Amblainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amblainville
Le bâtiment de la mairie.
Le bâtiment de la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Méru
Intercommunalité Communauté de communes des Sablons
Maire
Mandat
Joël Vasquez
2014-2020
Code postal 60110
Code commune 60010
Démographie
Gentilé Amblainvillois
Population
municipale
1 732 hab. (2011)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 13″ N 2° 07′ 21″ E / 49.2036, 2.122549° 12′ 13″ Nord 2° 07′ 21″ Est / 49.2036, 2.1225  
Altitude Min. 65 m – Max. 145 m
Superficie 20,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amblainville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amblainville

Amblainville est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie. Ses habitants sont appelés les Amblainvillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Amblainville est à la limite du Vexin, à proximité de la brèche creusée par le Sausseron.

La commune, limitrophe de Méru est à 3 km, Henonville, Bornel, Arronville, Fosseuse et Esches.

Amblainville est constitué de quatre hameaux : Sandricourt, Saint-Claude, Vignoru et Fays aux Ânes ; et d'écarts comme la ferme des Granges, La Trinité, le petit Sandricourt et Pontcharmont[1].

La gare la plus proche est la gare de Méru. Amblainville est traversée par la RD 927 qui relie Cergy à Beauvais. La gare de péage de l'autoroute A16 se situe sur la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1104, on retrouve l'appellation Umbleville et Embleinvilla et son nom va changer sans logique apparente: Amblevilla en 1165, Ambleyville en 1200, Ambleville et Ambleinville en 1206, Ambleville en 1304 c'est à partir de 1282 qu'Amblainville devient définitif. On peut expliquer ces variantes par la méconnaissance des clercs[réf. nécessaire].

Le lieu-dit Fay-aux-Ânes de l'ordre monastique des Trinitaires, appelés populairement les Frères aux ânes[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'agriculture et le travail de la nacre avaient un poids important au point qu'ils figurent sur le blason d'Amblainville

Au XIIIe siècle il y avait une léproserie[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 2003 Pierre Planson    
2003 2004 Jean Pierre Guillard    
2004 en cours
(au 2 avril 2014)
Joël Vasquez   Chef d'entreprise
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 732 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
764 734 768 788 778 811 816 824 788
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
789 798 780 807 854 964 870 870 823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
846 845 879 864 859 836 857 740 861
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
892 891 951 1 408 1 650 1 688 1 714 1 722 1 732
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 17,7 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 18,2 %).
Pyramide des âges à Amblainville en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
5,0 
75 à 89 ans
5,7 
12,5 
60 à 74 ans
11,7 
22,8 
45 à 59 ans
23,1 
24,0 
30 à 44 ans
22,0 
13,9 
15 à 29 ans
14,3 
21,6 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Amblainville compte trois monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Martin (classée monument historique par arrêté du 2 février 1982[9]) : Elle comporte des éléments du Xe siècle au XIIIe siècle ainsi que du XVIe siècle.
  • Chapelle Prieuré de la Trinité du Fay (façades et toitures, décors peints intérieurs et cheminée du XVIIe siècle inscrits monument historique par arrêté du 30 décembre 1988[10]) : Du prieuré fondé au XIe siècle, ne subsiste que la chapelle du XIIIe siècle, remaniée au XVIe siècle et au XVIe siècle.
  • Parc du domaine de Sandricourt (allée dite de la Marquise, grand parterre dit parterre de Diane, cascade de fleurs et clairière ronde inscrits monument historique par arrêté du 18 juillet 1991[11])

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Polissoir du néolithique
  • Ancien Palais de Justice
  • Mémorial de la ferme du Coudray : mémorial inauguré en 2001 à la mémoire des quatre hommes de la 8e Air Force tués à bord de leur avion abattu le 30 décembre 1943[12].
  • Ferme de la Fay aux ânes.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d’Amblainville

Les armes d’Amblainville se blasonnent ainsi :

De sinople à la croix de gueules bordée d'argent, cantonnée en pointe à dextre d'une gerbe de blé liée de sable et à senetre d'un heaume du même taré de demi-profil, à l'écu d'azur bordé d'argent brochant en cœur chargé d'une tour d'or terrassée de même, au chef de gueules chargé de trois besans d'argent et soutenu d'une devise d'or.

La devise d'Amblainville est " Conchylium frumentumque nostris "

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. de Manneville, « De l'état des terres et des personnes dans la paroisse d'Amblainville, du XIIe siècle au XVe siècle », Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, Beauvais, Imprimerie départementale de l’Oise, vol. 13,‎ 1886, p. 449-571 et 761-810 (ISSN 12805343, lire en ligne)
  • M. de Manneville, « De l'état des terres et des personnes dans la paroisse d'Amblainville, du XIIe siècle au XVe siècle (suite) », Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, Beauvais, Imprimerie départementale de l’Oise, vol. 14,‎ 1889, p. 119-218 et 428-550 (ISSN 12805343, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Note sur l'historique de la commune d'Amblainville juillet 1978 de M Pierre Durvin
  2. Géraud Lavergne, « Les noms de lieux d'origine ecclésiasticque » (sic), Revue d'histoire de l'Église de France, Tome 15, no 68, 1929, p. 327.
  3. Note sur l'histoire de la commune d'Amblainville juillet 1978 par Pierre Durvin.
  4. « Joël Vasquez réélu, entouré de ses adjoints », L'Echo du Thelle, no 523,‎ 3 avril 2014, p. 10
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Amblainville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  9. « Église Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Chapelle du prieuré », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Parc du domaine de Sandricourt », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Amblainville et le canton de Méru, édite par la Communauté de communes et le Conseil général de l'Oise.