Alpes-Maritimes (province romaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alpes-Maritimes et Alpes maritimes.
Les Alpes-Maritimes dans l'Empire romain, 120 ap. J.-C.

Les Alpes-Maritimes (en latin classique : Alpes Maritimæ) étaient une province de l’empire romain, une des trois petites provinces enjambant les Alpes entre la Gaule et l’Italie.

Elles comprenaient une partie des trois départements actuels des Alpes-Maritimes, des Alpes-de-Haute-Provence et, plus tard, des Hautes-Alpes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La province des Alpes Maritimæ fut créée au milieu du Ier siècle ap. J.-C. Elle prenait la suite d’un simple district militaire établi en 14 av. J.-C. par Auguste.

Sa capitale était alors Cemenelum, aujourd’hui Cimiez, qui est devenu un quartier de Nice.

Article détaillé : Cemenelum.

Lors de troubles de 69, qui accompagnent la guerre civile entre les partisans de Vitellius et de l'empereur Othon, la province fut le théâtre de combats qui nous sont connus par Tacite et dont il a peut-être été retrouvé certaines traces archéologiques[1].

En 297, les Alpes Maritimæ s’agrandissent et s’étendent vers le nord et le nord-ouest, jusqu’à la Durance et le col de Montgenèvre. La capitale devient Civitas Ebrodunensium, l’actuelle Embrun (Hautes-Alpes).

Les Alpes Maritimæ relevaient au IIIe siècle du diocèse de Vienne (diœcesis Viennensis), partie de la préfecture des Gaules.

Liste des villes antiques de la province romaine des Alpes-Maritimes[modifier | modifier le code]

À partir de 297 :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Arnaud, « Événement et fait archéologique : les événements de 69 et leur impact sur les Alpes-Maritimes », Cahiers de la Méditerranée, 62, 2001, Lire en ligne
  2. Ptolémée, 3.1.43.

Articles connexes[modifier | modifier le code]