American Idiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'album du groupe Green Day. Pour la chanson, voir American Idiot (chanson). Pour la comédie musicale, voir American Idiot (comédie musicale).

American Idiot

Album par Green Day
Sortie 21 septembre 2004
Enregistré 18 avril 2003 - 26 mars 2004
Studio 880, Oakland
Ocean Way Recording, Hollywood
Capitol Studios, Los Angeles
Durée 57:12
Genre Punk rock, pop punk, rock alternatif
Format CD, vinyle, cassette, format digital
Auteur Billie Joe Armstrong
(sauf Nobody Likes You par Mike Dirnt et
Rock and Roll Girlfriend par Tré Cool)
Compositeur Green Day
Producteur Rob Cavallo, Green Day
Label Reprise

Albums par Green Day

Singles

  1. American Idiot
    Sortie : 14 septembre 2004
  2. Boulevard of Broken Dreams
    Sortie : 29 novembre 2004
  3. Holiday
    Sortie : 28 mars 2005
  4. Wake Me Up When September Ends
    Sortie : 13 juin 2005
  5. Jesus of Suburbia
    Sortie : 25 octobre 2005

American Idiot est le septième album studio du groupe américain de punk rock Green Day, sorti le 21 septembre 2004 sur le label Reprise Records. Le groupe construit cet album comme un opéra-rock qui retrace des épisodes de la vie de Jesus of Suburbia, antihéros imaginé par le chanteur et guitariste Billie Joe Armstrong. Frustré par sa vie, il décide de quitter sa banlieue pour aller chercher une vie meilleure en ville. Confronté à la solitude, l'intolérance, la drogue ou encore le sexe, Jesus of Suburbia rencontre au cours de son périple St. Jimmy, son alter ego représentant sa partie contestataire et destructrice, et une jeune femme nommée Whatsername dont il tombe amoureux. Ne trouvant pas en ville la vie qu'il espérait y avoir, notamment à cause du suicide de St. Jimmy et du départ de Whatsername, il décide de retourner vivre dans sa banlieue.

Bien que le thème principal de l'album soit la rébellion, des questions politiques sont également abordées dans celui-ci. Sortant six semaines avant l'élection présidentielle américaine de 2004, il critique ouvertement la politique de George W. Bush (président des États-Unis de l'époque se présentant pour un second mandat) à travers ses textes, dans ses clips vidéo et jusque sur la pochette de l'album, ce qui a contribué à sa médiatisation lors de sa sortie.

American Idiot reçoit de très bonnes critiques de la part des médias spécialisés et connaît un grand succès commercial, en atteignant notamment la première place des classements musicaux de dix-neuf pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni. L'album est récompensé à plusieurs reprises, avec entre autres le Grammy Award du meilleur album rock en 2005 et le Brit Award du meilleur album en 2006. Il est aussi classé « meilleur album des années 2000 » par les lecteurs du magazine américain Rolling Stone et fait l'objet d'une adaptation en comédie musicale dont l'essentiel des représentations a lieu à Broadway. Billie Joe Armstrong y a tenu à plusieurs reprises le rôle de St. Jimmy. Un film basé sur l'histoire de American Idiot est actuellement en cours de réalisation par Michael Mayer, le metteur en scène de la comédie musicale.

Genèse[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Green Day en concert en 2013.
Green Day en concert en 2013.

Green Day est un groupe américain de punk rock formé en 1987 et originaire de la baie de San Francisco en Californie. Le groupe est composé depuis 1990 du guitariste et chanteur Billie Joe Armstrong, du bassiste Mike Dirnt et du batteur Tré Cool.

En 2000, le groupe sort Warning:, son sixième album studio, qui reçoit de bonnes critiques de la part de la presse spécialisée, obtenant une moyenne de 72/100 par Metacritic sur la base de dix-neuf critiques[1], mais n'atteignant pas le succès commercial escompté. En effet, l'album ne se vend qu'à trois millions d'exemplaires contre seize millions pour Dookie, troisième album studio de Green Day sorti en 1994 et plus gros succès commercial du groupe à l'époque. Après Warning:, Green Day sort deux compilations, International Superhits! en 2001 et Shenanigans en 2002, reprenant la première partie de la carrière du groupe. Le trio décide par la suite de prendre une pause musicale après avoir partagé l'affiche de la tournée Pop Disaster Tour avec le groupe américain Blink-182 en 2002[S 1]. Espérant se ressourcer et développer de nouvelles idées de chansons, Billie Joe Armstrong déménage seul à New York pour quelques semaines, louant un petit appartement à Manhattan[S 2], où il passe alors le plus clair de son temps à faire de longues promenades et à participer à des séances d'improvisation dans les sous-sol du Hi-Fi, un bar de Manhattan[S 3].

Au milieu de l'année 2003, Green Day finit par entrer en studio et enregistre une vingtaine de chansons au Studio 880 d'Oakland, pour un album qui doit alors s'intituler Cigarettes and Valentines[S 4],[2]. Malheureusement, ces enregistrements sont volés[3] et l'album ne sortira jamais. Les membres du groupe consultent alors leur producteur, Rob Cavallo, qui leur fait prendre conscience que le travail perdu n'est pas ce qu'ils ont fait de mieux[S 5]. Le trio partage ce point de vue et, plutôt que de réenregistrer ces morceaux, décide de passer les trois mois suivants à écrire de nouvelles chansons[S 5].

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Table de mixage aux Capitol Studios de Los Angeles où Green Day a fini l'enregistrement.
Green Day finit l'enregistrement aux Capitol Studios de Los Angeles.

La première chanson écrite est American Idiot, qui sert par la suite de premier single à l'album homonyme. Le bassiste Mike Dirnt enregistre ensuite seul un morceau de trente secondes. Armstrong puis le batteur Tré Cool décident de faire de même, le premier reconnaissant que « cela commençait à devenir sérieux au fur et à mesure que nous essayions de surpasser les deux autres »[2]. Ces petits morceaux mis en association donnent naissance à une suite musicale de plus de neuf minutes, Homecoming. Le groupe écrit ensuite une autre suite musicale, Jesus of Suburbia, en s'inspirant des albums-concepts des Who et de comédies musicales comme West Side Story et Jesus Christ Superstar[2]. Après avoir fini d'enregistrer les premières démos au Studio 880 d'Oakland, ils décident de continuer à travailler sur l'album à Los Angeles[S 6].

Green Day poursuit alors les enregistrements de l'album aux studios d'océan Way Recording dans le quartier d'Hollywood avant de les finir aux Capitol Studios[2]. L'enregistrement de American Idiot se termine le 26 mars 2004. Le groupe admet avoir passé son temps à faire la fête lors des sessions de Los Angeles, Armstrong devant planifier ses enregistrements vocaux en fonction de ses gueules de bois[4]. Il déclare à propos de cette atmosphère : « pour la première fois, nous nous sommes séparés de notre passé, de la façon dont nous devions nous comporter en tant que Green Day. Pour la première fois, nous avons pleinement accepté que nous étions des rock stars »[4].

Sortie et promotion[modifier | modifier le code]

Portrait de Rob Cavallo, coproducteur de l'album avec Green Day.
Rob Cavallo, coproducteur de l'album avec Green Day.

Le 14 septembre 2004, un peu moins de six mois après la fin de l'enregistrement de l'album, la chanson American Idiot sort en tant que premier single extrait de l'album. Elle pointe rapidement à la 61e place du classement Billboard Hot 100, récompensant les chansons les plus populaires aux États-Unis, toutes catégories musicales confondues[5]. C'est alors la première chanson du groupe à entrer dans ce classement[5]. Ce bon accueil commercial lance idéalement l'album, qui sort une semaine plus tard le 21 septembre 2004[6]. American Idiot sort sur le label Reprise Records, le label du groupe depuis 1994 et son album Dookie. L'album est coproduit par Green Day et Rob Cavallo, également producteur du groupe depuis 1994. Il sort en format CD[6], cassette[7] et double vinyle[8].

Le 29 novembre, le deuxième single de l'album est dévoilé, Boulevard of Broken Dreams. Cette chanson reçoit un excellent accueil commercial, meilleur que celui de American Idiot, se classant même à la 2e place du Billboard Hot 100. Holiday est ensuite choisie comme troisième single le 28 mars 2005. Devant le succès critique et commercial de l'album, deux nouveaux singles sont choisis, la ballade Wake Me Up When September Ends qui sort le 13 juin et la suite Jesus of Suburbia, publiée le 23 octobre, plus d'un an après la sortie de l'album. Le 3 novembre 2009, l'album est réédité sur format double vinyle et remastérisé par rapport à la version initiale[9].

Scène de concert de Green Day en 2005 sur le American Idiot Tour.
Scène de concert de Green Day en 2005 sur le American Idiot Tour.

Après quelques concerts estivaux en 2004, notamment aux Reading and Leeds Festivals où le groupe joue en avant-première le single American Idiot[10], Green Day part en tournée pour promouvoir l'album. La tournée American Idiot Tour compte cent vingt-sept dates réparties dans vingt pays différents, en Amérique du Nord, en Europe, en Océanie et au Japon[11]. Elle commence le 16 septembre 2004 au Henry Fonda Theater de Los Angeles et se termine le 17 décembre 2005 au Telstra Dome de Melbourne[11],[12]. Les chansons les plus jouées lors de la tournée sont American Idiot, Jesus of Suburbia, Holiday, St. Jimmy, Boulevard of Broken Dreams, Are We the Waiting et Wake Me Up When September Ends, chansons issues de l'album, auxquelles s'ajoutent celles des albums précédents du groupe, Longview, Minority, Basket Case, Brain Stew / Jaded, King For a Day, She, Hitchin' a Ride et Good Riddance (Time of Your Life), qui clôt les concerts, ainsi que les reprises de We Are the Champions de Queen, de Shout de The Isley Brothers et de Knowledge de Operation Ivy[13]. Le groupe est accompagné sur la tournée par les musiciens Jason White (guitare solo et rythmique), Jason Freese (claviers et saxophone), Ronnie Blake (trompette) et Mike Pelino (guitare rythmique).

Les 18 et 19 juin 2005, les deux concerts du groupe au National Bowl de Milton Keynes, ville nouvelle du Buckinghamshire en Angleterre, sont enregistrés[14] et donnent naissance à l'album live Bullet in a Bible, qui sort le 15 novembre 2005. L'album contient une version live de sept des treize pistes de American Idiot[14].

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Liste des chansons et versions[modifier | modifier le code]

Toutes les paroles sont écrites par Billie Joe Armstrong sauf mention contraire, toute la musique est composée par Green Day.

American Idiot
No Titre Durée
1. American Idiot 2:54
2. Jesus of Suburbia
00 I. Jesus of Suburbia
00 II. City of the Damned
00 III. I Don't Care
00 IV. Dearly Beloved
00 V. Tales of Another Broken Home
9:08
3. Holiday 3:52
4. Boulevard of Broken Dreams 4:20
5. Are We the Waiting 2:42
6. St. Jimmy 2:56
7. Give Me Novacaine 3:25
8. She's a Rebel 2:00
9. Extraordinary Girl 3:34
10. Letterbomb 4:06
11. Wake Me Up When September Ends 4:45
12. Homecoming
00 I. The Death of St. Jimmy
00 II. East 12th St.
00 III. Nobody Likes You (paroles par Mike Dirnt)
00 IV. Rock and Roll Girlfriend (paroles par Tré Cool)
00 V. We're Coming Home Again
9:18
13. Whatsername 4:12
57:12

L'album en format CD contient treize pistes, dont onze contiennent une seule chanson et deux, Jesus of Suburbia et Homecoming, qui sont divisées en cinq parties et qui durent plus de neuf minutes. Comme pour l'ensemble des albums de Green Day, la musique est créditée aux trois membres du groupe, tandis que les paroles le sont au chanteur et guitariste Billie Joe Armstrong, à l'exception de Nobody Likes You, écrite par le bassiste Mike Dirnt, et Rock and Roll Girlfriend, écrite par le batteur Tré Cool.

American Idiot sort aussi en version limitée, avec les mêmes chansons, mais avec un livre de 52 pages sur l'album[15]. Il sort aussi en format cassette audio[7] et en double disque vinyle[8], avec les mêmes chansons mais avec des numérotations différentes de par la nature des formats. En 2005, un an après la sortie de l'album, une nouvelle version CD sort avec en plus de la version originale, un DVD contenant les making-of des clips de Boulevard of Broken Dreams et de Holiday et les clips de ces deux chansons[16].

L'album sort aussi dans une version différente au Japon avec Favorite Son en chanson bonus sur la quatorzième piste[17], éditée pour la première fois en 2004 sur la compilation Rock Against Bush, Vol. 2. Une deuxième version est sortie au Japon en 2005 avec en plus du CD contenant les quatorze chansons, un deuxième CD où figurent six chansons issues de l'album et jouées lors d'un concert à Tokyo le 19 mars 2005[17],[18]. Les chansons Too Much Too Soon, Governator et Shoplifter sont en plus disponibles en téléchargement sur la plate-forme iTunes[19]. Ces trois chansons ont été enregistrées en même temps que l'album et se retrouvent sur les versions des singles de la chanson American Idiot. Elles peuvent donc être considérées comme les trois faces B de l'album.

Style graphique[modifier | modifier le code]

Concert de Green Day le 1er septembre 2005 au Giants Stadium avec le dessin de l'album sur une toile
Concert de Green Day le 1er septembre 2005 au Giants Stadium.

Après l'enregistrement de l'album, le groupe décide que son style graphique a besoin de refléter les thèmes de celui-ci[20]. Armstrong déclare à ce propos : « nous voulions être à plein régime sur tout, de l'esthétisme de la musique à son apparence »[20]. Green Day puise alors son inspiration dans une affiche de la propagande communiste chinoise que le groupe voit dans une galerie d'art à Melrose Avenue à Los Angeles[20]. L'artiste Chris Bilheimer est alors engagé pour dessiner la pochette de l'album[20]. Il avait déjà créé les pochettes de deux enregistrements de Green Day, à savoir l'album Nimrod sorti en 1997 et la compilation International Superhits! publiée en 2001. Le groupe vise pour la couverture qu'elle soit « à la fois uniforme et puissante »[20]. Après avoir écouté le nouvel enregistrement, Bilheimer prend note des paroles « And she's holding on my heart like a hand grenade » (et elle s'accroche à mon cœur comme une grenade à main) de la chanson She's a Rebel. Influencé par l'affiche du film de 1955 L'Homme au bras d'or, conçue par le graphiste américain Saul Bass, Bilheimer dessine un bras tendu tenant une grenade rouge en forme de cœur[20]. Même s'il considère que le rouge est la couleur la plus galvaudée dans le graphisme, il estime que les qualités immédiates de cette couleur font qu'elle est appropriée pour cette pochette, expliquant « Je suis sûr qu'il y a des théories psychédéliques sur le fait que ce soit la même couleur que celle du sang, et donc qu'elle a des pouvoirs de vie ou de mort … Et en tant que designer, j'ai toujours ressenti ça comme une sorte de faux-fuyant, donc je ne l'avais jamais utilisée auparavant. Mais il n'y avait aucune raison qu'on ne le fasse pas sur cette pochette »[20].

