Amar Shonar Bangla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
আমার সোনার বাংলা (bn)

Amar Shonar Bangla (bn)
Mon Bengale doré

Rabîndranâth Tagore, l'auteur-compositeur de Amar Sonar Bangla.
Rabîndranâth Tagore, l'auteur-compositeur de Amar Sonar Bangla.

Hymne de Drapeau du Bangladesh Bangladesh
Paroles Rabîndranâth Tagore
1905
Musique Rabîndranâth Tagore
1905
Adopté en 1971
Fichiers audio
Amar Shonar Bangla (Instrumental)
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

Amar Shonar Bangla est l'hymne national du Bangladesh, adopté lors de l'indépendance en 1971. La musique et les paroles ont été composées par Rabîndranâth Tagore (également auteur de l'hymne indien).

Amar Shonar Bangla[modifier | modifier le code]

Texte en bengalî :

আমার সোনার বাংলা, আমি তোমায় ভালবাসি
চিরদিন তোমার আকাশ, তোমার বাতাস,আমার প্রাণে বাজায় বাঁশি।।
ও মা, ফাগুনে তোর আমের বনে ঘ্রাণে পাগল করে,
মরি হায়, হায় রে -
ও মা, অঘ্রাণে তোর ভরা ক্ষেতে আমি কি দেখেছি মধুর হাসি।।
কী শোভা, কী ছায়া গো, কী স্নেহ কী মায়া গো-
কী আঁচল বিছায়েছ বটের মূলে, নদীর কূলে কূলে ।
মা, তোর মুখের বাণী আমার কানে লাগে সুধার মত,-
মরি হায়, হায় রে -
মা তোর বদনখানি মলিন হলে ; ও মা আমি নয়ন জলে ভাসি।।

Translittération :

Amar Shonar Bangla, ami tomaï bhalobachi.
Tchirodine tomar akach, tomar batash,
Amar prané badjaï bânchi.
Ô Ma, fagoné tor amer boné ghrâné pagol Koré,
Mori haï, haïré
Ô Ma, oghrané tor bhôra kheté ami
Ki deketchi modhour hachi.
Kî shobha, ki tchayago, ki snéhon,
Kî mayago
Kî antchaul bitchaétcho bauter moulé naudir
Koulé koulé.
Ma tor moukher bani amar kané lagué
Choudar moto,
Mori haï, haïré -
Mator bodonekhani mauline holé,
Ô Ma ami noione djolé bhâchi.

Traduction[modifier | modifier le code]

Mon Bengale doré

Mon Bengale doré, je t'aime
Tes cieux, ton air font toujours chanter
Comme une flûte mon cœur.
Au mois de Phagoun, ô ma mère,
Le parfum de tes manguiers
Me transporte de joie,
Ah, quel vertige !
Au mois d'Agrahan, ô ma mère,
Dans les champs dorés,
J'ai vu de doux sourires, tout être recouvert !
Ah, quel « antchal » de beauté, d'ombres, d'affection
Et de tendresse.
As-tu étendu au pied des banians et le long des rives !
Ô ma mère, les paroles de tes lèvres
Sont du nectar à mes oreilles !
Ah, quel vertige !
Si la tristesse, ô ma mère, jette son voile sur ton visage,
Mes yeux se remplissent de larmes !

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :