Alois von Reding

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alois von Reding

Alois Josef Fridolin Reding von Biberegg ou plus simplement Alois von Reding (6 mars 1765 - 5 février 1818), militaire et politicien suisse né à Schwyz, il fut l'un des acteurs de la Stecklikrieg (« guerre des Bâtons ») qui eut lieu en 1802.

Filliation[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Johann Josef Rudolf Reding von Biberegg (25 juin 1726, † 2 décembre 1799), il épousa Ludovika Karolina Maria von Bachmann le 21 novembre 1796.

Les Reding von Biberegg sont une famille qui descend de Charlemagne (2 avril 747, † 28 janvier 814).

Carrière[modifier | modifier le code]

Militaire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1794 il fut Lieutenant-colonel dans les troupes au service de l'Espagne.

Politique[modifier | modifier le code]

Il fut Landaman du 23 novembre 1801 - 6 février 1802 puis à nouveau du 6 février 1802 - 20 avril 1802. Poste qu'avait également occupé son père et son grand-père Johann Jost Fridolin von Freuler (4 juillet 1703, † 12 mai 1782).

Après le départ des troupes françaises, les fédéralistes se soulevèrent contre la République helvétique. À la suite de ce soulèvement, auquel von Reding participa activement, la république capitule le 18 septembre et le pouvoir revient aux cantons lors de la Diète fédérale de Schwytz que préside le Landaman Alois von Reding.

Bonaparte, ne pouvant accepter ce désordre au sein du continent européen, envoya des troupes qui ne rencontrèrent pratiquement aucune résistance. Il imposa alors à la Suisse l'Acte de médiation.

L'Angleterre prit le prétexte de cette violation du traité de Lunéville pour déclarer la guerre à la France le 18 mai 1803.

Alois von Reding est mort à Schwyz le 5 février 1818

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :