Ernest Mouchez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amédée Mouchez)
Aller à : navigation, rechercher

Ernest Mouchez

Description de l'image  Amédée Mouchez.png.
Nom de naissance Ernest Amédée Barthélemy Mouchez
Naissance 24 août 1821
Madrid
Décès 25 juin 1892 (à 70 ans)
Wissous
Nationalité Française
Profession Marin, Astronome, Hydrographe
Autres activités
Distinctions

Compléments

Ernest Amédée Barthélemy Mouchez, né à Madrid le 24 août 1821 et mort à Wissous le 25 juin 1892, est un astronome, hydrographe et contre-amiral français, membre de l'Académie des sciences et directeur de l'Observatoire de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est devenu aspirant de marine en 1839, enseigne de vaisseau en 1843, lieutenant de vaisseau en 1848, capitaine de vaisseau en 1867 et contre-amiral le 29 juin 1878.

Il fut chargé par le ministère de la marine d'importants travaux hydrographiques sur les côtes de l'Amérique du Sud et sur celles de l'Algérie, et par l'Académie des sciences de l'observation du passage de Vénus en 1874, à l'île de Saint-Paul. Nommé membre du Bureau des longitudes le 16 juin 1873 et directeur de l'Observatoire le 26 juin 1878, il avait été élu membre de l'Académie des sciences (section astronomie) le 19 juillet 1875. Il avait été promu commandeur de la Légion d'honneur le 8 juillet 1875. Il organisa à l'Observatoire un service de photographie stellaire destiné à établir la carte du ciel.

Pendant la Guerre de 1870, alors capitaine de vaisseau, il fut chargé d'organiser la défense du Havre dans des conditions tout à fait défavorables. Malgré cela, il mit la ville en état de résister à l'ennemi. Il milite en faveur d'une formation astronomique accrue des officiers de Marine. Nommé membre du Bureau des longitudes en 1873, il mène une mission de la Marine pour l'observation du transit de Vénus devant le Soleil à l'île Saint-Paul, le 9 décembre 1874.

À son retour, il fait approuver par le Bureau des longitudes son projet d'un observatoire chargé de compléter les connaissances astronomiques des officiers issus de l'École navale. Le projet est appuyé par plusieurs institutions et ministères, la Marine, l'Instruction publique, le département de la Guerre, et surtout la ville de Paris qui octroya une zone au sud-ouest du parc Montsouris.

Son passage comme directeur de l'Observatoire de Paris est marqué par la création d'un musée d'instruments astronomiques et de documents scientifiques anciens et par la publication d'un catalogue où sont consignés les résultats des observations méridiennes faites depuis 1837.

Comme membre de l'Académie des sciences, il lance l'idée de la création d'une carte du Ciel[1]. Mais la France ne pouvant réaliser seule cette entreprise, ne disposant pas d'observatoires dans toutes les parties du monde, il propose une réunion comprenant les directeurs d'observatoires du globe et des savants de divers ordres, afin qu'ils s'entendent pour choisir les stations et le même type d'appareil photographique et pour adopter une même échelle et une même méthode. Quatre congrès se réunirent sur ce thème. Il est président de la Commission permanente des trois premiers en 1887, 1889, 1891, à l'Observatoire de Paris. Il y est décidé que le ciel serait divisé en 18 zones à peu près égales, dont chacune serait attribuée à un observatoire du globe.

Hommages[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il y déclare en 1887 : Il ne sera plus nécessaire de disposer de grands et coûteux instruments, ni de se fatiguer à passer des nuits à les manœuvrer (...) : toutes ces opérations se trouveront transformées en une étude au microscope, faite à loisir, commode, facile, sans frais aucun. (Voir J. Lamy, 2008 )
  • Archives manuscrites conservées à l'observatoire de Paris - Projet ALIDADE [1]

Pour les archives concernant Mouchez, voir ci-dessous, BOISTEL, Guy, 2010, "L'observatoire de la Marine et du Bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1914 (Une école pratique d'astronomie à destination des marins et des explorateurs)", Paris, IMCCE/E-dite (Biographie renouvelée d'Ernest Mouchez et page oubliée d'un pan entier de l'histoire du Bureau des longitudes). Avec Bibliographie étendue (archives manuscrites, sources primaires et secondaires)

  • BOISTEL, Guy, émission sur France-Culture "Montsouris : un observatoire atypique", où il est beaucoup question d'Ernest Mouchez [2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BOISTEL, Guy, — 2006, « Instruire les marins avec les moyens du bord : l’observatoire de Montsouris », Les génies de la science, n°28, août-octobre 2006, 28-33. — 2006, « De quelle précision a-t-on réellement en mer ? Quelques aspects de la diffusion des méthodes astronomique et chronométrique des longitudes en mer en France, de Lacaille à Mouchez (1750-1880) », Histoire & Mesure, XXI/2, 121-156. — 2006, « L’enseignement de l’astronomie nautique dispensé aux marins : structures, difficultés des concepts et renouvellement méthodologique, XVIIIe-XIXe siècles », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, hors-série, Actes du Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques de Poitiers 2004, 307-309. — 2007, « Des bras de Vénus aux fauteuils de l’Académie : comment le passage de Vénus devant le soleil en décembre 1874 permit à Ernest Mouchez de devenir le premier marin directeur de l’Observatoire de Paris », Cahiers François Viète, Actes de la journée Vénus, n°11-12, 113-127. — 2010, « Training seafarers in astronomy : methods, naval schools and naval observatories during the Eighteenth- and Nineteenth- Century France », in D. Aubin, C. Bigg and H. O. Sibum (dir.), The Heavens on Earth : Observatories and Astronomy in Nineteenth-Century Science and Culture, Durham, Duke University Press, Coll. « Science & Cultural Theory », 148-173 (ISBN : 978-0822346401). — 2010, « Un observatoire pour la formation des militaires, des géographes et des explorateurs en plein Paris : l'observatoire de la Marine et du Bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1915 », in Jérôme de la Noë et Caroline Soubiran, "La (re)fondation des observatoires astronomiques sous la IIIe République", Presses Universitaires de Bordeaux, 127-146.
  • BOISTEL, Guy, 2010, "L'observatoire de la Marine et du Bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1914 (Une école pratique d'astronomie à destination des marins et des explorateurs)", Paris, IMCCE/E-dite (Biographie renouvelée d'Ernest Mouchez et page oubliée d'un pan entier de l'histoire du Bureau des longitudes). Avec Bibliographie étendue (archives manuscrites, sources primaires et secondaires).
  • LAMY, Jérôme, 2008, La carte du Ciel, Paris, Observatoire de Paris/EDP Sciences (sur l'histoire du grand projet international mis en oeuvre par Mouchez à l'observatoire de Paris en 1886).
  • MOUCHEZ, Robert, 1970, Amiral Mouchez, marin, astronome et soldat, 1821-1892, (Paris : Cujas, 1970 (biographie par le petit-fils de l'amiral).