Alqosh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alqosh
Image illustrative de l'article Alqosh
Administration
Pays Drapeau de l'Irak Irak
Province Ninawa
Démographie
Population 15 000 hab.
Géographie
Coordonnées 36° 44′ 07″ N 43° 05′ 47″ E / 36.735278, 43.09638936° 44′ 07″ Nord 43° 05′ 47″ Est / 36.735278, 43.096389  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Irak

Voir la carte administrative d'Irak
City locator 14.svg
Alqosh

Géolocalisation sur la carte : Irak

Voir la carte topographique d'Irak
City locator 14.svg
Alqosh
Sources
« Index Mundi »

Alqoche, Alqosh, ou al-Qūš est une ville d'Irak, dans la province de Ninawa, district de Tall Kayf (anciennement dans le district d'al-Shîkhân), à environ 45 km au nord de Mossoul. La population actuelle (recensement officiel) est de 15 000 habitants (20 000 habitants dans les années 1960).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de la ville remonte au temps de l'Empire assyrien : son nom a été repéré dans une inscription du palais de Sennacherib (704-681 av. J.-C.), sur le site de l'antique Ninive, les « montagnes d'Alqosh » étant l'origine des pierres utilisées pour les constructions de ce roi. Les ruines de Shayro Meliktha, à trois kilomètres à l'ouest de la ville, sont celles d'un temple datant de la même époque. Mais malgré la tradition rapportée par l'archéologue britannique Austen Henry Layard, qui visitait la région en 1847, il est peu probable que l'« Elqosh » du Livre de Nahum (qui commence par le verset « Oracle sur Ninive. Livre de la Vision de Nahum d'Elqosh ») doive être identifié à l'Alqosh actuelle.

La ville est connue comme un foyer du christianisme oriental de tradition dite « assyro-chaldéenne » (depuis le XIXe siècle, de l'Église catholique chaldéenne), et linguistiquement du soureth, dialecte moderne de l'araméen. Situé à trois kilomètres au nord-est de la ville, le monastère de Rabban Hormizd, fondé vers 640 sur la pente rocheuse d'une montagne, fut le siège des patriarches héréditaires de l'Église d'Orient (dite « nestorienne ») entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Abandonné dans les années 1740 pour des raisons sanitaires, il a été restauré en 1808, comme monastère-séminaire, par un religieux uni au pape, et est devenu depuis un centre de l'Église catholique chaldéenne. En 1859, toutefois, un nouvel établissement a été construit dans la plaine, plus près d'Alqosh, sous le nom de monastère Notre-Dame-des-Semences, et a plus ou moins remplacé (progressivement) l'ancien. Ce couvent est célèbre pour sa riche bibliothèque de manuscrits en langue syriaque : malgré des destructions dues à des attaques de pillards (notamment en 1828 et en 1868), cette bibliothèque a toujours été reconstituée.

En 2014, après la prise de contrôle de la région par le groupe islamiste EI, de nombreux habitants chrétiens d'Alqosh ont fui la ville de peur d'être pris pour cibles par les jihadistes. En septembre 2014, on estime le nombre de familles restées dans la ville à moins de 300.

Personnalités[modifier | modifier le code]