Alticus arnoldorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alticus arnoldorum (Curtiss, 1938) (Chordata, Actinopterygii, Perciformes) autrefois aussi nommé Blennius arnoldorum Curtiss, 1938 (synonymie [2],[3]) et dont le nom vernaculaire anglophone peut être « pacific leaping blenny » ou « leaping rockskipper »[4] est un poisson de la famille des Blenniidae, classé dans le genre Alticus.

Ce poisson présente la particularité de pouvoir s'alimenter (voire s'accoupler) hors de l'eau, mais il doit néanmoins suivre le mouvement des marées car ne pouvant survivre plus de quelques heures surtout s'il fait sec (une marée dure environ 6 h).

Alticus arnoldorum, qui fait partie de la famille des Blenniidae et vit dans le Pacifique, peut escalader une vitre verticale en s'aidant de sa queue et de sa face ventrale qui font ventouse contre la paroi

Description[modifier | modifier le code]

Il est protégé par une épaisse couche de mucus, et sa robe est ornée de motifs clairs sur un fond brunâtre plus foncé.

Le mâles mesure jusqu'à 8 centimètres[1],[5].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Ce poisson tropical est trouvé dans la zone intertidale des littoraux du sud des îles Samoa, dans les îles Mariannes[6], dans les îles de la Société et dans les îles Cook et plus généralement dans l'ouest et le sud de l'océan Pacifique[1]. Les français d'Outre-mer peuvent notamment l'observer sur les littoraux rocheux de Polynésie française[7].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit principalement d'algues et de bactéries benthiques (biofilm)[8] qu'il consomme en râpant les surfaces de roche exposées à la lumière du soleil[9]

Comportement[modifier | modifier le code]

Ce blennie fait partie des poissons pouvant respirer un certain temps (plusieurs heures dans un environnement humide) hors de l'eau. C'est un animal territorial ; le mâle défend vigoureusement son territoire[10].

Il se montre également capable de marcher/ramper sur des nageoires pectorales et c'est l'une des espèces de poissons sauteurs[11],[12], capables de faire des succession de sauts en arquant son corps à 90° et en le détendant brusquement ou en se propulsant au moyen de sa queue[9]. Ce mouvement semble être une variante plus sophistiquée d'un mouvement d'évitement observé chez la plupart des poissons[13].


Il peut ainsi - si on le dérange ou s'il se sent menacé - vivement sauter de trou en trou dans l'environnement rocheux calcaire qu'il occupe [1] ce qu'évoquent leurs noms locaux de poissons sauteurs (nom qui est aussi donné à d'autres espèces, dont les killies (Cyprinodontiformes) ou les Periophtalmus (« sauteur de vase atlantique »). Ses sauts sont beaucoup plus efficaces que ceux d'autres blennies plus adaptées au milieu marin, en raison du fait qu'il est capable de tordre sa queue et de manière à plaquer sa nageoire caudale au sol, ce qui lui donne plus de force et d'appui, et lui permet de retomber « à plat » et non sur le côté, et donc d'immédiatement pouvoir à nouveau sauter.
Il est également capable de rapidement escalader une paroi verticale, également grâce à sa nageoire caudale qu'il peut utiliser comme une ventouse ou un appui (voir vidéo ci-contre).

Reproduction[modifier | modifier le code]

Ce poisson est ovipare. Il forme un couple distinct lors de la reproduction[14], le choix du partenaire pourrait être fait au vu des mouvements répétés de parade[15]

Recherche[modifier | modifier le code]

les capacités particulières de saut et d'escalade de ce poisson ont justifié qu'il soit étudié au moyen d'appareillages spécifiques[16], qui ont permis de mieux comprendre la cinétique des sauts, ses mouvements, et la force qu'il développe quand il saute.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c et d Alticus arnoldorum at www.fishbase.org.
  2. Synonyms of Alticus arnoldorum at www.fishbase.org.
  3. Curtiss, A., 1938 [ref. 18057] A short zoology of Tahiti in the Society islands. Guide Printing Company, Inc., Brooklyn, New York. i-xvi + 1-193.
  4. Common names for Alticus arnoldorum at www.fishbase.org.
  5. Alticus arnoldorum at www.fishwise.co.za.
  6. Myers, R. F., & Donaldson, T. J. (2003). The fishes of the Mariana Islands. Micronesica, 35(36), 594-648.
  7. Bacchet, P., Lefèvre, Y. & Zysman, T. 2007. Guide des Poissons de Tahiti et ses Iles. Éditions Au vent des Iles, Papeete. 610 pp.
  8. Food items reported for Alticus arnoldorum at www.fishbase.org.
  9. a et b Pacific leaping blenny now considered a terrestrial species www.practicalfishkeeping.co.uk
  10. Ord, T. J., & Tonia Hsieh, S. (2011). A Highly Social, Land‐Dwelling Fish Defends Territories in a Constantly Fluctuating Environment. Ethology, 117(10), 918-927.
  11. Gibb ACAshley-Ross MA, Hsieh ST, . Integr Comp Biol. 2013 Aug; 53(2):295-306. Epub 2013 May 23 ([Thrash, flip, or jump: the behavioral and functional continuum of terrestrial locomotion in teleost fishes. résumé]).
  12. Fish out of water: terrestrial jumping by fully aquatic fishes. Gibb AC, Ashley-Ross MA, Pace CM, Long JH Jr. J Exp Zool A Ecol Genet Physiol. 2011 Dec 1; 315(10):649-53. Epub 2011 Oct 4 (résumé).
  13. Domenici P, Blake RW (1997) The kinematics and performance of fish fast-start swimming. The Journal of Experimental Biology 200: 1165–1178
  14. Reproduction of Alticus arnoldorum at www.fishbase.org.
  15. Mowles, S. L., & Ord, T. J. (2012). Repetitive signals and mate choice: insights from contest theory. Animal Behaviour (voir p 296)
  16. Hsieh, S. T. (2006). Three-axis optical force plate for studies in small animal locomotor mechanics. Review of scientific instruments, 77(5), 054303-054303.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Myers, R.F., 1999. Micronesian reef fishes. A comprehensive guide to the coral reef fishes of Micronesia. Coral Graphics, Barrigada, Guam. 216 p.
  • (en) Hsieh, S. T. T. (2010). A locomotor innovation enables water-land transition in a marine fish. PloS one, 5(6), e11197.
  • (en) Hundt, P. J., Iglésias, S. P., Hoey, A. S., & Simons, A. M. (2013). A multilocus molecular phylogeny of combtooth blennies (Percomorpha: Blennioidei: Blenniidae): Multiple invasions of intertidal habitats. Molecular phylogenetics and evolution.