Ambracie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 09′ 29″ N 20° 59′ 13″ E / 39.158, 20.987 ()

Ambracie (en grec ancien Ἀμϐρακία / Ambrakía) est une colonie de Corinthe, fondée au VIIe siècle av. J.-C. Elle est située sur la côte nord du golfe Ambracique, sur la rive gauche du fleuve Arachtos, quasiment en face de Leucade, sur le site de l'actuelle ville d'Arta.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est fondée entre 650 et 625 par Gorgos, fils du tyran de Corinthe, Cypsélos. Son fils, Périandre, est chassé par les citoyens, qui installent une démocratie. Lors de la guerre du Péloponnèse, Ambracie, comme sa métropole, rejoint le camp spartiate. Elle assiste Corinthe dans sa guerre contre Corcyre, lui fournissant des bateaux à de nombreuses reprises[1]. Elle dispute également aux Acarnaniens et aux Amphilochiens, alliés d'Athènes, le contrôle du golfe ambracique. L'Acarnanie obtient finalement l'appui d'Athènes à la suite de la destruction d'Argos d'Amphilochie par les spartiates et le stratège Démosthène vainc Ambracie à Olpaï, en 426[2].

En 396/395, Ambracie rentre dans la coalition athénienne (Athènes, Argos, Corinthe et Thèbes) dirigée contre Sparte. Mais le raid de Sparte en Acarnanie pousse Ambracie à rallier la ligue du Péloponnèse en 388[3].

En 338, Ambracie est occupée par les Macédoniens, emmenés par Philippe II. En 295, Pyrrhus en fait la capitale du royaume d'Épire et l'orne de reliefs, statues et peintures. Ambracie rejoint ensuite la Ligue étolienne en 230. Elle est prise par les Romains de Marcus Fulvius Nobilior au printemps de l'année 189 et méthodiquement pillée[4]. Par la suite, elle vidée par Auguste de ses habitants, qui sont déportés à Nicopolis[5].

Au XIe siècle de l'ère chrétienne, après la destruction de Nicopolis par les Bulgares, la ville d'Arta se développe sur le site de la ville antique.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne] (I, 27, 2 et 56, 4).
  2. Thucydide (III, 105-112).
  3. Xénophon, Les Helléniques (V,4,65;VI,2,3).
  4. Polybe, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne] (XXI, V, 25–30).
  5. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] (V, 23, 3).