Ambroisie (genre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ambroisie et Ambrosia.

Le genre Ambrosia regroupe diverses plantes de la famille des Astéracées (ou Composées) dont la plus connue est l'Ambroisie à feuilles d'Armoise (Ambrosia artemisiifolia L.).

Allergénicité[modifier | modifier le code]

Plusieurs ambroisies produisent des pollens très allergisants. Seulement cinq grains de pollen par mètre cube d'air suffisent à déclencher l'allergie chez les personnes qui y sont sensibles[1]. Introduite en Europe à la fin du XIXe siècle dans des sacs de grains provenant du Canada[2], l'Ambroisie à feuilles d'armoise a colonisé de nombreux milieux et est devenue une source majeure d'allergies.

En France, elle a d'abord colonisé la vallée du Rhône (en 1880 déjà, dans 5 départements) puis s'est étendue vers le nord jusqu'en 1940 (un pied a été trouvé en Picardie en 2002). De nos jours, 53 départements sont touchés par cette mauvaise herbe (2007) selon l'INRA, Institut National pour la Recherche Agronomique, principalement à cause du réchauffement du climat. En effet, cette plante peut non seulement profiter des stress écologiques comme la sécheresse mais aussi dormir de très nombreuses années dans le sol[3].

Chaque pied libère quotidiennement plusieurs millions de minuscules (19 μm) grains de pollen, certains avancent même le chiffre de 2,5 milliards[4], et son fruit épineux est facilement dispersé dans les friches et les jachères, et le long des chemins, chemins de berge ou de halage, par l'homme ou les animaux, d'autant plus facilement que le sol a été retourné, désherbé ou qu'il ne présente pas de flore naturelle qui concurrencerait son avancée. Ce pollen est l'un des plus allergènes connus et il peut réaliser des réactivités (allergies) croisées [5] avec les pollens d'autres espèces de pollens armoise, mais aussi pissenlit, chrysanthème, cyprès, bouleau, fléole des près etc. ou avec certains aliments comme le (miel, cucurbitacées : melon, pastèque, concombre, banane, céleri, kiwi, litchi, pêche, kaki). Le latex d'hévéa est aussi une réactivité croisée décrite possible.

Alors que les bouleaux et les cyprès, également allergisants, sont parfois utiles, l'ambroisie à feuilles d'armoise, de par son introduction récente, ne joue aucun rôle écologique majeur en Europe. Aussi trois députés ont-ils décidé, le 13 avril 2011, de créer un comité parlementaire de suivi du risque ambroisie, car entre 6 % et 12 % de la population française, selon la région, exposée présente une allergie à cette herbe dangereuse et que, dans la région Rhône-Alpes seulement, le coût est estimé à une dizaine de millions d'euros pour la sécurité sociale[3].

Description[modifier | modifier le code]

Espèces[modifier | modifier le code]

Selon ITIS:

Selon GRIN

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Allergies : alerte sur l’ambroisie
  2. http://massot1.voila.net/ARTICLE%20ENGLISH.pdf Ragweed pollen in France: origin, diffusion, exposure
  3. a et b Ambroisie : la mauvaise herbe à abattre (Le Figaro, 14 avril 2011, p. 11)
  4. Botanique de l'ambroisie (Association Française d'Étude des Ambroisies)
  5. [1]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :