Allondaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Allondaz
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Albertville-Nord
Intercommunalité Communauté de communes de la région d'Albertville
Maire
Mandat
Bettina Cervellin
2014-2020
Code postal 73200
Code commune 73014
Démographie
Gentilé Allondains
Population
municipale
235 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Population
aire urbaine
43 225 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 24″ N 6° 22′ 19″ E / 45.7066666667, 6.37194444444 ()45° 42′ 24″ Nord 6° 22′ 19″ Est / 45.7066666667, 6.37194444444 ()  
Altitude Min. 557 m – Max. 1 616 m
Superficie 4,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Allondaz

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Allondaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allondaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allondaz

Allondaz est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Allondains[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Allondaz ou Alondaz est un toponyme dérivant du prénom germanique Adalhund ou Adalgund[2] ou Adalund[3], qui aurait dérivé en latin sous la forme Adalhundus, Adaciiundus, Alundus, selon le chanoine Gros[3],[4],[5]. Prénom association les termes adal (ancien haut allemand), aþala signifiant « [noble] lignée », et hunt, hund (ancien haut allemand), germanique *hunda, signifiant « chien »[5]. Le nom aurait été mis au féminin pour donner la forme Alunda, que l'on trouve pour sa première mention en 1256[3],[4], avec ajout post-tonique en -az, féminin singulier[2].

La première mention remonterait donc en 1256, où un Jacobus de Alunda est indiqué dans la Storia diplomatica dell'antica abbazia di S. Michele della Chiusa (1877) de Gaudenzio Claretta (p. 232)[4],[5], nom cité à nouveau en 1258 d'après l'abbé Joseph-Antoine Besson, dans son Mémoires pour l'histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, Tarantaise, Aoste et Maurienne et du décanat de Savoye (1759)[4],[5]. Toutefois, une Ecclesia (de) Alundia est mentionnée en 1216, d'après l'Histoire du décanat de Savoie de l'abbé Trépied[4],[5]. Le Cartulaire Sabaudiæ (XIVe siècle) indique une Ecclesia de Alumpda[4],[5]. De même qu'un Prioratus (prieuré) de Allonda est indiqué en 1603[3],[4],[5]. Si l'abbé Gros dans son ouvrage de 1935 donne un article « Alondaz » (avec un seul « l »)[4], la mention d'Allondaz (avec deux « l ») est déjà mentionnée dans les registres français durant les occupations françaises (1793 ou 1801)[6].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le Massif des Bauges, Allondaz a su rester un village de Savoie typique. Ici, le développement s'entend avec le respect des traditions et de l'environnement. En ce sens, Allondaz a résisté aux sirènes de la "rurbanisation". C'est ce qui explique aujourd'hui son charme unique dans la région. Elle fait partie de la communauté de communes de la région d'Albertville

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village semble prendre forme aux alentours du Xe siècle-XIIe siècle[7].

En 1209, il fut fondé le prieuré de Lémenc (sur les hauteurs de Chambéry) par Rodolphe III de Bourgogne, l'acte nomme le premier seigneur de Chevron, Wilfried[8]. Wilfried de Chevron réside à Châteauvieux et gouverne sur les terres de Mercury, Allondaz, Thénésol au pied du col de Tamié, sur la voie romaine transversale Genève-ad Publicanos (proche d'Albertville) et le col du Petit-Saint-Bernard[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Léon Jiguet ... ...
mars 2008 en cours Philippe Lassiaz ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
396 416 427 368 473 432 352 351 360
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
332 327 303 323 286 285 242 244 237
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
216 205 175 153 201 181 186 157 148
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
155 191 177 204 235 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'association des parents d'élèves organise, à la salle des fêtes des Belles Cimes, chaque début d'été l'originale fête du pain : des pains, pizzas et gâteaux sont cuits pendant 2 jours dans l'antique four à pain du hameau de Mérier. Le bal des Belles Cimes qui a lieu sous les étoiles et au milieu des montagnes représente le point d'orgue du week-end.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes des Belles Cimes restaurée en 2007 offre un panorama d'exception sur tout le massif montagnieux des Aravis et du Beaufortain.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Vue sur le massif des Bauges depuis le Revard

Le 7 décembre 1995, il fut créé le Parc naturel régional du Massif des Bauges qui regroupe 65 communes, parmi lesquelles se trouve la commune d'Allondaz. Le parc s'étend sur une superficie de 90 000 hectares.

La commune d'Allondaz constitue le point de départ pour la voie la plus facile dans l'ascension du sommet alpin appelé la Négresse ou encore Roc Rouge qui culmine à près de 1 720 mètres d'altitude.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Brunier, Petite et grande histoire de Mercury, La Fontaine de Siloé,‎ 1999, 255 p. (ISBN 978-2-84206-106-7), p. 240.
  2. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. étymologie de 35000 noms de lieux : Formations non-romanes, dialectales, vol. 2, Librairie Droz,‎ 1996, 1385 p. (ISBN 2-600-00058-5), p. 869.
  3. a, b, c et d Jean Brunier, Petite et grande histoire de Mercury, La Fontaine de Siloé,‎ 1999, 255 p. (ISBN 978-2-84206-106-7), p. 49.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 26, Article « Alondaz ».
  5. a, b, c, d, e, f et g « Article « Allondaz » », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch (consulté en juillet 2014).
  6. Ldh/EHESS/Cassini, « Allondaz », Notice communale, sur Des villages cassini aux communes d'aujourd'hui, sur le site cassini.ehess.fr (consulté en juillet 2014).
  7. Jean Brunier, Petite et grande histoire de Mercury, La Fontaine de Siloé,‎ 1999, 255 p. (ISBN 978-2-84206-106-7), p. 236.
  8. a et b Aristide Béruard, Marius Hudry, Juliette Châtel et Alain Favre, Découvrir l’Histoire de la Savoie, Centre de la Culture Savoyarde,‎ 1998, 240 p. (ISBN 2-95113-791-5), p. 58-59, Les Seigneuries.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2005, 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 74.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Voir - Allondaz sur le site de l'Insee.