Amants et Fils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amants et Fils (homonymie).
Amants et Fils
Auteur David Herbert Lawrence
Genre Roman
Version originale
Titre original Sons and Lovers
Éditeur original Edward Garnett
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Date de parution originale 1913
Version française
Traducteur Jeanne Fournier-Pargoire
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard
Date de parution 1949

Amants et Fils (Sons and Lovers) est le troisième roman publié par l'écrivain britannique David Herbert Lawrence.

Résumé[modifier | modifier le code]

Gertrude Morel, dont la relation avec son mari mineur se dégrade continuellement, met beaucoup d'espoir dans son fils aîné William, qui rencontre l'amour et la réussite. Néanmoins, il en vient à haïr son amante pour sa superficialité, et meurt d'une pneumonie quand Paul, son frère, a quinze ans. Le deuxième enfant est une fille, Annie, et Arthur est le dernier né de la famille. Paul entretient avec sa mère une relation exclusive et rien ne semble pouvoir les éloigner l'un de l'autre. Ainsi lorsque débute sa relation avec Miriam, une jeune fille de son âge, sa mère ne peut supporter d'être mise au ban. Paul comprend rapidement la souffrance profonde que lui cause cette relation et décide de se séparer de Miriam, lui reprochant de vouloir "l'absorber" sans pour autant être enclin à l'épouser. Paul tombe alors amoureux d'une amie de Miriam, Clara, séparée de son époux Baxter Dawes. Bien que la mère de Paul l'apprécie bien plus, Clara en vient à s'ennuyer au point de revenir vers son époux avec qui Paul entretient une relation de haine mêlée d'amitié. Entre temps, la santé de la mère de Paul est de plus en plus fragile, mais elle résiste à tel point que Paul et Annie, qui aiment pourtant leur mère tendrement, décident de mettre fin à sa douleur en lui administrant une forte dose de morphine. Sans sa mère, Paul perd peu à peu la notion de la réalité. Il revoit Miriam mais ne peut se résoudre à l'aimer à nouveau. En proie au suicide, il finit par se ressaisir : il admet la mort de sa mère et se résout à ne pas la suivre "dans les ténébres".

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le roman a été adapté au cinéma dans Amants et Fils, réalisé par Jack Cardiff en 1960.