Alvin Lee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alvin Lee

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alvin Lee en 1975.

Informations générales
Nom de naissance Graham Alvin Barnes
Naissance 19 décembre 1944
Nottingham, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès 6 mars 2013 (à 68 ans)
Marbella Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre musical Rock, blues rock
Instruments Guitare (Gibson Custom Shop "Big Red" Signature model)
Années actives 1960 - 2013
Site officiel www.alvinlee.com

Alvin Lee, né Graham Alvin Barnes le 19 décembre 1944 à Nottingham[1], Angleterre, et mort le 6 mars 2013[2] en Espagne[3], est un guitariste de rock depuis les années 1960. Sa carrière débuta avec les Jaybirds et se développa mondialement à la fin de la décennie alors qu'il était devenu leader du groupe Ten Years After.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Alvin Lee commence à jouer de la guitare à l'âge de 13 ans[4], puis, avec Leo Lyons, il forme le noyau du groupe Ten Years After (TYA) en 1960. Influencé par le jazz et le blues de ses parents, il s'enflamme surtout pour le rock 'n' roll qui a déclenché sa passion et sa créativité et pour les guitaristes comme Chuck Berry et Scotty Moore, qui nourrissent son inspiration.

Lee commence sa carrière professionnelle en 1962 avec un groupe nommé The Jaybirds qui jouit d'une notoriété locale mais commence à bouger pour élargir son audience. La même année, The Jaybirds connait le succès au Star-Club de Hambourg, en Allemagne, suivant de peu les Beatles. C'est là qu'en plus de la guitare solo, Lee devient le chanteur du groupe et qu'ils commencent à se construire un public. Mais ce n'est qu'après que le groupe se fut installé à Londres en 1966 (ils débarquèrent une première fois dans la capitale britannique en 1964 mais étaient rapidement rentrés chez eux) et qu'il eut changé plusieurs fois de nom - tout d'abord Jaybird, en supprimant le « The » et le « s » pour faire plus moderne, puis Blues Yard pour un concert légendaire au Marquee Club, et enfin Ten Years After - qu'ils acquièrent une notoriété internationale.

Avec Ten Years After[modifier | modifier le code]

Le groupe est engagé par le Marquee Club et une invitation au National Jazz & Blues Festival en 1967 leur apporte leur premier contrat d'enregistrement. Leur premier album, qui porte le nom du groupe, est diffusé contre toute attente sur les radios underground de Californie, à San Francisco, où il reçoit un accueil enthousiaste des auditeurs, parmi lesquels l'organisateur de concerts Bill Graham, qui propose au groupe sa première tournée aux États-Unis à l'été 1968. Le groupe trouve immédiatement son public grâce au style caractéristique de Lee, à son jeu de guitare ultra-rapide, ainsi qu'au mélange inédit de blues, de swing jazz et de rock qu'il utilise. Une histoire d'amour avec l'Amérique était née. Ten Years After va finalement réaliser 28 tournées aux États-Unis en sept ans, c'est plus que n'importe quel autre groupe britannique.

Lors de son apparition au célèbre festival de Woodstock d'août 1969, la performance de virtuose de Lee est immortalisée par le film documentaire consacré au festival, Woodstock, son jeu inspiré le hisse au rang des superstars et bientôt le groupe se produira dans des arènes et dans des stades partout dans le monde. Même si, plus tard, Lee regrettera l'intimité des plus petites salles, l'impact du film a sans conteste porté sa musique vers un large public international.

En solo[modifier | modifier le code]

Ten Years After a rencontré le succès en publiant dix albums. Pourtant, en 1973, Lee se sentait à l'étroit dans le style du groupe. Avec le chanteur de gospel américain Mylon Lefevre et bon nombre de talents du rock comme George Harrison, Steve Winwood, Ron Wood et Mick Fleetwood, il enregistra On the Road to Freedom, un album porté aux nues, au premier plan du country rock. Un an plus tard, pour répondre à un défi, Lee forma Alvin Lee & Company pour un spectacle au Rainbow de Londres qui donna lieu à un double album live In Flight, un mélange énergique de rythm'n'blues et de rock avec un hommage à Elvis Presley, placé là pour faire bonne mesure. Avec un euphémisme à sa façon, Lee avait nommé ce groupe « A funky little outfit ». Plusieurs membres du groupe ont continué avec Lee pour ses deux albums suivants, Pump Iron et Let It Rock. Il termina les années 1970 avec le trio Ten Years Later (Tom Compton à la batterie et Mick Hawksworth à la basse) qui sortit deux albums, Ride on et Rocket Fuel, et réalisa de nombreuses tournées en Europe et aux États-Unis.