La pochette de l'album est de trois couleurs différentes : noir, blanc et rouge. Sur fond noir, Green Day est écrit en lettres capitales blanches en haut à gauche, le nom du groupe prenant le quart de la pochette. En dessous est inscrit en rouge le nom de l'album, american idiot, sans majuscule sur les deux mots. Sur la moitié droite de la pochette figure le dessin créé par Chris Bilheimer, avec un avant-bras et une main gauche de couleur blanche tenant une grenade saignante rouge et noir en forme de cœur, avec une goupille blanche. Le dos de la pochette a aussi un fond noir. Les noms des chansons sont inscrits dessus en blanc avec le numéro des pistes en rouge. La goupille de la grenade de la pochette se trouve sur le coin inférieur droit. Le livret de l'album contient une reproduction des textes des chansons écrits de la main d'Armstrong sur des feuilles de papier. Il n'y a aucune photo des membres du groupe dans ce livret.

Cette pochette fait grand bruit au moment de sa diffusion, intervenant deux mois avant l'élection présidentielle américaine de 2004, car elle est alors interprétée comme une contestation de la guerre d'Irak[21], débutée le 20 mars 2003 et voulue par le président républicain de l'époque, George W. Bush. Green Day entend par cette pochette lutter à sa façon contre une réélection de George W. Bush[22], qui se présente lors de cette élection pour un second mandat. Il est cependant réélu lors de celle-ci, battant le candidat démocrate John Kerry.

Thèmes et composition[modifier | modifier le code]

Drapeau critiquant la politique de George W. Bush
L'album critique la politique du président des États-Unis de l'époque, George W. Bush.

American Idiot est un album-concept qui suit l'histoire d'un jeune homme nommé Jesus of Suburbia, un antihéros créé par Armstrong qui doit choisir entre trouver ce en quoi il croit et se battre pour, et l'auto-destruction. Il vit à une époque où les médias sont corrompus et où des politiciens véreux occupent le devant de la scène[23]. Frustré par sa vie et par ce qui se passe autour de lui, il décide de quitter sa banlieue natale, qu'il en est venu à haïr, pour aller en ville à la recherche d'une vie meilleure (Jesus of Suburbia)[24]. Après avoir vécu dans la rue pendant un moment, il se sent seul et continue à perdre espoir (Boulevard of Broken Dreams)[23]. Il rencontre alors deux compagnons d'infortune : un personnage nommé St. Jimmy, combattant de la liberté punk rock (St.Jimmy) et une fille, Whatsername, dont il tombe éperdument amoureux (She's a Rebel)[23], Whatsername étant inspirée de la chanson Rebel Girl de Bikini Kill. Alors que la vie de Jesus of Suburbia commence à s'améliorer, St.Jimmy se suicide (The Death of St. Jimmy), tandis que Whatsername retourne dans la ville d'où elle vient, le laissant seul[23]. Constatant qu'il n'a pas trouvé une vie meilleure en ville, il retourne dans sa banlieue à la recherche d'un travail et d'une vie plus normale (Homecoming)[23]. Après ce retour chez lui, il repense à ces moments passés en ville, où il a rencontré l'intolérance (Holiday), la drogue (Give Me Novacaine), la solitude (Boulevard of Broken Dreams) et le sexe (Extraordinary Girl), et se demande ce qu'est devenue Whatsername, au lieu d'essayer de l'oublier (Whatsername)[23].

Billie Joe Armstrong en concert à Cardiff en 2005
Billie Joe Armstrong en concert à Cardiff en 2005.

Bien que des questions politiques soient abordées, comme le ressentiment de Green Day envers la politique de George W. Bush (American Idiot, Holiday), le thème principal de l'album est la nature de la rébellion. Les deux personnages que Jesus of Suburbia rencontre au cours de son périple, St. Jimmy et Whatsername, illustrent l'opposition entre la rage et l'amour, Armstrong expliquant à ce propos que « vous pouvez suivre la voie de la rébellion aveugle et de l'auto-destruction, qui est celle suivie par St. Jimmy, mais vous pouvez aussi suivre vos croyances et votre éthique personnelle en étant plus guidé par l'amour, et c'est la voie que veut véritablement prendre Jesus of Suburbia »[2]. Le suicide de St. Jimmy est ainsi une allégorie de la partie de lui-même qui finit par disparaître, au profit de la partie de l'éthique personnelle, personnifiée par Whatsername.

American Idiot débute par la chanson homonyme, un morceau pop punk articulé au tour d'un riff rapide et énergique présent dès les premières secondes de la chanson. Celle-ci fait référence à l'opinion du groupe sur la politique américaine de l'époque, sur l'emprise des médias sur l'opinion publique, et émet le souhait de ne pas voir les américains devenir des idiots dirigés par un président stupide et une nation détestée sur le plan international[25]. Cette première chanson est une vue générale des thèmes de contestation et de rébellion prônés par l'album et sert d'introduction à l'histoire de Jesus of Suburbia. Le personnage est présenté dans une suite de plus de neuf minutes, Jesus of Suburbia, découpée en cinq parties. Il se présente dans la première partie, se décrivant comme « le fils de la rage et de l'amour », puis exprime son opinion pessimiste sur sa banlieue et le monde qui l'entoure dans City of the Damned et I Don't Care[26]. Dans la partie Dearly Beloved, Jesus of Suburbia exprime sa fatigue d'être seul et de se sentir abondonné, puis dans la dernière partie, Tales of Another Broken Home, il se rend compte qu'il ne fait qu'exister, et non vivre, et décide de s'enfuir en ville commencer une nouvelle vie[26]. La troisième chanson de l'album, Holiday, ressemble dans sa composition à American Idiot, étant aussi une chanson basée sur un riff rapide d'introduction à la guitare. Elle fait d'ailleurs écho à American Idiot dans ses paroles, étant la deuxième chanson de l'album à critiquer ouvertement la politique américaine de l'époque[27]. Armstrong y exprime son inquiétude à propos des répercussions de la politique extérieure de George W. Bush, notamment sur la guerre d'Irak commencée en 2003 et déplore les victimes de ce conflit, que ce soit les soldats ou les victimes d'attaques terroristes[27]. L'histoire évolue peu du côté de Jesus of Suburbia. Il se sent libre, comme en vacances, à l'idée de commencer une nouvelle vie, d'où le titre de la chanson.

Kathleen Hanna en concert, qui prête sa voix sur Letterbomb
Kathleen Hanna prête sa voix sur Letterbomb.

Boulevard of Broken Dreams, une chanson plus calme et plus lente que les trois précédentes, poursuit l'album. Elle commence avec Armstrong chantant sur une guitare acoustique, et suit la même progression d'accords que le classique Wonderwall du groupe britannique Oasis, ce qui vaut à Green Day des critiques de la part du chanteur du groupe, Noel Gallagher[28]. Jesus of Suburbia se rend à l'évidence que son sentiment de liberté est fini et qu'il doit faire face à la solitude, aux rues vides de la ville et à l'abandon[29]. Son rêve de la ville avec ses néons et ses gratte-ciel s'effondre, et il finit par accepter dans Are We the Waiting qu'il doit passer outre sa frustration et cette vision pour être accepté par celle-ci[30]. Cette chanson, du même style musical que celui de Boulevard of Broken Dreams, peut aussi être interprétée comme le reflet de la frustration d'Armstrong envers la situation du monde[30]. L'album se poursuit par la sixième chanson, St. Jimmy, punk rock dans son introduction et chantée par Armstrong sur une guitare électrique jouée en palm mute. Ce style rapide et rude amène le passage où Jesus of Suburbia fait la connaissance de son alter ego St. Jimmy[31]. St. Jimmy représente la partie contestataire et destructrice de Jesus of Suburbia : un rebelle au sang-froid, impressionnant et auto-suffisant, le genre de personne qu'il n'a jamais été[31]. Cette nouvelle vie s'exprime dans Give Me Novacaine, dont les couplets font intervenir des guitares acoustiques, où Jesus of Suburbia expérimente la drogue et fait ce que lui dit de faire St. Jimmy[32].

