Alypius de Thagaste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alypius, né à Thagaste en Numidie (aujourd’hui Souk Ahras en Algérie) vers 360, et mort vers 430, était évêque de Thagaste de 395 jusqu’à sa mort. Contemporain de saint Augustin, il a aussi été l’un de ses plus proches amis.

C'est un saint de l'Église catholique romaine célébré le 15 août[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il est né seulement quelques années après Augustin dans une famille aisée. Il suit, dans sa jeunesse, les cours de rhétorique donnés par Augustin à Thagaste : c’est là qu’il le rencontre pour la première fois. Trouvant qu’Augustin est un professeur « bon et savant » [2], il le suit lorsqu’il s’en va enseigner à Carthage. À cette époque, Alypius comme son maître et ami Augustin est attiré par le manichéisme.

Au début 383, il part à Rome afin d’y étudier le droit.

En 384, Alypius accompagne Augustin à Milan ; c’est là, dans le fameux « jardin de Milan », qu’Alypius est témoin de sa conversion et s’associe à sa décision de mener une vie ascétique. Il devient catéchumène comme Augustin et reçoit, en même temps que lui, le baptême des mains d’Ambroise de Milan à Pâques 387.

L’année suivante, Alypius rentre avec Augustin en Afrique à Thagaste où il l’aide à établir le premier monastère d’Afrique du Nord. Il l'aide notamment à en mettre au point la règle de vie connue aujourd’hui sous le nom de Règle de saint Augustin.

Épiscopat[modifier | modifier le code]

Quelques années plus tard, en 395, Alypius devient évêque de Thagaste, sa ville natale. Pendant son épiscopat, il prend part à la lutte contre le donatisme, puis contre le pélagianisme.

Présent à la Conférence de Carthage en 411, il y joue un rôle important, veillant en particulier à la régularité du déroulement de la confrontation. Seul ou avec Augustin, Alypius se déplace en Afrique pour aider ses confrères évêques à résoudre des problèmes délicats, ainsi que pour maintenir le contact entre les différentes communautés locales.

Il entretient aussi, dans les mêmes conditions de collégialité, des relations régulières avec le Siège apostolique, notamment (à propos de la lutte antipélagienne menée par l’épiscopat africain) avec le pape Innocent, Zosime et enfin avec le futur pape Sixte.

Toujours dans le cadre de la lutte contre le pélagianisme, il fait un voyage à Ravenne, puis en Italie.

Alypius a été canonisé en 1584 par le pape Grégoire XIII.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. nominis.cef.fr Nominis : Saint Alypius.
  2. Saint Augustin, Les confessions. Paris : Ed. GF-Flammarion, 1964 (ISBN 2-08-070021-9).

Autres sources[modifier | modifier le code]