American Sexy Phone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

American Sexy Phone

Titre québécois Le Téléphone rose
Titre original For a Good Time, Call…
Réalisation Jamie Travis
Scénario Lauren Miller
Katie Anne Naylon
Acteurs principaux
Sociétés de production AdScott Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Sortie 2012
Durée 85 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

American Sexy Phone ou Le Téléphone rose au Québec[1] (For a Good Time, Call…) est un film américain réalisé par Jamie Travis, sorti en 2012. Le scénario est écrit par Lauren Miller, également actrice principale et productrice, et Katie Anne Naylon.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alors que son petit ami, qui doit se rendre en Europe, ayant décidé de faire une pause dans leur relation, Lauren Powell, jeune femme psycho-rigide et coincée, à la recherche d'un logement, obtient grâce à son vieil ami, Jesse, une colocation dans un appartement situé sur Gramercy Park, mais découvre que sa colocataire n'est autre qu'une connaissance : Katie Steele, séduisante femme délurée ayant des problèmes à payer le loyer de l'appartement de sa défunte grand-mère. En effet, il y a dix ans, durant leurs années d'université, Lauren a dû reconduire Kate, fortement alcoolisée au cours d'une fête, chez elle en voiture, mais cette rencontre ne s'est pas déroulé comme prévu, puisque Katie, ayant uriné dans un gobelet vide, a renversé accidentellement le liquide sur Lauren, qui l'oblige à quitter le véhicule. Malgré le dédain que la première a pour la seconde, elles se retrouvent, à contrecœur, contraints d'emménager ensemble, car elles n'ont pas d'autres options.

Une nuit, Lauren entend des cris étranges dans la chambre de Katie. Croyant qu'elle subit une attaque, elle ouvre la porte pour découvrir Katie disant des choses sexuellement explicites au téléphone, qui lui explique qu'elle gagne sa vie grâce au service de téléphone érotique. Bien que dégoûtée, Lauren fait des suggestions à Katie sur la façon de faire plus d'argent. Quelques semaines plus tard, Lauren, ayant perdu son emploi dans une maison d'édition lorsque son patron décide de prendre sa retraite, décide de s'associer avec sa colocataire afin de créer une société de téléphone rose qui devient très lucrative, puis devient seconde opératrice aux côtés de Katie, avec qui elle commence à devenir amie...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (V. F.) sur RS Doublage[8] et sur le DVD zone 2 ; Version québécoise (V. Q.) sur Doublage.qc.ca[1]

Box-office[modifier | modifier le code]

Distribué en salles aux États-Unis dans une combinaison minimale de 23 salles, American Sexy Phone démarre à la 39e position du box-office avec 143 935 $ de recettes pour son premier week-end d'exploitation[9], pour une moyenne de 6 258 $ par salles [9]. En première semaine, le long-métrage totalise 234 019 $ de recettes, pour une moyenne de 10 175 $ par salles [9], tout en occupant la 37e place du box-office [9]. La semaine suivante, le film obtient 33 salles supplémentaires (portant le total à 56 salles)[9] avec 311 013 $ de recettes en seconde semaine, pour un cumul de 545 032 $, et une 32e place des meilleures recettes sur le territoire américain[9], dont 215 985 $, pour un cumul de 450 004 $, en second week-end[9]. De plus, durant cette période, le film connaît une hausse de ses recettes avec 32,9% d'augmentation en semaine[9], dont 50,1% en week-end[9].

En troisième semaine, American Sexy Phone obtient une combinaison maximale de 107 salles[9], soit 51 salles de plus par rapport à la semaine précédente [9] et obtient 392 042 $, pour une hausse de 26,1% de ses bénéfices, pour un cumul de 937 074 $[9].

Toutefois, le long-métrage commence à voir une baisse de salles et de recettes durant les semaines suivantes en salles [9], atteignant le million de $ de recettes en quatrième semaine[9], pour finir avec un total de 1 251 749 $ de recettes après six semaines à l'affiche [9].