Les années 1980 apportèrent à Lee de nouveaux changements, avec deux albums en collaboration[réf. nécessaire] avec Steve Gould des Rare Bird et une tournée importante avec l'ancien guitariste des Rolling Stones, Mick Taylor.

La discographie complète de Lee comporte plus de vingt albums dont Detroit Diesel en 1985 et les Collections des années 1990 Zoom et 1994 (titre américain : I Hear You Rockin'). Parmi les artistes invités sur ces deux albums, on trouve George Harrison. Leur duo The Bluest Blues dans 1994 a fait dire à un critique qu'il s'agissait de la chanson de blues la plus parfaite jamais enregistrée.

L'avant-dernier album paru en 2004, enregistré avec les légendes du rock'n'roll que sont Scotty Moore et DJ Fontana, porte le nom de Alvin Lee in Tennessee. Il s'agit d'une sélection de chansons optimistes et tournées vers le futur qui empruntent à ses amours du rock'n'roll des années 1950. Il contient une nouvelle version de son morceau emblématique I'm Going Home, joué ici, selon Lee, « comme il aurait toujours dû l'être ». Le CD et la grande tournée 2004 au Royaume-Uni sont le témoignage qu'Alvin Lee est l'un des plus fameux représentants des guitaristes de rock. En 2007, il sort un autre album de bonne facture, Saguitar (contraction de sagittaire - son signe astrologique - et de guitar), plus tourné vers le rock'n'roll et le blues.

En avril 2006, il s'est produit à Gérone, en Espagne, soutenu par sa section rythmique attitrée, Pete Pritchard (basse) et Richard Newman (batterie), puis en septembre suivant il a joué à l'European Bike Week (de) de Faaker See, en Autriche. Lee présente une prestation scénique le 2 août 2007 lors de l'important Notodden Blues Festival, en Norvège, et un concert est organisé le 4 novembre 2007 pour l'annuel Rhythm'n'Blues Festival d'Anvers.

L'année 2008 commence par un concert à guichets fermés à Paris à l'Olympia, ensuite c'est le tour du Lillehammer Rock Week End le 10 mai avec Dickey Betts, des membres de Deep Purple et Uriah Heep lesquels forment pour l'occasion Deep Heep, et plein d'autres.

Alvin Lee meurt le 6 mars 2013 à 68 ans, des suites d'une opération chirurgicale « de routine » en Espagne, pays où il vivait[5].

Discographie solo[modifier | modifier le code]

Alvin Lee sur scène à Bréda (Pays-Bas) en 1978.

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1973 : On the Road to Freedom (avec Mylon Lefevre) 1973 : Recorded Live
  • 1974 : In Flight
  • 1975 : Pump Iron!
  • 1978 : Let It Rock
  • 1978 : Rocket Fuel (avec Ten Years Later)
  • 1978 : Ride On (avec Ten Years Later)
  • 1980 : Freefall
  • 1981 : RX5
  • 1986 : Detroit Diesel
  • 1992 : Zoom
  • 1994 : 1994
  • 1996 : Live in Vienna
  • 2004 : In Tennessee
  • 2007 : Saguitar
  • 2012 : Still on the Road to Freedom

Participations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Holly George-Warren (dir.) et Patricia Romanowski (dir.), The Rolling Stone Encyclopedia of Rock & Roll : Revised and Updated for the 21st Century, New York, Fireside (Simon & Schuster),‎ 2001, 3e éd. (1re éd. 1983), 1114 p. (ISBN 978-0-7432-0120-9 et 0-7432-0120-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rolling Stone Encyclopedia, p. 980-981
  2. Mort d'Alvin Lee, guitariste de Ten Years After - Le Monde, 7 mars 2013
  3. (en) Guitarist Alvin Lee of Ten Years After dies at 68 - CBS News, 6 mars 2013
  4. Michka Assayas (dir.), Dictionnaire du rock, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2000-2001 (ISBN 978-2-221-09565-2), p. 1946-1948
  5. (en) . Le 7 avril 2013, un concert était prévu à l'Olympia (Paris) réunissant Johnny Winter et Alvin Lee pour la première fois depuis leur concert mythique le 27 février 1983 au Palladium (New York). Suite au décès d'Alvin Lee un mois avant le concert, des grands noms de la guitare ont décidé de se réunir pour rendre un dernier hommage au bluesman. Ainsi, Johnny Winter sera accompagné de son frère Edgar ainsi que de Tommy Emmanuel, Robben Ford et Johnny Gallagher. Alvin Lee, British Blues-Rock Guitarist, Dies at 68 - The New York Times, 6 mars 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]