Amalgame de sodium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’amalgame de sodium est un amalgame, ou alliage, de mercure et de sodium découvert par Hans Goldschmidt et Julius Tafel, deux étudiants de Robert Bunsen. C'est un solide blanc argenté ou grisâtre d'apparence spongieuse. Celle-ci sert pour produire du dihydrogène, de la soude, et comme réducteur en chimie organique.

Préparation[modifier | modifier le code]

Lorsque le sodium est dissous dans du mercure, il se produit une réaction exothermique qui produit le composé intermétallique NaHg2. L'échauffement est souvent suffisant pour mettre localement le mercure en ébullition. Ce procédé est en général réalisé sous courant de diazote sec. L'amalgame de sodium obtenu est soluble dans le mercure.

C'est un sous-produit obtenu lors de la fabrication du chlore dans une cellule de mercure. Dans cette cellule, la saumure est électrolysée entre la cathode constituée par le mercure liquide et une anode en graphite ou titane. Le chlore est produit à l'anode tandis que le sodium se dissout dans le mercure, créant l'amalgame de sodium.

Utilisations[modifier | modifier le code]

L'amalgame de sodium est normalement enlevé et mis à régir avec l'eau pour produire du dihydrogène ainsi qu'une solution de soude concentrée, et pour recycler le mercure. Malheureusement, tout le mercure n'est pas régénéré, ce qui pose des problèmes environnementaux et conduit à remplacer la cellule de mercure par du matériel utilisant une cathode moins toxique.

L'amalgame de sodium sert aussi en chimie organique comme puissant réducteur, moins dangereux à manipuler que le sodium pur. Il est par exemple utilisé dans la réduction d'Edme et dans la réaction d'oléfination de Julia.

L'amalgame de sodium est également utilisé dans les lampes à vapeur de sodium, le sodium permettant de donner les raies caractéristiques, et le mercure servant à obtenir sur mesure les propriétés électriques de la lampe.