Uniquement distribué en salles au Royaume-Uni et en Irlande, les recettes internationales atteignent 138 268 $, portant le total du box-office mondial à 1 390 017 $[10].

Production[modifier | modifier le code]

Les deux scénaristes, Lauren Miller et Katie Anne Naylon se sont rencontrés au college[N 5] à l'Université d'État de Floride, lorsque Naylon, participant à un programme d'écriture, révèle à Miller, qui fait une école de cinema, qu'elle travaille comme opératrice d'un service de téléphone érotique[11],[12]. Miller se souvient de la nuit où Naylon est venue dans sa chambre avec des tracts roses et lui a raconté toute l'histoire [11]. Pour l'écriture du film, elle se basent sur cette idée, tout en voulant raconter une « une histoire sur l'amitié féminine »[12]. Après plusieurs années de travail et les rejets des studios, elles décident de faire le film de façon indépendant [11].

Le rôle de Lauren Powell est incarné par Miller, qui selon elle, est « vaguement basé sur elle [11]». Bien qu'elle a rêvé de l'incarner, mais que quand elles allaient faire le film avec un grand studio, il n'y avait pas de version dans laquelle elle est approchée pour le rôle, et c'est la raison que le long-métrage s'est fait indépendamment d'un grand studio [11].

Le tournage s'est déroule pour une durée de seize jours à New York[13],[14]. D'autres scènes furent tournées en Californie[14].

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Dans les pays anglophones, American Sexy Phone a rencontré un accueil critique mitigé : le site Rotten Tomatoes lui attribue 55 % d'avis favorables, basé sur 105 commentaires collectés et une note moyenne de 5.4/10[15], tandis que le site Metacritic lui attribue un score de 55/100, basé sur 30 commentaires collectés[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pour ce film, elle est créditée Lauren Anne Miller.
  2. Aux États-Unis, le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  3. Au Québec, le film est déconseillé aux moins de 16 ans.
  4. Au Royaume-Uni, le film est interdit aux moins de 18 ans.
  5. Aux États-Unis, le terme de college est utilisé pour désigner un enseignement supérieur court, par opposition aux universités.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Fiche de doublage québécois de For a Good Time, Call… (Le Téléphone rose) », sur Doublage.qc.ca (consulté le 27 février 2013)
  2. (en) « These women don’t blush while earning their rent : For a Good Time, Call, an indie film with Ari Graynor », sur New York Times,‎ 29 août 2012 (consulté le 27 février 2013)
  3. « Lieux de tournage de For a Good Time, Call… », sur IMDb (consulté le 27 février 2013)
  4. (en) « For a Good Time, Call… (18) », sur Bbfc.co.uk,‎ 30 août 2012 (consulté le 27 février 2013)
  5. a et b « Dates de sortie de For a Good Time, Call… », sur IMDb (consulté le 27 février 2013)
  6. « American Sexy Phone en DVD zone 2 » sur Video.fnac.com, consulté le 19 mai 2013
  7. « For a Good Time, Call… » (Le Téléphone rose), sur Régie du cinéma (consulté le 27 février 2013)
  8. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage (consulté le 27 février 2013)
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o « For a Good Time, Call... », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 27 février 2013).
  10. « For a Good Time, Call...», sur The Numbers, Nash Information Services, LLC. (consulté le 27 février 2013).
  11. a, b, c, d et e (en) « Lauren Anne Miller On 'For A Good Time Call' & Seth Rogen's Cameo Appearance », sur Huffington Post,‎ 31 août 2012 (consulté le 13 juillet 2013).
  12. a et b (en) Mickey Rapkin, « Live from Sundance: A GQ&A with Ari Graynor and Lauren Anne Miller », sur GQ,‎ 24 janvier 2012 (consulté le 13 juillet 2013).
  13. « Secrets de tournage d'« American Sexy Phone » », sur AlloCiné (consulté le 24 août 2013).
  14. a et b (en) « For a Good Time, Call... » : Locations, sur IMDb (consulté le 24 août 2013).
  15. « For a Good Time, Call… », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 27 février 2013)
  16. « For a Good Time, Call… », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 27 février 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]