intéressante, voire même émotionnante mais ce ne fut pas du beau football »[d 50]. D'autre part, des journaux d'envergure nationale font leur apparition, et les performances sportives du club se retrouvent relatées dans le Miroir des Sports, créé en 1920, ou encore dans Match, qui publie par exemple le 18 mars 1930 un article sur l'équipe avant qu'elle ne dispute sa demi-finale de Coupe de France[d 51].

Le principal quotidien de la Picardie, Le Courrier picard, créé en 1944 sur les bases du Journal d'Amiens et du Progrès de la Somme, accorde depuis une part importante de sa partie sport à l'Amiens SC. Les matchs du club furent longtemps suivis par Lionel Herbet, qui couvre son premier match le 25 décembre 1964 à l'occasion d'un match amical contre Le Havre AC[h 41], et qui aujourd'hui est responsable des médias à l'Amiens SC[h 42]. D'autre part, comme pour l'ensemble des clubs professionnels français, les rencontres amiénoises sont couvertes par les journaux spécialisés, comme France Football et L'Équipe par exemple. L'Amiens SC a aussi édité son propre journal, Objectif Foot, qui de 1994 à 2009 a relaté la vie sportive du club. Ce journal était distribué en complément du Courrier picard ou à l'entrée du stade lors des matchs de l'équipe à domicile[111],[112].

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipes réserves[modifier | modifier le code]

L'Amiens SC possède, comme pour la majorité des clubs de football, des équipes réserves qui évoluent dans les divisions inférieures à celle de l'équipe première[note 23]. Le nombre de ces équipes et leur utilité ont varié au cours de l'histoire du club. Ainsi, au début du XXe siècle, l'USFSA organise un championnat spécial pour les équipes secondes, que l'Amiens AC remporte à deux reprises, en 1908 à la suite d'une victoire trois buts à deux contre l'US Tourcoing, et en 1911 contre le Stade bordelais[d 52]. Puis, à la suite de l'arrêt en 1919 des championnats organisés par l'USFSA, les équipes réserves prennent part aux divisions inférieures des championnats, l'Amiens SC comptant jusqu'à trois équipes réserves dans les années 1970 et 1980[h 43]. Ce nombre tombe à deux équipes dans les années 1990, puis à une seule en 2002[113], cette équipe servant principalement, depuis l'ouverture du centre de formation du club en 1997, à faire jouer les jeunes joueurs issus de ce centre. Le plus haut niveau atteint par la réserve du club est la Division 3, à laquelle l'équipe participe lors des saisons 1976-1977 et 1984-1985[114],[115].

L'équipe réserve joue au stade Moulonguet, l'ancien stade de l'équipe première, et évolue pour la saison 2013-2014 en CFA 2, deux niveaux en dessous de l'équipe première[116].

Équipe féminine[modifier | modifier le code]

La première équipe féminine voit le jour à l'Amiens Athlétic Club en septembre 1924 à la suite de plusieurs demandes adressées à sa commission de football. Cependant, mis à part l'annonce de sa création, la presse ne fait ensuite plus état de cette équipe[d 53]. L'Amiens SC possède de nouveau une section féminine depuis le 1er juillet 2012[117]. Cette section est issue du département féminin du CS Amiens Montières Étouvie, qui est dissous et transféré à l'Amiens SC. L'équipe prend alors le nom et les couleurs de l'ASC pour la saison 2013-2014, mais continue à jouer au stade du CS Amiens ME, le stade de Montières[118].

La section féminine du CS Amiens Montières Étouvie est créée en 1997[119]. L'équipe est alors engagée pour la première fois dans un championnat lors de la saison 1998-1999, dans le championnat de District de l’Oise. La première place obtenue dans ce championnat permet alors à l'équipe d'accéder à la Division d’Honneur, premier niveau du championnat de Picardie, pour la saison 1999-2000. Le CS Amiens Montières Étouvie remporte cinq fois le titre de champion de Picardie de 2007 à 2011, et une fois la Coupe de Picardie en 2009[119]. Le club accède pour la première fois à un championnat national en 2011, et dispute dès lors le championnat de France de Division 2, terminant à la sixième place de son groupe et se maintenant à ce niveau.