Dans la huitième chanson de l'album, She's a Rebel, dont une phrase des paroles inspire la pochette de l'album, le personnage central fait la connaissance d'une jeune femme sans nom dont il tombe amoureux, Whatsername[33]. De par son attitude rebelle et justicière, elle représente tout ce qu'il souhaite, lui donne l'espoir d'une vie meilleure et il décide alors d'essayer de lui ressembler[33]. La chanson peut aussi être interprétée avec She représentant les États-Unis[33]. Leur relation est approfondie dans Extraordinary Girl, qui traite de la difficulté d'entretenir une relation amoureuse face à la routine de tous les jours[34]. Jesus of Suburbia commence dans cette chanson à se détacher de St. Jimmy[34]. La dixième chanson de l'album, Letterbomb, commence avec un chant a cappella de la musicienne américaine Kathleen Hanna, voix de Whatsername, qui dresse le constat selon lequel tout s'écroule autour de Jesus of Suburbia[35]. Son allure de rebelle est fausse, tout comme la vie en ville basée sur le mensonge et l'apparence. Tout cela amène Whatsername à quitter la ville et à le laisser derrière elle[35]. La chanson suivante, Wake Me Up When September Ends, est la plus détachée de l'album vis-à-vis de l'histoire de Jesus of Suburbia[36]. Cette chanson, très calme dans son introduction, où seuls des arpèges joués à la guitare acoustique accompagnent le chant d'Armstrong, fait en premier lieu référence au décès de son père en septembre 1982 alors qu'il n'avait que 10 ans[36]. Cependant, le mois de septembre, ainsi que le numéro de piste de la chanson, le 11, font aussi référence aux attentats du 11 septembre 2001 survenus aux États-Unis[36]. Le clip de la chanson montre d'ailleurs un jeune couple séparé à cause d'une intervention militaire en Moyen-Orient[37].

L'histoire reprend son cours dans Homecoming, une autre suite de cinq morceaux de plus de neuf minutes, où deux parties sont chantées par Mike Dirnt et Tré Cool. La chanson commence par la mort de St. Jimmy, dont Jesus of Suburbia finit par accepter qu'il n'est pas son idéal[38]. Il fait son introspection, accepte que cette vie en ville faite de faux-semblants n'est pas pour lui et décide de rentrer chez lui dans sa banlieue[38]. La partie Rock and Roll Girlfriend est à part dans la suite et est une sorte de petite autobiographie de Tré Cool[38]. L'album se clôture sur Whatsername. Cette chanson ne donne pas de fin précise à l'histoire et on ne sait pas exactement ce qui arrive à Jesus of Suburbia lors de son retour chez lui[39]. Il se remémore tous ces événements passés en appelant Whatsername de cette manière car ces moments sont désormais loin de lui et il n'est plus capable de se rappeler son vrai prénom[39].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Score cumulé
Site Note
Metacritic 79/100[40]
Compilation des critiques
Périodique Note
albumrock 4/5 étoiles[41]
Allmusic 5/5 étoiles[42]
Alternative Press 3,5/5 étoiles[43]
Robert Christgau C+[44]
Entertainment Weekly B+[45]
The Guardian 3/5 étoiles[46]
IGN 10/10[47]
Music Story 4,5/5 étoiles[48]
Pitchfork Media 7,2/10[49]
Rolling Stone 3,5/5 étoiles[50]
Slant Magazine 4/5 étoiles[51]
Uncut 3/5 étoiles[52]

American Idiot recueille, dans l'ensemble, de très bonnes critiques, obtenant un score de 79/100 sur la base de vingt-six critiques collectées sur le site Metacritic[40]. Stephen Erlewine, d'Allmusic, lui donne la note maximale de 5 étoiles sur 5, évoquant « une sorte de chef-d'œuvre qui est l'un des rares, si ce n'est le seul, album de l'année à transmettre ce que l'on ressent à vivre dans cette Amérique étrange et déconcertante du début des années 2000 » et qui, « comme tous les grands albums-concepts, fonctionne sur plusieurs niveaux d'écoute différents »[42]. Le site IGN lui attribue également la plus haute note, 10/10, en avertissant que « vous allez émerger de votre expérience avec American Idiot physiquement fatigué, émotionnellement épuisé, et, c'est bien possible, changé pour toujours »[47]. Johnny Leftus, de Pitchfork Media, lui donne la note de 7,2/10, écrivant que c'est l'album « le plus ambitieux » du groupe et qu'Armstrong, même s'il « ne sera jamais un magicien des mots ou de la mélodie », « appréhende de façon lyrique » les problèmes culturels et politiques des États-Unis[49]. Rob Sheffield, de la revue américaine Rolling Stone, lui donne 3,5 étoiles sur 5, notant que « contre toute attente, Green Day a trouvé un moyen d'atteindre la trentaine sans trahir son esprit d'origine » et que, mis à part Homecoming, c'est un bon album avec une « saveur émotionnelle » dans sa description « du déclin et de la chute du rêve américain »[50]. Sal Cinquemani, de Slant Magazine, lui donne 4 étoiles sur 5, mettant en avant le fait que Green Day « a ressuscité l'opéra-rock » et « a réussi à créer un document à la fois musical et politique qui devrait rester pertinent pendant des années »[51]. David Browne, d'Entertainment Weekly, lui donne la note de B+, notant que « comme cela arrive souvent sur les albums concepts, l'album s'appuie plus sur les paroles que sur la musique et que certaines chansons sont donc peu mémorables » mais que Green Day « jette de la boue à la face du complexe militaro-industriel américain […] sans perdre pour autant [son] humour de sale garnement et [ses] accords puissants »[45].

Parmi les critiques francophones, Christophe Deniau, de Music Story, donne aussi une très bonne note, 4,5 étoiles sur 5, soulignant que ce « disque particulièrement ambitieux […] réussit cet exercice difficile d’associer succès public, exigence musicale et créativité » et que « ce disque inspiré et énervé est en symbiose avec le sujet traité »[48]. Sur le site albumrock, le journaliste attribue 4 étoiles sur 5, en notifiant que « les tubes Holiday et Boulevard Of Broken Dreams se révèlent d'une redoutable efficacité mélodique », qu'« on retrouve sur ce disque de petites perles teigneuses à souhait, comme l'introductif et truculent American Idiot, le bulldozer St. Jimmy, le catchy et trépidant She's A Rebel ou encore le furieux Letterbomb » et soulignant « la jolie power ballade Wake Me Up When September Ends »[41]. Jean-Baptiste Dupin, des Inrockuptibles, estime que « pendant près d’une heure, l’agilité mélodique de Green Day fait merveille » avec cet album « cohérent et fluide » et que « s’éloignant quelque peu du style qui a fait sa gloire, Green Day élargit sa palette […] avec un rock sensible, bien charpenté »[53].

Certaines critiques sont plus nuancées, comme celle de Mike Diver, de Drowned in Sound, qui donne à American Idiot la note de 6/10, évoquant un album « assez prévisible » mais « raisonnablement réussi » et comportant quelques titres « excellents » comme Holiday et St. Jimmy[54]. Dorian Lynskey, du quotidien britannique The Guardian, lui donne 3 étoiles sur 5, commentant qu'entre le meilleur (Jesus of Suburbia) et le pire (Homecoming), l'album est « désordonné, mais d'un désordre vif, clinquant et même courageux »[46]. Robert Christgau, critique musical américain, juge l'album négativement, lui attribuant la note de C+[44]. Il trouve que « le cœur saignant se soulève comme s'il allait exploser, seulement il ne le fait pas, parce qu'il n'y a pas ce qu'il faut pour tirer la goupille »[44].

Sur la base des critiques collectées sur le site Metacritic, American Idiot reçoit un meilleur accueil que son prédécesseur Warning:, qui a recueilli un score de 72/100, et que son successeur 21st Century Breakdown, sorti en 2009 et qui obtient la note de 70/100[55].

