Alsophis rijgersmaei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alsophis rijgersmaei, la Couresse du Banc d'Anguilla est une espèce de serpents de la famille des Dipsadidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique du banc d'Anguilla[1]. Elle se rencontre à Anguilla et à Saint-Barthélemy[2].

Elle n'a pas été observée à Saint-Martin depuis 1991, elle en a probablement disparu à cause de l'introduction volontaire de la mangouste indienne (Herpestes javanicus)[2].

Elle est particulièrement menacé par l’activité humaine et par les animaux domestiques comme les chats.

Description[modifier | modifier le code]

La Couresse du Banc d’Anguilla mesure jusqu'à 1 380 mm dont 300 mm de queue, elle est de couleur grise a marron foncé. Elle est principalement diurne et terrestre[2].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle se nourrit principalement de petits reptiles[2] :

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en l'honneur du docteur Hendrik Elingsz van Rijgersma (1835–1877).

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Cope, 1870 "1869" : Seventh Contribution to the Herpetology of Tropical America. Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 11, no 81, p. 147-192 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Questel, 2011 : Alsophis : Les Serpents des Petites Antilles.
  • Breuil, 2002 : Histoire naturelle des Amphibiens et des Reptiles terrestres de l’Archipel Guadeloupéen. Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines Naturels, vol. 54, Paris, p. 1-339.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a, b, c et d Questel, 2012 : Contribution à la connaissance d’Alsophis rijgersmaei (Squamata, Dipsadidae, Xenodontinae) sur l’île de Saint-Barthélemy. Réserve Naturelle de Saint-Barthélemy, ALSOPHIS, p. 1-24. (texte intégral).