Pour sa deuxième saison sous ses nouvelles couleurs, la section féminine de l'Amiens SC évolue en Division 2. Le responsable de la section est Dominique Flahaut et l'entraîneur est Yann Aquaire[120].

Équipes de jeunes[modifier | modifier le code]

Des équipes de jeunes ont aussi été présentes au club tout au long de l'histoire de l'Amiens SC. Elles commencent actuellement à la catégorie U10[121],[note 24]. Les catégories U17 et U19 sont les deux seules qui possèdent actuellement un championnat national organisé par la Fédération française de football[122], les deux équipes de l'Amiens SC des U17 et U19 évoluant pour la saison 2013-2014 dans ce championnat national[123],[124].

Autres sports[modifier | modifier le code]

L'Amiens AC est créé en tant que club omnisports. Ainsi, à ses débuts, les membres du club pratiquent indifféremment des sports comme le football, le tennis, l'athlétisme et la natation[d 54].

En 1967, avec l'inauguration de la première patinoire d'Amiens, une section de sports de glace contenant le hockey sur glace, le patinage artistique et la danse sur glace est créée au SC Amiens, avec Jack Renel pour premier président. La section de hockey sur glace devient championne de France de Nationale B à la fin de la saison 1981-1982 et accède ainsi à l'élite du hockey français. Cependant, des problèmes financiers obligent les dirigeants de la section sport de glace à déposer le bilan en 1990, entraînant la dissolution de la section. En 1991, avec l'aide de la ville d'Amiens, du Conseil Général de la Somme et de nouveaux sponsors, un nouveau club est créé, séparé de l'Amiens SC, pour reprendre la suite de l'équipe de hockey sur glace. Le Hockey Club Amiens Somme, dont les équipes sont surnommées les Gothiques d'Amiens, se maintient au plus haut niveau du hockey sur glace français depuis cette date et est devenu deux fois champion de France, en 1999 et en 2004[125]. De même, la section natation de l’Amiens SC est dissoute au début des années 1990. Elle repart sous un nouveau club, Amiens Natation, créé en 1991. Le club devient l'Amiens Métropole Natation en 2004 et accueille notamment Jérémy Stravius, champion olympique et champion du monde de natation[126].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Association du lycée d'Amiens est sacrée championne de France scolaire en 1902, 1903 et 1904
  2. Un troisième frère Petit, Henri, s'ajoute à l'aventure, mais âgé seulement de quatorze ans à l'époque, il était trop jeune pour faire officiellement partie du bureau
  3. Amiens est envahi le 31 août 1914 et repris à l'ennemi le 11 septembre de la même année. La ville reste proche des zones de combat pendant les quatre ans du conflit, en particulier en 1916 lors de la bataille de la Somme
  4. La Ligue du Nord compte en 1922 6 818 licenciés, soit le deuxième rang national en termes de nombre de licenciés derrière la Ligue de Paris, et est considérée comme organisant un championnat relevé
  5. Une autre source, de la Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation, fait mention d'une Division d'Honneur de Picardie mise en place de 1919 à 1922, que l'Amiens AC aurait remporté en 1920 et en 1921
  6. ce championnat constitue les prémices du championnat de France professionnel mis en place en 1932
  7. Le FC Sète remporte la finale contre le Racing trois buts à un
  8. Deux autres clubs de la Ligue du Nord démissionnent le même jour, le RC Roubaix et l'Olympique lillois ; ce dernier réintègre finalement le GCA, en compagnie du SC Fives
  9. Les résultats de ces championnats, appelés « championnats de guerre », ne sont pas officialisés par la FFF, et ne rentrent donc pas dans les statistiques
  10. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la France est divisée en trois zones : libre, occupée et interdite. Le championnat est divisé en trois groupes géographiques qui reprennent ces trois zones
  11. Ce stade n'existe plus aujourd'hui
  12. La Coupe de France compte alors huit tours préliminaires avant les 32e de finale
  13. L'US Quevilly a depuis réalisé la même performance en 2012
  14. Saint-Pierre est un quartier d'Amiens
  15. Un Sporting Club d'Amiens a existé du début du XXe siècle à 1922, sans rapport avec le club développé dans cet article
  16. Saint-Leu est un quartier d'Amiens
  17. Un Amiens Sporting Club a existé d'environ 1907 à environ 1914, sans rapport avec le club développé dans cet article
  18. Le maire, empêché, se fait représenter par l'un de ses adjoints
  19. Le RC Roubaix est sacré champion de France USFSA en 1902, 1903, 1904, 1906 et 1908
  20. a et b La LFP ne publie pas les comptes des clubs professionnels en National
  21. Dispositifs tactiques où les joueurs disposés sur le terrain forment les lettres W et M
  22. La formation tactique présentée ici, établie en fonction des postes de chaque joueur, est à valeur indicative.
  23. Les équipes réserves ont pris selon les époques les noms de seconde, troisième, etc. ; B, C, etc. ou 2, 3, etc.
  24. U10 signifie en anglais under the age of 10, soit moins de dix ans en français

