Alphège de Cantorbéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alphege)
Aller à : navigation, rechercher
Alphège / Ælfheah
Image illustrative de l'article Alphège de Cantorbéry
On demande conseil à Alphège.
Miniature du Speculum historiae de Vincent de Beauvais (vers 1400-1410) attribuée au Maître de la Cité des dames. Bibliothèque royale des Pays-Bas, 72 A 24.
Évêque de Winchester
Archevêque de Cantorbéry
Naissance vers 953-954
à Weston ?
Décès le 19 avril 1012 
à Greenwich
Vénéré à Cathédrale de Cantorbéry
Canonisation 1078
par Grégoire VII
Vénéré par
Fête 19 avril
Attributs une hache[3]
Saint patron Greenwich, Solihull, les victimes d'enlèvements[4]

Alphège ou Ælfhēah en vieil anglais, également appelé Elphège ou Alfège, est un ecclésiastique anglo-saxon né vers 953-954 et mort le 19 avril 1012.

La piété d'Alphège, moine ermite à l'abbaye de Bath, lui vaut d'être promu évêque de Winchester en 984, puis archevêque de Cantorbéry en 1006. Durant ses six années d'archiépiscopat, il promeut le culte de son prédécesseur Dunstan et encourage l'éducation. En 1011, il est capturé par des maraudeurs vikings. Ayant refusé d'être échangé contre une rançon, il est lynché l'année suivante.

Alphège est canonisé en 1078. Un siècle plus tard, Thomas Becket, son lointain successeur, lui remet son âme avant d'être assassiné.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alphège, d'abord connu sous le nom Godwine, serait né à Weston, non loin de Bath, vers 953 ou 954[5],[6]. Il devient moine très jeune et entre au monastère de Deerhurst avant d'être transféré à celui de Bath, où il se fait anachorète. Remarqué pour sa piété et sa rigueur, il s'élève dans la hiérarchie et en devient l'abbé vers 977[7],[8]. C'est probablement grâce à l'appui de l'archevêque de Cantorbéry Dunstan qu'il est élu évêque de Winchester[9],[10] ; il est sacré le 19 octobre 984 et entre en fonction le 28 octobre[11]. Durant son épiscopat, il est à l'origine de la construction d'un grand orgue dans la cathédrale de la ville. Cet orgue s'entend à un mille à la ronde, et il faut plus de vingt-quatre hommes pour l'actionner. Alphège construit des églises et en agrandit d'autres dans la ville[12], et promeut le culte de ses prédécesseurs Swithun et Æthelwold[13].

Après une attaque viking en 994, un traité de paix est signé avec le chef norvégien Olaf Tryggvason. Celui-ci reçoit un tribut (ou danegeld), mais il se convertit au christianisme[14] et jure de ne plus jamais être l'ennemi des Anglo-Saxons[15]. Il est possible qu'Alphège ait joué un rôle dans les négociations de paix, et il est certain qu'il a confirmé Olaf dans sa foi nouvelle[13].

Alphège succède à Ælfric comme archevêque de Cantorbéry en 1006[16] et y amène une relique : la tête de Swithun[13]. C'est peut-être également à cette occasion que plusieurs manuscrits importants quittent Winchester pour Cantorbéry, dont le manuscrit A de la Chronique anglo-saxonne[17]. Alphège se rend à Rome l'année suivante pour recevoir le pallium, symbole de son statut, des mains du pape Jean XVIII, mais il est victime d'un vol durant son voyage[18]. Durant son archiépiscopat, il promeut le culte de Dunstan[13] en commandant une deuxième Vie de Dunstan, rédigée par Adélard de Gand entre 1006 et 1011[19]. Il introduit également de nouvelles pratiques liturgiques, et joue un rôle essentiel dans la reconnaissance de Wulfsige de Sherborne comme saint par le Witenagemot, vers 1012[20].