Succès commercial[modifier | modifier le code]

American Idiot atteint les premières places des classements musicaux basés sur les ventes d'albums dans de nombreux pays à travers le monde. Il se place à la première position dans dix-neuf pays, dont le Royaume-Uni et les États-Unis, où il atteint cette position dans le prestigieux Billboard 200 la semaine du 9 octobre 2004 en détrônant l'album Suit du rappeur Nelly[56],[57]. Les ventes de l'album sont estimées à plus de 15 millions d'exemplaires, dont plus de 6 millions aux États-Unis, soit le 13e album le plus vendu sur la période allant de 2002 à 2012[58].

American Idiot est le premier album de Green Day à atteindre la première place du Billboard 200, leurs prédécesseurs Dookie et Insomniac n'ayant fait mieux qu'une deuxième position dans ce classement. Ces bons chiffres de ventes permettent à l'album d'obtenir plusieurs certifications. Il récolte ainsi six disques de platine aux États-Unis[59], six disques de platine au Royaume-Uni avec plus de 1,8 million d'albums vendus[60], trois disques de platine en Allemagne avec plus de 600 000 albums vendus[61], six disques de platine en Australie avec plus de 420 000 albums vendus[62], six disques de platine au Canada avec plus de 600 000 albums vendus[63] et un disque de platine en France avec plus de 100 000 albums vendus[64].

Les cinq singles extraits de l'album ont aussi connu de bonnes performances de ventes, se positionnant à plusieurs reprises dans les cinquante premières places des classements musicaux de ventes de singles dans de nombreux pays. La chanson ayant reçu le meilleur accueil commercial est Boulevard of Broken Dreams, suivie de Wake Me Up When September Ends et de American Idiot[65],[66],[67],[68],[69]. Ces trois singles se sont d'ailleurs classés au Canada à la première place du Canadian Hot 100 publié par le magazine Billboard. Les quatre premiers singles extraits de l'album, American Idiot, Boulevard of Broken Dreams, Holiday et Wake Me Up When September Ends, sont tous disques de platine aux États-Unis, et même double disque de platine pour Boulevard of Broken Dreams[59].

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements[modifier | modifier le code]

Meilleures positions de American Idiot dans les classements musicaux
Classement musical Meilleure
position
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[70] 3
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[71] 1
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[72] 1
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop)[73] 6
Drapeau de la Belgique Belgique (Wallonie Ultratop)[74] 8
Drapeau du Canada Canada (Canadian Albums Chart)[56] 1
Drapeau du Danemark Danemark (Tracklisten)[75] 4
Drapeau de l'Espagne Espagne (Promusicae)[75] 22
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard 200)[56] 1
Drapeau de la Finlande Finlande (Suomen virallinen lista)[76] 2
Drapeau de la France France (SNEP)[77] 4
Drapeau de la Grèce Grèce (IFPI Greece)[78] 7
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[75] 5
Drapeau du Japon Japon (Oricon)[79] 3
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[75] 1
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[80] 2
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Mega Album Top 100)[81] 4
Drapeau du Portugal Portugal (Associação Fonográfica Portuguesa)[75] 15
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Albums Chart)[82] 1
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[75] 1
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[83] 1

Certifications[modifier | modifier le code]

Certifications de American Idiot
Pays Ventes Certifications
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 600 000 + Disque de platine 3 × Platine[61]
Drapeau de l’Argentine Argentine 80 000 + Disque de platine 2 × Platine[84]
Drapeau de l'Australie Australie 420 000 + Disque de platine 6 × Platine[62]
Drapeau de l'Autriche Autriche 40 000 + Disque de platine 2 × Platine[85]
Drapeau de la Belgique Belgique 30 000 + Disque de platine Platine[86]
Drapeau du Brésil Brésil 50 000 + Disque d'or Or[87]
Drapeau du Canada Canada 600 000 + Disque de platine 6 × Platine[63]
Drapeau des États-Unis États-Unis 6 000 000 + Disque de platine 6 × Platine[59]
Drapeau de la Finlande Finlande 20 000 + Disque d'or Or[88]
Drapeau de la France France 200 000 + Disque de platine Platine[64]
Drapeau de l'Irlande Irlande 120 000 + Disque de platine 8 × Platine[89]
Drapeau de l'Italie Italie 40 000 + Disque d'or Or[90]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1 800 000 + Disque de platine 6 × Platine[60]
Drapeau de la Suisse Suisse 80 000 + Disque de platine 2 × Platine[91]

Distinctions[modifier | modifier le code]

American Idiot est nommé dans plusieurs cérémonies de récompenses musicales à travers le monde en 2005 et 2006. Aux États-Unis, l'album reçoit en 2005 le prix du Meilleur album rock aux Grammy Awards, la plus importante cérémonie américaine dans le domaine de la musique, devant The Delivery Man d'Elvis Costello and the Imposters, The Reason d'Hoobastank, Hot Fuss de The Killers et Contraband de Velvet Revolver[92]. Il est aussi nommé au prix du Meilleur album de l'année mais est battu par Genius Loves Company de Ray Charles. Aux American Music Awards, le principal concurrent des Grammy Awards avec les Billboard Music Awards, American Idiot remporte le prix du Meilleur album pop/rock. Il obtient finalement plus de quatre prix du Meilleur album de l'année : à la cérémonie canadienne des Prix Juno, à celle des Brit Awards, l'équivalent britannique des Grammy Awards, à celle des MTV Europe Music Awards, basée sur le vote des téléspectateurs, et à celle des Japan Gold Disc Awards.

Concernant les chansons de l'album, Boulevard of Broken Dreams remporte le MTV Video Music Award de la vidéo de l'année en 2005[93] ainsi que le Grammy Award de l'enregistrement de l'année en 2006[92].

Récompenses et nominations de American Idiot
Cérémonie Pays Prix Année Résultat
American Music Awards Drapeau des États-Unis États-Unis Meilleur album pop/rock 2005 Lauréat
Brit Awards Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Meilleur album international 2006 Lauréat
Grammy Awards Drapeau des États-Unis États-Unis Meilleur album rock 2005 Lauréat
Japan Gold Disc Awards Drapeau du Japon Japon Les 10 meilleurs albums internationaux rock & pop de l'année 2005 Lauréat
Prix Juno Drapeau du Canada Canada Meilleur album international de l'année 2005 Lauréat
MTV Europe Music Awards Drapeau : Europe Europe Meilleur album 2005 Lauréat
Billboard Music Awards Drapeau des États-Unis États-Unis Album de l'année 2005 Nomination
Grammy Awards Drapeau des États-Unis États-Unis Album de l'année 2005 Nomination
NME Awards Drapeau des États-Unis États-Unis Meilleur album 2005 Nomination
Teen Choice Awards Drapeau des États-Unis États-Unis Album de musique 2005 Nomination

L'album figure sur de nombreux classements de magazines spécialisés dans les listes des meilleurs albums de la décennie ou de tous les temps. La rédaction du magazine Rolling Stone classe l'album à la 22e place de sa liste des « 100 meilleurs albums des années 2000 »[94], tandis que les lecteurs du magazine le classent à la première place[95]. Le magazine britannique Kerrang! est le plus élogieux, classant l'album en 2006 comme le 13e meilleur de tous les temps[96].

Les chansons American Idiot et Boulevard of Broken Dreams sont quant à elles classées respectivement par Rolling Stone aux 47e et 65e places de sa « liste des 100 meilleures chansons des années 2000 »[97].

