Amédée Guiard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guiard.

Amédée Guiard

alt=Description de l'image Amédée Guiard 1910.jpg.
Naissance 1872
Gien
Décès 1915
Nationalité Drapeau : France Français
Profession
Professeur, Écrivain

Amédée Guiard (Gien, 5 janvier 1872 – Bois de la Folie, en Artois, 28 septembre 1915), est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amédée Guiard enseigne le grec à l'Institution Notre-Dame de Sainte-Croix de Neuilly[1], le collège que fréquentera quelques années plus tard Henry de Montherlant. Il y rencontre Marc Sangnier, le fondateur du mouvement catholique progressiste Le Sillon, auquel il adhère vers 1902. Il rédige de nombreux articles pour la revue de ce mouvement et le journal La Démocratie que dirige Sangnier à Paris.

Mobilisé lors de la première guerre mondiale, il tombe au front en 1915, à quarante-trois ans[2].

Antone Ramon[modifier | modifier le code]

L’œuvre la plus célèbre d’Amédée Guiard est Antone Ramon, un roman sur la vie de collège et sur les amitiés particulières. Le texte paraît d’abord en feuilleton dans le quotidien parisien La Démocratie (n° 943 à 1014, du 15 mars au 25 mai 1913). Puis il est publié en volume en 1914 mais saisi par les allemands. Il est re-publié en 1919.

Ce texte paraît alors que Henry de Montherlant, de quatorze ans le cadet d’Amédée Guiard, n’a encore rien publié. Mais l’ouvrage sera mentionné dans les premières pages de La Ville dont le prince est un enfant, qui aborde le même thème. Montherlant dira plus tard à propos d’Antone Ramon :

« Le plus beau roman sur les amitiés particulières est Antone Ramon, d’Amédée Guiard, professeur à Sainte-Croix, mais que je n’ai pas connu personnellement. Il y a dans ce livre un frémissement, un pathétique, une noblesse exceptionnels. Amédée Guiard, qui appartenait au Sillon, fut tué à la guerre de 1914. Quiconque s’intéresse à ce sujet doit lire Antone Ramon[3]. »

Œuvres d’Amédée Guiard[modifier | modifier le code]

  • La fonction du poète : étude sur Victor Hugo, Bloud et Gay, 1910.
  • Virgil et Victor Hugo, thèse de Doctorat ès Lettres, Bloud et Cie, 1910.
  • Antone Ramon, roman, 1913. Réédition : Quintes-feuilles, 2007 - (ISBN 2951602383)
  • Publications posthumes :
    • Carnet intime de guerre (préface de Maurice Barrès), Bloud et Gay, 1917.
    • Poèmes d’enfance, Bloud et Gay, 1926.
    • Carnet intime (préface de Mgr Petit de Julleville), Bloud et Gay, 1929.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean des Coignets, L’un d’eux : Amédée Guiard, Bloud et Gay, 1921.
  • Hubert-Aubert, « Amédée Guiard » in : Anthologie des écrivains morts à la guerre de 1914-1918, tome III, Edgard Malfère, 1925.
  • Jean-Claude Féray, Amédée Guiard et les amitiés particulières 1913, Inverses, 2002 (p. 60-87).

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie d'Amédée Guiard.
  2. Revue historique des armées : La mort en 1914-1818, paragraphe 13
  3. Cité en quatrième de couverture de l’édition Quintes-Feuilles d’Antone Ramon, 2007.