Amenominakanushi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la mythologie japonaise et le Shintoïsme, Amenominakanushi (天御中主 ou 天之御中主神) est le premier kami à venir à l'existence dans la plaine du ciel en tant que « kami solitaire » (hitorigami). Il est reconnu comme un des trois zōka sanshin (« trois kamis de la création ») et un des cinq kotoamatsukami (en) (« divinités célestes séparées »).

Amenominakanushi se trouve au tout début du Kojiki. D'après Aston, son nom pourrait signifier "la divinité par laquelle le Ciel subsiste éternellement". Comme tous les premiers dieux cités dans la genèse shintoïste, son identité est quelque peu trouble, et s'apparente à des "manifestations célestes", mais à la différence des autres kami, Ame-no-Minaka-Nushi peut être considérée comme la manifestation d'un monothéisme primitif. Il est également similaire à Brahma dans l’Hindouisme, surnommée Bonten (梵天) en japonais.

Parmi les théories avancées, celle avancée par Hirata Atsutane dit qu'il est le chef des kami des sept étoiles principales de la constellation de la Grande Ourse. Ame-no-Minaka-Nushi-no-Kami serait donc proche de la théorie de l'Anima mundi dans l'Histoire des Religions.

J. W. T. Mason voit en cette déité la "totalité unifiée de l'esprit divin". En ce sens, il se rapproche également du concept de Monade.

D'après d'éminents prêtres shintoïstes, il est le "centre de tous les kami, plus universel et éternel que tous les [autres] kami" et il aurait été découvert à une époque relativement tardive, lorsque la pensée de l'Homme était devenue plus claire et profonde, par le biais d'une recherche intellectuelle plutôt que par les pratiques religieuses.

Une autre opinion avance que Ame-no-Minaka-Nushi n'est pas un kami à proprement parler, mais plutôt le "pilier central de l'univers, qui est apparu dans le chaos [primordial], venu nul ne sait d'où".

K. Kakehi, un autre théoricien du shintoïsme, en dit aussi que Ame-no-Minaka-Nushi est à la fois créateur et création du monde phénoménal, exerçant simultanément une fonction passive et active, car la Vie n'est pas uniquement une chose qui créer mais est aussi une chose créée, tout à la fois. Aussi, Ame-no-Minaka-Nushi est décrit, empruntant le vocabulaire bouddhiste du Shinbutsu shūgō, comme Fushō Fumetsu Fuzō Fugen, c'est à dire sans commencement (ou sans naissance), sans fin (ou sans mort), sans croissance et sans décroissance. Ame-no-Minaka-nushi est donc le fondement immuable du flux dans le monde phénoménal, transcendant tous changements.

Une autre théorie enfin avance qu'il serait la divinité iranienne Zervanem Akaranem, personnification de l'éternité, importée au Japon lors de temps reculés. Une théorie qui n'est pas sans rappeler la théorie de l'anthropologue C. Scott Littleton sur la légende du Prince Yamato Takeru, la qualifiant d'Arthurienne et proposant des origines iraniennes communes à ces deux mythes.

Le Kujiki mentionne également une obscure déité nommée Ame Yuzuru Hi Ame no Sagiri Kuni Yuzuru Tsuki Kumi no Sagiri no Mikoto qui serait soit antérieure à Ame-no-Minaka-Nushi, soit un autre nom pour celui-ci.

Quoiqu'il en soit, étant cité en premier dans le Kojiki, Ame-no-Minaka-Nushi occupe une place prestigieuse, quoique controversée, puisqu'il n'y est plus cité ensuite, et que son nom n'apparaît même pas du tout dans le Nihon Shoki. En raison de son prestige, Amenominakanushi est une divinité centrale du Daikyōin au-début de l'ère Meiji, où la théorie de Hirata servie de base théologique à la conversion shintoïste de temples bouddhistes vénérant Myōken Bosatsu, le dieu bouddhiste de la constellation de la Grande Ourse.

Il est également vénéré au sein de certaines nouvelles sectes shintoïstes (教派神道, kyōha-shintō?)[1]. La secte shintō Miitsu-kai, qui le place au-dessus de tous les autres Kami, lui donne aussi le nom de Ō-Amaterasu-Ō-mi-kami.

Nonobstant, et malgré les opinions extrêmement diverses sur le culte de ce dieu, il semble qu'aucun sanctuaire shinto officiel ne consacre entièrement son temple principal au culte de Ame-no-Minaka-Nushi-no-Kami, la plupart de ceux lui étant dédiés l'étant également à d'autres kami, souvent les deux autres Kotoamatsukami, c'est à dire Takamimusubi (高御産巣日神) et Kamimusubi (神産巣日神). Cette situation ambiguë s'explique par la nature abstraite et lointaine de ce kami, alors que pour la plupart des adorateurs shintoïstes désireraient des rapports familiers et "utiles" avec le dieu qu'ils vénèrent, tels que Inari, Hachiman ou Amaterasu.

Aussi est-il dit par Engelbert Kaempfer que les anciens maîtres du shintoïsme mystique et ésotérique faisaient s'engager par serment écrit, signé et authentifié, à ne pas profaner les "mystères aussi sacrés que sublimes" de Ame-no-Minaka-Nushi "en les faisant connaître aux ignorants et aux incrédules".


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopedia of Shinto, consulté le 24 juillet 2008