Ambassade aborigène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 18′ 04″ S 149° 07′ 48″ E / -35.30111, 149.13

l'une des tentes de l’« ambassade aborigène »

L’ambassade aborigène (en: Aboriginal Tent Embassy) est un ensemble de tentes, de signes, de drapeaux et d'activistes situés en permanence sur la pelouse de l'ancien Parlement fédéral australien à Canberra. Cette « ambassade » auto-proclamée, non-reconnue comme telle par le gouvernement australien, a pour but de défendre les droits et les intérêts des Aborigènes d'Australie, et de les représenter en tant que nation dont les terres sont occupées. Le drapeau aborigène y est hissé. Précisons qu'aucun traité n'a à ce jour été conclu avec les Aborigènes pour permettre la colonisation de l'Australie et la présence d'une population à large majorité non-aborigène.

L'ambassade fut érigée le jour de la fête nationale australienne, le 26 janvier 1972, en réponse au refus du gouvernement McMahon de reconnaître les droits des Aborigènes à leurs terres coutumières. L'ambassade a été maintenue de manière intermittente entre 1972 et 1992, puis de manière permanente depuis lors. Parmi ses concepteurs les plus célèbres, citons Gary Foley, Chicka Dixon, Pearl Gibbs et Paul Coe.

Histoire[modifier | modifier le code]

En février 1972, l'ambassade nouvellement établie présenta au Parlement une liste de demandes, dont :

  • la création d'un Etat du Territoire du Nord, au sein du système fédéral australien, doté d'un parlement à majorité aborigène, avec le droit de contrôler les terres de ce territoires ;
  • la reconnaissance d'un droit de propriété aborigène sur les terres des réserves ;
  • la préservation de tous les sites sacrés en Australie ;
  • une compensation financière pour toutes les terres qui ne pouvaient être restituées aux Aborigènes.

Ces demandes furent rejetées. En juillet 1972, l'ambassade fut démontée par la police, qui arrêta huit personnes.

En octobre 1973, environ 70 Aborigènes organisèrent un sit-in sur les marches du Parlement et ré-établirent l'ambassade. Le premier ministre Gough Whitlam accepta de les rencontrer.

En mai 1974, l'ambassade fut détruite par une tempête, et reconstruite. Elle fut détruite et ré-établie à plusieurs reprises jusqu'en 1992, puis ré-établie de manière permanente. En 1995, le gouvernement australien conféra à l'ambassade le statut de site classé au Natural Heritage Trust - sans toutefois lui reconnaître le statut d'« ambassade » au sens habituel du terme.

En 2003, le « bureau principal » de l'ambassade fut détruit par un incendie criminel, et les documents et archives accumulés à cet endroit depuis 1972 furent perdus[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "Aboriginal Tent Embassy burnt out", Australian Broadcasting Corporation, 19 juin 2003

Lien externe[modifier | modifier le code]