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • François Dubois, Naissance et essor du football à Amiens, Encrage, coll. « Hier »,‎ 1992 (ISBN 2-906389-36-6)
  1. Dubois, p. 17
  2. a, b et c Dubois, p. 21
  3. a et b Dubois, p. 61
  4. Dubois, p. 64
  5. Dubois, p. 74
  6. a et b Dubois, p. 76
  7. a, b, c, d et e Dubois, p. 141
  8. Dubois, p. 103
  9. Dubois, p. 130
  10. Dubois, p. 183
  11. Dubois, p. 133
  12. a et b Dubois, p. 146
  13. a et b Dubois, p. 152
  14. a, b, c, d et e Dubois, p. 154
  15. Dubois, p. 154
  16. a et b Dubois, p. 156
  17. a et b Dubois, p. 157
  18. Dubois, p. 160
  19. a et b Dubois, p. 162
  20. a et b Dubois, p. 27
  21. Dubois, p. 70
  22. Dubois, p. 38
  23. Dubois, p. 87
  24. a et b Dubois, p. 50
  25. Dubois, p. 65
  26. a et b Dubois, p. 43
  27. Dubois, p. 67
  28. a et b Dubois, p. 48
  29. a et b Dubois, p. 44
  30. Dubois, p. 97
  31. a, b et c Dubois, p. 99
  32. Dubois, p. 35
  33. Dubois, p. 144
  34. Dubois, p. 119
  35. Dubois, p. 28
  36. Dubois, p. 53
  37. Dubois, p. 134
  38. a, b, c et d Dubois, p. 140
  39. a et b Dubois, p. 35
  40. Dubois, p. 84
  41. Dubois, p. 153
  42. a et b Dubois, p. 170
  43. Dubois, p. 126
  44. Dubois, p. 127
  45. a et b Dubois, p. 121
  46. Dubois, p. 54
  47. Dubois, p. 56
  48. Dubois, p. 168
  49. Dubois, p. 55
  50. Dubois, p. 172
  51. Dubois, p. 175
  52. Dubois, p. 58
  53. Dubois, p. 92
  54. Dubois, p. 30
  • Lionel Herbet, Les grands noms de l'Amiens SC, Alan Sutton, coll. « Mémoire du football »,‎ 2008 (ISBN 978-2-84910-904-5)
  1. Herbet, p. 134
  2. a, b, c, d, e, f et g Herbet, p. 135
  3. Herbet, p. 153
  4. a et b Herbet, p. 107
  5. a, b, c et d Herbet, p. 152
  6. Herbet, p. 63
  7. Herbet, p. 72
  8. Herbet, p. 106
  9. Herbet, p. 148
  10. Herbet, p. 14
  11. a et b Herbet, p. 70
  12. Herbet, p. 18
  13. a, b et c Herbet, p. 19
  14. a et b Herbet, p. 94
  15. Herbet, p. 87
  16. a et b Herbet, p. 159
  17. Herbet, p. 101
  18. a, b et c Herbet, p. 97
  19. a, b et c Herbet, p. 98
  20. a et b Herbet, p. 51
  21. Herbet, p. 154
  22. a et b Herbet, p. 116
  23. Herbet, p. 71
  24. Herbet, p. 60
  25. Herbet, p. 38
  26. Herbet, p. 109
  27. a et b Herbet, p. 142
  28. Herbet, p. 78
  29. a et b Herbet, p. 127
  30. a, b et c Herbet, p. 185
  31. Herbet, p. 31
  32. Herbet, p. 32
  33. Herbet, p. 102
  34. Herbet, p. 182
  35. Herbet, p. 26
  36. Herbet, p. 58
  37. a et b Herbet, p. 186
  38. Herbet, p. 49
  39. Herbet, p. 84
  40. Herbet, p. 41
  41. Herbet, p. 11
  42. Herbet, p. 194
  43. Herbet, p. 61
  • École de football de l'Amiens Athlétic Club, Le Football en Picardie et l'histoire de ses origines, Dessaint Doullens,‎ 1948
  1. Collectif, p. 144
  2. Collectif, p. 186