Position de American Idiot dans les classements
Publieur Pays Classement Année Position
NARM Drapeau des États-Unis États-Unis Les 200 meilleurs albums de tous les temps[98] 61
Rolling Stone Drapeau des États-Unis États-Unis Les 100 meilleurs albums de la décennie[94] 2009 22
Rolling Stone Drapeau des États-Unis États-Unis Les 100 meilleurs albums de la décennie, choix des lecteurs[95] 1
Rolling Stone Drapeau des États-Unis États-Unis Les 500 meilleurs albums de tous les temps 2012 225
Kerrang! Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Les 100 meilleurs albums rock de tous les temps[96] 2006 13
NME Drapeau des États-Unis États-Unis Les 100 meilleurs albums de la décennie[99] 2009 60
NPR Drapeau des États-Unis États-Unis Les 50 enregistrements les plus importants de la décennie[100] 2009 *
Robert Dimery Drapeau des États-Unis États-Unis Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie[101] 2006 *
Rhapsody Drapeau des États-Unis États-Unis Les 100 meilleurs albums pop de la décennie[102] 2009 6
Entertainment Weekly Drapeau des États-Unis États-Unis Les 100 meilleurs albums de 1983 à 2008[103] 2007 6
IGN Drapeau des États-Unis États-Unis Les 25 meilleurs albums rock de la dernière décennie[104] 2011 *
(*) désigne une liste sans classement

Adaptations[modifier | modifier le code]

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : American Idiot (comédie musicale).
Affiche lumineuse d'une représentation au St. James Theater de New York
Représentation de la comédie musicale au St. James Theater de New York.

Une adaptation de l'album sous forme de comédie musicale est créée en 2009. Le livret est écrit conjointement par Billie Joe Armstrong et le metteur en scène Michael Mayer, tandis que la musique inclut l'ensemble des chansons de American Idiot, auquel s'ajoutent la chanson bonus Favorite Son, la face B Too Much Too Soon, la nouvelle chanson When It's Time et quelques chansons de l'album 21st Century Breakdown[105],[106].

Les premières représentations se tiennent au Repertory Theatre de Berkeley dont l'avant-première est jouée le 4 septembre 2009, puis la première représentation a lieu le 15 septembre[107]. Devant le succès rencontré par la comédie musicale, celle-ci se déplace à Broadway, au St. James Theatre. La première représentation a lieu le 20 avril 2010[108]. Au cours des représentations à Broadway, Armstrong interprète à quelques dizaines de reprises le rôle de St. Jimmy, provoquant une augmentation de la fréquentation du public[109]. Après 421 représentations à Broadway, dont la dernière est jouée le 24 avril 2011, le spectacle se déplace à travers tous les États-Unis pour une tournée nationale[109]. Le 1er décembre, il est annoncé que la comédie musicale tournera au Royaume-Uni et en Irlande à l'automne 2012 après sa tournée américaine[110]. La tournée commencera le 9 octobre 2012 au Mayflower Theatre de Southampton et se terminera le 8 décembre au HMV Hammersmith Apollo de Londres[111]. La comédie musicale donne naissance à un album intitulé American Idiot: The Original Broadway Cast Recording contenant les enregistrements studio des représentations.

La comédie musicale est récompensée en 2010 par les Tony Awards des meilleurs décors et des meilleures lumières[112]. Michael Mayer reçoit en 2010 le Drama Desk Award du meilleur metteur en scène[113] et l'album tiré de la comédie musicale est récompensé en 2011 par le Grammy Award du meilleur album de comédie musicale[114].

Film[modifier | modifier le code]

Peu après la publication de l'album, des spéculations naissent sur la possible adaptation de American Idiot au cinéma. Armstrong déclare : « nous avons discuté à propos des personnes qui pourraient écrire un scénario pour ça, et quelques noms nous ont été proposés. Tout cela a l'air vraiment excitant, mais pour l'instant on ne fait que parler »[115]. Le 1er juin 2006, Armstrong annonce dans une interview : « chaque semaine, il y a de nouvelles idées pour faire un film sur American Idiot, et ça va définitivement se faire »[116]. En mars 2010, l'acteur Tom Hanks annonce qu'il compte produire le film par l'intermédiaire de sa société de production Playtone, qu'il a fondée en 1996 avec le producteur Gary Goetzman[117].

Le 13 avril 2011, le projet d'un film basé sur l'album se concrétise avec l'acquisition des droits d'adaptation par Universal Pictures[118]. Le film est coproduit par Green Day, Pat Magnarella, manager du groupe, et par la société Playtone. Michael Mayer, metteur en scène de la comédie musicale basée sur American Idiot, est engagé pour réaliser le film[119].

Reprises[modifier | modifier le code]

Bryan Adams en concert
Dean Gray réalise un mash-up de l'album avec entre autres Summer of '69 de Bryan Adams.

Le 18 novembre 2005, Party Ben et Team9, deux DJ, sortent sous le pseudonyme de Dean Gray (une contrepèterie de Green Day) un mash-up de l'album appelé American Edit[120]. Il reprend piste par piste les chansons de American Idiot en les mêlant avec des samples d'autres chansons, le but étant de montrer les similitudes de l'album avec ces chansons[121]. Ce mash-up, diffusé gratuitement sur Internet, devient rapidement populaire et est téléchargé de nombreuses fois sur le site des deux DJ[122]. Cependant, dix jours après la parution de American Edit, Warner Music Group, label de Green Day et donc propriétaire des enregistrements du groupe, fait émettre une ordonnance de cessation et d'abstention contre l'utilisation non autorisée des chansons de American Idiot[122], ce qui entraîne un fort mouvement de protestation sur Internet. Les deux DJ décident de ne pas s'opposer à cette procédure, même si le but de ce travail était artistique et non commercial[121]. Billie Joe Armstrong avait d'ailleurs indiqué qu'il avait trouvé cet enregistrement « vraiment cool »[121].

Hayseed Dixie en concert
Hayseed Dixie fait une reprise folk de Holiday.

Outre ce mash-up qui reprend l'intégralité de l'album, plusieurs chansons ont fait l'objet de reprises. American Idiot est par exemple reprise plusieurs fois. Elle est parodiée par le chanteur américain Weird Al Yankovic dans une version appelée Canadian Idiot éditée sur son album Straight Outta Lynwood[123]. Le texte reprend les stéréotypes du Canada vus par les américains. Le groupe parodique Richard Cheese and Lounge Against the Machine reprend aussi la chanson dans un style lounge sur son album Aperitif for Destruction, tout comme le groupe The Rockers Covers sur une reprise rockabilly sortie en 2012[124],[125]. Enfin, les samples de la chanson ont servi de base à la conception du générique de la série télévisée d'animation Johnny Test[126]. Boulevard of Broken Dreams est aussi reprise plusieurs fois, notamment par le groupe allemand Gregorian sur son album Masters of Chant Chapter V sorti en 2006[127]. Sur cette version qui garde une orchestration rock, les paroles sont interprétées en chant grégorien. Ce groupe fait aussi une reprise du même style de Wake Me Up When September Ends sur son album Masters of Chant Chapter VIII sorti en 2011[128]. Le groupe américain Hayseed Dixie fait quant à lui une reprise folk de Holiday sur son album A Hot Piece of Grass datant de 2005[129].

Crédits[modifier | modifier le code]

Les crédits de American Idiot sont tirés du livret de l'album[130]. En plus des trois membres de Green Day, trois personnes sont créditées à la musique : Rob Cavallo, le producteur de l'album, au piano ; Jason Freese, qui avait déjà travaillé avec le groupe sur son projet parallèle The Network, au saxophone sur Rock and Roll Girlfriend ; et Kathleen Hanna, membre du groupe Le Tigre et ex-membre de Bikini Kill, au chant sur l'intro de Letterbomb. Le mixage est assuré par Chris Lord-Alge, déjà crédité sur Nimrod en 1997, et le matriçage est réalisé par Ted Jensen, déjà crédité sur Warning: en 2000[131].