Alphège envoie Ælfric d'Eynsham diriger l'école monastique de l'abbaye de Cerne[21]. En mai 1008, il est présent au concile durant lequel l'archevêque d'York Wulfstan prononce son Sermo Lupi ad Anglos (en) (« le Sermon du Loup aux Anglais »), fustigeant les Anglais pour leurs carences morales et les rendant responsables des calamités qui s'abattent sur leur pays[22].

En 1011, l'Angleterre subit une nouvelle offensive viking, dirigée par Thorkell le Grand. Les envahisseurs viennent mettre le siège devant Cantorbéry le 8 septembre. La trahison d'un certain Ælfmaer, dont Alphège avait sauvé la vie auparavant (aucune source n'apporte davantage de détails à ce sujet[13]), permet aux assaillants d'entrer dans la ville le 29 septembre[23]. Alphège est capturé et retenu prisonnier pendant sept mois[24], tandis que les Danois pillent et incendient la cathédrale après s'être saisis de sa personne[25].

Mort[modifier | modifier le code]

Vitraux relatant l'histoire d'Alphège dans la cathédrale de Cantorbéry.

Alphège refuse qu'une rançon de 3 000 livres soit versée pour sa libération[26]. En conséquence, il est tué lors d'une assemblée publique le 19 avril 1012 à Greenwich[24], à l'emplacement de l'actuelle église Saint-Alfège selon la tradition[16],[27]. La mort d'Alphège est relatée dans le manuscrit E de la Chronique anglo-saxonne : l'armée danoise, rendue furieuse par son refus d'être rançonné, se saisit de lui et le lapide à coups d'os de bœuf[28]. Selon le récit de Jean de Worcester, le coup de grâce aurait été porté à Alphège par un converti du nom de Thrum[26].

Alphège est le premier archevêque de Cantorbéry à connaître une mort violente[29]. Le récit de l'évêque Dithmar, contemporain des événements, indique que Thorkell aurait essayé de sauver Alphège de la foule en colère en leur offrant tout ce qu'il possédait, hormis son navire, en échange de la vie de l'archevêque ; cependant, la Chronique anglo-saxonne ne mentionne pas la présence de Thorkell à cette assemblée[30], et Guillaume de Malmesbury affirme même qu'il est l'instigateur du meurtre[31]. Qu'il ait été présent ou non, Thorkell est révolté par la brutalité de ses compatriotes, et il passe dans le camp du roi Æthelred après la mort d'Alphège[32].

L'archevêque défunt est tout d'abord inhumé dans la cathédrale Saint-Paul de Londres[13]. En 1023, le roi Knut le Grand fait transférer son corps à Cantorbéry en grande pompe[33]. Par ce geste, il semble avoir cherché à réconcilier ses sujets danois et anglais[34], mais les Londoniens ne voient pas les choses de la même façon, et seule la présence de l'escorte royale empêche la procession de tourner à l'émeute[35]

Vénération[modifier | modifier le code]

Alphège est canonisé en 1078 par le pape Grégoire VII, avec une fête fixée au 19 avril[1]. Après la conquête normande de l'Angleterre, le nouvel archevêque Lanfranc remet en question le culte de certains saints vénérés à Cantorbéry, dont Alphège : selon lui, il n'est pas mort pour sa foi, mais pour une querelle liée à sa rançon. L'abbé Anselme du Bec le convainc du contraire, expliquant que « celui qui meurt pour la justice meurt pour Dieu », et Alphège est, avec Augustin de Cantorbéry, le seul archevêque anglo-saxon à conserver sa place dans le calendrier des saints de Cantorbéry[36],[37]. Le tombeau d'Alphège, quelque peu négligé, est reconstruit et agrandi au début du XIIe siècle par Anselme, qui a succédé à Lanfranc comme archevêque[38]. Les annales de Cantorbéry rapportent que le cadavre du martyr ne présente aucun signe de décomposition au moment de son exhumation en 1105[39].