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a, b, c et d « Historique du club », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  3. a et b (en) « France 1892-1919 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  4. a, b et c « Equipe de France : Les 7 Amiénois qui ont porté le maillot de l’équipe de France A », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  5. a et b « France - Division d'Honneur - Nord 1919-1932 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  6. « France (Division d'Excellence) 1926/27 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  7. a, b, c et d « Coupe de France 1929-1930 », sur fff.fr, Fédération française de football
  8. « 1930 : la première demi-finale des Amiénois », sur fff.fr, Fédération française de football
  9. « Les débuts du professionnalisme dans le football », sur footballenfrance.fr
  10. « Division 2 Gr. 1951 », sur footballenfrance.fr
  11. « Division 2 Gr. 1952 », sur footballenfrance.fr
  12. a, b, c, d, e et f « Historique de 1931 à 1961 », sur ascforever.com
  13. « DH Nord - 1955 », sur footballenfrance.fr
  14. « DH Nord - 1956 », sur footballenfrance.fr
  15. « DH Nord - 1957 », sur footballenfrance.fr
  16. « CFA Gr. Nord 1958 », sur footballenfrance.fr
  17. « CFA Gr. Nord 1960 », sur footballenfrance.fr
  18. « CFA Gr. Nord 1959 », sur footballenfrance.fr
  19. « CFA Gr. Nord 1961 », sur footballenfrance.fr
  20. « DH Nord - 1963 », sur footballenfrance.fr
  21. « CFA Gr. Nord 1965 », sur footballenfrance.fr
  22. « CFA Gr. Nord 1967 », sur footballenfrance.fr
  23. « CFA Gr. Nord 1966 », sur footballenfrance.fr
  24. France Football : Liste des clubs qualifiés pour la D2 1970-71 annoncée le 30 mai 1970 au Conseil fédéral de la FFF (no 1261),‎ 2 juin 1970, p. 3
  25. a et b Eric Lemaire, Le guide français et international du football, Éditions de Vecchi,‎ 2004 (ISBN 2-7328-6810-8), p. 248
  26. « Division 3 Gr. Nord 1978 », sur footballenfrance.fr
  27. « Division 3 Gr. Nord 1984 », sur footballenfrance.fr
  28. a, b et c « Historique de 1984 à 2000 », sur ascforever.com
  29. « Division 3 Gr. Nord 1988 », sur footballenfrance.fr
  30. a, b et c « La formation », sur ascforever.com
  31. « COUPE DE FRANCE Saison 1998 - 1999 », sur fff.fr, Fédération française de football
  32. « COUPE DE FRANCE Saison 1999 - 2000 », sur fff.fr, Fédération française de football
  33. Le Journal Des Amiénois, Numéro spécial,‎ 23 mai 2001
  34. « Somme toute méritée », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 21 avril 2001
  35. « Strasbourg 0-0 Amiens », sur lequipe.fr, L'Équipe
  36. a et b « COUPE DE FRANCE Saison 2000 - 2001 », sur fff.fr, Fédération française de football
  37. « Feuille de match Amiens SC - Olympique Lyonnais », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  38. « COUPE DE FRANCE Saison 2003 - 2004 », sur fff.fr, Fédération française de football
  39. « Classement Ligue 2 2006-2007 journée 1 à 33 », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  40. « Classement Ligue 2 2006-2007 », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  41. « COUPE DE FRANCE Saison 2007 - 2008 », sur fff.fr, Fédération française de football
  42. « Classement Ligue 2 2008-2009 journée 1 à 33 », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  43. a et b « Bernard JOANNIN : « Une évolution du club, pas une révolution » », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  44. « Classement Ligue 2 2008-2009 journée 1 à 37 », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  45. « Feuille de match Châteauroux - AC Ajaccio », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  46. « Classement National Général 2010 / 2011 », sur foot-national.com
  47. « Amiens retrouve la L2 », sur eurosport.fr, Eurosport,‎ 13 mai 2011
  48. « Le foot professionnel en Picardie : c’est fini ! », sur courrier-picard.fr, Courrier picard
  49. « Amiens Sporting Club Football », sur histoire.maillots.free.fr
  50. « SC Amiens 1965-1966 », sur 2.bp.blogspot.com
  51. « SC Amiens 1973-1974 », sur 3.bp.blogspot.com
  52. « SC Amiens 1984-1985 », sur 3.bp.blogspot.com
  53. « Amiens SC Un nouveau maillot et un stade plein ! (Vidéo) », sur courrier-picard.fr, Le Courrier picard,‎ 11 septembre 2011
  54. « Les armoiries d'Amiens », sur amiens.fr, Amiens métropole
  55. « Stade Moulonguet », sur france.stades.free.fr
  56. « Le Stade de la Licorne », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  57. « Feuille de match Amiens SC - Stade Lavallois », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  58. « Inauguration Centre de Formation – Itv de Gérard Houillier », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  59. « Terrains », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  60. « Scolarité », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  61. « Centre de Formation : L’Amiens SC 29e au plan national », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  62. a et b « Dirigeants de l'Amiens SC Football », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  63. « Histoire de l’Amiens AC et Amiens SC : Les relations avec le monde du travail », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  64. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  65. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  66. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  67. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  68. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  69. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  70. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  71. « Comptes des clubs professionnels », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  72. « Les premières pubs sur les maillots », sur linternaute.com, L'Internaute
  73. a, b et c « Bilan des clubs », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  74. « France - List of Final Tables Second Level », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  75. « amiens », sur footballenfrance.fr
  76. « Historique Coupe de France », sur fff.fr, Fédération française de football
  77. « Historique Coupe de la Ligue », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  78. Eric Lemaire, Le guide français et international du football, Éditions de Vecchi,‎ 2004 (ISBN 2-7328-6810-8), p. 102
  79. « Classement officiel des buteurs », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  80. « Classement officiel des buteurs », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  81. « Les Trophées UNFP du football », sur unfp.org, Union nationale des footballeurs professionnels
  82. « Jean Fontaine, 45 ans d’amour et de passion pour l’Amiens SC », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  83. « Emilien Méresse », sur fff.fr, Fédération française de football
  84. « André Grillon », sur fff.fr, Fédération française de football
  85. (en) Erik Garin, « France - Les Oscars du Football », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ 20 février 2009
  86. « Amiens : De Taddeo démis de ses fonctions d'entraîneur », sur foot-national.com
  87. « Entraineur de l'Amiens SC : Olivier Echouafni va tenter de relever le défi », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club Football
  88. « Amiens : Olivier Echouafni, nouvel entraîneur », sur foot-national.com
  89. « Communiqué Amiens SC Football », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club Football
  90. (en) « Liste des entraîneurs des clubs français », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation (consulté le 31 octobre 2012)
  91. « L'exploit extraordinaire de Landry Bonnefoi », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  92. a et b « Amiens SC (Sporting Club) Football », sur amiens.vivre-aujourdhui.fr
  93. « Le Racing jouera la finale de la Coupe avec Sète », Match, no 189,‎ 23 avril 1930 (lire en ligne)
  94. « Amiens SC 2006-2007 », sur footballdatabase.eu
  95. « Nicolas Paul », sur fff.fr, Fédération française de football
  96. « Danemark-France 1908 », sur fff.fr, Fédération française de football
  97. « France-Italie 1928 », sur fff.fr, Fédération française de football
  98. « Mexique-France 1930 », sur fff.fr, Fédération française de football
  99. Chronique des Bleus : l'épopée des Bleus depuis 1904, Éditions Chronique-Dargaud,‎ 2002 (ISBN 2-20505-322-1), « Lucien Laurent entre dans le livre d'or », p. 46
  100. (en) « European U-19 Championship 2005 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  101. « Effectif professionnel », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club Football
  102. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  103. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  104. « Historique 1961 à 1983 », sur ascforever.com
  105. a et b « D2 gr.A 1985 », sur footballenfrance.fr
  106. a et b « D2 gr.A 1987 », sur footballenfrance.fr
  107. « Amiens vs Beauvais », sur leballonrond.fr
  108. a, b et c « Supporters », sur ascforever.com
  109. « Clubs de supporters », sur amiensfootball.com
  110. a, b, c, d et e (en) « Average Team Attendances : Amiens », sur stadium-attendances.com (consulté le 29 octobre 2012)
  111. « Objectifoot [Texte imprimé / ASC, Amiens sporting club football »], sur catalogue.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France
  112. « Objectif foot [Texte imprimé : le mensuel officiel de l'Amiens SC »], sur catalogue.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France
  113. « DH Picardie - 2002 », sur footballenfrance.fr
  114. « Division 3 Gr. Nord 1977 », sur footballenfrance.fr
  115. « Division 3 Gr. Nord 1985 », sur footballenfrance.fr
  116. « Championnat France Amateur 2 Groupe A », sur fff.fr, Fédération française de football
  117. « L’Amiens SC s’ouvre au Foot Féminin », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  118. « ASC - département féminin : Dominique FLAHAUT a accueilli la Ministre des Sports et de la Jeunesse! », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  119. a et b « Historique CSAME », sur csame.com, CS Amiens Montières Étouvie
  120. « Séniors Féminines - Saison 12-13 », sur amiensfootball.com
  121. « U11/U10 - Saison 12-13 », sur amiensfootball.com, Amiens Sporting Club
  122. « Jeunes Saison 2013-2014 », sur fff.fr, Fédération française de football
  123. « Championnat national U19 Groupe A », sur fff.fr, Fédération française de football
  124. « Championnat national U17 Groupe A », sur fff.fr, Fédération française de football
  125. « Amiens », sur passionhockey.com
  126. « Amiens Natation », sur abcnatation.com. Consulté le 31 décembre 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux qui ont été utilisés pour la rédaction de l'article sont indiqués par le symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article.

  • François Dubois, Naissance et essor du football à Amiens, Encrage, coll. « Hier »,‎ 1992, 192 p. (ISBN 2-906389-36-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Lionel Herbet, Les grands noms de l'Amiens SC, Alan Sutton, coll. « Mémoire du football »,‎ 2008, 194 p. (ISBN 978-2-84910-904-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • École de football de l'Amiens Athlétic Club, Le Football en Picardie et l'histoire de ses origines, Dessaint Doullens,‎ 1948, 366 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 25 mars 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.