Green Day

Musiciens additionnels

Production

  • Rob Cavallo et Green Day – producteurs
  • Doug McKean – ingénieur du son
  • Brian « Dr Vibb » Vibberts, Greg « Stimie » Burns, Jimmy Hoyson, Joe Brown, Chris Dugan et Reto Peter – assistants ingénieur du son
  • Chris Dugan et Reto Peter – ingénieurs du son additionnels
  • Chris Lord-Alge – mixage
  • Dmitar « Dim-e » Krnjaic – assistant mixage
  • Ted Jensen – matriçage
  • Chris Bilheimer – directeur artistique et design

Références[modifier | modifier le code]

Références extraites de Nobody Likes You: Inside the Turbulent Life, Times, and Music of Green Day de Marc Spitz :

  1. Spitz 2006, p. 143
  2. Spitz 2006, p. 150
  3. Spitz 2006, p. 151
  4. Spitz 2006, p. 152
  5. a et b Spitz 2006, p. 153-154
  6. Spitz 2006, p. 166

Autres références :

  1. (en) « Warning (2000): Reviews », sur metacritic.com (consulté le 8 septembre 2012)
  2. a, b, c, d et e (en) Alan Di Perna, « Combat Rock », Guitar World,‎ été 2004
  3. (en) Craig Hlavaty, « Lost Albums », sur Houston Press (consulté le 13 mai 2012)
  4. a et b (en) Alex Pappademas, « Power to the People (With Funny Haircuts) », Spin,‎ novembre 2004
  5. a et b (en) « Chart Beat Bonus », sur billboard.com (consulté le 3 décembre 2011)
  6. a et b « Green Day– American Idiot », sur discogs.com (consulté le 10 septembre 2012)
  7. a, b et c (en) « Green Day - American Idiot, Cassette, Album », sur discogs.com (consulté le 9 septembre 2012)
  8. a, b et c (en) « Green Day - American Idiot, 2 × Vinyl, LP, Album », sur discogs.com (consulté le 9 septembre 2012)
  9. « Green Day– American Idiot », sur discogs.com (consulté le 10 septembre 2012)
  10. (en) « Tour dates: Pre American Idiot, 2004 », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  11. a et b (en) « Tour dates: American Idiot, 2005 », sur geekstinkbreath.net
  12. (en) « American Idiot Tour », sur setlist.fm (consulté le 8 septembre 2012)
  13. (en) « Songs Played by Tour: American Idiot Tour », sur setlist.fm (consulté le 8 septembre 2012)
  14. a et b (en) « Bullet In A Bible - Live », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  15. (en) « Green Day - American Idiot CD, Enhanced, Limited Edition », sur discogs.com (consulté le 9 septembre 2012)
  16. (en) « Green Day– American Idiot (Special Edition), CD, DVD », sur discogs.com (consulté le 9 septembre 2012)
  17. a, b, c et d (en) « Green Day American Idiot + Live In Tokyo Japan DOUBLE CD (323078) », sur eil.com (consulté le 5 septembre 2012)
  18. (en) « American Idiot », sur greendaydiscography.com (consulté le 9 septembre 2012)
  19. a et b (en) « iTunes - Music - American Idiot (Deluxe Version) », sur iTunes (consulté le 5 septembre 2012)
  20. a, b, c, d, e, f et g Spitz 2006, p. 169
  21. « Top 10 des pochettes d’albums qui ont le plus choqué dans l’histoire de la musique populaire », sur www.zicabloc.com (consulté le 8 septembre 2012)
  22. « Les pochettes d'albums les plus controversées », sur msn.com (consulté le 8 septembre 2012)
  23. a, b, c, d, e et f (en) « Green Day discography American Idiot », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2010)
  24. Spitz 2006, p. 165
  25. (en) « American Idiot song meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  26. a et b (en) « Jesus of Suburbia song meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  27. a et b (en) « Holiday song meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  28. (en) Elizabeth Goodman, « Noel Gallagher Turns Loathing of Green Day Into Personal Pastime », sur rollingstone.com,‎ 20 décembre 2006 (consulté le 16 avril 2008)
  29. (en) « Boulevard of Broken Dreams meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  30. a et b (en) « Are We the Waiting meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  31. a et b (en) « St. Jimmy meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  32. (en) « Give Me Novacaine meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  33. a, b et c (en) « She's a Rebel meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  34. a et b (en) « Extraordinary Girl meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  35. a et b (en) « Letterbomb meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  36. a, b et c (en) « Wake Me Up When September Ends meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  37. « Green Day - Wake Me Up When September Ends [Official Music Video] », sur YouTube (consulté le 12 septembre 2012)
  38. a, b et c (en) « Homecoming meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  39. a et b (en) « Whatsername meaning », sur geekstinkbreath.net (consulté le 12 septembre 2012)
  40. a et b (en) « Critic Reviews for American Idiot », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 4 novembre 2011)
  41. a et b « Green Day American Idiot », sur albumrock.net (consulté le 8 septembre 2012)
  42. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « American Idiot: Overview », sur allmusic.com (consulté le 23 juillet 2008)
  43. (en) « Green Day - American Idiot », sur altpress.com
  44. a, b et c (en) Robert Christgau, « Robert Christgau: CG: Green Day », sur robertchristgau.com (consulté le 27 mai 2009)
  45. a et b (en) David Browne, « American Idiot », sur ew.com,‎ 24 septembre 2004 (consulté le 23 juillet 2008)
  46. a et b (en) Dorian Lynskey, « Green Day, American Idiot », sur guardian.co.uk,‎ 17 septembre 2004 (consulté le 23 juillet 2008)
  47. a et b (en) « American Idiot - Music Review at IGN », sur ign.com (consulté le 4 septembre 2011)
  48. a et b Christophe Deniau, « Chronique de American Idiot », sur music-story.com (consulté le 8 septembre 2012)
  49. a et b (en) Johnny Loftus, « American Idiot - Green Day », sur pitchforkmedia.com,‎ 24 septembre 2004 (consulté le 23 juillet 2008)
  50. a et b (en) « American Idiot by Green Day », sur rollingstone.com
  51. a et b (en) « Green Day: American Idiot », sur slantmagazine.com (consulté le 8 septembre 2012)
  52. (en) « Green Day - American Idiot », sur uncut.co.uk (consulté le 23 juillet 2008)
  53. Jean-Baptiste Dupin, « American Idiot », Les Inrockuptibles,‎ 31 août 2004 (consulté le 10 septembre 2012)
  54. (en) Mike Diver, « American Idiot », Drowned in Sound,‎ 20 septembre 2004 (consulté le 8 septembre 2012)
  55. « Green Day », sur metacritic.com (consulté le 9 septembre 2012)
  56. a, b et c (en) « American Idiot - Chart History », sur Billboard (consulté le 13 mai 2012)
  57. (en) « Number-one Albums Of 2004 (U.S.) », sur rtbot.net (consulté le 14 septembre 2012)
  58. (en) « Chart Watch Extra: Top Albums Of Last 10 Years », sur yahoo.com (consulté le 14 septembre 2012)
  59. a, b et c (en) « American Idiot », sur RIAA (consulté le 13 mai 2012)
  60. a et b (en) « Certified Awards Search - Green Day », sur BPI (consulté le 13 mai 2012)
  61. a et b (de) « Gold-/Platin-Datenbank - Green Day », sur musikindustrie.de (consulté le 23 août 2012)
  62. a et b (en) « ARIA Charts - Accreditations - 2006 Albums », Australian Recording Industry Association (consulté le 22 août 2011)
  63. a et b (en) « Gold Platinum Database - Green Day », sur musiccanada.com (consulté le 23 août 2012)
