Alphonse II d'Este

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfonso II d'Este
Cesare Aretusi : portrait d'Alphonse II d'Este

Alphonse II d'Este (né à Ferrare le 22 novembre 1533, mort à Ferrare le 27 octobre 1597) fut le cinquième duc de Ferrare, Modène et Reggio, il régna de 1559 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Hercule II d'Este et de Renée de France, peu après être monté sur le trône, à la demande du pape Pie IV, il renvoie sa mère en France car elle est calviniste. Sous son règne, la cour de Ferrare atteint tout son faste et sa magnificence, accueillant des poètes (comme le Tasso) et des artistes aux détriments des finances. Il cherche à augmenter le prestige de l'état au travers de ses trois mariages — Lucrèce de Médicis (1558-61), Barbara d'Autriche (1565-72) et Margherita Gonzaga (1579) — et en s'alliant à l'empereur Maximilien II au cours de la guerre contre les Turcs en Hongrie (1566).

N'ayant pas d'héritier direct, il désigne comme successeur son cousin César (fils de Alphonse, frère de son père Hercule II), et l'acte est reconnu par l'Empereur mais pas par l'Église parce que son oncle Alphonse était le fils naturel du précédent duc Alphonse Ier et de Laura Dianti. À sa mort, le pape Clément VIII se rapproprie Ferrare, fief pontifical, profitant de la faiblesse de César d'Este.

Alphonse II est enterré à Ferrare au monastère du Corpus Domini.

Le poème My Last Duchess[modifier | modifier le code]

Article détaillé : My Last Duchess.
Robert Browning, l'auteur de My Last Duchess, en 1865.

Le mariage malheureux de Lucrezia de' Medici avec Alphonse II, au caractère froid, égoïste, et possessif[1], et le remariage de celui-ci quelques années après avec Barbara d'Autriche, fille de l'empereur Ferdinand Ier, a inspiré à Robert Browning son monologue dramatique intitulé My Last Duchess (Ma dernière duchesse)[1].

Louis S. Friedland, dans une étude parue en 1936, a montré que la substance du poème est tirée de l'histoire réelle des négociations entre Alphonse II d'Este et Nikolaus Madruz, l'envoyé du comte de Tyrol, en vue du remariage du duc[2].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Robert Browning, John Woolford, Daniel Karlin 1991, p. 157-158
  2. « Representative Poetry Online: My Last Duchess », sur rpo.library.utoronto.ca (consulté le 17 janvier 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]