Altun Ha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Altun Ha
Image illustrative de l'article Altun Ha
Localisation
Pays Drapeau du Belize Belize
Coordonnées 17° 45′ 50″ N 88° 20′ 49″ O / 17.76395, -88.34706117° 45′ 50″ Nord 88° 20′ 49″ Ouest / 17.76395, -88.347061  

Géolocalisation sur la carte : Belize

(Voir situation sur carte : Belize)
Altun Ha
Altun Ha

Altun Ha, nom qui signifie « le rocher de l’étang » en maya yucatèque, est un site archéologique maya, connu pour les sculptures de jade qui y ont été trouvées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les inscriptions ont fourni la preuve que, paradoxalement, bien que située au sud du Belize, Altun Ha faisait partie de la confédération de Tikal située beaucoup plus au sud-ouest. Un souverain d’Altun Ha nommé « volute d'eau » assistait aux cérémonies à Nim Li Punit tout en étant lui-même un vassal de Tikal. Selon l’archéologue Wankerya, Altun Ha était même un membre important de l’alliance conduite par Tikal.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Jade[modifier | modifier le code]

Altun Ha est principalement connu pour la découverte de presque trois cents objets de jade par les archéologues.

La plus belle pièce de jade a été trouvée en 1968 dans une tombe du temple aux « autels maçonnés », qui est la plus haute structure du site. Il s'agit d'une sculpture en ronde-bosse de 15 cm de haut et 46 cm de diamètre représentant la tête de K'inich Ajaw, le dieu soleil des Mayas. Son poids de 4,42 kg en fait le plus lourd objet maya en jade qu’on ait découvert jusqu’à aujourd’hui[1].

Codex[modifier | modifier le code]

Fait rare, un temple contenait un codex maya dont le papier s’était désintégré, mais dont la surface peinte de stuc était en morceaux.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Duverger, La Méso-Amérique: art et anthropologie, Flammarion, 1999, p.318.