  64. a et b « Certifications Albums Platine - année 2009 », Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 23 août 2012)
  65. (en) « Green Day - American Idiot », sur acharts.us (consulté le 14 septembre 2012)
  66. (en) « Green Day - Boulevard Of Broken Dreams », sur acharts.us (consulté le 14 septembre 2012)
  67. (en) « Green Day - Holiday », sur acharts.us (consulté le 14 septembre 2012)
  68. (en) « Green Day - Wake Me Up When September Ends », sur acharts.us (consulté le 14 septembre 2012)
  69. (en) « Green Day - Jesus Of Suburbia », sur acharts.us (consulté le 14 septembre 2012)
  70. (de) Charts.de – Green Day – American Idiot. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH.
  71. (en) Australian-charts.com – Green Day – American Idiot. ARIA Top 50 album. Hung Medien.
  72. (de) Austriancharts.at – Green Day – American Idiot. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien.
  73. (nl) Ultratop.be – Green Day – American Idiot. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch.
  74. Ultratop.be – Green Day – American Idiot. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch.
  75. a, b, c, d, e et f « Green Day - American Idiot », sur lescharts.com (consulté le 14 mai 2012)
  76. (fi) Finnishcharts.com – Green Day – American Idiot. Suomen virallinen lista. Hung Medien.
  77. Lescharts.com – Green Day – American Idiot. SNEP. Hung Medien.
  78. (en) (el)« Greek Albums Chart (Both Foreign and Domestic) », sur ifpi.gr,‎ 24 septembre 2005 (consulté le 10 avril 2012)
  79. (ja)« アメリカン・イディオット - グリーン・デイ/ オリコンランキング情報サービス「you大樹」 », sur oricon.co.jp (consulté le 12 novembre 2010)
  80. (en) Charts.org.nz – Green Day – American Idiot. RIANZ. Hung Medien.
  81. (nl) Dutchcharts.nl – Green Day – American Idiot. Mega Album Top 100. Hung Medien.
  82. (en) Archive Chart. UK Albums Chart. The Official Charts Company.
  83. (en) Swisscharts.com – Green Day – American Idiot. Schweizer Hitparade. Hung Medien.
  84. (es) « Disco de oro y platino », sur capif.org.ar (consulté le 5 mars 2013)
  85. (de) « Gold & Platin - Green Day », sur ifpi.at (consulté le 5 mars 2013)
  86. (en) « Gold and Platinum Certifications Albums 2007 », sur ultratop.be (consulté le 5 mars 2013)
  87. (pt) « Certificados - Green Day », sur abpd.org.br (consulté le 5 mars 2013)
  88. (fi) « Tilastot -Green Day », sur ifpi.fi (consulté le 5 mars 2013)
  89. (en) « 2005 Certification Awards Multi Platinum », sur irishcharts.ie (consulté le 5 mars 2013)
  90. (it) « Certificazione Album », sur fimi.it (consulté le 5 mars 2013)
  91. (en) « Awards Database - Green Day », sur swisscharts.com (consulté le 5 mars 2013)
  92. a et b (en) « Past Winners Search - Green Day », sur grammy.com (consulté le 13 mai 2012)
  93. (en) « 2005 Video Music Awards », sur MTV (consulté le 13 mai 2012)
  94. a et b (en) « 100 Best Albums of the 2000's », sur Rolling Stone (consulté le 13 mai 2012)
  95. a et b (en) « The Decade End: Readers Poll Your Favorite Album, Song and Artist of the 2000s »
  96. a et b (en) « GNR Top Kerrang's 100 Greatest Album List », sur gnrdaily.com,‎ 10 novembre 2009 (consulté le 13 juillet 2010)
  97. (en) « 100 Best Songs of the 2000's », sur Rolling Stone (consulté le 13 mai 2012)
  98. (en) « The Definitive 200: Top Albums Of All » (consulté le 13 juillet 2010)
  99. (en) « The Top 100 Greatest Albums Of The Decade », sur NME (consulté le 13 juillet 2010)
  100. (en) Bob Boilen, « The Decade's 50 Most Important Recordings », sur npr.org (consulté le 13 juillet 2010)
  101. (en) Robert Dimery, Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Judith More ; Universe Publishing,‎ 2006 (ISBN 978-1-84403-624-0)
  102. (en) « 100 Best Pop Albums Of The Decade », sur Rhapsody
  103. (en) « The 100 best albums from 1983 to 2008 », Entertainment Weekly,‎ 18 juin 2007 (consulté le 7 septembre 2012)
  104. (en) « 25 Best Rock Albums Of The Last Decade », sur music.ign.com
  105. (en) « American Idiot », sur berkeleyrep.org (consulté le 14 mai 2012)
  106. (en) Dave Itzkoff, « Punk CD Is Going Theatrical », sur The New York Times (consulté le 14 mai 2012)
  107. (en) Steven McElroy, « Shakespeare, Singing and Solo Shows Galore », sur The New York Times,‎ 10 septembre 2009 (consulté le 13 septembre 2012)
  108. (en) Charles Isherwood, « Stomping Onto Broadway With a Punk Temper Tantrum », sur The New York Times (consulté le 14 mai 2012)
  109. a et b (en) Kenneth Jones, « Billie Joe Armstrong Jumps Into American Idiot April 5, Playing Final Weeks », sur playbill.com (consulté le 14 mai 2012)
  110. (en) « American Idiot The Musical », sur americanidiotthemusical.co.uk (consulté le 11 février 2012)
  111. (en) Ann Lee, « Green Day's American Idiot musical to tour UK and Ireland in 2012 », sur metro.co.uk,‎ 1er décembre 2012 (consulté le 1er juillet 2012)
  112. (en) « Search Past Winners - American Idiot », sur tonyawards.com (consulté le 14 mai 2012)
  113. Andrew Gans, « Red, Memphis, Bridge, Fences and La Cage Win Drama Desk Awards », sur playbill.com,‎ 23 mai 2010 (consulté le 13 septembre 2012)
  114. « American Idiot Wins Grammy for Best Musical Show Album! », sur broadwayworld.com,‎ 13 février 2012 (consulté le 13 septembre 2012)
  115. (en) Corey Moss, « Green Day Considering Movie Version of American Idiot », sur vh1.com,‎ 21 septembre 2004 (consulté le 3 août 2008)
  116. (en) Moss Corey, « Green Day Promise Next LP Will Be "An Event" - News Story », sur MTV News,‎ 1er juin 2006 (consulté le 13 juillet 2010)
  117. « Tom Hanks s'attaque à Green Day ! », sur AlloCiné (consulté le 12 septembre 2012)
  118. (en) « "American Idiot" movie lands at Universal », sur Reuters,‎ 13 avril 2011 (consulté le 12 septembre 2012)
  119. « Musique, série, jouet : Tom Hanks sur tous les fronts ! », sur AlloCiné,‎ 14 juin 2011 (consulté le 12 septembre 2012)
  120. (en) « Green Day Gets Mashed in ‘American Edit’ », sur blog.sfgate.com (consulté le 9 novembre 2012)
  121. a, b et c (en) James Montgomery, « Green Day Mash-Up Leads To Cease-And-Desist Order, Grey Tuesday-Style Protest », sur mtv.com (consulté le 9 septembre 2012)
  122. a et b (en) « Legal action to stop Green Day remix », sur nme.com (consulté le 9 septembre 2012)
  123. (en) « Parodies & Polkas », sur weirdal.com, "Weird Al" Yanvokic (consulté le 7 février 2007)
  124. (en) « The Rockers Cover - Home », sur therockercovers.com
  125. (ja)« Revved Up The Rocker Covers », sur tower.jp (consulté le 10 septembre 2012)
  126. « Johnny Test - Générique Saison 2 », sur youtube.com (consulté le 9 septembre 2012)
  127. (en) « Masters of Chant Chapter V.5 - Gregorian », sur amazon.com (consulté le 9 septembre 2012)
  128. (en) « Masters of Chant Chapter V.8 - Gregorian », sur amazon.com (consulté le 10 septembre 2012)
  129. (en) « Black Market Goods », sur hayseed-dixie.com (consulté le 9 septembre 2012)
  130. (en) American Idiot, Green Day, 2004, Livret album, Reprise Records
  131. (en) « Ted Jensen », sur albumcredits.com (consulté le 14 septembre 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Marc Spitz, Nobody Likes You: Inside the Turbulent Life, Times, and Music of Green Day, Hyperion,‎ 2006 (ISBN 1401302742)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 22 novembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.