Alta Rocca (région)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alta Rocca)
Aller à : navigation, rechercher
Alta Rocca
Alta Rocca (co)
Image illustrative de l'article Alta Rocca (région)
Paysage d'Alta Rocca

Pays France
Subdivision administrative Corse
Subdivision administrative Corse-du-Sud
Ville(s) principale(s) Levie
Aullène
Sainte-Lucie-de-Tallano
Siège du pays Levie
Commune(s) 16
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Freto
Rocca
Taravo
Fiumorbo

L'Alta Rocca est une région naturelle de Corse située dans l'arrière-pays de Sartène. Elle culmine au Monte Incudine à 2 134 mètres d'altitude et a pour capitale Levie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Panorama d'Olmiccia et de Sant'Andréa-di-Tallano

L'Alta Rocca est une région de Corse-du-Sud située à l'intérieur de l'île. Elle désigne les moyennes et hautes vallées du Rizzanese et de ses affluents (Chiuvone et Fiumicicoli).

Territoire[modifier | modifier le code]

L'Alta Rocca est composée des territoires de trois microrégions : la Scopamène avec comme village le plus important Aullène, le Tallano qui s'articule autour du village de Sainte-Lucie-de-Tallano, et le Fiumicicoli (ancienne pieve de Carbini) où se trouve notamment le village de Levie, le plus important de la région.

Composition[modifier | modifier le code]

L'Alta Rocca comprend les communes de :

Relief[modifier | modifier le code]

Aiguilles de Bavella

L'Alta Rocca est située au cœur de la Corse-du-Sud. Son sol repose sur un socle de roches plutoniques (granite, diorite) et volcaniques.

Elle est délimitée au nord, à l'est et au sud par la dorsale principale de l'île qui la sépare successivement du Talavo et du Freto : du nord au sud par le plateau du Coscione, le Monte Incudine (2 134 m), le massif de Bavella, celui de l'Ospedale puis la Cagna à son extrémité méridionale. Elle est limitée à l'ouest par la Punta di i Cavalletti et la Punta di u Carbone qui la séparent du Viggiano.

L'Alta Rocca est ouverte vers la mer à l'ouest et au sud par les vallées du Rizzanese et de son affluent le Fiumicicoli mais n'a pas de façade maritime.

La végétation est diversifiée, avec des futaies et taillis de chênes verts. La présence d'oliviers est de feuillus est marquée dans la vallée du Rizzanese. Sur ce cours d'eau est mis en service en 2013[1] par EDF le plus important barrage de Corse : superficie de 11 ha environ et capacité totale de 1 300 000 m3, pour une capacité utile de 1 000 000 m3[2].

Accès[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

L'Alta Rocca est quasiment fermée à l'est car barrée par la partie méridionale de l'arête principale de l'île. On le constate avec le détail des principales voies de pénétration suivantes :

Accès par les sentiers de grande randonnées[modifier | modifier le code]

  • Le GR 20 pénètre dans la partie nord-orientale de l'Alta Rocca durant deux étapes :
    • Étape 13 : D'Usciolu à Asinau : 8h00 du Nord vers le Sud, et 8h00 du Sud vers le Nord
    • Étape 14 : De Asinau à Paliri : 7h00 du Nord vers le Sud, et 7h20 du Sud vers le Nord.

En plus du « trekking » avec les sentiers de grande randonnée, le Parc propose d'autres types : randonnées « découverte » avec Mare a mare et randonnées « balade ». Dans ce secteur, existent :

  • Le Mare a mare Sud et sa variante, trajet Propriano - Porto-Vecchio, avec des gîtes d'étape à Quenza, à Jallicu, à Serra-di-Scopamène, à Sainte-Lucie-de-Tallano, à Levie, à Cartalavone
  • La liaison Mare a mare Sud - GR 20

Histoire[modifier | modifier le code]

San-Gavino-di-Carbini dolmen.jpg

L'amiral génois Andrea Doria ruine le fief de la Rocca dès 1507. Il fait assassiner son comte Rinuccio della Rocca ; les fiefs corses perdent tout rôle politique. Rinuccio était comte de la Rocca et du Talavo. Son fief qui était le plus puissant des fiefs corses, avait pour capitale Santa Lucia di Tallà (sous-préfecture de l'arrondissement avant Sartène) et comprenait la communauté de Carbini dont la « plage » était le hameau de Porto-Vecchio, repaire de corsaires barbaresques jusqu'en 1539[3].

L'Alta Rocca possède un riche patrimoine naturel et culturel géré par le Parc. Il assure notamment la protection de sites archéologiques où les premiers hommes de l'île ont laissé de nombreux vestiges tels le plateau de Levie (Pianu di Livia) avec Cucuruzzu et Capula, ou les ruines mégalithiques d'Arragio (Arragiu). En ce lieu, une forteresse (Castellu d'Arragiu) avait été bâtie par les Torréens à l'âge du bronze.

Couvent Saint-François

S'y trouvent également de nombreux vestiges moyenâgeux tel :

  • le couvent San Francescu de Sainte-Lucie-de-Tallano fondé en 1492 par Rinuccio[4], comte della Rocca et du Talavo, et qui était composé d'un fort et d'un château[5] dont on forma l'église et le bâtiment central[6] ;
  • l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Carbini, ancienne église pièvane datant du XIIe siècle[7] ;
  • la chapelle Sainte-Marie de Quenza, datant du XIIe siècle[8], ou encore
  • les nombreuses maisons fortes, de notables et fermes construites depuis le XVIe siècle dans les lieux habités et qui sont reprises à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Ce patrimoine s'enrichit également avec le « petit patrimoine » constitué par les fours, moulins, etc. qui, s'il n'est pas classé, témoigne néanmoins de l'intense activité qui régnait dans un passé encore récent.

Culture[modifier | modifier le code]

Le musée départemental de l'Alta Rocca se trouve à Levie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Proglio inaugure le plus grand barrage corse sur mediaterre.org
  2. Barrage du Rizzanese
  3. Alerius Tardy in Fascinant Cap Corse Bastia-Toga 1994
  4. Rinuccio Della Rocca, seigneur de Cinarca et d'Istria
  5. La place forte de Sainte-Lucie-de-Tallano s'inscrivait dans un vaste dispositif de défense dans le sud de la Corse avec une chaîne de fortifications
  6. « Notice no PA00099106 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no IA00071620 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no IA2A000351 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]