Amado Boudou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amado Boudou
Image illustrative de l'article Amado Boudou
Fonctions
35e vice-président de la Nation argentine
En fonction depuis le
(3 ans, 5 mois et 19 jours)
Président Cristina Fernández de Kirchner
Prédécesseur Julio Cobos
Ministre de l'Économie et des Finances

(2 ans, 5 mois et 3 jours)
Président Cristina Fernández de Kirchner
Prédécesseur Carlos Rafael Fernández
Successeur Hernán Lorenzino
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Buenos Aires, Argentine
Nationalité Argentine
Parti politique Front pour la victoire
Conjoint Daniela Andriuolo
(1993-1998, divorcés)
Agustina Seguin
(1996-2007, séparés)
Agustina Kämpfer
(2009-)
Diplômé de Université nationale de
Mar del Plata
Profession Économiste

Amado Boudou
Vice-présidents de la Nation argentine

Amado Boudou (Buenos Aires, ) est un économiste et homme politique argentin, vice-président de la Nation depuis le sous la présidence de Cristina Fernández de Kirchner.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Les arrière-grands-parents d'Amado Boudou, Frédéric Boudou et Eugénie Vernhes étaient français, originaires de Durenque (Aveyron). Ils émigrèrent en 1903 avec leurs sept enfants vers Pigüé où Clément Cabanettes installa à la fin du XIXe siècle une colonie forte d'une centaine de personnes, toutes d'origine aveyronnaise. L'association Rouergue-Piguë, présidée par Madame Nathalie Auguy-Périé, maire de Saint-Côme-d'Olt (Aveyron), maintient des liens permanents entre les Aveyronnais et les descendants des émigrés. Le vice-président argentin possède encore de la famille en Aveyron.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il occupa plusieurs postes dans la fonction publique comme celui de directeur de l'Administration nationale de la sécurité sociale (Administración Nacional de la Seguridad Social ou ANSES).

Le , il devient ministre de l'Économie (en).

Candidat à la vice-présidence aux côtés de Cristina Fernández de Kirchner lors de l'élection présidentielle du 23 octobre 2011, il entame son mandat le , à la suite de la réélection dès le premier tour de Kirchner, avec 53,96 % des voix.