L'église Saint-Alfège de Greenwich.

Après l'incendie qui ravage la cathédrale de Cantorbéry en 1174, les restes d'Alphège sont placés, avec ceux de Dunstan, autour de l'autel principal, au pied duquel Thomas Becket aurait remis sa vie entre les mains d'Alphège peu avant son assassinat, le 29 décembre 1170[13]. Ce nouveau tombeau est scellé avec du plomb[40] ; les restes d'Alphège sont au nord de l'autel, tandis que ceux de Dunstan sont au sud[41]. À la demande de Lanfranc, un moine de Cantorbéry, Osbern, rédige une Vita S. Alphegi et de translatione S. Alphegi dont subsiste une version en prose. Cette œuvre hagiographique, dont plusieurs passages sont des parallèles évidents de la Bible, ne constitue pas une source historique fiable[13]. À la fin du Moyen Âge, la fête d'Alphège est célébrée en Scandinavie, peut-être en raison du lien entre ce saint et le roi Knut[42].

Plusieurs églises sont dédiées à saint Alphège en Angleterre, notamment l'église Saint-Alfège de Greenwich, édifiée au XIIe siècle et reconstruite au début du XVIIIe siècle par Nicholas Hawksmoor[43], ou l'église Saint-Alphège de Solihull, également édifiée au XIIe siècle, monument classé de Grade I[44]. Toutes ces églises ont participé à la commémoration du millénaire du martyre d'Alphège, le 19 avril 2012[45].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Delaney 1980, p. 29-30.
  2. Holford-Strevens et Blackburn 2000, p. 160-161.
  3. (en) « St. Alphege », Catholic Online (consulté le 19 janvier 2013).
  4. (en) « Saint Alphege of Winchester », sur Saints.SPQN.com (consulté le 19 janvier 2013).
  5. Rumble 2012, p. 165.
  6. (en) « Alphege, Saint and Martyr », sur St. Alphege's Church, Bath (consulté le 19 janvier 2013).
  7. Knowles, London et Brooke 2001, p. 28, 241.
  8. Rumble 2012, p. 166.
  9. Fryde et al. 1996, p. 223.
  10. Barlow 1979, p. 109 (note 5).
  11. Rumble 2012, p. 166 (note 8).
  12. Hindley 2006, p. 304-305.
  13. a, b, c, d, e, f, g et h Leyser 2004.
  14. Stenton 1971, p. 378.
  15. Williams 2003, p. 47.
  16. a et b Fryde et al. 1996, p. 214.
  17. Rumble 2012, p. 181-182.
  18. Barlow 1979, p. 298-299 (note 7).
  19. Barlow 1979, p. 62.
  20. Barlow 1979, p. 223.
  21. Stenton 1971, p. 458.
  22. Fletcher 2003, p. 94.
  23. Williams 2003, p. 106-107.
  24. a et b Hindley 2006, p. 301.
  25. Barlow 1979, p. 209-210.
  26. a et b Rumble 2012, p. 170.
  27. Walsh 2007, p. 28.
  28. Swanton 1998, p. 142.
  29. Fletcher 2003, p. 78.
  30. Williams 2003, p. 109-110.
  31. Rumble 2012, p. 171.
  32. Stenton 1971, p. 383.
  33. Hindley 2006, p. 309-310.
  34. Rumble 2012, p. 171-172.
  35. Williams, Smyth et Kirby 1991, p. 9.
  36. Stenton 1971, p. 672.
  37. Rumble 2012, p. 172.
  38. Brooke et Brooke 1996, p. 40.
  39. Southern 1992, p. 323.
  40. Nilson 1998, p. 33.
  41. Nilson 1998, p. 66-67.
  42. Blair 2002, p. 504.
  43. (en) « The early church », sur St Alfege, Greenwich (consulté le 19 janvier 2013).
  44. (en) « St Alphege », sur Solihull Parish (consulté le 19 janvier 2013).
