Alvare VI du Kongo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alvare VI du Kongo ou Nimi a Lukeni a Nzenze a Ntumba (en Kikongo) et D. Alvaro VI Afonso (en portugais). Manikongo du royaume du Kongo de 1636 à 1641.


Origine[modifier | modifier le code]

Descendant en ligne féminine d'Anna Ntumba la troisième fille du roi Alphonse Ier du Kongo[1]. Il appartient donc au Nlaza kanda du clan Kimulaza qui évince du trône le kanda Kimpanzu.

Règne[modifier | modifier le code]

Alvare Alphonse, duc de Mbemba depuis 1634, il prend le pouvoir le 27 août 1636 après la disparition de son cousin Alvare V du Kongo un descendant d'Isabel Lukeni la seconde fille du roi Alphonse Ier. Pendant son règne de six ans il doit abandonner en 1637 la région de Makuta au comte Paulo de Soyo.

En 1640, la « Propaganda Fide » attribue la Mission du Kongo aux Capucins à la demande du roi qui souhaitait ainsi limiter les ambitions des prêtres portugais à l'encontre de son royaume. En août 1641, Luanda est prise par les Hollandais. L’occupation hollandaise interrompt l’envoi de missionnaires portugais. C’est dans ce contexte, qu’en 1645, arrivent les Capucins, espagnols et italiens, au royaume du Kongo.

Alvare VI Alphonse meurt le 22 janvier ou février 1641 et est remplacé par son frère cadet Garcia II du Kongo.

Postérité[modifier | modifier le code]

Son fils Pedro nommé duc de Nsundi en 1648 devient suspect à son oncle Garcia II et il est démis de ses fonctions en 1653/1654.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En lignée matrilinéaire car sa mère la princesse Lukeni,est la fille de la princesse Nzenze, elle-même fille d'Anna Ntumba troisième fille du roi Alphonse Ier du Kongo

Sources[modifier | modifier le code]

  • Anne Hilton The Kingdom of Kongo Clarendon Press 1985 Fig 1 p. 86 & Fig 2 p. 132.
  • K. Thornton John. « The Kingdom of Kongo, ca. 1390-1678. The Development of an African Social Formation ». dans : Cahiers d'études africaines. Vol. 22 N°87-88, systèmes étatiques africains. p. 325-342.