Amar Ben Belgacem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Amar Ben Belgacem

Naissance 18 juin 1979
Paris, France
Décès 25 août 2010 (à 31 ans)
Paris, France
Nationalité tunisienne
française
Activités Peintre
Formation Autodidacte
Mouvement artistique Art abstrait
Récompenses Officier du mérite culturel tunisien

Amar Ben Belgacem (عمار بن بلقاسم) dit Amar, né le 18 juin 1979 à Paris, où il est mort le 25 août 2010[1], est un peintre franco-tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né de parents tunisiens, Amar Ben Belgacem grandit à Paris jusqu'à l'âge de cinq ans. En 1984, ses parents décident de le scolariser avec son frère jumeau en Tunisie. Jusqu'à l'âge de 19 ans, il habite à Hammamet dans une villa qu'il qualifie d'« artistique », celle-ci abritant un jardin exotique, de nombreux tableaux, des objets de collection, des livres d'art, etc[2].

Amar Ben Belgacem commence à peindre en 1989 et expose pour la première fois dans son atelier d'Hammamet en 1993. Peintre autodidacte, il reçoit rapidement les encouragements et conseils de son voisin, le peintre hammamétois Aly Ben Salem[3],[4],[5].

Représenté dans les collections publiques et privées de vingt pays, Amar Ben Belgacem parcourt le monde pour faire découvrir ses œuvres et rechercher de nouvelles sources d'inspiration[6],[7]. Son atelier est situé à Paris.

Il est membre de l'Association internationale des arts plastiques, de l'Académie internationale de Lutèce (membre à vie à partir de 1997) et de l'Union des plasticiens tunisiens[8],[2].

Il meurt à l'âge de 31 ans. Selon son site officiel[1], sa mort intervient le 25 août 2010 bien que sa nécrologie donne la date du 5 septembre[9] ; d'autres sources donnent la date du 6 septembre[10]. Il est rapatrié en Tunisie et enterré à Hammamet le 10 septembre[9].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Techniques et style[modifier | modifier le code]

Ayant commencé à peindre très jeune, Amar Ben Belgacem peut expérimenter diverses techniques picturales — peinture à l'huile, acrylique, pastel, encre de Chine, vitraux et collages — avant de se consacrer durablement à la gouache[11],[8]. Ses tableaux ont également gagné en ampleur, allant de la miniature à des formats moyens ou grands telle la peinture murale qu'il a réalisée à Turin pour le Musée d'art urbain[12].

Le style de l'artiste se situe entre l'art figuratif stylisé et l'art abstrait[2]. Le peintre ne cherche pas à figurer la réalité telle qu'elle est mais telle qu'il la rêve, la ressent et l'idéalise. L'aspect formel de ses compositions permet toutefois d'identifier l'essentiel des sujets représentés. Ben Belgacem peut ainsi être qualifié de peintre du paysage, tant son œuvre est marquée par la représentation d'une nature foisonnante et généreuse où l'on devine la flore et la faune terrestres (arbres, fleurs, champignons, oiseaux, papillons, etc.)[13],[14],[15]. L'évocation de la flore et de la faune aquatiques tient également une place de choix[16],[14],[12]. Quant à l'air, d'innombrables ronds colorés rappellent son omniprésence comme autant de bulles d'oxygène[17]. Les figurations humaines sont en revanche très rares et généralement réduites au seul visage.

Les formes sont simples et composées de lignes courbes avec lesquelles le peintre souhaite exprimer douceur et apaisement, tout autant que l'impression de mouvement et de dynamisme, notamment grâce au motif du cercle[18],[19],[4],[20] ; elles sont soigneusement organisées en dessins préparatoires parfois longuement retouchés avant la mise en œuvre. Le dessin à l'encre Tant de Joie (2007) illustre ce travail des formes aux allures de dentelle. Les couleurs sont vives et chaleureuses, donnant à l'œuvre d'Amar Ben Belgacem un aspect toujours lumineux[18],[21],[22]. Leur foisonnement, évocation artistique des multiples couleurs de la nature, traduit la soif d'une vie intense et d'une joie éclatante[23]. La couleur noire a été longtemps absente de l'œuvre d'Amar Ben Belgacem qui y voyait un reflet de la tristesse et de la mélancolie, contraires à ses objectifs picturaux ; il a toutefois évolué à ce propos et le noir fait désormais partie de sa palette chromatique comme l'illustre le tableau Éternité de bonheur (2008)[24],[19],[12],[8]. Le blanc constitue cependant la couleur essentielle, celle de la toile ou de la feuille de papier où le peintre traduit l'image d'un ciel lumineux, source d'équilibre et de respiration[22],[4],[12]. Le blanc se fait même parfois dominant comme dans le dessin à l'encre Tant de Joie (2007) qui pourrait évoquer un monde vaporeux ou encore un environnement nuageux.

Amar Ben Belgacem conçoit ses toiles comme des poèmes ou des chants visuels[15],[12]. Ses créations valorisent les thèmes positifs de l'amour, de la paix, du bonheur, de la quiétude, du plaisir ou encore de l'harmonie, le tout décrivant un monde idéal dépourvu d'éléments négatifs[19],[22],[4].

En termes d'influences, il dit avoir été marqué en premier lieu par le peintre hammamétois Aly Ben Salem ; il évoque également l'attraction suscitée par les œuvres de Joan Miró, Vassili Kandinsky, Henri Matisse et Alexander Calder[4],[11]. Il puise également son inspiration dans la musique qu'il écoute en peignant[11].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Hammamet (atelier et exposition personnelle)[11] ; Moscou (exposition personnelle)[23],[30] ;
  • 1995 : Bruxelles (exposition personnelle)[23],[30] ; Casablanca (exposition personnelle)[23] ; Hammamet (exposition personnelle à la maison des jeunes) ; Rabat (exposition personnelle)[23] ;
  • 1996 : Hammamet (plusieurs expositions personnelles)[30] ; Luxembourg (exposition personnelle)[23] ; Nabeul (exposition personnelle à la maison de la culture)[23] ; Paris (exposition collective à l'Assemblée nationale[31], exposition collective « l'Hiver en fête » à la galerie Art présent)[31] ; Tunis (exposition personnelle à la galerie Yahia)[32] ;
  • 1997 : Blois (exposition personnelle)[33] ; Hammamet (exposition collective au centre culturel international, exposition personnelle à la bibliothèque publique, exposition collective organisée à l'Hôtel Vénus par l'Association des artistes plastiques d'Hammamet et leurs amis) ; Le Bardo (exposition collective à la Nationale Galerie Alyssa) ; La Valette (exposition collective à la Biennale internationale de Malte)[33] ; Paris (exposition au Salon des beaux-arts de l'Académie internationale de Lutèce, exposition collection, exposition personnelle à la maison de la Tunisie (Cité internationale universitaire de Paris), exposition personnelle au centre culturel tunisien[33], exposition collective au 28e grand concours international de l'Académie internationale de Lutèce, exposition personnelle à la galerie A Part[5], exposition collective à l'Assemblée nationale) ; Sbikha (exposition collective au festival d'art plastique) ; Sidi Bou Saïd (exposition collective dans un musée)[33] ; Sousse (exposition personnelle au centre culturel Yahia Ibn Omar) ; Tunis (exposition personnelle au centre culturel de la ville de Tunis[34],[2], exposition collective au sixième salon des jeunes plasticiens à la galerie Yahia) ; Washington (exposition personnelle à la Banque mondiale)[33] ;
  • 1998 : Profondeville (exposition collective à la galerie du Nid d'aigle) ; Vasto (exposition collective au Castello Caldora) ; El Menzah (exposition personnelle à la galerie Ulysse)  ; Londres (exposition collective à la Foreign Press Association)[20],[5] ; Naxxar (exposition collective au Palazzo Parisio) ; Paris (exposition collective au Salon des beaux-arts de l'Académie internationale de Lutèce, exposition collective à la galerie ASAC) ; Summit (exposition collective au New Jersey Center for Visual Art) ; Tunis (exposition collective pour le concours AMINA, exposition collective annuelle de l'Union des plasticiens tunisiens) ;
  • 1999 : Beyrouth (exposition collective au palais de l'Unesco)[5] ;
  • 2002 : Paris (exposition personnelle à la galerie A Part) ; Grenoble (exposition personnelle)[5] ;
  • 2003 : Paris (exposition personnelle à la galerie A Part)[11] ; Radès (exposition personnelle à la galerie Andalucia)[8],[35] ;
  • 2004 : Paris (exposition collective aux Journées culturelles et touristiques tunisiennes de Paris à l'Institut du monde arabe[36], exposition collective à l'espace culturel tunisien) ;
  • 2005 : Paris (exposition personnelle à la galerie L'ARTicle)[12] ; Sanaa (exposition personnelle au centre culturel français)[15],[37],[38] ;
  • 2006 : Paris (exposition personnelle au palais de l'Unesco)[39],[14],[40] ; Seto (exposition personnelle)[41] ; Tōkyō, Chiyoda (exposition personnelle) ; Toulouse (exposition personnelle)[41] ; Tunis (exposition personnelle « Les couleurs font la fête » à la galerie Yahia)[22],[20],[17] ; Washington (exposition personnelle au centre culturel tunisien)[42],[43] ;
  • 2007 : Marrakech (exposition personnelle)[24] ; Tōkyō (exposition personnelle au City Club)[24] ; Tunis (exposition personnelle « Couleurs en folie » à la galerie Médina)[13],[19] ;
  • 2008 : Bari (exposition collective à la Nuova voce - Fondation Giorgio Correggiari) ; La Valette (exposition collective internationale) ; Lyon (exposition personnelle) ; Mahrès (exposition collective au Festival des arts plastiques) ; Nagoya (exposition collective à la Noritake Gallery Sakae) ; Paris (exposition collective « La semaine africaine 2008 » à la maison de l'Unesco) ; Salammbô-Le Kram (exposition personnelle à la galerie Art-Libris)[16],[44] ; Séoul (exposition collective durant le World Artist Festival au Sejong Center) ; Turin (exposition personnelle à la D Gallery) ;
  • 2009 : L'Haÿ-les-Roses (exposition collective « Les grands peintres du Maghreb » aum oulin de la Bièvre)[45] ; Paris (exposition collective « Partage » en faveur de l'association Tunaction à la maison du barreau[46], exposition collective « Nous avons dit oui » à la galerie Daniel Besseiche[47], exposition personnelle « Totalement AMAR » à la galerie Marassatrois)[47].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1997 : diplôme d'honneur du Festival d'art plastique de Sbikha ; distinction spéciale et prix à la Biennale internationale de Malte (diplôme du mérite)[48] ; « mention » au 28e grand concours international organisé par l'Académie internationale de Lutèce ;
  • 1998 : premio internazionale di Pittura e Scultur Grolla d'Oro 1998 (XXXIIIe édition) de Volpago del Montello ; prix spécial « jeune de moins de 25 ans » de l'Académie internationale de Lutèce ; médaille de bronze avec mention au 29e grand concours international de l'Académie internationale de Lutèce ; diplôme du « Créateur d'aujourd'hui, reconnu comme apportant sa contribution au patrimoine artistique de son époque » décerné par la Fédération nationale de la culture française (découverte et sélections du monde des arts plastiques)[48] ;
  • 1999 : médaille de bronze de l'Élite (Société française d'encouragement) ;
  • 2007 : trophée de la Fédération nationale des clubs Convergences (Lyon).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le 2 août 2006, il est décoré du grade d'officier du mérite culturel tunisien par le ministre de la Culture[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr)(en) Site officiel d'Amar Ben Belgacem
  2. a, b, c et d (fr) Ibtissem El Oudi, « Exposition de Ammar Ben Belgacem. Jardin de lumière », Le Renouveau, 28 mai 1997
  3. a et b (fr) Neïla Gharbi, « La première fois avec Amar. La peinture comme bien-être », Le Renouveau, 4 mars 2007
  4. a, b, c, d et e (fr) Lotfi Ben Khelifa, « Amar, l'artiste peintre, et l'hymne à la joie de vivre », Le Temps, 1er juin 2006
  5. a, b, c, d et e (fr) Mona Ben Gamra, « Amar. Nomade dans l'art », Le Quotidien, 28 mai 2006, p. 13
  6. (fr) [PDF] Plaquette de présentation du peintre (Amarart)
  7. (fr) Ronz Nedim, « À la conquête du monde », La Presse de Tunisie, 15 décembre 2006
  8. a, b, c et d (fr) Mounira Aoudi, « Amar Ben Belgacem, à la galerie d'art Andalucia (Radès). Le lutin et les féeries du monde », La Presse de Tunisie, 9 décembre 2003
  9. a et b (fr) [PDF] Nécrologie d'Amar Ben Belgacem, La Presse de Tunisie, 10 septembre 2010
  10. (fr) « L'artiste Ammar Ben Belgacem n'est plus », Tuniscope, 8 septembre 2010
  11. a, b, c, d et e (fr) Rafik Darragi, « Le monde « amarien » de Amar Ben Belgacem », La Presse de Tunisie, 4 octobre 2003
  12. a, b, c, d, e et f (fr) Rafik Darragi, « Sur les traces de nos artistes à l'étranger. Le peintre Amar Ben Belgacem. Hymne à la joie », La Presse de Tunisie, 18 août 2005
  13. a et b (fr) [PDF] Nadia Zouari, « À la galerie Medina, Amar expose ses couleurs en folie... », Le Temps, 23 mars 2007
  14. a, b et c (fr) A.H., « Amar expose à l'Unesco », La Presse de Tunisie, 6 avril 2006
  15. a, b et c (en) « Artist Belqacem makes a round-the-world trip from Sana'a », Yemen Times, 19 décembre 2005
  16. a et b (fr) Raouf Medelgi, « Un jardin de couleurs », Le Temps, 3 octobre 2008
  17. a et b (fr) Ronz Nedim, « Amar à la galerie Yahia des arts (Le Palmarium). Un monde de paix et d'amour », La Presse de Tunisie, 20 mai 2006
  18. a et b (fr) Imène Khammassi, « « Les jardins de couleurs » de Amar (19 septembre-18 octobre chez Art-Libris). Une symphonie de couleurs », Le Renouveau, 30 septembre 2008, p. 17
  19. a, b, c et d (fr) Ousmane Wague, « Folie de couleurs en mouvement », Le Quotidien, 22 février 2007, p. 15
  20. a, b et c (fr) Raouf Medelgi, « Amar expose « Les couleurs font la fête » à la galerie Yahia. Une leçon d'amour et d'amitié... », Le Temps, 30 mai 2006
  21. (fr) Ronz Nedim, « À la conquête du monde », La Presse de Tunisie, 15 décembre 2006
  22. a, b, c et d (fr) Jameleddine Ben Abdessamad, « Amar à la galerie Yahia. Illuminance du moi et du ça », Tunis Hebdo, 12 juin 2006
  23. a, b, c, d, e, f et g (fr) Mohamed Ayed, « Le benjamin des peintres tunisiens », La Presse de Tunisie, 22 novembre 1996
  24. a, b et c (fr) Lofti Ben Khelifa, « Amar, l'artiste-voyageur. « Je retourne dans ma Tunisie pour un éblouissement des yeux » », L'Hebdo touristique, no 941, 27 juillet 2007
  25. a et b (fr) Mohammed Sfia, « À Hammamet. Don culturel au profit de la mairie de la ville », L'Hebdo touristique, 10 février 1997
  26. a et b (fr) Mohammed Sfia, « Don au profit de la mairie de Hammamet », La Presse de Tunisie, 7 février 1997
  27. (fr) « L'art chatoyant d'un Tunisien cosmopolite », Arabies, mai 2008, p. 61
  28. (fr) Fresque d'Amar Ben Belgacem réalisée pour le Musée d'art urbain de Turin en mars 2008 (Dailymotion)
  29. (fr) Fresque d'Amar Ben Belgacem réalisée pour le musée d'art urbain de Turin en mars 2008 (YouTube)
  30. a, b et c (fr) Mohamed Sfia, « Rêveries en couleurs », La Presse de Tunisie, 8 avril 1996
  31. a et b (fr) Mohamed Sfia, « Un rayon de soleil dans la grisaille parisienne », La Presse de Tunisie, 10 décembre 1996
  32. (fr) He. Ha., « À la galerie Yahia. Amar et « Les couleurs de la fête ». Retour aux sources », La Presse de Tunisie, 17 mai 2006
  33. a, b, c, d et e (fr) Bady Ben Naceur, « Amar Ben Belgacem, le plus jeune plasticien tunisien. Le « Mozart de la peinture » », La Presse de Tunisie, 12 août 1997
  34. (fr) Alya, « Le plus jeune peintre tunisien », La Presse de Tunisie, 22 mai 1997
  35. (ar) Amor Ghdamsi, Essahafa, 18 décembre 2003[réf. incomplète]
  36. (fr) Journées culturelles et touristiques tunisiennes en juin 2004 (Ambassade de Tunisie en France)
  37. (ar) Anwar Mohamad Haydar, Al Joumhouria (Yémen), 19 décembre 2005, p. 19[réf. incomplète]
  38. (ar) Exposition d'œuvres d'Amar Ben Belgacem à Sanaa en décembre 2005 (YouTube)
  39. (fr) Ronz Nedim, « Amar : message de paix, d'amour et d'amitié », La Presse de Tunisie, 21 avril 2006
  40. (fr) Exposition d'œuvres d'Amar Ben Belgacem au palais de l’Unesco en avril 2006 (YouTube)
  41. a et b (fr) Ronz Nedim, « Amar expose au Japon. À la conquête du monde », La Presse de Tunisie, 15 décembre 2006
  42. (en) Michael Keating, « Amar at the Tunisian embassy », Washington Report on Middle East Affairs, juillet 2006, p. 72
  43. (fr) « Le fabuleux destin d’Amar », Le Temps, 25 mai 2006, p. 10
  44. (fr) S.B., « Amar, le jardin des couleurs à Art-Libris. Mieux connaître l'artiste, découvrir ses œuvres », La Presse de Tunisie, 30 août 2008
  45. (fr) Galerie des œuvres d'Amar Ben Belgacem exposées au moulin de la Bièvre à L'Haÿ-les-Roses
  46. (fr) Exposition « Partage » organisée à Paris par l'association Tunaction en janvier 2009
  47. a et b (fr) Faten Aouadi, « Amar Ben Belgacem à la galerie Daniel Besseiche à Paris. J'adore communiquer mes jubilations », Le Temps, 22 mars 2009
  48. a et b (fr) Mohammed Sfia, « Amar Ben Belgacem, créateur d'aujourd’hui », La Presse de Tunisie, 15 février 1998

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage consacré à l’œuvre d’Amar Ben Belgacem :
  • Amar. Le jardin des couleurs, éd. MC-Éditions, Carthage, 2008 (ISBN 9789973807861)
Autres références bibliographiques :
  • Michel Benard, « Amar Ben Belgacem, la boulimique promesse d'une jeune palette », L'Étrave. Revue des arts et des lettres, no 157, janvier-mars 1997, p. 18
  • Mustapha Chelbi, Le Grand album des Beaux-Arts, vol. I « Édition 2006. Tunisie-France », éd. Finzi, Tunis, 2006, p. 57 (ISBN 2952266638)
  • Mustapha Chelbi, Le Grand album des Beaux-Arts, vol. II, éd. Finzi, Tunis, 2008, p. 14
  • Académie internationale de Lutèce. Médaille de vermeil de la ville de Paris. Coupe no 2 offerte par le maire de Paris en 1992, 28e grand concours international Beaux-Arts, thème « L'esprit du temps » ou sujets libres, Salon de Lutèce 1997, Paris, 1997, p. 27
  • Académie internationale de Lutèce. Médaille de vermeil de la ville de Paris. Coupe no 2 offerte par le maire de Paris en 1992, Médaille des ateliers d'art de la Monnaie de Paris octroyée par Monsieur Jacques Chirac à l'occasion du 30e anniversaire de l'Académie de Lutèce, 29e grand concours international Beaux-Arts, thème « Couleurs d'Afrique » ou sujets libres, Salon de Lutèce 1998, Paris, 1998, p. 5
  • Académie internationale de Lutèce. 30e grand concours international Beaux-Arts, thème « Splendeurs d'Asie » ou sujets libres, Salon de Lutèce 1999, Paris, 1999, p. 27 ;
  • De Mahres à l'Hay-les-Roses. Exposition des grands peintres maghrébins du 19 juin au 12 juillet 2009, L'Haÿ-les-Roses, 2009, p. 5
  • International Art Biennale (Painting, Sculpture, Watercolour, Drawing, Graphics, Design, Architecture, Cinematography, Poster, Photography, Medli). Malta, 13th sept – 13th oct 1997, Malte, 1997, p. 10
  • International Art Biennale (Painting, Sculpture, Watercolour, Drawing, Graphics, Design, Architecture, Cinematography, Poster, Photography, Medli). Malta, 12th sept – 12th oct 1999, Malte, 1999, p. 44
  • International Art Biennale (Painting, Sculpture, Watercolour, Drawing, Graphics, Design, Architecture, Cinematography, Poster, Photography, Medli). Malta. 2003, Malte, 2003, sans pagination
  • Le Salon des Indépendants 1997. Grand-Palais des Champs-Élysées. 108e exposition, 24 octobre-2 novembre 1997, éd. Éric Koehler, Paris, no 172, 1997, p. 268 et 403 (ISBN 271070613X)
  • Livre d'or des 30 ans de l'Académie internationale de Lutèce : savants, écrivains, artistes, éd. Jean Grassin, Paris/Carnac, 1998, p. 233 (ISBN 2705512055)
  • WAF. 2008 World Artist Festival. October 7 - October 14, 2008. Seoul, Korea. Sejong Center, 2008, p. 161
  • Who's who in international art. Les grands noms et nouveaux noms du monde artistique d'aujourd'hui. Édition 2002, Lausanne, 2002, p. 67–68 et 156

Liens externes[modifier | modifier le code]