  45. (en) « Celebrating churches », sur Millenium of St Alphege (consulté le 19 janvier 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Frank Barlow, The English Church 1000–1066: A History of the later Anglo-Saxon church, Longman,‎ 1979, 2e éd., 354 p. (ISBN 0-582-49049-9).
  • (en) John Blair, « A Handlist of Anglo-Saxon Saints », dans Alan Thacker et Richard Sharpe, Local Saints and Local Churches in the Early Medieval West, Oxford University Press,‎ 2002, 581 p. (ISBN 0-19-820394-2), p. 495-565.
  • (en) Christopher Brooke et Rosalind Brooke, Popular Religion in the Middle Ages: Western Europe 1000–1300, Barnes & Noble,‎ 1996, 176 p. (ISBN 0-7607-0093-1).
  • (en) John P. Delaney, Dictionary of Saints, Doubleday,‎ 1980, 2e éd. (ISBN 0-385-13594-7).
  • (en) R. A. Fletcher, Bloodfeud: Murder and Revenge in Anglo-Saxon England, Oxford University Press,‎ 2003 (ISBN 0-19-516136-X).
  • (en) E. B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter et I. Roy, Handbook of British Chronology, Cambridge University Press,‎ 1996, 3e éd. (ISBN 0-521-56350-X).
  • Timothy Graham et Mildred Budny, « Les cycles des saints Dunstan et Alphège dans les vitraux romans de la cathédrale de Canterbury », Cahiers de civilisation médiévale, vol. 38, no 149,‎ 1995, p. 55-78 (lire en ligne)
  • (en) Geoffrey Hindley, A Brief History of the Anglo-Saxons: The Beginnings of the English Nation, Carroll & Graf,‎ 2006 (ISBN 978-0-7867-1738-5).
  • (en) Leofranc Holford-Strevens et Bonnie Blackburn, The Oxford Book of Days, Oxford University Press,‎ 2000 (ISBN 0-19-866260-2).
  • (en) David Knowles, Vera London et Christopher Brooke, The Heads of Religious Houses, England and Wales, 940–1216, Cambridge University Press,‎ 2001, 2e éd. (ISBN 0-521-80452-3).
  • (en) Henrietta Leyser, « Ælfheah (d. 1012) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ 2004 (DOI 10.1093/ref:odnb/181, lire en ligne)
  • (en) Ben Nilson, Cathedral Shrines of Medieval England, Boydell Press,‎ 1998 (ISBN 0-85115-540-5).
  • (en) Alexander R. Rumble, « From Winchester to Canterbury: Ælfheah and Stigand — Bishops, Archbishops and Victims », dans Alexander R. Rumble (éd.), Leaders of the Anglo-Saxon Church: From Bede to Stigand, Boydell Press,‎ 2012 (ISBN 9781843837008), p. 165-182.
  • (en) Richard W. Southern, St. Anselm: A Portrait in a Landscape, Cambridge University Press,‎ 1992 (ISBN 9780521438186).
  • (en) Frank Stenton, Anglo-Saxon England, Oxford University Press,‎ 1971, 3e éd. (ISBN 978-0-19-280139-5).
  • (en) Michael Swanton (trad.), The Anglo-Saxon Chronicle, Routledge,‎ 1998 (ISBN 0-415-92129-5).
  • (en) Michael J. Walsh, A New Dictionary of Saints: East and West, Burns & Oats,‎ 2007 (ISBN 0-86012-438-X).
  • (en) Ann Williams, Aethelred the Unready: The Ill-Counselled King, Hambledon & London,‎ 2003 (ISBN 1-85285-382-4).
  • (en) Ann Williams, Alfred P. Smyth et D. P. Kirby, A Biographical Dictionary of Dark Age Britain, Londres, Seaby,‎ 1991 (ISBN 1-85264-047-2).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 4 février 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.