Amanullah Khan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amanoullâh Shâh)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Khan (homonymie).
Amanullah Khan
أمان الله خان
Image illustrative de l'article Amanullah Khan
Titre
Padshah d'Afghanistan
28 février 191914 janvier 1929
(9 ans, 10 mois et 17 jours)
Prédécesseur Nasrullah Khan
Successeur Inayatullah Shah
Émir d’Afghanistan
28 février 1919 – 9 juin 1926
Padshah d’Afghanistan
9 juin 1926 – 14 janvier 1929
Biographie
Date de naissance 1er juin 1892
Lieu de naissance Paghman
Date de décès 25 avril 1960
Lieu de décès Zurich
Père Habibullah
Mère Ulya Hazrat
Conjoint Gul-Pari, Soraya Tarzi
Enfant(s) Hedayatullah Khan

Amanullah Khan, appelé aussi Ghazi Amanullah Khan (en persan : أمان الله خان) ou Shah Amanullah Khan, né le 1er juin 1892 à Paghman et mort le 25 avril 1960 à Zurich en Suisse, est émir puis roi d’Afghanistan du 28 février 1919 au 14 janvier 1929.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amanullah Khan
Amanullah Khan

Troisième fils de l’émir Habibullah Khan et de son épouse la reine principale Ulya Hazrat, le jeune Amanullah est formé dans l’école militaire de Kaboul. Il est influencé dès son jeune âge par le mouvement des nationalistes-constitutionnalistes mené par Mahmoud Tarzi (appelé aussi Mahmoud Beg Tarzi) le fondateur du seul journal du pays, le Seraj-ul-Akbar. Amanullah Khan reçoit de son père le titre prestigieux d’Ayn-ul-Dawla c'est-à-dire « l’œil de l’État ». Le jeune prince n’hésite pas à s’entourer de réformistes et indépendantistes issus de différentes classes sociales afghanes.

Le 20 février 1919, l’émir Habibullah est assassiné alors qu'il se trouve en déplacement à Kalagosh de Laghman pour la chasse royale. Aussitôt son frère Nasrullah Khan s’auto-proclame émir à Jalalabad avec le soutien des deux fils aînés du défunt. Pendant ce temps à Kaboul, le troisième fils, Amanullah qui gère les affaires de l’État en absence de son père, refuse de reconnaître son oncle comme le nouveau dirigeant du pays ; il riposte avec le soutien des nationalistes-constitutionnalistes, des oulémas modérés et de l’armée. Face à l’avancée de l'armée d’Amanullah, les soldats de l’oncle déposent les armes. Acclamé comme émir par les notables du pays, Amanullah proclame l’indépendance nationale et son règne débute par la troisième guerre anglo-afghane ou guerre d’indépendance.

Il se marie une première fois avec Gul-Pari, qui meurt en mettant au monde leur fils Hedayatullah Khan. En secondes noces, il épouse Soraya Tarzi, la fille de Mahmoud Tarzi, son futur mentor et ministre des Affaires étrangères, et d’Asma Rasmiya Tarzi. Ensemble, ils contribuent fortement à l’émancipation de la femme afghane. Amanullah Khan mène son pays vers une décennie de développement, basée sur le modèle européen, et crée trois lycées en langue étrangère, en particulier le lycée Esteqlal en 1923 (« Esteqlal » signifie indépendance). Mais il veut aller trop vite et tente d’abolir le port du voile pour les femmes, d’interdire la polygamie, et de forcer les Afghans de Kaboul à porter des vêtements européens. Il fait aussi publier un décret interdisant le mariage des jeunes filles contre le consentement et fixant un âge minimal.

En 1927 et 1928, il entreprend un voyage officiel à travers l’Europe afin d’observer de lui-même les réformes et l’industrialisation de ces États pouvant servir d’exemple à ses futures réformes. En 1928, il lance une série de réformes lors de la Loya Jirga (la grande Assemblée des notables), qui doit moderniser la société afghane, mais qui marque le début de la crise. Les ennemis de l’État, les intégristes incitent à la rébellion parmi les tribus pachtounes. En décembre 1928, l'armée de l'émir est confrontée au soulèvement des Shinwaris dans l’Est du pays, alors qu'un certain « Bacha e Saqao » (le fils du porteur d’eau) commence à menacer Kaboul par le Nord. Le 14 janvier 1929, pour éviter un bain de sang, le roi Amanullah décide d’abdiquer en faveur de son frère aîné, Inayatullah. Mais à peine trois jours plus tard, Kaboul est prise et le fils du porteur d'eau s’auto-proclame émir sous le nom d'Habibullah Kalakhani. À Kandahar, Amanullah revient sur son abdication, avec le soutien des tribus restées fidèles, et se lance à la reconquête de Kaboul. Malgré son avancée jusqu’à Ghazni, il décide de se retirer définitivement au mois de mars 1929. Il prend le chemin de l’exil via l’Inde avant de s’installer définitivement à Rome (en Italie).

Sur les autres projets Wikimedia :

En 1960, il meurt à Zurich, en Suisse, tandis que sa veuve, la reine Soraya décède à son tour en 1968. Ils sont inhumés à Jalalabad dans le mausolée de son père Habibullah Khan.

Ses enfants et petits-enfants vivent aujourd’hui entre Rome, Genève et Istanbul.

Une de ses nièces par alliance, Zeynep Tarzi, a épousé Osman Ertuğrul Efendi, chef de la dynastie ottomane entre 1994 et 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ihsân Allâh, Le voyage d'Amân Ullâh, roi d'Afghanistan : 1927-1928, Paris, Centre d'études et de recherches documentaires sur l'Afghanistan, 2005, 223 p. (Ihsân Allâh est le fils du roi Amanoullah).
  • Leon Poullada, Reform and rebellion in Afghanistan : 1919-1929. King Amanullah's failure to modernize a tribal society, Cornell University Press, 1973, 318 p.