Amalavijñāna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Amalavijñāna, « conscience pure », désigne, dans l'enseignement du bouddhisme de l'école Cittamātra, la conscience débarrassée de toute semence impure.

Neuvième conscience[modifier | modifier le code]

Toutes les écoles bouddhiques reconnaissent l'existence de six consciences, vijñāna : cinq consciences sensorielles et une « conscience mentale », manovijñāna.
Le Cittamātra ajoute à cela deux consciences : la conscience souillée, et l’ālayavijñāna, conscience fondamentale, réceptacle des traces karmiques.

Le maître indien Paramārtha considère une neuvième conscience : amalavijñāna.
L’amalavijñāna est conscience de l'ainsité, pure, sans erreur. Si le Cittamātra considère la relation sujet-objet comme nature imaginaire, et ne reconnaît habituellement que la nature dépendante, paratantra, l’amalavijñāna transcende cette dernière. L’amalavijñāna est non duelle, elle est une, et advient au moment où cesse l’ālayavijñāna.

Cette théorie amena la formation de l'école Shelunzong (ou Shezong).

Partie de l’ālayavijñāna[modifier | modifier le code]

Selon l'école Faxiang, inspirée par Xuanzang, il y a bien une amalavijñāna, mais celle-ci n'est qu'une partie de l’ālayavijñāna, qui advient lorsque cette dernière devient pure. Elle n'est donc que la nature « accomplie » de l’ālayavijñāna, conscience base de tout.

Références[modifier | modifier le code]