Alte Nationalgalerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 31′ 15″ N 13° 23′ 53″ E / 52.52083, 13.39806 ()

AlteNationalgalerie 1a.jpg

La Alte Nationalgalerie (anciennement Nationalegalerie - Galerie nationale) est un musée situé sur l'île aux musées à Berlin. Rouvert en 2001, cet édifice en forme de temple grec, inauguré en 1876, est consacré à l'art allemand du XIXe siècle et aux impressionnistes français.

Il présente les importantes collections du XIXe siècle de la Fondation pour la culture prussienne. Considéré comme le tableau le plus représentatif du mouvement symboliste, L'Île des morts d'Arnold Böcklin (1883) est l'une des œuvres emblématiques du musée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alte Nationalgalerie Berlin Treppenhaus.jpg

La Nationalegalerie a été fondée en 1861, grâce à la donation de deux cent soixante-deux tableaux du banquier Johann Heinrich Wagener. La collection a d'abord été présentée à l'Académie des arts de Berlin.

Le bâtiment actuel, conçu en 1865 par Friedrich August Stüler selon une esquisse du roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse, a la forme d'un temple romain, avec un portique orné de colonnes corinthiennes et une abside annexée. Sa construction s'est échelonnée de 1869 à 1876 sous la direction de l'architecte Heinrich Strack. Après avoir subi de sérieux dommages lors de raids aériens durant la Seconde Guerre mondiale, le musée a en partie rouvert en 1949 et sa reconstruction s'est achevée en 1969. Entre 1998 et 2001, le musée a été entièrement rénové et des salles supplémentaires en mezzanine ont été ajoutées ; y sont présentées les œuvres romantiques.

Collections[modifier | modifier le code]

Johann Gottfried Schadow, princesses Luise et Friederike de Prusse.

La collection comprend des œuvres du classicisme et du romantisme (Caspar David Friedrich, Karl Friedrich Schinkel, et Carl Blechen), de la période Biedermeier, de l'impressionnisme français (Édouard Manet, Claude Monet) et, récemment, du XXe siècle (Adolph von Menzel, Max Liebermann, Lovis Corinth).

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]