Ambassade de France au Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Ambassade de France au Canada
Drapeau de la France
France
Drapeau du Canada
Canada
France, Ottawa.jpg Ambassade de France à Ottawa

Lieu 42, promenade Sussex
Ottawa K1M 2C9
Coordonnées 45° 26′ 35″ N 75° 41′ 39″ O / 45.443083, -75.69407945° 26′ 35″ Nord 75° 41′ 39″ Ouest / 45.443083, -75.694079  
Ambassadeur Philippe Zeller
Nomination 1er juillet 2011
Site internet Consulter

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Ambassade de France au Canada

Géolocalisation sur la carte : Ottawa

(Voir situation sur carte : Ottawa)
Ambassade de France au Canada

Voir aussi : Ambassade du Canada en France
Ambassadeurs françaisConsuls français

L'ambassade de France au Canada est la représentation diplomatique de la République française au Canada. Elle est située à Ottawa, la capitale du pays, et son ambassadeur est, depuis 2011, Philippe Zeller.

L'ambassade[modifier | modifier le code]

L'ambassade est située sur la Promenade Sussex (Sussex Drive), à Ottawa, au numéro 42. Elle n'accueille plus de consulat général depuis le 1er juillet 2005 [1].

Résidence de l'ambassadeur de France au Canada.

Voisine de la résidence du Premier ministre canadien, qui se situe au 24 de la même rue, elle surplombe la Rivière des Outaouais et les Chutes Rideau, dans le quartier de New Edimburgh, à deux pas du centre-ville. Un autre bâtiment situé rue Wilbrod abrite par ailleurs les services culturel et scientifique.

Inaugurée en 1939, cette mission diplomatique conçue par l'architecte Eugène Beaudouin dans le style Art déco est remarquable par sa richesse architecturale et artistique. La décoration des portes de bronze du grand salon a été réalisée par Robert Cami (1900 - 1975).

Abritant à la fois la résidence de l’Ambassadeur et les services de l’ambassade, cette bâtisse en granit gris s’élève sur trois étages et s’organise autour du Grand Hall. Cette pièce principale arbore un mobilier ainsi que des décorations elles aussi de style Art-Déco, notamment des tapisseries de Marcel Gromaire, représentant les quatre saisons : l’hiver canadien, le printemps parisien, l’été de Saint-Malo et l’automne québécois.

Le Bureau de l'Ambassadeur

Un escalier de marbre rose massif permet d’accéder au premier étage et conduit à la galerie qui surplombe le Grand Hall et dessert les pièces de réception – Salle à manger, Salon rond, Grand Salon et Fumoir – ainsi que le bureau de l’Ambassadeur. Toutes ces pièces affichent des décorations qui mettent en avant les liens d’amitié qu’entretiennent la France et le Canada, à l’instar du bas-relief de la galerie qui représente le monument élevé à Vimy en l’honneur de la victoire héroïque remportée par les soldats canadiens pendant la Première Guerre mondiale ou les murs du bureau des ambassadeurs gravés par Charles-Émile Pinson sur le thème de la découverte du Canada par les Vikings en l’an mil et de la Nouvelle-France.
Quant à la salle à manger, elle est ornée d'une décoration murale commandée par le ministre de l'Éducation nationale Albert Sarraut au peintre Alfred Courmes en 1938. Cette œuvre La France heureuse couvre une surface de cent vingt mètres carrés.
L'ambassade est aussi décorée de sculptures de Louis Leygue et de Jean Prouvé comme La Grande Hermine.

Par ailleurs, toujours dans l’esprit de souligner les liens étroits qui unissent les deux pays, les matériaux qui ont servi à la construction de l’ambassade viennent à la fois du Canada (bois des portes et chambranles, ainsi que le granit gris du Québec pour les murs extérieurs) et de France (travertin de Saint-Quentin pour les murs du hall, ainsi que le marbre rose de Bourgogne pour l’escalier et la banquette de la galerie).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Fumoir

En 1928, le Canada devient un État souverain. Alors que la France y envoie sa première délégation diplomatique, installée provisoirement dans des bureaux sur la rue Wellington, le premier envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire, Jean Knight, se met à la recherche d’un bâtiment susceptible d’abriter les quartiers de la légation. Attiré d’emblée par le quartier manufacturier bordant la rivière des Outaouais, près du Parc de Rockcliffe, il ne trouve malheureusement aucun édifice à vendre et suggère donc au ministère des Affaires étrangères d’acheter un terrain et de le faire bâtir.

