Alphonse Georges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alphonse Georges
Le général Georges, à gauche, avec le général Lord Gort, à Arras vers 1940
Le général Georges, à gauche, avec le général Lord Gort, à Arras vers 1940

Naissance 19 août 1875
Montluçon, France
Décès 24 avril 1951
Paris, France
Origine Français
Allégeance Flag of France.svg Armée française
Arme Infanterie
Grade Général d'armée
Années de service 18951945
Conflits Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale

Alphonse-Joseph Georges (né le 19 août 1875 à Montluçon et mort le 24 avril 1951 à Paris) est un général français du XXe siècle ayant combattu lors des deux guerres mondiales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Alphonse Georges est né le 19 août 1875 à Montluçon. Originaire d’un milieu modeste, son père est contremaitre dans une verrerie, il obtient des résultats hors normes durant toute sa scolarité à Saint-Amand-Montrond et à Bourges. Attiré par l’armée, il prépare le concours d’entrée à Saint Cyr au lycée Lakanal de Sceaux, puis intègre l’École spéciale militaire en 1895.

Sorti troisième de Saint Cyr en 1897 (sur 578 élèves), promotion de Tananarive, il choisit l’infanterie, et en particulier, le 1er régiment de tirailleurs à Alger, un des régiments les plus réputés de l’Armée. En Afrique du Nord, le jeune officier apprend son métier, participe à plusieurs colonnes qui visent à pacifier le Sahara et se fait rapidement remarquer par ses chefs. Il se marie en 1902, avec une jeune fille de la bourgeoisie locale, et prépare à partir de 1903 le concours de l’École supérieure de guerre qu’il réussit brillamment. Après celle-ci, le commandant en second de l’école, le général Toutée, devenu entre temps chef de cabinet du ministre de la Guerre, le fait affecter en mars 1908, au poste d’aide de camp de Picquart, ministre de la Guerre dans le gouvernement Clemenceau. Deux ans plus tard, le capitaine Georges retourne en Algérie commander la 15e compagnie du 2e régiment de tirailleurs stationnée à Alger. Alors qu’il n’a pris le commandement de sa compagnie que depuis quelques mois, il est désigné pour participer à une « opération de police » sur les confins algéro-marocains. Au cours d’un accrochage sérieux avec des rebelles, il mène sa compagnie au feu victorieusement sous les yeux du général Lyautey qui tient immédiatement à connaître ce capitaine intrépide.

De retour à Alger, il mène la vie classique des officiers de garnison lorsque, en 1912, on lui confie un dossier jusque-là inextricable : l’incorporation des « Indigènes ». Georges en vient à bout en quelques mois, alors qu’aucun de ceux qui avaient étudié ce dossier précédemment n’était parvenu jusqu’alors à trouver de solution. Joffre, mis au courant, fait affecter le capitaine Georges au 1er bureau de l’état-major de l’armée à Paris. Sous les ordres du général de Castelnau, il va désormais préparer la mobilisation de millions d’hommes, comme prévu au plan XVII.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En août 1914, le chef de bataillon Georges sert à l’état-major de la IIe Armée du général de Castelnau puis obtient enfin, début septembre, de pouvoir prendre un commandement dans la troupe. Il ne restera cependant que quelques jours à la tête de son bataillon du 122e régiment d’infanterie, car il est grièvement blessé le 11 septembre. Après plusieurs semaines de soins puis de convalescence, Georges souhaite retrouver un commandement, mais Joffre ne l’entend pas ainsi : il n’est pas question qu’il retourne au front, il est trop précieux comme officier d’état-major et se retrouve à l’état-major de l'armée (EMA).

En octobre 1916, il obtient de pouvoir rejoindre l’armée d’Orient au poste de sous-chef d’état-major mais ne s’entend pas avec le général Sarrail. Il rentre en France en mars 1917, mais deux mois plus tard, Charles Jonnart, l’ancien gouverneur-général de l’Algérie qui se souvient du jeune officier prometteur qu’il a connu jadis, demande à ce que ce soit, non pas un officier général, mais le lieutenant-colonel Georges, qui assume la tâche de conseiller militaire dans la difficile mission qu’on vient de lui confier : déposer le roi de Grèce Constantin 1er, favorable aux Allemands. Le plan militaire échafaudé par Georges est une complète réussite ; le monarque doit quitter le pays.

De retour en France, Georges devient ensuite un des plus proches collaborateurs du maréchal Foch jusqu’en 1921, notamment comme chef du bureau des théâtres d’opérations extérieures. À ce titre, il prend une part déterminante à l’organisation de l’offensive que mène le maréchal Franchet d'Esperey à partir de Salonique en septembre 1918.

La Ruhr[modifier | modifier le code]

Colonel depuis décembre 1919, il prend le commandement du 64e régiment de tirailleurs à Spire en Allemagne en janvier 1922 sous les ordres du général Mordacq, mais se voit appeler un an plus tard par le général Degoutte, à prendre la direction du « secrétariat des Affaires techniques », lors de l’occupation de la Ruhr. Ayant réussi à faire redémarrer l’activité économique, il termine son temps de commandement, puis est nommé général en mars 1924.

La guerre du Rif[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi les cours du Centre des hautes études militaires (CHEM), il devient chef d’état-major du général Degoutte, commandant désigné de l’armée des Alpes en cas de guerre. Cependant, sa réputation est faite dans toute l’armée et le maréchal Pétain l’appelle à ses côtés pour le seconder lors de la guerre du Rif. C’est Georges qui conçoit et met en œuvre l’essentiel du plan qui permettra de venir à bout des rebelles.

Alger/Maginot[modifier | modifier le code]

Promu général de division, 18 mois seulement après avoir été nommé général de brigade, il prend le commandement de la division d’Alger en septembre 1928. Toutefois, il ne va rester à la tête de sa division qu’un peu plus d’un an, le nouveau ministre de la Guerre André Maginot voulant qu’il devienne son chef de cabinet. Après 15 mois à l’hôtel de Brienne, de novembre 1929 à février 1931, le général de corps d’armée Georges retourne en Afrique du Nord prendre le commandement du prestigieux 19e corps d’armée.

Conseil supérieur de la Guerre[modifier | modifier le code]

En novembre 1932, il est promu général d'armée et entre au Conseil supérieur de la guerre (CSG). À 58 ans, et compte tenu des limites d’âge en vigueur, il peut encore rester en activité de 7 à 10 ans. Presque tous ses collègues généraux le voient devenir inspecteur général de l’armée, c’est-à-dire généralissime en cas de guerre.

L'attentat de Marseille[modifier | modifier le code]

A l’automne 1934, il est désigné pour accueillir le roi Alexandre Ier de Yougoslavie, avec qui il a noué une solide amitié durant la Première Guerre mondiale, et qui doit débarquer à Marseille le 9 octobre. Malheureusement, quelques minutes après l’arrivée de la délégation yougoslave, un attentat survient sur la Canebière. Le roi est tué, tout comme le ministre Louis Barthou, et le général Georges grièvement blessé.

Le haut commandement[modifier | modifier le code]

C’est finalement le général Gamelin qui est nommé en remplacement du général Weygand, atteint par la limite d’âge, en janvier 1935. Georges devient inspecteur des troupes d’Afrique du Nord, mais ne possède pas d’autres responsabilités concrètes. Certes Gamelin lui confie certaines missions comme rédiger les nouveaux règlements d’emploi des grandes unités, ou diriger les grandes manœuvres, mais en fait il cherche à l’écarter des circuits de prise de décisions.

Lors de toutes les conférences que le général Georges prononce à cette époque, il ne manque jamais une occasion d’exprimer sa préoccupation devant l’état de l’armée, le manque d’entraînement des réserves, la motorisation très insuffisante, les carences de l’aviation, le déficit de production d’armements modernes, etc.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À la mobilisation, il devient adjoint du général Gamelin pour le front du Nord-Est puis, seulement en décembre, commandant en chef du front du Nord-Est. Pourtant ce titre ne doit pas faire illusion : Georges voit en fait ses prérogatives réduites, car Gamelin scinde le Grand quartier général des forces terrestres françaises (GQG), et lui retire des moyens ainsi que certains de ses collaborateurs les plus proches. Georges ne peut donc exercer pleinement son commandement. Surtout, il est obligé d’appliquer un plan qu’il désapprouve, en particulier l'envoi en Hollande de la puissante 7e armée.

Article connexe : Plan Dyle.

L’attaque allemande du 10 mai démontre l’incapacité de l’armée française à opérer des mouvements stratégiques. Le front est rompu sur la Meuse le 15 mai. Georges, depuis le GQG, voit ce qu’il faudrait faire mais ses ordres arrivent souvent trop tard. L’ennemi progresse à une vitesse jamais imaginée, même dans le pire des scénarios. Le stress le gagne. Après le limogeage de Gamelin le 19 mai, remplacé par Weygand, Georges retrouve tous ses moyens et entreprend d’organiser de nouvelles lignes de défense mais sans illusion, les Allemands ayant désormais, après la destruction des armées du Nord, trois fois plus de divisions que les Alliés.

Après l’armistice du 22 juin 1940, le général Georges organise pendant quelques semaines la nouvelle armée de Vichy qui ne doit plus compter que 100 000 hommes en métrople, puis, atteint par la limite d’âge en août 1940 (65 ans), il est placé dans la deuxième section du cadre des officiers généraux.

Alger/CFLN[modifier | modifier le code]

En 1943, Churchill organise son évasion de France afin qu’il puisse travailler de concert avec le général Giraud en Algérie. Georges participe activement au Comité français de la Libération nationale de juin à novembre, mais ne parvient pas à imposer son point de vue modéré. Il est éliminé par le général de Gaulle, et se retire alors définitivement de toute activité politique ou militaire.

Retour à Paris - les procès[modifier | modifier le code]

À la Libération, il apporte son témoignage, notamment aux procès du maréchal Pétain et à l’instruction qui vise le général Weygand, puis se retire de la vie publique. Il meurt en 1951 au Val de Grâce à Paris.

Placard[modifier | modifier le code]

Legion Honneur GC ribbon.svg Medaille militaire ribbon.svg Croix de Guerre 1914-1918 ribbon.svg
Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg Medaille commemorative du Maroc ribbon.svg
Ordre du Merite agricole Officier 1999 ribbon.svg Palmes academiques Officier ribbon.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Françaises[modifier | modifier le code]

Étrangères[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]