Aloysius Jin Luxian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aloysius Jin Luxian
Image illustrative de l'article Aloysius Jin Luxian
Mgr Aloysius Jin Luxian à Shanghai en 2009
Biographie
Naissance 20 juin 1916
Shanghai, Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Ordination sacerdotale 1945
Décès 27 avril 2013 (à 96 ans)
Shanghai, Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale janvier 1985
Évêque de Shanghai
janvier 1985 – avril 2013

Blason

Aloysius Jin Luxian, né le 20 juin 1916 à Shanghai de parents catholiques et mort à Shanghai le 27 avril 2013 (à 96 ans)[1], est un évêque chinois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence l'apprentissage du français à l'âge de 9 ans, qui est sa seconde langue, fait ses études au collège jésuite Saint-Ignace de Shanghai, puis au grand séminaire de Xujiahui, quartier de Shanghai[2].

En 1937, pendant l'invasion japonaise, placé sous la protection de la concession française et du Consul général de l'époque Monsieur Roland de Margerie. Les Japonais ne l'ont pas envahie, car ce territoire dépendait de facto du Régime de Vichy.

Ordonné prêtre en 1945, il va en France pour la première fois en 1947, il a Henri de Lubac comme maître à Lyon. Il passe ensuite deux ans à Rome et y rencontre Albert Decourtray, puis rentre en Chine en 1951.

Il est arrêté une première fois le 8 septembre 1955, avec l'évêque de Shanghai de cette époque, Monseigneur Ignatius Gong Pin-Mei.

Libéré en 1973, il est transféré à la prison de Pékin en tant que traducteur, est emprisonné à nouveau, puis assigné à résidence jusqu'en 1982. Il aura passé en tout dix-huit ans en prison et neuf en résidence surveillée.

En janvier 1985, il est consacré évêque officiel du diocèse de Shanghai avec l'approbation de l'Association catholique patriotique de Chine, mais sans mandat apostolique, c'est-à-dire sans l'approbation pontificale. Toutefois, il demandera et recevra[3] le 8 septembre 2005 la Communion avec Rome.

Le 28 janvier 2005, il consacre le nouvel évêque auxiliaire de son diocèse, Joseph Xing Wenshi, prêtre de l’Église officielle né en 1963, puis le 7 juin 2012 Thaddeus Ma Daqin, prêtre diocésain né en 1968, pour remplir les mêmes fonctions.

Son importance vient de sa position dans l'Église catholique en Chine, scindée entre une Église souterraine, fidèle au Vatican, et une Église patriotique, fidèle au régime politique. Connaissant intimement les deux cultures chinoise et occidentale, il a fait le choix de se rapprocher du régime en estimant que le temps ferait œuvre de réconciliation[4].

Il meurt le 27 avril 2013 à Shanghai des suite du diabète après une longue hospitalisation[5]. Ses funérailles religieuses ont lieu le 29 avril 2013 en la cathédrale Saint-Ignace de Shanghai hors de la présence de tout évêque[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. JEAN-CHRISTOPHE PLOQUIN, « Mgr Jin Luxian, évêque de Shanghai, est décédé », sur www.la-croix.com,‎ 2013 (consulté le 27 avril 2013)
  2. Mgr Jin Luxian, acteur trouble de la vie politique chinoise de ces 20 dernières années « Le pape jaune », Dorian Malovic
  3. Chine : Situation de l’Église catholique
  4. Mgr Jin Luxian, évêque de Shanghai Traître au Vatican ou manipulateur habile ? Un portrait de ce jésuite étonnant, représentant de « l'Église officielle chinoise » par Dorian Malovic, journaliste à La Croix
  5. Décès de Mgr Jin Luxian, évêque « officiel » du diocèse de Shanghai par la rédaction d'Églises d'Asie
  6. L’Église de Shanghai célèbre les funérailles de Mgr Jin « sans incident ni intervention extérieure » par la rédaction d'Églises d'Asie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]