En 1930, il propose l’achat de la propriété Blackburn, qui se situe non loin de la résidence du gouverneur général et se trouve reliée au centre-ville par le tramway. À l’issue de longues négociations avec le propriétaire, l’achat est signé entre Arthur Blackburn et le second envoyé extraordinaire de France, Charles-Arsène Henry, le 31 décembre 1931.

Le Grand Salon

Tout comme le choix du terrain, celui de l’architecte engendre de nombreuses discussions entre Paris et Charles-Arsène Henry. Alors que ce dernier souhaite confier le travail à un Canadien qui serait davantage familier avec les conditions climatiques, les habitudes locales et les matériaux utilisés au Canada, le Quai d’Orsay préfèrerait un architecte français. En 1935, un accord est trouvé qui désigne le Français Eugène Beaudouin, secondé par deux collaborateurs montréalais, Marcel Parizeau et Antoine Monette, tous deux diplômés de l’Institut d’Architecture de Paris.

Le 14 juillet 1936, les travaux commencent, en présence du Premier ministre canadien William Lyon Mackenzie King, qui pose la première pierre, et ils se terminent trois ans plus tard. Entretemps, pendant la construction, le domaine de la légation fait l’objet d’une extension considérable jusqu’au rebord de la falaise à la suite de l’achat de la propriété Lemay en 1938 et, au même moment, le gouvernement de l’Ontario fait don du terrain d’alluvion, au bas de la falaise, pour un dollar symbolique.

Le 4 janvier 1939, la légation est inaugurée, en présence de sept cents personnes, parmi lesquelles le gouverneur général, lord Tweedsmuir, et le Premier ministre, M. Mackenzie King. La réalisation reçoit un accueil unanime de la part des Canadiens, qui se réjouissent du résultat final et de l’hommage ainsi rendu à leur pays. La presse, quant à elle, souligne à la fois la prouesse architecturale et décorative du lieu ainsi que le symbole que représente la nouvelle ambassade pour les relations franco-canadiennes :

Le Grand Hall

« Il n'y a sans doute rien de semblable sur le continent. Comme l'architecture est souvent le vrai miroir de la civilisation, la Légation de France à Ottawa reflète le degré de raffinement intellectuel de la nation française. On peut dire qu'elle reflète également les sentiments de la France pour le Canada : aucun hommage plus précieux ne pouvait en effet être rendu à notre peuple par la République ». (Ottawa Citizen).

« La cérémonie d'aujourd’hui forme un lien nouveau qui nous unira plus intimement à la mère-patrie, berceau de notre civilisation et foyer de notre culture, qui nous a donné la vie du corps et de l’esprit et vers laquelle nous n'avons jamais cessé de tourner nos regards aimants. Elle est une invite à rester de plus en plus fidèle à la civilisation dont nous sommes les héritiers et les gardiens, à la langue douce et forte, aux traditions familiales et religieuses, à l'idéal spirituel qui nous ont été légués et que nous avons le devoir et la mission de perpétuer sur ce continent, dans notre intérêt national et pour la grandeur même du Canada, notre unique patrie » (Le Droit).

Fermée pendant la Seconde Guerre mondiale dès septembre 1942, la légation devient l'Ambassade de France avec la nomination du premier Ambassadeur, Jean de Hauteclocque, le 25 novembre 1944.

C’est à partir de 1951 que l’ambassadeur de France et le Premier ministre canadien deviennent voisins, lorsque Louis St-Laurent fait du 24, Promenade Sussex sa résidence officielle.

Ambassadeurs de France au Canada[modifier | modifier le code]

De A Ambassadeur
Envoyés extraordinaires et ministres plénipotentiaires
1928 1930 Jean Knight
1930 1932 Charles-Arsène Henry
1934 1937 Raymond Brugère
1937 1940 Comte Robert de Dampierre
1940 1942 René Ristelhueber
Délégués du Comité National Français
1942 1943 Colonel Philippe Pierrenne
1943 1945 Gabriel Bonneau[2]
Ambassadeurs de France au Canada
1945 1948 Jean de Hauteclocque
1948 1949 Francisque Gay
1949 1955 Hubert Guérin
1955 1962 Francis Lacoste
1962 1965 Raymond Bousquet
1965 1968 François Leduc
1968 1972 Pierre Siraud
1972 1977 Jacques Viot
1977 1979 Xavier Daufresne de la Chevalerie
1979 1981 Pierre Maillard
1981 1984 Jean Beliard
1984 1987 Jean-Pierre Cabouat
1987 1989 Philippe Husson
1989 1991 François Bujon de l'Estang
1992 1997 Alfred Siefer-Gaillardin
1997 1998 Loïc Hennekinne
1998 2001 Denis Bauchard
2001 2004 Philippe Guelluy
2004 2008 Daniel Jouanneau
2008 2011 François Delattre
2011 auj. Philippe Zeller

