Amédée II de Montfaucon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amédée II.
Amédée II de Montfaucon
Titre Comte de Montbéliard
(1163 – 1195)
Autre titre Seigneur de Montfaucon, de Montagny-près-Yverdon
Successeur Richard III de Montfaucon
Biographie
Naissance 1130
Décès 1195
Père Richard II de Montfaucon
Mère Sophie/Agnès de Montbéliard
Conjoint 1. Béatrice de Joinville
2. Osilie de Faucogney
Enfants 1. Richard III de Montfaucon
2. Gautier de Montbéliard
3. Alix
4. Agnès de Montfaucon
5. Bonne
5. Louise
5. Grosse
Château féodal de Montfaucon

Amédée II de Montfaucon, né en 1130 et décédé en 1195, est un seigneur de Montfaucon à partir de 1162 et un comte de Montbéliard[1] de 1163 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vers 1130/35 il assiste aux obsèques d'Ebald Ier de Grandson fondateur de l'Abbaye du lac de Joux. Il succède en 1162 dans le comté de Montbéliard à Thierry II et suivant son exemple il s'attache à suivre l'empereur Frédéric Barberousse alors que plusieurs hauts seigneurs de la région, à l'image des sires de Salins, s'en démarque ce qui leur coutera une partie de leurs domaines. C'est la raison par laquelle en 1170 Amédée II reçoit une portion de la seigneurie d'Orbe, il deviendra ainsi le premier sire de Montagny-près-Yverdon[2], conjointement avec le comte de Bourgogne. Cette donation est aussi un calcul de Frédéric Barberousse qui veut ainsi consolider ses droits sur le versant oriental du Massif du Jura et contrebalancer le pouvoir de la maison de Zähringen qu'il avait investi de l'avouerie des évêchés de Lausanne, de Genève et de Sion. Ainsi les héritiers d'Amédée vont se trouver en possession de vastes domaines dans la vallée de l'Orbe depuis Les Clées jusqu'à Yverdon et sur le plateau du Jorat depuis la source du Talent jusqu'à la jonction de l'Orbe. À sa mort ses deux fils héritent des domaines de leur père et ceux de leur oncle Thierry, archevêque de Besançon, décédé lors de la troisième croisade[3].

Famille[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Richard II de Montfaucon et de Sophie/Agnès, fille de Thierry II de Montbéliard.

Mariage et succession[modifier | modifier le code]

Il épouse en premières noces vers 1145 Béatrice[4], dame de Grandson, fille de Roger de Joinville, puis en secondes noces Osilie[5] de Faucogney, fille de Gislebert III de Faucogney, il a  :
Du premier mariage :

Du second mariage :

  • Louise,
  • Grosse, elle épouse Pierre d'Arguel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une charte de 1171 stipule : "Amedeus comes Montis Beligardis (Amédée comte de Montbéliard)" donne la propriété de l'Abbaye Notre-Dame de Belchamp, pour le repos de l'âme de "Ermentrudis materteræ suæ comitissæ de Rupe (sa tante la comtesse de Rupe Ermentrude)", avec le consentement "filio suo Ricardo (son fils Richard)" (MédiévalGénéalogie [1])
  2. DHS Montfaucon, de [2]
  3. Recherches historiques sur les acquisitions des sires de Montfaucon et de la maison de Chalons dans le pays-de-Vaud
  4. Une charte de l'abbaye de la Grâce-Dieu datée de 1170 précise : "Domina Beatrix domina de Montefalconis (Béatrice, dame de Montfaucon)" (MédiévalGénéalogie [3])
  5. Une charte de l'abbaye de la Grâce-Dieu datée de 1195 précise : "OL. Montisbeligardis comitissa (OL. comtesse de Montbéliard)" donne la propriété de l'abbaye de la Grâce-Dieu, pour la mémoire de "mariti sui Amedei comitis Bellisgardis (son époux le comte de Montbéliard Amédée)", avec le consentement de "filie sue Ludovica et Grossa (ses plus jeunes filles Louise et Grosse)" (MédiévalGénéalogie [4])
  6. Les lignages d'Outremer nomme : "la contece Aalis qui avoit esté feme dou conte Bertot…suer de Gautier de Monbeliart et ante de Eudde de Monbeliart" (MédiévalGénéalogie [5])
  7. Une charte de 1195 stipule "Philippus de Ibelin (Philippe d'Ibelin)" donne la propriété de biens aux Chevaliers Hospitaliers, avec le consentement de "Alicis comitissæ uxoris suæ (la comtesse Alice son épouse)" (MédiévalGénéalogie [6])
  8. Son fils Pierre IV se qualifie de "neveu (ou petit-fils suivant la traduction) de Richard, comte de Montbéliard", il s'agit donc ou de Richard II de Montfaucon ou de Richard III de Montfaucon, respectivement arrière-grand-père et oncle de Pierre IV de Scey, de plus une charte datée de 1207 indique ""P. de Ceyo nepos Richardi comitis de Montebeligardis (P. de Scey petit-fils de Richard de Montbéliard)" (MédiévalGénéalogie [7])

Sources[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Charles Jean Gingins-La Sarraz, Recherches historiques sur les acquisitions des sires de Montfaucon et de la maison de Chalons dans le pays-de-Vaud, G. Bridel,‎ 1857 (lire en ligne), p. 14 à 21.
  • Fabpedigree, Amédée II de Montfaucon (lire en ligne).
  • Geneall, Amédée de Montfaucon, comte de Montbéliard (lire en ligne).
  • Médiéval Généalogie, Amédée de Montfaucon, (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]