Ami imaginaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caliban en conversation avec ses amis imaginaires dans une pièce de théâtre The Tempest.

Un ami imaginaire (ou compagnon imaginaire) est un trouble psychologique et social dans lequel une amitié ou autre relation interpersonnelle prend place dans l'imagination plutôt que dans la réalité. Les amis imaginaires sont des personnages fictifs créés pour des jeux de rôle. Ces personnages ont un comportement et une personnalité attribuée par l'individu qui les imagine. Ils peuvent lui paraître réels mais n'existent pas en réalité[1]. Les premières études menées sur les amis imaginaires sembleraient remonter aux années 1980[2].

Psychologie[modifier | modifier le code]

Selon une étude menée à l'Université de Manchester, les enfants aux amis imaginaires développent une meilleure capacité de langage et retiennent plus vite les informations que les enfants qui n'en possèdent pas[3]. D'autre part, les enfants qui atteignent l'école primaire et qui se font de véritables amis n'oublient pas forcément leurs amis imaginaires. Selon une étude menée à l'Université de Washington, à l'âge de sept ans, soixante-cinq pour cents des enfants rapportent avoir eu un ami imaginaire à un certain moment dans leur vie[4]. Il a également été suggéré que certains enfants cachent le fait d'avoir un ami imaginaire pour éviter toute critique négative de la part des adultes ou de leurs pairs.

Âge[modifier | modifier le code]

Les amis imaginaires se créent durant l'enfance, parfois à l'adolescence et rarement à l'âge adulte. Ils agissent en tant que « protecteurs » lorsqu'ils sont interprétés par un enfant. Ils représentent les craintes, les angoisses et le monde perçu par l'enfant. Les amis imaginaires sont normalement perçus chez les enfants, et anormalement chez les adultes.

Ce phénomène concerne surtout les jeunes enfants (avant cinq ans). Il peut durer toute la vie mais se résorbe le plus souvent de lui-même avec la socialisation[5]. Peu d'adultes rapportent avoir un ami imaginaire en dehors des personnes religieuses.

Acceptation sociale[modifier | modifier le code]

Les amis imaginaires sont un phénomène considéré comme parfaitement normal et anodin chez l'enfant dans la culture anglo-saxonne, alors qu'il inquiète parfois l'entourage dans d'autres pays. On retrouve ce clivage jusque chez les spécialistes. Le médecin Benjamin Spock est persuadé que les amis imaginaires qui apparaissent après l'âge de quatre ans montreraient qu'il « manquerait » quelque chose dans l'environnement de l'enfant. Certains spécialistes dans le développement de l'enfant pensent toujours que la présence d'amis imaginaires passé l'âge de la petite enfance indiquerait un sérieux trouble psychologique[6]. D'autres ne partagent pas cet avis, expliquant que les amis imaginaires sont communs chez les enfants et font partie d'un développement social et cognitif normal[7]

Les amis imaginaires dans les médias[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

  • Le personnage de bande dessinée Calvin est accompagné du tigre Hobbes, qui est présenté comme un personnage à part entière, bipède et parlant, quand ils sont seuls, et comme une peluche dès qu'une autre personne est présente.
  • On trouve un ami imaginaire dans la nouvelle de J. D. Salinger Oncle déglingué au Connecticut.
  • Le personnage principal de Baol, de Stefano Benni, découvre à la fin du roman qu'il est un ami imaginaire.
  • Le narrateur de Je m'appelle Budo de Matthew Dicks est l'ami imaginaire d'un enfant autiste. Le titre original est Memoirs of an imaginary friend.

Au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Taylor, M. (1999) Imaginary Companions and the Children Who Create Them. New York: Oxford University Press.
  2. (en) Espen Klausen et Richard H. Passman, « Pretend companions (imaginary playmates): the emergence of a field », Journal of Genetic Psychology, vol. 167, no 4,‎ décembre 2006, p. 349 (lire en ligne)
  3. (en) Université de Manchester, « Imaginary Friendships Could Boost Child Development », sur ScienceDaily,‎ 8 mars 2005 (consulté le 11 novembre 2011)
  4. (en) Université de Washington, « Two-thirds Of School-age Children Have An Imaginary Companion By Age 7 », sur ScienceDaily,‎ 6 décembre 2004 (consulté le 9 novembre 2011)
  5. Édouard Launet, « De l'influence des invisibles », sur Libération,‎ 18 décembre 2007 (consulté le 18 décembre 2007)
  6. (en) Mauro, Terry, « Book Review: Imaginary Companions and the Children Who Create Them », sur About.com (consulté le 9 novembre 2011)
  7. (en) Marjorie Taylor et Stephanie Carlson, « The Characteristics and Correlates of Fantasy in School-Age Children: Imaginary Companions, Impersonation, and Social Understanding », Developmental Psychology, vol. 40, no 6,‎ novembre 2004 1173-87.