Relations diplomatiques[modifier | modifier le code]

Consulats[modifier | modifier le code]

La section consulaire de l'ambassade de France située à Ottawa a été fermée le 1er juillet 2005. Il existe un consulat et cinq consulats généraux de France au Canada, chacun assisté de consuls honoraires basés à :

Communauté française[modifier | modifier le code]

Le nombre de Français établis au Canada est estimé à 150 000, dont 60 % dans la région de Montréal[7]. Au 31 décembre 2013, 83 295 Français sont inscrits sur les registres consulaires[8]. Au 31 décembre 2011[9], les 79 328 inscrits étaient ainsi répartis entre les 6 circonscriptions : Montréal : 51 335 • Québec : 10 583 • Toronto : 10 079 • Vancouver : 4 602 • Calgary : 1 651 • Moncton-Halifax : 1 078.

Population française inscrite au registre mondial
2001 2002 2003 2004 2005
45 458 52 017 60 047 62 364 60 763
2006 2007 2008 2009 2010
67 200 63 732 68 075 69 868 71 404
2011 2012 2013 - -
79 328 78 647 83 295 - -
Personnes inscrites au registre des Français établis hors de France au 31 décembre de chaque année.
(Sources : données publiques sur data.gouv.fr et ministère français des Affaires étrangères, dont 2010, 2011, 2012 et 2013)


Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Depuis la loi du 22 juillet 2013[10] réformant la représentation des Français établis hors de France avec la mise en place de Conseils consulaires au sein des missions diplomatiques, les ressortissants français du Canada élisent pour six ans des conseillers consulaires dans chacune des circonscriptions suivantes :

  1. Vancouver et Calgary : 3 conseillers ;
  2. Toronto : 4 conseillers ;
  3. Québec : 4 conseillers ;
  4. Montréal et Moncton/Halifax : 7 conseillers.

Ces derniers ont trois rôles :

  1. ils sont des élus de proximité pour les Français de l'étranger ;
  2. ils appartiennent à l'une des quinze circonscriptions qui élisent en leur sein les membres de l'Assemblée des Français de l'étranger ;
  3. ils intègrent le collège électoral qui élit les sénateurs représentant les Français établis hors de France. Afin de respecter la représentativité démographique, quatre délégués consulaires sont élus dans la 4e circonscription pour compléter ce collège électoral.

Pour l'élection à l'Assemblée des Français de l'étranger, le Canada était jusqu'en 2014 découpé en deux circonscriptions électorales[11] :

  1. Toronto (recouvrant les consulats généraux de Toronto et Vancouver) : 3 sièges ;
  2. Montréal (recouvrant les consulats généraux de Moncton et Halifax, Montréal et Québec) : 5 sièges.

Le Canada représente désormais une circonscription électorale dont le chef-lieu est Montréal et qui désigne quatre de ses 18 conseillers consulaires pour siéger parmi les 90 membres de l'Assemblée des Français de l'étranger[12].

Pour l'élection des députés des Français de l’étranger, le Canada dépend de la 1re circonscription.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Fermeture de la section consulaire de l'ambassade.
  2. Délégué du gouvernement provisoire.
  3. Voir la liste des Consuls de France à Québec et à Montréal depuis 1859 sur le site du Consulat de France.
  4. Voir la liste des Consuls de France à Québec depuis 1858 sur le site du Consulat de France.
  5. Voir la liste des Consuls et Consuls Généraux de France dans les provinces atlantiques depuis 1949 sur le site du Consulat de France.
  6. Créé par arrêté du ministère des Affaires étrangères le 5 août 2010.
  7. Maison des Français de l'étranger.
  8. [PDF] Population française inscrite au registre mondial (auprès des postes consulaires) au 31/12/2013.
  9. [PDF] Population française inscrite au registre mondial (auprès des postes consulaires) au 31/12/2011.
  10. Loi no 2013-659 du 22 juillet 2013 relative à la représentation des Français établis hors de France sur Légifrance.
  11. Décret no  2005-552 du 24 mai 2005.
  12. Élections 2014 - découpage mondial par circonscription AFE, sur le site du ministère des Affaires étrangères.

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :